Liverpool : la blessure de Fabinho inquiète Klopp    Real : Benzema égale un record de Messi    Tlemcen: Deux ministres, des annonces et des promesses    Blida: Le ministre du Commerce incite les industriels à se préparer à l'exportation    Tribunal de Tipasa: Le procès de l'ex-wali d'Alger Zoukh reporté au 17 novembre    Le Vote Des Expatriés En Question    Ligue des champions d'Europe: Gros suspense à Turin et Manchester    JS Kabylie: Zelfani mise sur le tournoi d'Alger    FAF: L'AGO a adopté les bilans    UN COMBAT CONTRE SOI    Covid-19: «Le retour au confinement partiel n'est pas exclu»    Recrudescence des cas de Covid-19: Hôpitaux : retour à la case départ ?    La campagne référendaire s'achève aujourd'hui à minuit. Place au silence électoral    L'Algérie saura relever tous les défis auxquels elle fait face et s'en sortira plus forte    L'état de santé du président n'est pas inquiétant    Les produits pétroliers disponibles durant les fêtes d'El Mawlid Ennabaoui et du 1er novembre    287 nouveaux cas en Algérie    Djerad inaugure la 1re Conférence nationale sur l'oeuvre de Malek Bennabi    Zetchi évasif sur la question du deuxième mandat    Sahara occidental : l'ONU doit obliger le Maroc à fermer la brèche illégale à El-Guerguerat    Arkab: le projet d'amendement de la Constitution "jette les fondements d'une économie productive diversifiée"    Sahara occidental/Minurso: réunion mercredi du Conseil de sécurité    L'amendement de la Constitution, un moyen de réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Campagne: appel à voter pour le changement et l'édification de l'Algérie nouvelle    Projet d'amendement de la Constitution : le référendum, une opportunité pour tracer les contours de l'Algérie nouvelle    CAN-2021/Zimbabwe: "Ce serait bien de réaliser de bons résultats face à l'Algérie" (Kadewere)    Covid-19: 287 nouveaux cas, 171 guérisons et 9 décès    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    CELEBRATION DU MAWLID ENNABAWI : Appel au strict respect des mesures préventives    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    LES ELEVEURS SONT EXCEDES : Hausse des prix de l'aliment de bétail à Mostaganem    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès de l'ex-wali Zoukh au 17 novembre    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Actucult    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Le Real de Madrid doit réagir    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    BMS Corona    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Régularisation foncière: une priorité de l'Etat
Publié dans Algérie Presse Service le 17 - 09 - 2020

Le ministre des Finances, Aiman Benabderrahmane a affirmé, jeudi à Alger, que la régularisation des statuts fonciers et la consécration des droits des propriétaires légaux dans le cadre de la loi, était une priorité de l'Etat.
Répondant à une question orale de la députée Hassina Zeddam, lors d'une plénière de l'Assemblée populaire nationale (APN) sur le dossier de la régularisation foncière en suspens, le ministre des Finances a fait savoir que "les pouvoirs publics s'emploient à traiter les problèmes relatifs à la situation juridique pour permettre aux citoyens d'obtenir des actes de propriété de leurs fonciers dans un cadre légal".
Affirmant que l'assainissement du foncier était une préoccupation pour son département, M. Benabderrahmane a rassuré que les pouvoirs publics prendraient en charge ce dossier.
Depuis la fin des années 70, l'Etat a procédé au cadastre des terrains permettant un règlement global de la situation foncière à travers tout le territoire.
Cet objectif stratégique tracé par l'Etat vise à recenser le foncier, relevant que la cadence du cadastre rural est désormais plus développée par rapport au cadastre urbain.
Ce retard a poussé les pouvoirs publics à inclure le dossier dans la loi des finances complémentaire LFC 2020 pour traiter cette situation et accélérer le cadastre.
Le ministre a salué, à cette occasion, le projet de modernisation de la conservation foncière par la numérisation des documents et le cadastrage des terrains en vue de répondre aux besoins pressants en matière d'actes de propriété.
Concernant le renforcement du recouvrement fiscal pour renflouer le Trésor à l'ombre du stress hydrique que connais le pays, le ministre a souligné que la recette fiscale dépasse les 80% des objectifs tracés.
Pour ce qui est du recouvrement des dettes fiscales des années passées (reliquats), M. Benabderrahmane a fait savoir qu'en dépit des difficultés que connait le secteur, ses services font des "résultats acceptables" par rapport aux capacités disponibles ainsi que les complications relatives à l'évasion fiscale.
La direction générale des impôts œuvre actuellement à l'exécution d'une opération de qualité pour assainir ces dettes fiscales qui remontent à des années afin de définir leur nature et d'élaborer un fichier à gestion centrale et régionale.
Il a ajouté que l'administration des impôts connaît une période de transition marquée par les réformes structurelles, à travers la réalisation de centres d'impôts, la concrétisation de réformes techniques, l'amendement de textes législatifs et réglementaires et la réalisation d'un système informatique global dans les plus brefs délais.
A la question du député Safi Laarabi portant sur les préoccupations des présidents d'APC dans la wilaya de Laghouat sur le précédent contrôle fiscal, le ministre a estimé que l'intensification des appareils de contrôle et les services du contrôle fiscal en particulier permettent de garantir l'application de la législation et la réglementation notamment en ce qui a trait aux dépenses publiques.
Il a ajouté que le ministère des Finances envisageait d'introduire une série d'amendements au texte relatif au contrôle en amont, en insistant sur les dépenses publiques à impact financier considérable et de renoncer aux mesures administratives qui entravent dans une certaine mesure l'affectation des dépenses publiques et leur remplacement par des méthodes et normes modernes de contrôle en amont sur les dépenses et le renforcement du rôle des services de contrôle financier.
A une autre question sur les préoccupations des commerçants dans la wilaya de Béchar, lesquels assurent l'approvisionnement des wilayas du sud-ouest et se plaignent des mesures d'obtention des autorisations de transport de marchandises, le ministre a indiqué que le système d'obtention de cette autorisation a connu des changements qualitatifs conformément aux dispositions du décret exécutif 73 de mars 2020.
Parmi les changements introduits, la prise en charge des préoccupations des collectivités locales et les difficultés rencontrées dans l'application dudit décret relatif aux autorisations de transport de marchandises, en facilitant l'approvisionnement de la population en produits nécessaires et l'allègement des mesures inhérentes à cette autorisation pour développer les activités économiques au niveau de ces régions.
L'autorisation de transport est définie juridiquement par les dispositions douanières, a-t-il soutenu, citant certaines marchandises objet de trafic d'où l'exigence d'une autorisation de transport.
En vertu de la loi de 2019, la liste de marchandises concernées par l'autorisation a été révisée, a-t-il fait savoir, citant la suppression de certains produits, à l'instar des poissons frais ou congelés, le lait et produits laitiers, les jus et boissons gazeuses, l'oignon, les pâtes et le ciment, en leur qualité de produits indispensables pour les populations des zones frontalières, a-t-il rappelé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.