L'Algérie salue l'accord de cessez-le-feu global en Libye    Djelloul Djoudi condamné à trois mois de prison avec sursis    Calendrier chargé pour les magistrats    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Sous le sceau du numérique et des solutions technologiques    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Adoption bilans moral et financier de l'exercice 2019    Les grosses écuries au rendez-vous, à l'exception de Naples    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Les parents toujours inquiets    Mostaganem : Lourdes menaces sur les forêts    De nouveaux pupitres au profit de l'école Benzerjeb d'Oran    Plusieurs feux de forêt se déclarent dans l'Atlas blidéen    Oran : Plantation d'arbres à l'université    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Amnesty appelle au suivi de la situation des droits humains    Khartoum normalise ses relations avec Israël    Attribué depuis trois mois à Mâalma : Le site AADL des 831 Lgts entre malfaçons et absence de commodités    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    En attendant une décision officielle...    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    Bensaha : "Je serai à la hauteur"    La fille des Aurès    Les non-dits    Station multimodale de Bir Mourad Raïs : De nouveaux délais pour la réception du projet    Baâdji Abou El-Fadhl persona non grata ?    Les activités gelées jusqu'au 3 novembre    Le PAD dénonce une "cabale politico-judiciaire"    Erdogan confirme un test de missiles russes    "un reconfinement partiel n'est pas à exclure si..."    Le calendrier des compositions dévoilé    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    Concours du meilleur joueur de mandole algérien : Appel à Candidature    Bande dessinée en tamazight : Les planches de salut de Kamel Bentaha    Jam session du chanteur Djamil Ghouli : «J'espère que notre cri sera entendu»    VFS Global: Un service de «rendez-vous de test PCR»    Le FMI inévitable?    Attar à Hassi Messaoud après un incendie    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    FC Barcelone - Real Madrid: Un Clasico lourd de conséquences !    Par-delà l'image    Bouira: Une nouvelle maison de la presse    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Président Tebboune: "Il n'existe aucune restriction à la liberté de la presse en Algérie"
Publié dans Algérie Presse Service le 21 - 09 - 2020

Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune a affirmé dimanche soir que la liberté de la presse était garantie en Algérie et qu'aucune restriction n'y est imposée, précisant que la liberté d'expression avait des "limites" et qu'il existait des lois applicables à tout un chacun.
Intervenant lors d'une entrevue avec des responsables de médias nationaux, le Président Tebboune a déclaré "j'avais déjà évoqué le sujet de la liberté d'expression en Algérie et je me suis interrogé s'il existait un pays, de par le monde, à l'image de l'Algérie qui compte 180 quotidiens et près de 8.500 journalistes, outre le soutien de l'Etat au papier d'impression et la publicité dont bénéficient ces journaux pour se retrouver, à la fin, avec des articles truffés d'injures et d'atteintes à la sécurité publique". Ces journaux, en dépit de tout ça, n'ont jamais été inquiétés ou sanctionnés commercialement, a ajouté le président de la République. Interrogé sur Khaled Drarni, condamné récemment à deux ans de prison ferme, le Président Tebboune a expliqué qu'on ne pouvait tranché de l'inexistence de la liberté d'expression dans un pays en raison d'une personne "impliquée dans une affaire n'ayant aucune relation avec la presse", révélant, dans ce sens, qu'il n'existe aucun document prouvant sa relation avec la chaine de télévision qu'il prétend travailler avec.
La liberté d'expression est consacrée "mais s'il existe une restriction, elle est imposée aux injures", a-t-il souligné, indiquant que la loi est applicable à tous dans le but de mettre un terme à l'anarchie.
Et d'ajouter que "cette loi est la même qui s'applique en Europe. Aucune personne n'est incarcérée (en Algérie) pour un article qu'elle a rédigé".
"Nous interdisons les injures et les atteintes aux affaires relevant de la sécurité de l'Etat", a-t-il dit.
Concernant les rapports émanant de certaines organisations qui évoquent des restrictions à la liberté de la presse en Algérie, le Président Tebboune a affirmé que ces rapports "n'impactent pas notre politique" car, ajoute-t-il, le changement en Algérie "ne plait pas à ces organisations qui ne veulent pas de démocratie pour le peuple algérien et le considère comme un peuple de seconde zone".
Déplorant la "géométrie variable" en matière de traitement des évènements, le Président de la République a rappelé que "des choses graves se sont produites dans certains pays sans jamais être évoquées".L'Algérie est "ciblée" par des parties qui tentent de saper sa stabilité, a-t-il poursuivi, faisant savoir que "les Etats ne nous attaquent pas frontalement mais chargent des organisations non gouvernementales de cette mission".
Il y'a des rapports émanant de certaines organisations que "nous prenons au sérieux compte tenu de leur crédibilité" à l'image de "Amnesty international" que "je respecte", car elle a prouvé sa "crédibilité" en matière de traitement des évènements tels que les guerres, a ajouté le Président de la République.
Et de conclure, l'organisation Reporters sans frontières (RSF) compte, elle aussi, des journalistes "respectables" mais c'est inadmissible de nommer un fils de colon qui tente à chaque fois de donner des leçons aux algériens, d'où l'importance d'enquêter sur les fondateurs de ces organisations ainsi que sur les modalités de leur financement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.