Bouchareb empêché de présider une réunion    "L'armée doit écouter les élites et les sages"    Bientôt un nouveau procès    Algérie: la révolte populaire ne peut plus passer par la vieille « classe politique »    Le FCE au bord de l'implosion    Abdelmadjid Sidi Saïd déchu de sa qualité de syndicaliste de base    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    Le verdict reporté jusqu'à la dernière journée    Mellal : "Je crois fermement au sacre"    USMA : le scénario catastrophe ?    La commission de recours décide de faire rejouer la rencontre    Tadjine el kemmoun    Le procès ajourné au 19 juin    Prélèvement multi-organes et greffe hépatique à Constantine    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    Oran : L'examen de la 5e en chiffres    Traitement des déchets ménagers à Bouira : Les communes défaillantes    MO Béjaïa : Les Crabes condamnés ?    Amine Mohamed Djemal. Chanteur, compositeur et leader du groupe Babylone : «Le feuilleton Ouled Halal, une belle expérience familiale et fraternelle»    Gaïd Salah insiste sur l'engagement sincère de l'armée : «Nous n'avons aucune ambition politique»    Election présidentielle : La période de dépôt de candidatures prendra fin demain    Zoubida Assoul. Présidente de l'Union pour le changement et le progrès (UCP) : «L'armée peut jouer un rôle de facilitateur vu la conjoncture complexe»    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le gouvernement pris en étau    Un 14e vendredi comme au premier jour!    LG partage un Iftar avec la presse nationale    Les jus de fruits mortels    C'est le Hirak permanent    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Trump ira en Irlande en juin    Rabiot pour remplacer Rodrigo?    Giroud prolonge d'un an    Le GS Pétroliers et le NR Chlef en finale    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    Tizi-Ouzou : Une wilaya engagée dans la restructuration de la filière oléicole    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    Royaume-Uni et Italie : Vers des séismes politiques ?    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    Aux côtés de la Côte d'Ivoire dans la lutte;contre le terrorisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





C'est le souk !
Commerce à Guelma
Publié dans El Watan le 15 - 11 - 2008

La wilaya de Guelma compte 16 959 commerçants répartis à travers ses 34 communes. La direction du commerce ne dispose que de 62 fonctionnaires pour procéder aux contrôles d'usage. Le marché parallèle gangrène les villes et villages, alors que d'autres instruments de répression, tels la police, la gendarmerie nationale, les BCH (bureaux communaux d'hygiène) et BDH (bureaux de daïra d'hygiène) seraient inopérants.
Décidemment, rien ne va plus à Guelma. La mise à nu du secteur du commerce par les élus locaux à travers un rapport détaillé, lors de la 3ème session ordinaire de l'assemblée populaire de wilaya (APW), qui s'est déroulée au début de la semaine dernière au niveau du siège de la wilaya, n'a eu en substance que « que peut-on faire devant un phénomène national ? » de la part du wali. Ainsi, les souks hebdomadaires, marchés à bestiaux, marchés des fruits et légumes réglementés ou illégaux, sans omettre l'unique abattoir communal et les tueries ont été au cœur des débats.
C'est le souk à Guelma ! Même ceux qui sont autorisés par les APC, tel celui du chef-lieu de wilaya, installé tous les vendredis, occupant une artère à deux doubles voies névralgiques (dite boulevard de Sonacome), est un exemple d'anarchie vu que cette route est un sens poids lourd fermé, ce jour-là, pour les usagés à destination des communes de Khezaras et Aïn Larbi. Mais encore, tout s'y vend, s'achète et se côtoie sur des étals de fripes, camelots et divers produits alimentaires (fruits et légumes, poisson, viandes rouges et blanches, etc.), le tout en l'absence de contrôle. Et pourtant, le choix de l'aire et son octroi en location se sont faits suite à une délibération de l'APC de Guelma !
Le même constat d'anarchie est également fait, entre autres, du côté du marché des fruits et légumes de Oued Zenati, Bouchegouf, Hammam Debagh ou celui du boulevard du Volontariat à Guelma-ville. Le marché de gros pour les fruits et légumes n'est pas en reste, d'autant plus que sa réhabilitation tarde à se concrétiser car, faudrait-il le souligner, le marché n'a pas de voies d'accès bitumées, de même pour ce qui est du contrôle et de la sécurité des lieux, pire, les bascules feraient défaut. D'autre part, l'abattoir du chef-lieu et les tueries des communes de Oued Zenati et de Hammam Debagh ne répondent plus aux exigences de l'heure.
La gestion de ce secteur étant partagée entre l'APC, propriétaire des lieux, l'inspection vétérinaire et celle du commerce, il semble, à entendre les élus locaux, que seuls les bouchers et les locataires des lieux y font la loi, en bravant les règles élémentaires d'hygiène. Pour ce qui est des BCH et BDH, que font-ils sur le terrain ? Existent-ils à Guelma ? Se demande le wali. Nous noterons, enfin, que les travaux de réhabilitation du marché couvert Harcha de Guelma-ville ont atteint un taux d'avancement de 98%, au même titre que celui de Oued Zenati.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.