Mohammed VI invité au Sommet arabe d'Alger    Real : Un gros chèque pour le recrutement    Accidents de la circulation: 45 morts et 1245 blessés en une semaine    Organisation à Londres du Festival algérien des arts et de la culture "Dz Fest"    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Déclaration de politique générale du Gouvernement: Une politique sociale "efficiente" et "équitable"    Mostaganem: lancement de la 53e édition du Festival culturel national du théâtre amateur    Festival national du Malouf de Constantine: le chant traditionnel authentique ravive la scène artistique    Médicaments: Aaon évoque avec une délégation du Snapo l'amélioration de l'approvisionnement    Football: la DGSN prend des mesures en prévision du match Algérie-Nigéria    Juventus : Paredes n'avait pas de contact avec Mbappé    OL : Cherki veut plus de temps de jeu    Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Un choc nucléaire inévitable ?    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Réunion gouvernement-walis: Les équilibres financiers au vert    Peaux de banane !    Brèves Omnisports    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    La bombe Benkirane    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    Les étudiants en costume de startupeurs    Un coup de piston et...    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Du coke russe pour le haut-fourneau    Strictes recommandations aux commis de l'état    Le plan de Benzema    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Sommet arabe: Guterres confirme sa présence, salue la contribution "exceptionnelle" de l'Algérie à la diplomatie mondiale multilatérale    CAC d'Annaba: lancement de la radiothérapie stéréotaxique pour la 1e fois en Algérie    Sommet arabe: les dirigeants arabes confirment leur participation    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Codes communal et de wilaya: définir les responsabilités et les prérogatives des élus    Une délégation de cadres supérieurs de la DGSN se rend au siège de la Cour constitutionnelle    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Vers la création d'un réseau pour les journalistes démocrates
Liberté d'expression dans le monde arabe
Publié dans El Watan le 10 - 12 - 2008

Plus qu'une source d'information, la presse a aussi un rôle citoyen et de leader d'opinion à défendre.
Comme une institution et membre à part entière de la société civile, elle se doit de défendre les principes de démocratie et de liberté. Après la création, en 2005, du réseau des démocrates du monde arabe pour promouvoir le changement démocratique, le premier noyau pour la création du réseau de journalistes démocrates du monde arabe vient de voir le jour à la faveur d'une première réunion, qui s'est tenue à Alger les 5 et 6 décembre derniers. Regroupant des journalistes de Tunisie, de Libye et d'Algérie, cette rencontre qui a concerné des représentants des médias du Maghreb sera suivie par d'autres réunions destinées aux journalistes d'Egypte et du Moyen-Orient pour aboutir au congrès constitutif du réseau devant regrouper des journalistes de différents pays arabes. L'objectif assigné à ce réseau est de promouvoir la liberté d'expression et les droits des journalistes dans le monde arabe, réputé être un cadre restrictif et répressif des libertés.
Organisée à l'initiative du réseau des démocrates du monde arabe, ladite rencontre a permis aux journalistes des pays du Maghreb d'échanger leurs expériences respectives et de parler des difficultés que rencontre la presse sous des régimes qui tendent à se ressembler dans le déni du droit à la libre parole. Souffrant séparément mais pareillement des abus d'autorité et des restrictions des champs d'expression libre, les journalistes arabes espèrent trouver, dans la création du réseau, des liens de solidarité et d'entraide pour ne pas se sentir seuls face à l'oppression. Si la presse algérienne a pu arracher dans le sang et la terreur une part de liberté, elle est aujourd'hui soumise à des lois de plus en plus réductrices de cette petite marge de liberté. « En Algérie, il existe une panoplie de lois qui condamnent le journaliste, allant du code pénal à la loi sur la santé, aux lois sur l'impression, etc. Les lois appliquées dans les pays du Maghreb sont en contradiction avec les conventions internationales sur la liberté d'expression », indique Boudjemaa Ghechir, président de la Ligue algérienne des droits de l'homme et membre du réseau des démocrates du monde arabe, qui regrette, pour le cas de l'Algérie, l'absence d'un cadre organisé pour les journalistes algériens. « Tant que le ministre de l'Intérieur continue d'avoir le droit de saisir tout journal accusé de porter atteinte à l'ordre public, on ne pourra pas exercer normalement notre métier », précise un confrère tunisien qui souligne la soumission des médias au pouvoir en place. Comme pour la Tunisie et l'Algérie, la presse marocaine fait face à de nombreux obstacles, notamment juridiques.
Dans les trois pays, les mécanismes de protection des journalistes sont quasi inexistants. Les journalistes libyens s'étonnent, pour leur part, de l'absence même d'un cadre juridique organisant l'exercice journalistique en Libye. « Nous sommes inclassables, c'est l'absence de transparence ; toute publication est soumise à la commission de censure avant parution, ce n'est pas ce que l'on pourrait appeler un réel exercice du métier », ajoutent-ils. Entre les menaces d'emprisonnement, la précarité de la profession et la difficulté d'arriver aux sources d'information, pour ne citer que ces exemples, le journaliste maghrébin exerce son métier dans la difficulté permanente. C'est pour ne pas se résigner face à l'ordre établi et pour donner toute sa mesure au rôle de défenseur des principes démocratiques que les journalistes de la région ont décidé d'adhérer au réseau des journalistes démocrates du monde arabe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.