Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    Sit-in des avocats devant le palais de justice    Sidi Saïd plus que jamais indésirable    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    «La rue doit maintenir la pression»    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    La fin des anneaux de Jupiter    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Le groupe Benamor se disculpe    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Le monde entier a exprimé son immense douleur !    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bouteflika-Ouyahia : jeu et enjeu
Publié dans El Watan le 23 - 11 - 2005


Il était en effet clair que les deux hommes étaient loin d'être sur la même longueur d'ondes. Bien au contraire ! Mais, les voies du système étant impénétrables, le même Ouyahia consentira quand même, contre le cours des projections, à prendre le poste de chef du gouvernement, pour assister un président dont le pouvoir commençait à chanceler. «A chaque fois que l'Algérie a besoin de moi, je répondrai toujours présent !» a-t- il simplement concédé à ceux, estomaqués, qui avaient relevé le grand écart. Depuis, l'homme s'est régulièrement vanté de sa lune de miel d'avec Abdelaziz Bouteflika. «Il n y a aucun problème avec monsieur le Président», n'a-t-il cessé de répéter à chaque fois que des couacs débordent les murs de son palais. Certains pensent que l'attitude énigmatique de Ouyahia tient au fait qu'il ait conclu un deal avec le chef de l'Etat avec, en point de mire, la prochaine élection présidentielle. Il se dégage en effet chez cet homme une outrecuidance qui en dit long sur son ambition politique. Démesurée ? Peut-être pas dans la mesure où il est sans doute convaincu qu'il est promis à un destin national, d'où la nécessité d'une patience, d'une persévérance et, parfois, de sacrifices. Quitte à ce que le sobriquet «d'hommes du sale boulot» lui colle à la peau. Mais, il est fier de tout. Y compris des piques que lui envoie par intermittence Bouteflika, qu'il s'arrange cependant à «formater» en fleurs. C'est que le couple Bouteflika-Ouyahia symbolise parfaitement un mariage de raison aux yeux de l'opinion publique et de la presse. Pour le meilleur mais pas spécialement pour le pire… Ouyahia a encaissé, souvent sans broncher, les remontrances du Président. Il a même essuyé des rappels à l'ordre, notamment par rapport à l'officialisation de tamazight, à propos de laquelle il s'était engagé avec les archs. Le chef du gouvernement est malgré tout resté de marbre. Inamovible. Sûr peut-être de suivre la bonne voie. Celle qui mène directement à l'autre palais, celui d'El Mouradia. Cette fin justifie tous les sacrifices à ses yeux, y compris le rôle peu enviable d'exécutant sans état d'âme des sales besognes. Mais, en fin stratège, il ne se mouille pas trop. Le pays est en panne, il peut toujours dire : «Ce n'est pas de ma faute». La preuve ? Il prend souvent le soin de dire que «la dernière décision revient au Président». Il n y a qu'à décoder sa réaction vis-à-vis de la lenteur des textes d'application de la charte. Et, en 2009, quand l'heure des comptes sonnera, Ahmed Ouyahia pourra toujours plaider non coupable. Il pourra même croiser le fer avec l'actuel patron de la Présidence, qui ne cache pas sa volonté de briguer un troisième mandat via un amendement de la Constitution. Une mesure que conteste très bruyamment Ahmed Ouyahia. Et ce n'est certainement pas pour rien. Loin s'en faut.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.