Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    Covid-19: Les walis appelés à sévir    Identité de papier    Selon le DG de la SEOR: Retour dès demain à une alimentation normale en eau potable    USM Bel-Abbès: Quatre milliards de centimes bloqués    Le ministre de la Santé: «La situation est alarmante»    Bouira: Meurtre de la jeune avocate : les 3 mis en cause écroués    Les demandeurs de logements de la formule «à points» reçus par le chef de daïra: Des promesses pour des attributions après la levée du confinement    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Meziane buteur, Benghit exclu    Zeghlache donne les raisons du transfert de Boussouf    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    L'attestation d'affiliation téléchargeable désormais via l'espace «El Hanaa»    Un groupe français en pole position    Comment intégrer les médecins libéraux ?    Coupures d'eau récurrentes et prolongées, le ras-le-bol des citoyens    Bilan du premier semestre de la Sûreté de wilaya    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    REPLIQUE AU TWEET DE MARINE LE PEN    Arnaque à la communication !    La reconversion des seconds couteaux    Les propositions de Rahabi    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    Un terroriste capturé à In M'guel    Nouveau record des contaminations    CS Constantine : La démission de Redjradj entérinée    Polsario: il est évident que l'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Boukadoum à Anadolu: Alger œuvre pour l'intégrité territoriale de la Libye    Démission du ministre de la Justice    Encore un doublé de Benrahma    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Le FFS face au défi du rassemblement    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Raid policier avant des primaires de l'opposition    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    ASILE DE FOUS    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bouteflika-Ouyahia : jeu et enjeu
Publié dans El Watan le 23 - 11 - 2005


Il était en effet clair que les deux hommes étaient loin d'être sur la même longueur d'ondes. Bien au contraire ! Mais, les voies du système étant impénétrables, le même Ouyahia consentira quand même, contre le cours des projections, à prendre le poste de chef du gouvernement, pour assister un président dont le pouvoir commençait à chanceler. «A chaque fois que l'Algérie a besoin de moi, je répondrai toujours présent !» a-t- il simplement concédé à ceux, estomaqués, qui avaient relevé le grand écart. Depuis, l'homme s'est régulièrement vanté de sa lune de miel d'avec Abdelaziz Bouteflika. «Il n y a aucun problème avec monsieur le Président», n'a-t-il cessé de répéter à chaque fois que des couacs débordent les murs de son palais. Certains pensent que l'attitude énigmatique de Ouyahia tient au fait qu'il ait conclu un deal avec le chef de l'Etat avec, en point de mire, la prochaine élection présidentielle. Il se dégage en effet chez cet homme une outrecuidance qui en dit long sur son ambition politique. Démesurée ? Peut-être pas dans la mesure où il est sans doute convaincu qu'il est promis à un destin national, d'où la nécessité d'une patience, d'une persévérance et, parfois, de sacrifices. Quitte à ce que le sobriquet «d'hommes du sale boulot» lui colle à la peau. Mais, il est fier de tout. Y compris des piques que lui envoie par intermittence Bouteflika, qu'il s'arrange cependant à «formater» en fleurs. C'est que le couple Bouteflika-Ouyahia symbolise parfaitement un mariage de raison aux yeux de l'opinion publique et de la presse. Pour le meilleur mais pas spécialement pour le pire… Ouyahia a encaissé, souvent sans broncher, les remontrances du Président. Il a même essuyé des rappels à l'ordre, notamment par rapport à l'officialisation de tamazight, à propos de laquelle il s'était engagé avec les archs. Le chef du gouvernement est malgré tout resté de marbre. Inamovible. Sûr peut-être de suivre la bonne voie. Celle qui mène directement à l'autre palais, celui d'El Mouradia. Cette fin justifie tous les sacrifices à ses yeux, y compris le rôle peu enviable d'exécutant sans état d'âme des sales besognes. Mais, en fin stratège, il ne se mouille pas trop. Le pays est en panne, il peut toujours dire : «Ce n'est pas de ma faute». La preuve ? Il prend souvent le soin de dire que «la dernière décision revient au Président». Il n y a qu'à décoder sa réaction vis-à-vis de la lenteur des textes d'application de la charte. Et, en 2009, quand l'heure des comptes sonnera, Ahmed Ouyahia pourra toujours plaider non coupable. Il pourra même croiser le fer avec l'actuel patron de la Présidence, qui ne cache pas sa volonté de briguer un troisième mandat via un amendement de la Constitution. Une mesure que conteste très bruyamment Ahmed Ouyahia. Et ce n'est certainement pas pour rien. Loin s'en faut.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.