Belfodil parmi les meilleures recrues de la Bundesliga    Facebook supprime trois milliards de comptes    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    L'Ukraine en l'espace d'un iftar à Alger    Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Vendredi puissance 14    Hazard sort du silence    La candidature de Berraf acceptée    Qu'en pensez-vous M. le ministre de l'Education nationale?    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Un Iftar en l'honneur des médias    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Haro sur les infractions de change    "Le développement de l'ANP a permis de préserver l'unité de l'Etat"    Le Hirak inébranlable    Fin du délai aujourd'hui    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    Le tour de vis du gouvernement    Des centaines de milliers de manifestants à Alger : « Gaïd Salah dégage ! »    Barça : Messi a mal vécu la défaite face à Liverpool    L'APC DENONCE L'OCTROI ‘'OPAQUE'' DE MARCHES PUBLICS : Le maire d'Oran dans le collimateur    MASCARA : 3 individus arrêtés et des munitions saisies à Ain Farès    Une balle de match pour un titre    Tottenham: Pochettino met fin aux rumeurs    ELECTION PRESIDENTIELLE : Les noms des 77 candidats à la candidature dévoilés    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Premières projections de films documentaires    Un terroriste capturé à Tamanrasset    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    L'Algérie certifiée exempte de Paludisme par l'OMS    Haizer : Deux exclus de logements sociaux entament une grève de la faim    Football : Le gouvernement Bedoui veut s'attaquer à la violence dans les stades    Probium et l'Are-Ed, deux associations qui marquent la Journée mondiale de la biodiversité    Cher futur Président, je te veux…    Etudiants : Hirak, Ramadhan et examens    En bref…    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Le trip de l'amour et ses revers    Une révolution «personnalisée»    Edition du 24/05/2019    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A vous de voir Madame la Juge !
Par Mohamed Benchicou
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 02 - 2007

Le procureur Abdelli achevait, la nuit derni�re, son r�quisitoire en m�me temps que se terminait la c�r�monie des oscars : le cin�ma s'octroyait � Blida, comme � Los Angeles, ses bons points et ses d�sillusions. En m�me temps qu'elle ratait la palme du meilleur film �tranger, l'Alg�rie ratait aussi, comme pr�vu, son premier proc�s politico-financier. Trop t�t pour la v�rit�.
La cour de Blida, dans un formidable sc�nario, a habilement �vit� que le proc�s Khalifa ne soit celui du syst�me politique, alors qu'il ne devait �tre que cela. On a tout appris des vertus thermales du centre de thalassoth�rapie de Sidi-Fredj mais rien de la sordide connivence qui liait un pouvoir corrompu � un homme d'affaires pervertisseur. Quelques directeurs d'agence et une dizaine de seconds couteaux vont passer de longues ann�es en prison. D'autres vont y mourir. Les vrais parrains politiques de l'escroquerie, r�v�l�s pourtant par le proc�s, seront, eux, �pargn�s de la bourrasque. Les Alg�riens ne sauront rien de l'affaire Khalifa, c'est-�-dire de cette conjuration mafieuse entre le Palais et l'argent. C'est au proc�s de cette coterie qu'ils voulaient assister. C'est � ce proc�s qu'ils n'ont pas eu droit. Pour d�boucher sur cette arlequinade judiciaire, la cour de Blida a us�, dans une magnifique prestation de j�suitisme, de subterfuges parfois subtils, d'autres fois grossiers, mais toujours triomphants : la flagornerie, la d�politisation du proc�s et l'�motion populiste. Passons sur cette vulgaire cajolerie qui se r�sumait, pour le minist�re public, � flatter la presse �pour le travail qu'elle a fait�. Dans la bouche du procureur cela prenait plut�t l'accent d'�loges � la presse �pour le travail qu'elle n'a pas fait�. Sur cette finasserie qui fait passer les journalistes pour les complices d'une pantalonnade judiciaire et la justice alg�rienne pour la gardienne de la morale, nous reviendrons dans notre chronique de jeudi. Reste l'adroite d�politisation du proc�s Khalifa. On a entendu la pr�sidente supplier � voix haute les accus�s de ne �pas politiser l'affaire �, ce qui condamnait d�j� un scandale politico-financier � �tre jug� comme un simple larcin de pickpockets ! La justice alg�rienne a de nombreuses fois prouv� ses aptitudes � la prestidigitation mais dans le cas de Blida, elle a r�ussi l'exploit : �viter que le proc�s Khalifa ne d�bouche sur le proc�s du syst�me. La d�politisation du proc�s a permis de �d�construire� en quelque sorte les m�canismes de la complicit� entre le pouvoir politique et l'argent de Moumen. On �vite, par exemple, de d�voiler l'arrangement conclu entre le r�gime et Khalifa autour de la cha�ne de t�l�vision KTV : en �change d'une certaine permissivit� sur ses transactions financi�res, l'homme d'affaires avait abandonn� aux d�cideurs alg�riens l'antenne d'Alger de la cha�ne afin d'en faire un outil pour �la r��lection de Bouteflika�. C'est en application de ce deal que la ministre Khalida Toumi s'�tait autoris�e � d�signer Mme Hajilani � la t�te de KTV Alger et que les journalistes, tr�s proches du pouvoir, qui y officiaient �taient recrut�s par des officines publiques mais pay�s par Khalifa. D'o� le path�tique �tonnement de la pr�sidente de la cour de Blida devant les r�v�lations de Mme Hajilani : �Comment pouviez-vous travailler � la fois au minist�re de Culture et chez Khalifa ?� Ah, mais c'est que, Madame la Pr�sidente, tout le sortil�ge du comp�rage entre l'argent et le pouvoir �tait l�, sous vos yeux, et vous l'avez balay� d'un revers de la main. Pourtant, convoquer Khalida Toumi aurait �t� � la fois aussi ludique que les r�v�lations sur les cartes de thalassoth�rapie mais en plus, beaucoup plus instructif sur la collusion entre le Palais et l'argent. Mais comme il ne fallait pas �politiser �... Oui, surtout prot�ger le Palais de l'outrage. La d�politisation du proc�s a ainsi �vit� de mettre un nom sur les puissants receleurs de l'ombre, tous hauts dignitaires du r�gime. Citer un personnage compromettant vous exposait imm�diatement � la remontrance un peu d�sabus�e mais ferme de la pr�sidente : �Je vous en prie, ne politisez pas l'affaire.� Comment r�sister � une supplication formul�e avec autant de gentillesse ? Et c'est ainsi que si on a appris, lors du proc�s, que l'appartement parisien du Faubourg Saint-Honor� offert par Moumen Khalifa � un notable du r�gime a �t� r�cup�r�, revendu et l'argent rapatri�, on ne sait toujours rien dudit notable. Chut ! Chercher � le savoir ferait de vous un intrigant qui veut �politiser l'affaire�. Et puis, pourquoi cette malsaine manie � vouloir impliquer de hauts responsables quand vous avez un choix royal de boucs �missaires avec des noms bien de chez nous : Akli, Hakim, M�ziane, Djamel ? Qu'est-ce que dix ans de prison pour ces hommes insignifiants quand leur p�nitence servirait � sauver l'honneur du Roi et du syst�me tout entier ? C'est � cette mission majeure, sauver l'honneur du syst�me, qu'a sembl� ob�ir le fid�le Abdelmadjid Sidi Sa�d en conc�dant son fameux �j'assume !� qui sonne comme le cri du brave soldat Shvek � l'heure du hara-kiri. L'aveu, dans la bouche du secr�taire g�n�ral de l'UGTA, a eu l'avantage salutaire de r�duire une grosse machination d'Etat, conduite en parfaite intelligence entre les dirigeants alg�riens et le milliardaire Khalifa, en une simple erreur de gestion dont Sidi Sa�d revendique courageusement la paternit�. Plut�t faire retomber l'opprobre sur le leader syndicaliste, qui pourra toujours arguer de n'avoir jamais �t� un parangon de la gestion, que de laisser croire que les fonds des caisses sociales ont �t� d�pos�s chez El Khalifa Bank, sinon sur ordre du Palais, du moins avec son consentement. Sidi Sa�d a �t� �sacrifi� avec son consentement, ce qui a provoqu� la col�re de Louisa Hanoune toujours prompte sur les mots et qui n'a pas h�sit� � parler de �complot contre l'UGTA�. Entendons par l� qu'� ses yeux Sidi Sa�d n'est pas plus coquin que d'autres pour servir si tristement de fusible. Elle n'a pas tort. Abdelmadjid Sidi Sa�d n'avait fait que suivre l'air du temps : pourquoi craindre de confier les milliards des caisses sociales � El Khalifa Bank puisque Moumen avait ses entr�es au Palais et que les gens du royaume ne r�pugnaient pas � profiter de ses largesses ? C'est la complicit� entre le Palais et l'argent qui a encourag� le secr�taire g�n�ral de l'UGTA � oser faire ces d�p�ts faramineux. Une complicit� que le proc�s de Blida a rendu invisible en nous en cachant tous les indices : le nom du joyeux propri�taire de l'appartement parisien du Faubourg Saint-Honor�, celui de ces deux hauts responsables d'El-Mouradia subitement devenus ambassadeurs, le march� conclu entre le pouvoir et Moumen autour de KTV... Mais on peut se fier � la parole du procureur Abdelli : d'autres proc�s sont programm�s pour juger ces gros poissons. On pourra y aller en Fatia ou en prenant le m�tro d'Alger. Que restait-il alors � la cour de Blida ? Jouer sur l'�motion populiste. Condamner les individus qui ont �brad� l'argent des pauvres d�posants �, brocarder ces chefs d'agence qui ont �jou� avec les sous des retrait�s �. Vingt ans de prison. Allez-vous laisser faire cette parodie digne oscars du cin�ma ? A vous de voir Madame la Pr�sidente !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.