TRIBUNAL MILITAIRE : L'avocat du général Toufik demande le report du procès !    PRESIDENTIELLE : 39 postulants à la candidature retirent les formulaires    ELECTION PRESIDENTIELLE : Le parti de Makri garde le suspense    AIN TEMOUCHENT : 3 ‘'harraga'' interceptés à Oulhaça    BACCALAUREAT PROFESSIONNEL : Installation d'une Commission pour l'examen du dossier    MASCARA : 8 individus arrêtés pour vol de véhicule    Real Madrid: Benzema, un record de la tête en 2019    Boudjemaâ Talaï placé sous mandat de dépôt    Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez    Les magistrats confirment et dénoncent    Résultats    Bien négocier la manche aller    Batelli critique le rendement des joueurs    Ce que risque Sofiane Bouchar    Le temps des incertitudes    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Un Plan national climat pour bientôt    Des partis et des personnalités soutiennent Kaïs Saïed    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Lancement de la campagne à Naâma    Le policier à l'origine de l'accident mortel à Oued R'hiou écroué    Un espace pour préserver l'histoire de cette expression populaire    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Réception de plusieurs équipements au 1er trimestre 2020    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    Le procès renvoyé au 29 septembre    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Division nationale amateur - Ouest: Le SCMO, l'IRBEK et le CRT confirment    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tensions sociales en France : Le mouvement des «gilets jaunes» se radicalise
Publié dans El Watan le 02 - 12 - 2018

Le mouvement social des «gilets jaunes», qui secoue la France depuis trois semaines, s'enlise et se radicalise. Lors de la troisième mobilisation nationale, baptisée «Acte III», qui a eu lieu hier à Paris, le nombre de manifestants pacifiques a considérablement diminué, alors que celui des «casseurs» a carrément explosé, à en croire les chiffres du ministère de l'Intérieur.
Il y aurait près de 3000 manifestants violents, sur un total de 5500 personnes, qui ont participé aux différentes actions organisées par les «gilets jaunes» dans la capitale française, notamment une marche autorisée sur l'avenue des Champs-Elysées.
Pour rappel, les manifestations parisiennes de la semaine dernière, toujours selon les chiffres officiels, ont regroupé plus de 8000 personnes, parmi lesquelles moins de 200 «casseurs» soupçonnés d'appartenir essentiellement à des groupes politiques d'«ultra droite».
Cette fois-ci, ce serait donc la majorité des «gilets jaunes», concentrés surtout près de la place de l'Etoile, qui voulaient en découdre avec les forces de l'ordre.
Au moment où nous mettons sous presse, les 5000 CRS déployés dans les rues parisiennes pour contenir les débordements auraient procédé à au moins 160 interpellations. Par ailleurs, une centaine de blessés, dont une dizaine de policiers, ont été dénombrés.
Des manifestants se sont barricadés et ont incendié du mobilier urbain et même quelques véhicules.
D'autres, selon certaines sources médiatiques, auraient tagué l'Arc de Triomphe et voulu profaner la Tombe du Soldat inconnu. «Je suis choqué par la mise en cause des symboles de la France», a commenté le Premier ministre, Edouard Philippe, qui a mis en garde les manifestants violents : «Rien ne sera excusé à ceux qui viennent avec la seule volonté de casser et de provoquer les forces de l'ordre.»
Abondant dans le même sens, son ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a déclaré : «Les scènes auxquelles nous avons assisté ce matin sont intolérables. La volonté affichée et assumée de s'attaquer à nos forces de l'ordre, aux symboles de notre pays sont une insulte à la République.»
Une «révolution citoyenne»
Du côté des leaders de l'opposition, qui soutiennent tous les «gilets jaunes», le discours vis-à-vis des violences est complètement disparate. «Les images de violence exacerbée au pied de l'Arc de Triomphe, symbole de la gloire française profané par des hordes de casseurs, sont une honte ressentie au cœur par chaque Français», lit-on dans un communiqué des Républicains.
Le parti de droite a condamné «les vandales qui revêtent un faux gilet jaune comme un prétexte fallacieux pour mieux se livrer à l'exacerbation de leur violence».
Quant à Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, accusée de récupération politique du mouvement social à travers des militants d'extrême droite qui le pousseraient au pourrissement, elle a félicité sur son compte Twitter les «gilets jaunes» qui «ont fait rempart avec leurs corps en chantant la Marseillaise pour protéger la flamme du Soldat inconnu contre les casseurs. Vous êtes le peuple de France se dressant contre la racaille !»
Jean-Luc Mélenchon, leader de la gauche antigouvernementale, a dénoncé plutôt un «incroyable acharnement contre les manifestants pacifiques». Selon lui, le gouvernement chercherait à «tout aggraver» et voudrait provoquer «un grave incident pour jouer la peur».
Le patron de la France insoumise a qualifié le mouvement des «gilets jaunes» d'une «révolution citoyenne», eu égard à tout ce qui se passe non pas seulement en Île-de-France mais dans l'ensemble des régions de l'Hexagone et d'Outre-mer.
Tous les regards ont été, en effet, braqués sur les incidents qui ont eu lieu aux alentours des Champs-Elysées (place de l'Etoile et Arc de Triomphe) au moment où plusieurs rassemblements pacifiques se sont déroulés partout en France, y compris dans un périmètre sécurisé de la célèbre avenue où quelques centaines de contestataires ont brandi une grande banderole sur laquelle était écrit : «Macron arrête de nous prendre pour des cons !» Ils ne digèrent toujours pas le ton et le comportement du président français à leur encontre, jugés «méprisants».
Jusqu'à maintenant, Emmanuel Macron refuse de recevoir personnellement les leaders des «gilets jaunes» et de faire la moindre concession concernant les taxes sur les carburants. Ce qui a engendré une radicalisation progressive du mouvement.
Tandis que la revalorisation du pouvoir d'achat des classes modestes était leur principale revendication au départ, de plus en plus de manifestants demandent un référendum pouvant ouvrir la voie à la destitution du président français.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.