Zoukh, Karim Djoudi et Amar Tou devant le juge    La société civile dévoile son projet    Levée d'immunité pour Boudjema Talai    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Abdelkader El Gouri élu    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Nouveau dérapage de Naïma Salhi    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    Andy Delort : «C'est une fierté d'être là»    Sénégal: Mauvaise nouvelle pour Sadio Mané    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    LE PARTI TOURNE LA PAGE D'OUYAHIA : Vers l'effondrement du RND ?    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    Le récent mouvement populaire que notre pays connait témoigne de la vitalité du peuple algérien    Le ministère tunisien rejette les pseudo-partis politiques nouvellements créés    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Ali Ghediri écroué    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    9 affaires de drogue traitées en mai    Le fils de Ould Abbès sous mandat de dépôt    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    NAHD: Le CSA cible deux coaches    L'usine étatique d'eau minérale de Laghouat : L'APW dénonce un blocage intentionnel    Mercato d'été    Bouira: Trois morts et quatre blessés dans un accident de la route    11ème congrès international des gynécologues privés: 10 à 12% des couples présentent une infertilité    Constantine - CHU Constantine: Le DG, le chef de bureau des marchés et un fournisseur sous contrôle judiciaire    La protection de l'environnement en question    Dréan: Le marché hebdomadaire adjugé pour 1,7 milliard de cts     MC Oran: A quand le bout du tunnel ?    Volley-ball - Super division - Play down: Les prétendants de sortie    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Débrayage de deux jours dans les APC : Le marasme de 500 000 agents communaux
Publié dans El Watan le 30 - 03 - 2010

Après les praticiens de la santé, les enseignants, les agents de la SNTF, c'est au tour des travailleurs communaux de manifester leur mécontentement et leur colère quant à la dégradation de leur situation socioprofessionnelle. Selon le Conseil national du secteur des communes (CNSC), activant sous la coupe du Syndicat national autonome des personnels de l'administration publique (Snapap), et initiateur du mouvement de grève de deux jours qui débutera aujourd'hui, les travailleurs communaux – qu'ils soient éboueurs, préposés au guichet, employés dans les bureaux – vont adhérer massivement à cette action de protestation. La malvie, la précarité de l'emploi, l'érosion du pouvoir d'achat, l'instabilité au sein des administrations sont autant de facteurs qui motiveront les travailleurs des communes à prendre part au débrayage. Le CNSC a déposé, il y a huit jours, un préavis de grève auprès des départements concernés, notamment le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales et celui du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale.
Ces deux institutions n'ont, jusqu'à l'heure, ni contesté cette démarche ni invité les futurs grévistes à une table de négociations, comme le stipule la loi.
Actuellement, plus de 500 000 personnes sont employées dans les 1541 communes existant à travers le territoire national, sans oublier d'adjoindre à ce nombre important les centaines d'agents embauchés dans le cadre du pré-emploi et du filet social. Ces deux dernières catégories sont, selon le syndicat, surexploitées, puisque ces agents touchent un salaire de 3000 DA alors qu'ils bouclent leurs huit heures de travail ! Pour le CNSC, la grève demeure leur dernier recours pour la prise en charge de leurs revendications.
«Nous sommes marginalisés, nous ne sommes pas écoutés et la dégradation de nos conditions de travail ainsi que l'érosion de notre pouvoir d'achat nous poussent, non seulement à observer une grève, mais à occuper la rue», a lâché Ali Yahia, porte-parole du syndicat. Ce sentiment d'injustice est partagé par la majorité des travailleurs et des agents communaux rencontrés hier à Alger. Ces derniers ont, toutefois, refusé de décliner leur identité par crainte de représailles. «Après plus de 20 ans de service, je touche toujours un salaire qui dépasse de peu les 15 000 DA et j'ai cinq bouches à nourrir, si je vous rends compte de notre misère à visage découvert, je risque ma place», a lancé un préposé au guichet dans une administration de la capitale. Celui-ci pense que l'amélioration des prestations de services est liée étroitement à l'amélioration des conditions de travail des employés de l'administration. «Nous touchons un salaire des plus dérisoires, les pouvoirs publics ne nous ont jamais consultés ni associés à l'élaboration de notre statut dont nous ignorons carrément le contenu», ont souligné les responsables du syndicat.
Salaires dérisoires et travail précaire
Les travailleurs communaux et des corps communs ont été, de l'avis des animateurs du débrayage, exclus de toutes les augmentations salariales, des classifications catégorielles dans la nouvelle grille des salaires de la Fonction publique et ils n'ont pas été invités à faire des propositions par rapport au régime indemnitaire. «Le haut gradé au niveau de l'administration touche à peine 30 000DA. Les éboueurs sont classés dans la nouvelle grille des salaires à la catégorie 1, alors qu'ils étaient à la 10, ils perçoivent un salaire de 9000 DA. Dans notre pays, on ne revalorise ni le travail ni le diplôme des fonctionnaires», a tonné Ali Yahia. Par ailleurs, le syndicat fait part également de l'instabilité qui règne dans les APC en raison du changement de l'équipe dirigeante.
«Chaque cinq ans, nous assistons à des changements à la tête des administrations. Les nouveaux élus nomment un nouveau staff. Il y a, à notre sens, des affectations arbitraires. Résultat : il y a un personnel qui évolue et un autre qui stagne», explique Ali Yahia qui parle de dysfonctionnement au sein de nos administration dû essentiellement à la mauvaise gestion des élus.
Le syndicat, qui menace d'organiser une grève renouvelable de 3 jours à compter de la deuxième quinzaine d'avril prochain, revendique la promulgation du projet de statut particulier des communaux et le régime indemnitaire, la révision de la classification catégorielle des agents communaux, la revalorisation et l'attribution d'autres primes et indemnités pour les travailleurs communaux et les corps communs, la revalorisation et l'actualisation de la prime de rendement et le maintien de la retraite sans condition d'âge. Le syndicat demande aussi la revalorisation du point indiciaire afin de garantir un salaire de base digne en harmonie avec le coût de la vie, l'intégration des contractuels en poste et la défense des libertés syndicales et le droit de grève.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.