POUR PARLER DE LA SITUATION DU PAYS : Le SG du RND convoque les cadres de son parti    SES LEADERS CHASSES DES MANIFESTATIONS : L'opposition tente de se positionner    LOUISA HANOUNE : Le FLN et le RND accusés d'attitude ‘'vicieuse''    MASCARA : 4014 unités de vin saisies à Khalouia    CELEBRATION DE LA JOURNEE MONDIALE DE L'ARBRE : Création prochaine de 7 forêts récréatives    CHERAGA : Saisie de plus d'un million d'euro en faux billets    ELLE VEUT LE VOIR AU ‘'MUSEE DE L'HISTOIRE'' : L'Organisation des moudjahidine exige la libération du FLN    L'Angola qualifiée, pas le Burkina    Des changements attendus face à l'Algérie    Imposante marche des avocats à Alger    «Le report de la présidentielle est un cadeau empoisonné»    L'Italie rejoint les «nouvelles routes de la soie» de Pékin    Faire sa crème anticellulite maison    Rassemblement de soutien à la révolution en Algérie    L'association El Rahma au chevet des femmes    Place de la République    Eliminatoires CAN-U23 : L'EN olympique prend option    CAN-2019. Algérie 1 – Gambie 1 : Les Verts accrochés dans le temps additionnel    70 logements réalisés en 2007 dans la commune de Oued Goucine (Chlef).. Les habitants réclament leur distribution    Sidi Bel-Abbès.. Le monoxyde de carbone fait un mort    Festival du printemps destiné aux enfants à Constantine.. Ambiance festive    ANALYSE: Un projet qui prend forme    Pour vol avec violence: Trois malfaiteurs sous les verrous    Macron, l'autre cible des manifestants    Les «hommes» du ministre    Evaluée à 4,1% en février.. L'inflation se stabilise    Les propos de Trump dénoncés par Damas et à l'étranger    Un camion chute dans le lac Sarno    La sûreté de wilaya sensibilise sur les mécanismes de lutte contre l'escroquerie    Guterres appelle à s'unir contre l'islamophobie    La réunion avec les présidents de Ligues et de sections annulée    La RD Congo très déterminée à se qualifier    Un arrière-central sûr et efficace !    HBO a caché 6 trônes de fer à travers le monde    Toutânkhamon, le roi oublié    Depuis nos plus lointains ancêtres à nos jours    Les chantiers de la refondation : Pour ne plus jamais revenir à "l'avant-22 février" et que triomphe la souveraineté populaire    Les recommandations du FMI    Samsung, bientôt 12 Go de mémoire vive dans les smartphones    Après avoir mis 1 To dans l'un de ses smartphones, Samsung adécidé de s'attaquer à la mémoirevive.    Bedoui tarde à former le gouvernement    Révolution de la jeunesse : L'ANP prend parti pour les revendications de changements    Au rendez-vous pour la 5ème semaine consécutive : Les manifestants appellent à la "préservation de l'unité du pays    Covéa renonce à racheter Scor, qui riposte en justice    Facteur 4 ou neutralité carbone : Quel est l'objectif le plus ambitieux ?    Voitures électriques : Tesla baisse encore le prix de la Model 3    Immigration : La mafia nigériane impliquée dans le trafic d'êtres humains en Allemagne    Près de 100 morts dans le naufrage d'un bac à Mossoul    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kamel Messaoudi : Le chanteur qui a osé
Publié dans El Watan le 14 - 12 - 2018

Kamel Messaoudi a, en quelques années de carrière musicale, créé un nouveau style de chaâbi destiné à un nouveau public. A son époque, il n'avait pas seulement défié des conservateurs de chaâbi, mais aussi des intégristes. Il a osé, risqué mais innové et puis s'est positionné à jamais. Il était simplement un phénomène à part entière. Hommage et témoignages.
«Il vit pour chanter». C'est ainsi que Abdennour Tata, auteur compositeur qui l'a longuement côtoyé, préfère parler de Kamel Messaoudi aujourd'hui. 20 ans après. Kamel Messaoudi est décédé le 10 décembre 1998. On venait de le voir à la télévision, et quelques heures plus tard, de retour chez lui, le jeune chanteur est mort dans un accident de la route.
Comme beaucoup de chanteurs qui ont investi dans leur art, son œuvre est toujours intacte. Et elle le sera encore pour de longues années. Immortelle même. Car il a su «créer son style», dit Hacen Ahras, chanteur kabyle qui l'a beaucoup côtoyé.
Il témoigne : «A côté du chaâbi d'El Anka, d'Ezzahi et d'El Ankis, Kamel Messaoudi s'est taillé une place à part et fait une place. Il se positionnait à l'aise. C'est du néo chaâbi. Aujourd'hui, nous avons un style chaâbi de Kamel Messoudi.
Pas facile de le reproduire. D'ailleurs, Kamel Cherchal, poète et parolier du défunt, préfère que les jeunes «chanteurs d'aujourd'hui créent leur style et ne pas tenter vainement d'imiter Kamel Messaoudi». Car ce dernier était simplement un «phénomène qui ne se reproduira plus». Et Cherchal de préciser : «L'art, c'est de ramener du nouveau. Et Kamel l'a brillement fait.» Il a simplement osé dans son style.
Un style qui avait pourtant ses conservateurs qui refusaient l'idée d'introduire du nouveau ou de toucher au patrimoine. Pour Kamel Cherchal, c'était un chanteur qui «aimait les défis». C'était, se rappelle Cherchal, celui qui a introduit le bendir et la zorna dans la chaâbi ! Pas facile d'y toucher. Il n'avait peur de rien, témoigne-t-il encore.
D'ailleurs il raconte l'histoire de la chanson Nebghi Tkouni Mestoura, une chanson qui avait fait polémique au moment où les intégristes imposaient leur loi sur le port du hidjab. Kamel Cherchal se souvient : «Il n'avait pas peur de la réaction du public.
Il a osé. Il aimait contredire les idées reçues et les préjugés.» Le public a finalement compris l'âme de la chanson qui ne versait surtout pas dans l'esprit de l'intégrisme. Son défi se résume aussi au fait de réussir à s'imposer au moment où le raï faisait fureur. C'était une voix qui parlait aux jeunes.
Kamel Messaoudi est simplement venu au bon moment. Au moment où ces jeunes cherchaient un refuge dans la musique et des paroles appropriées. Une noblesse. Ils se retrouvaient dans ses textes. Des paroles qui reflétaient leurs angoisses, peurs, désespoirs et inquiétude d'un avenir incertain.
Jeunes
Il comprenait le problème de ces jeunes. Une jeunesse meurtrie par les fléaux sociaux et surtout par le terrorisme. Un réconfort pour eux. Pour ceux qui le connaissaient, on disait de lui qu'il était «timide», mais, nuance, il était «percutant» et «tranchant» où moment où il fallait. Kamel Cherchal : «Il était très méticuleux et astucieux dans ses démarches artistiques.»
Avec ses compétences musicales et sa présence particulière sur scène, il a créé un nouveau public de chaâbi, dit encore le poète. Il est décédé à l'âge de 37 ans. Il est parti trô tôt. Lui qui avait des projets d'avenir dans son chant, des ambitions artistiques.
Avec Hacen Ahras, ils avaient rendez-vous au studio d'enregistrement pour sortir un album exclusivement en kabyle. Car il visait aussi le public kabyle. Hassen Ahras raconte «l'histoire d'amour» de Kamel avec son public kabyle. Le public qui avait déjà adopté à bras ouverts Dahmane El Harrachi était fan de Kamel Messoudi.
Durant les années de terrorisme, témoigne Hacen Ahres, Kamel se produisait à El Mougar, à El Harrach et un peu partout à Alger, mais il faut dire que les salles n'étaient pas combles. Il avait peur. «Mais Kamel Messouadi était surpris par les salles archi-combles lors de ses concerts à Tizi Ouzou.
Il a fini par être convaincu qu'il fallait s'adresser à eux en kabyle, une sorte d'hommage qu'il voulait leur rendre.» Le projet est lancé et Hacen Ahras écrit 7 chansons en kabyle pour le chanteur. Elles étaient toutes de Kamel, comme Chem3a ou autres avec les mélodies déjà chantées en arabe. Mais le destin a voulu que le chanteur décède 20 jours plus tôt.
Mais il est parti en star. Hacen Ahras dira : «Il a su faire la différence avec les autres avec ses techniques de voix et sa touche particulière.» Une touche qui s'est imposée même après sa mort. Car il y a bien des jeunes aujourd'hui, nés après sa mort, qui écoutent et admirent le chanteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.