Annoncée par Bensalah pour demain.. La conférence de concertation aura-t-elle lieu ?    Commémoration du printemps berbère et du printemps noir.. Imposante marche contre l'oubli et le déni à Bouira    Rassemblement des militants et cadres du RND pour exiger son départ.. Ouyahia charge Chihab    Elles sont de l'ordre de 17 %.. Les recettes douanières en hausse    Ouyahia et Loukal convoqués par le tribunal de Sidi Mhamed d'Alger    ETRHB Haddad à Tizi Ouzou.. Incertitude et angoisse des travailleurs    FAC.. L'AG élective fixée au 27 avril    Championnats d'Afrique U18 et U20 d'athlétisme.. Médaille d'or pour l'Algérien Ameur    Championnat de France de natation.. Médaille de bronze pour Sahnoune sur le 100m    Annaba.. 26 kg de drogue saisis    Lutte contre la criminalité.. Interpellations à Tlemcen, Tébessa, et Aïn defla    Célébration du mois du patrimoine à Tizi-Ouzou.. Pour la sauvegarde du patrimoine amazigh    Le président américain motive le maréchal Haftar.. Washington soutient la guerre en Libye    TLEMCEN : Du chocolat fourré aux psychotropes !    France.. Les protestations continuent    PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE : Le DG des douanes, Farouk Bahamid limogé !    TLEMCEN : Plus de 400 kg de kif saisis en 90 jours !    PROCHAINE SAISON ESTIVALE A ORAN : Trois nouvelles plages autorisées à la baignade    AEROPORT DE TUNIS : Saisie de plus de 100.000 euros sur un Algérien    Près de 223 000 cas suspects de choléra signalés en 2019    Damas mise sur le tourisme après la restauration de ses sites historiques    Laskri appelle les militants à resserrer les rangs    Les travailleurs décrètent 3 jours de grève dès le 28 avril    Début du référendum sur une révision constitutionnelle    «Je ne laisserai personne détruire ce que nous construisons»    Mois du patrimoine    Des atouts non exploités !    Le parcours scientifique du penseur Abdelkrim Bekri mis en exergue    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    Sous le signe de «dégage !»    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    En bref…    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Oum El Bouaghi : 5 morts dans un accident de la route    El Braya: Un homme mortellement poignardé    Mascara: Plus de 30 dealers arrêtés    Football - Ligue 2: Une journée explosive    Affaire NCM-MCS: Le président Bennacer accuse Medouar de vengeance    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Nabni: Pour un système électoral anti-fraude en six mois    Tizi Ouzou: Des maires marchent pour refuser l'encadrement de la présidentielle    Les marches se poursuivent: Les Algériens exigent des comptes    La date sera fixée dimanche    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le programme des énergies renouvelables a pris du retard»
Publié dans El Watan le 02 - 03 - 2014

-L'Algérie a adopté en 2011 un programme de développement des énergies renouvelables, mais peu de choses ont été concrétisées sur le terrain. Quelles en sont les raisons ?
Je dois rappeler d'abord qu'en marge de la Conférence africaine sur l'économie verte, un débat a été organisé pour discuter des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique en Afrique, mais aussi en Algérie. Nous avons constaté que tout le monde reconnaît que le continent dispose de potentialités énormes en la matière. Pour le solaire, le potentiel le plus important se situe en Afrique du Nord, notamment en Algérie où il y a plus de 3000 heures d'ensoleillement par an avec un taux d'irradiation très important. Nous avons aussi un gisement éolien considérable, en plus de l'hydraulique et de la biomasse. Notre pays dispose d'un programme de développement des énergies renouvelables très ambitieux, adopté en 2011, visant à produire 21 000 mégawatts (MW) en énergies renouvelables, dont 7200 MW en solaire, 2800 MW en photovoltaïque et 2000 MW en éolien.
A ce jour, il n'y a pas eu de déploiement important de ce programme. Mais un choix technologique a été clairement défini : la mise en place de stations-pilotes dont trois projets ont vu le jour, à savoir la centrale hybride (gaz-solaire) de Hassi R'mel, la station photovoltaïque de Ghardaïa qui sera mise en service prochainement et la ferme éolienne installée à Adrar, d'une capacité de 10 MW. Des initiatives ont été également lancées en matière d'efficacité énergétique comme la subvention du programme chauffe-eau solaire, ou encore le programme de génie rural lancé par le ministère de l'Agriculture pour l'éclairage des villages isolés et le pompage des eaux souterraines. Nous croyons savoir, par ailleurs, qu'il est prévu l'installation de 20 centrales photovoltaïques d'ici août 2014 au Sud et dans les Hauts-Plateaux pour la production de 233 MW. Si l'on commence réellement à concrétiser ce projet, nous serons alors en phase de déploiement effectif du programme de 2011.
-Qu'est-ce qui empêche le déploiement effectif des grands projets d'énergies renouvelables ?
Pour lancer un programme d'énergies renouvelables, il faut d'abord une volonté politique. Celle-ci existe à travers le programme adopté. Il se trouve aujourd'hui que la mise en œuvre de ce programme accuse un retard. Nous attendons avec impatience le projet d'incitation appelé «feed-in tariff» ou «tarifs de rachat». Il est important dans la mesure où son lancement générera des investissements de la part du secteur privé. Ce projet permettra aux entreprises privées de s'impliquer, de se lancer dans la production d'électricité à partir des énergies renouvelables et de l'injecter dans le réseau électrique national. Mais il faut une réglementation qui fixe les normes, les conditions et les tarifs. Un décret a certes été promulgué, mais les textes d'application n'ont pas suivi.
-N'y a-t-il pas, selon vous, une contradiction entre la volonté de développer les énergies renouvelables et l'intention des pouvoirs publics d'aller vers l'exploitation des gaz de schiste, nuisibles pour l'environnement ?
Je crois qu'actuellement, nous n'en sommes qu'au stade de l'exploration afin de voir si la technologie d'extraction par fracturation peut s'adapter à notre situation. Il faut lancer des études en ce sens et voir quel serait l'impact sur l'environnement et sur nos ressources en eau. Mais il est clair que la priorité doit être accordée à l'exploitation des richesses en matière d'énergies renouvelables, notamment le solaire et l'éolien, des ressources inépuisables qui n'ont pas d'impact sur l'environnement, la santé et les écosystèmes en général.
-L'exploitation des énergies renouvelables exige des connaissances spécifiques. Qu'en est-il des compétences disponibles aujourd'hui ?
Il y a eu récemment une prise de conscience dans les instituts et universités où des formations sont maintenant dispensées dans le système LMD. Des formations doctorales existent aujourd'hui à l'USTHB, par exemple. Certains centres de formation professionnelle ont introduit cette spécialité pour des diplômes de technicien en énergies renouvelables. Si nous voulons installer 20 centrales photovoltaïques d'ici l'été prochain, il faut bien qu'il y ait un personnel qualifié pour les faire fonctionner et les maintenir en marche. C'est un domaine qui demande de la technicité, de l'expertise, de l'investissement dans la formation. Le renforcement des capacités devient une nécessité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.