Le prix du masque ne "doit pas dépasser 15 dinars"    Débats sur fond de crise politico-sanitaire    Les "barques de la mort" reprennent du service    Axe central de la stratégiede déconfinement en Algérie ?    8 nouveaux décés, les contaminations en hausse    3 candidats pour le poste de SG du FLN    Le journaliste Sofiane Merakchi quitte la prison    Le Maroc construit une base militaire à 1 kilomètre de la frontière avec l'Algérie    Covid19: commercialisation de masques à un prix ne dépassant pas 30 DA    PLFC 2020: mobiliser tous les moyens pour couvrir les dépenses supplémentaires    Le Général-major Said Chanegriha présidera mercredi un colloque sur le Covid-19    L'UA attachée au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Afrique-Covid19: l'ONU appelle au respect des pratiques démocratiques    Foot/Enregistrement sonore: la Fifa n'aura pas à s'impliquer directement    TRIBUNAL DE BOUMERDES : Le procès d'Abdelghani Hamel reporté au 2 juin    ASL AIRLINES FRANCE : Programmation de 5 vols vers Paris à partir d'Alger    DURANT LES DEUX JOURS DE L'AID EL FITR : Rezig confirme : ‘'la permanence respectée à 99,44%''    APOCE : Le prix du masque ne doit pas dépasser 15 DA    BOUMERDES : Distribution de 100 000 masques médicaux    Le Parlement de Navarre appelle à la libération immédiate des prisonniers politiques sahraouis    AIN TEMOUCHENT : 301 contraventions pour non-respect du confinement    Le ministre des Finances présente le PLFC 2020 devant l'APN    Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    Covid19: 194 nouveaux cas, 171 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Une reprise graduelle et prudente    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La représentation de Benflis table sur moins de 25%
Publié dans El Watan le 17 - 04 - 2014


Paris
De notre correspondante
Saïd Naïli et Mekacher Boualem Seif Eddine, respectivement directeurs de campagne en France des candidats Ali Benflis et Ali Fawzi Rebaïne (Ahd 54), ne sont pas pour autant surpris par cette affluence si basse. Avant de faire référence aux raisons qui leur semblent multiples, ils observent que la participation en France n'a jamais été très élevée, hormis en 1995 en faveur de l'ancien président Zéroual.
Outre les moyens logistiques inégaux des candidats, les deux responsables relèvent que les ressortissants algériens de France ne sont sollicités que lorsqu'il y a une échéance électorale, ce qui ne les incite pas vraiment à aller voter. Soit qu'«on ne se souvient de leur existence que pour solliciter leurs voix alors qu'ils ont besoin d'interlocuteurs de proximité pour leurs problèmes quotidiens», souligne Saïd Naïli. «On n'a pas vu les députés FLN pendant deux ans et voilà qu'à la faveur de la présidentielle, ils réapparaissent pour demander les voix de ceux qu'ils sont censés les représenter et porter leurs doléances auprès des instances nationales», enchaîne Mekacher Boualem.
Saïd Naïli estime également que la désaffection des électeurs serait aussi imputable au fait que la majorité d'entre eux ne croient pas en la régularité du vote. Par ailleurs, «la réglementation électorale nationale est conçue pour un scrutin d'une journée et s'avère inadaptée pour un vote qui dure six jours. Pour que les observateurs puissent jouer leur rôle à l'aise, il serait judicieux de limiter le scrutin à l'étranger à deux ou trois jours», souligne Saïd Naïli. Concernant le respect de la loi, la régularité et la transparence du vote, le représentant de Ali Benflis note que «du fait que 80% des consulats n'ont pas accepté nos propositions, on ne peut pas dire qu'il y a transparence, nous n'avons jusqu'ici pas relevé de fraude, par contre des dépassements ont été signalés ici et là par nos observateurs».
«Nous n'avons pas le contrôle de la nuit»
Et de signaler un cas à Trappes, où une urne a été déplacée sans scellés ; la Commission de surveillance de l'élection a été saisie de ce cas. Autre exemple : dans la circonscription de Grenoble, les présidents de bureau de vote refusent de donner aux représentants de Ali Benflis le décompte journalier des votants. A Strasbourg, les six jours réglementaires n'ont pas été respectés, au bout de trois jours, le vote a été arrêté, relève Saïd Naïli. Et d'affirmer qu'à Lille, «le consul général a décidé que les urnes ne seraient pas comptabilisées dans les bureaux de vote mais au siège du consulat, nos observateurs sont bénévoles et n'ont pas les moyens de suivre les urnes là où l'administration a décidé de les déplacer, nous avons demandé que les urnes soient comptabilisées dans les bureaux de vote, sans résultat».
D'autres dépassements ont été relevés. La représentation de Ali Benflis a proposé que les urnes soient scellées par les représentants des candidats et que le comptage des votants soit effectué chaque jour. «Mettre nos propres scellés sur les urnes et comptabiliser les signatures et les empreintes des électeurs nous aurait permis de comptabiliser le nombre de votants au jour le jour», précise Saïd Naïli. «Malgré nos difficultés et nos moyens limités, nous avons réussi à avoir des observateurs dans 90% des bureaux de vote», signale Saïd Naïli, «mais nous n'avons pas le contrôle de la nuit», ajoute-t-il.
«Nous attendons sereinement le dépouillement»
«Nous attendons sereinement le dépouillement, nous sommes optimistes malgré la faible participation qui, de notre point de vue n'atteindra pas 25%», souligne Mohamed Goudjil, membre du staff de Ali Benflis en France. Lui aussi a relevé que les consuls ont été instruits de ne pas communiquer les résultats de la participation au quotidien : «Nous nous fondons sur notre propre comptabilité.» Et de noter qu'une tendance en faveur de Benflis se dessine. Qu'est ce qui lui fait dire cela ? «L'examen du contenu des poubelles après le passage des électeurs et les discussions avec les gens.» «Nous donnerons les résultats en temps et en heure dès que nos observateurs présents dans les bureaux de vote nous les communiqueront.» Et de conclure qu'avec cette présidentielle, «une dynamique a été enclenchée» et qu'«elle se poursuivra pacifiquement après le 17 avril».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.