Le FLN part en favori    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Bouchareb ne va pas durer longtemps    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    La revanche des riches    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Défaitisme    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Parution. Traduire un silence d'Iris Chibout Errance intérieure
Publié dans El Watan le 19 - 01 - 2010

Yazid Chibout, en élève appliqué, laisse libre cours à son fertile talent et taille sur mesure une œuvre aux allures d'une rêverie ou d'un hommage vibrant à la parole libérée.
Il est des audaces esthétiques qui déroutent et enchantent à la fois. Traduire un silence, premier roman d'Iris, nom de plume de Mohand-Lyazid Chibout, à paraître bientôt en France et en Algérie aux éditions Sefraber, emprunte les chemins d'une errance intérieure. En toile de fond, une histoire poignante d'un amour impossible. Kahina et Yuba étrennent une marche au pas de loup vers un bonheur inavoué. Les chemins y sont sablonneux. Sauf que le jeu en vaut la chandelle. Le flot de paroles intérieures succède aux lambeaux de pensées en suspens. L'interdit des gestes trouve sa grâce dans la permissivité de la parole.
En observateur attentif, Yazid Chibout se glisse dans les pensées de ses personnages et signe un texte introspectif et profondément psychologique, saisissant les détails insignifiants qui accordent leur valeur aux choses. « C'est une vie éphémère dans une existence terne, un amour platonique et d'une sensibilité sans nom qui a le mérite d'intriguer et on se surprend à chercher le fin mot de l'histoire », résume-t-il doctement. Son écriture ? L'auteur conjugue son style au rythme haletant d'un lyrisme enfiévré. Une parole, un geste, des scènes anodines deviennent, sous la plume du jeune auteur, des instants profonds et atemporels, longs déploiements de leur vie, de leurs angoisses, de leur destin.
Des 286 pages du roman, la nostalgie exsude aussi comme des perles de rosée à travers les rues sombres et moroses d'Alger et les paysages panoramiques de sa Kabylie natale. Des instantanés de « refuge » et de « repos ». Dans ce roman foisonnant, Yazid Chibout nous fait part, à travers ses personnages, des possibilités de surmonter le silence. Chacun d'entre eux, dans son contexte particulier, cherche un sens à sa vie et au monde. Si différents les uns des autres, les personnages sont tous attachants, les caractères décrits avec précision et finesse, les ressorts psychologiques et psychiques analysés en profondeur. Yazid Chibout, en élève appliqué, laisse libre cours à son fertile talent, et taille sur mesure une œuvre aux allures d'une rêverie ou d'un hommage vibrant à la parole libérée. Tendre et presque parabolique par instants, Traduire un silence captive et intrigue. Ce n'est pas un roman facile, il faut le lire d'une traite pour ne pas perdre le fil.
D'où, d'ailleurs, le recours à une voix intérieure, celle d'un « je » personnalisé, afin de pouvoir entraîner « le lecteur sur une pente raide, plaisante, captivante et obnubilée à la fois ». Après quelques années vouées au journalisme et à l'enseignement de la langue de Molière, Yazid Chibout s'est trouvé contraint de quitter son pays dans l'espoir de publier ses textes. En France, il a décroché un master de lettres modernes à la Sorbonne. L'enfant de Chemini, un bourg fier dans la région de Béjaïa, n'est qu'à ses débuts. Des surprises ? Affirmatif ! Deux autres romans, tissés et cardés du même verbe scrutateur : Amoureux-nés, signé avec les éditions Edilivre, est en phase de finalisation et La Finitude est en chantier. Que de belles promesses de la vie !
Traduire un silence, Iris Chibout, Sefraber éditions, 286 pages


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.