Manchester City: Guardiola chipe un record à Mourinho    32e anniversaire de la disparition Dda Lmulud : l'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Qualifications CAN: dates et lieux des matchs Algérie - Zambie et Algérie - Botswana fixés    Une obligation, pas un choix    Cour de justice, délits de la contrebande et moyens de lutte en débat    Il y a 50 ans, les nationalisations des hydrocarbures    Les 12 commandements de la phase transitoire    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Pékin et New Delhi discutent d'une nouvelle désescalade sur leur frontière    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    Un vendredi sans heurts    La Saoura passe en tête, l'USMA et le NAHD se rebiffent !    Le Chabab à Dar Es-Salam depuis jeudi    «Les joueurs doivent imposer leur football»    Nice - Gouiri : "Le plus important, c'est le collectif"    Alerte au variant britannique    Plusieurs forêts décimées en février    Goudjil, l'APN, le 24 Février et la Grande Mosquée d'Alger    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Rebondissement dans le limogeage de l'ex-directeur de la radio locale    «Les femmes sont présentes dans les combats mais pas dans les acquis»    Le hirakiste Karim Ilyès relâché    Neuf militaires tués au Mali    Défaillance de 12 entreprises versées dans le domaine de la pêche    UN DRAME ET DES ZONES D'OMBRE    Les résidents attendent leurs actes de propriété depuis 38 ans    Les litiges fonciers en débat    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Focus sur l'insertion professionnelle des jeunes handicapés    AG élective de la FAA : Boukais révèle les irrégularités    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Keddara : Création d'un marché de l'artisanat    MOB : Bouchebah tacle la FAF et accuse    Coopération algéro-française : Appel à projets du programme Profas C+    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Un gâchis irrécupérable ?    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Reconnaîtra-t-on un jour le «maghribi» ?
Publié dans El Watan le 28 - 03 - 2016

Son auteur, Abdou Elimam, s'en tient aux mêmes conclusions dans cette réédition. «Ce livre est une troisième réédition d'un ouvrage connu il y a une vingtaine d'années. En le relisant, je ne changerais pas une virgule, parce qu'on est loin du compte dans ces questions», signale l'auteur, accompagné, hier, à sa vente-dédicace à la librairie El Ijtihad de son sémillant éditeur, Amar Ingrachen. L'ambition du linguiste est de «retrouver les traces de la langue parlée il y a entre 2000 à 3000 ans sur ce continent, et de découvrir que la langue qui se parlait il y a quelques dizaines de siècles, à quelques variantes près, celle que nous continuons à parler aujourd'hui, est la deridja (le maghribi)».
S'appuyant sur un corpus punique, Elimam défend la parenté linguistique entre cette langue sémitique et la langue locale, le maghribi : 60% de substrat, avec des variations et parfois des changements de sens. Interrogeant les fondements anthropologiques et historiques des parlers locaux au Maghreb, l'auteur signale que la langue punique, utilisée par des Aguellid numides, cohabitait avec le libyque (berbère). L'auteur estime que la langue arabe classique n'est apparue qu'entre les XIIe et Xe siècles, et a été «normée» tardivement pour permettre la compréhension du Coran, texte qui lui est antérieur. Elimam s'en prend à ceux qui méprisent leur «identité linguistique» et la minorent au profit d'une langue arabe désincarnée.
«Ces langues maternelles ont traversé le temps, les colonisations, les idéologies linguistiques diverses. Elles sont toujours vivaces parce que les langues ne se parlent pas toutes seules. Les langues, la science et le savoir sont portés par des humains qui les diffusent. Quelqu'un qui ignore sa langue s'ignore lui-même», soutient-il, en expliquant son choix du mot «maghribi» par l'appellation donnée par des locuteurs et spécialistes reconnus au parler des Nord-Africains.
L'auteur estime qu'il y a des malentendus qu'il faut lever et surtout un effort de travail et d'interrogation concernant la langue arable classique et son usage. «La norme arabe a été élaborée après le Coran. Cette norme va essayer de se développer surtout pour les besoins de la lecture du Coran. Par contre, les langues maternelles, y compris dans la péninsule arabique, ont continué à fonctionner à tel point que jusqu'à aujourd'hui, nulle part au monde il n'y a de locuteurs natifs de la langue arabe classique ou de l'arabe coranique», précise-t-il.
S'agissant de l'acquisition de la langue, Elimam s'appuie sur les recherches modernes en neurosciences et défend ardemment l'usage des langues maternelles (deridja et amazigh) à l'école : «Tous les humains sont dotés d'un appareil biologique et génétique logé dans le cerveau, qui permet d'accéder au langage.
C'est l'environnement social qui fait qu'on passe à telle langue ou telle autre (…). L'enfant qui vient est prédisposé en matière de langage. En clair, si on veut arabiser, la meilleure façon est de commencer par la langue maternelle durant les quatre à cinq premières années, ensuite, on peut introduire la langue de son choix.» Se félicitant de l'officialisation de tamazight, le linguiste estime que l'Algérien aura tout à gagner en reconnaissant cette autre part d'identité : le «maghribi».
«On a déjà ouvert une brèche avec tamazight, j'espère qu'on ira plus loin, parce que le jour où on s'assumera avec nos langues maternelles, on sera à 100% indépendants», conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.