GAID SALAH AFFIRME : ‘'Des solutions existent pour sortir de la crise''    RND : Seddik Chihab dément la démission de Ouyahia    LES BUREAUX DESERTES DEPUIS LUNDI : Grève dans les inspections des impôts à Oran    ORAN : 3 voleurs de bétail arrêtés et 128 têtes récupérées    Les étudiants et les médecins marchent en force dans plusieurs villes d'Algérie    Aucun Algérien n'est dupe : halte aux manœuvres de diversion !    Alors qu'ils marchent aujourd'hui à Alger et dans d'autres wilayas du pays : Les étudiants toujours mobilisés pour maintenir la pression    NAHD : place à la Coupe d'Algérie    Quel avenir pour le basket-ball algérien ?    La maternité dans les périodes assimilées à des périodes d'activité    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    Bonne opération pour l'ASO Chlef à Béjaïa    27 milliards de centimes d'aide aux nécessiteux pour le mois de Ramadan    L'avancée du béton, un phénomène qui prend de l'ampleur à Jijel    ACTUCULT    Ouverture d'une exposition du livre sur la femme algérienne    Lucky Luke et les Dalton, 5 contre le 5e mandat    Les travailleurs de la formation professionnelle manifestent à Tizi Ouzou : «Pour la souveraineté du peuple»    Il ne répond à la demande populaire concernant le départ du système : Bouteflika tient toujours à sa conférence    Augmentation des réserves obligatoires des banques : Le spectre de l'inflation    Le DG de l'EPTV, Tewfik Khelladi, défend une «ouverture douce» : Protestation des journalistes de la Télévision publique    Du butin au report du scrutin, pour quel destin ?    Incidents à Aïn-M'lila et Béjaïa: Revoilà la bête immonde !    Il affirme ne pas avoir été mandaté: Le hors-jeu de Lakhdar Brahimi    Equipe nationale: Belmadi fidèle à ses promesses    Un jeune retrouvé pendu    Bouira: Les dispositifs anti-feux de forêts à améliorer    «The wall», chanté par les Algériens    Une AG extraordinaire prochainement pour baliser le terrain à l'Hyproc    Ecrire l'histoire d'une fin de saison pas souvent très sportive    Ouverture du Four Points By Sheraton Sétif en Algérie    Plus de 1.400 dossiers d'investissement en attente d'agrément    Arrestation de Belhassen Trabelsi en France, la Tunisie demande son extradition    Des enquêteurs de l'ONU appellent à des arrestations pour crimes de guerre à Gaza    Les conservateurs de tomate se concertent    Treizième trophée pour l'équipe de Ouargla    «Les Aurès dans l'histoire» Ouverture de la 7e édition    Les syndicats autonomes rejettent l'offre de Bedoui    POMME DE TERRE : Prévision de déstockage de près de 990 000 quintaux    L'impératif de nouvelles réformes    CACHEMIRE INDIEN : Le Pakistan pourrait appliquer la "théorie du fou"    Atelier LOPIS: Encourager le développement local pour prévenir la radicalisation    Syrie : "Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad"    Des milliers d'opposants rassemblés devant la présidence    Abderrahmane Mebtoul s'exprime au micro de Souhila Hachemi de la Radio Chaine 3 : " Manifestations populaires et perspectives "    Mostaganem: Mise en exergue de l'importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Illizi : Signature d'un contrat pour le développement du champ gazier d'Ain Tsila    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara occidental Le Parlement européen viole le droit international
Publié dans Le Maghreb le 22 - 01 - 2019

Le Parti communiste français (PCF) a affirmé que le vote par le Parlement européen sur l'extension de l'accord de tarifs douaniers préférentiels aux territoires du Sahara occidental sous occupation marocaine est une violation du droit international.

"En violation d'une décision de la Cour européenne de justice de 2016, le Parlement européen vient de voter l'extension de l'accord de tarifs douaniers préférentiels aux territoires du Sahara Occidental sous occupation marocaine", a rappelé le PCF dans un communiqué qui condamne cette décision.
"Cette modification de l'accord entre l'UE et le Maroc ne peut s'appliquer car le Sahara occidental est en droit séparé et distinct du Maroc", a-t-il soutenu, notant que pour contourner cette obligation, la Commission européenne a ignoré l'opposition du Front Polisario, seul représentant du peuple sahraoui, et le rejet des associations de la société civile.
Le PCF a considéré cette décision du Parlement européen de "coup de force" contre la Charte des Nations unies, le droit international et notamment le droit à l'autodétermination des peuples, soulignant que ces modifications au protocole "entérinent l'occupation marocaine et encouragent le pillage des ressources agricoles et de pêche des Sahraouis".
Pour ce parti français, ces modifications "mettent en danger les négociations engagées depuis décembre 2018 sous l'égide de l'ONU confortant l'intransigeance de Rabat".
Il demande que la Cour européenne de justice émette un nouvel avis, exprimant sa "solidarité" avec le peuple sahraoui et le Front Polisario "dans leur lutte pour le droit à l'autodétermination".
Le PCF, a-t-il dit, "continuera à soutenir leurs exigences de combat justice, de liberté et de paix". Le vote de PE est intervenu après un long processus de négociations entre l'UE et les autorités marocaines visant à contourner l'arrêt de la CJUE, en passant notamment outre l'impératif du consentement du peuple du Sahara occidental, tel qu'exigé dans l'arrêt de la même cour, rappelle-t-on.
Une source diplomatique algérienne à Bruxelles a estimé dans une déclaration à l'APS que cette "véritable forfaiture commise ce jour au Parlement européen transgresse de manière outrancière et crasse les arrêts de la CJUE qui a statué sur le caractère +distinct+ et +séparé+ du territoire du Sahara occidental".
Le Front Polisario a condamné fermement, par la voix de son ministre représentant pour l'Europe, Mohamed Sidati, une "décision illégale" et à "courte vue" du Parlement européen, soulignant que "cet acte porte un coup non seulement aux défenseurs des droits humains et au droit international, mais aussi au processus de paix conduit par l'ONU que l'UE prétend elle-même défendre".

Le Polisario condamne et appelle au soutien du processus de paix de l'ONU
Le Front Polisario a condamné mercredi fermement la décision "illégale" et à "courte vue" du Parlement européen qui vise à étendre l'accord commercial UE-Maroc au territoire occupé du Sahara occidental, appelant au soutien du processus de paix conduit par l'Onu pour le règlement du conflit au Sahara occidental. "Le vote d'aujourd'hui (mercredi) a été pris dans un climat dépourvu de sérieux et de transparence", a souligné le ministre représentant pour l'Europe du Front Polisario, Mohamed Sidati, dans un communiqué, dont une copie parvenue à l'APS, suite au vote du Parlement européen approuvant l'accord de libre-échange entre l'UE et le Maroc étendu au Sahara occidental. "Cet acte porte un coup non seulement aux défenseurs des droits humains et au droit international, mais aussi au processus de paix conduit par l'ONU que l'Union européenne prétend elle-même défendre", a dénoncé le ministre sahraoui.
"Nous pressons les Etats membres de l'UE de reconsidérer le vote non obligatoire d'aujourd'hui et de changer de cap immédiatement", a-t-il insisté.
Le responsable sahraoui a souligné, dans ce contexte, qu'après 40 longues années, un "processus de paix crédible conduit par l'ONU est en voie de réalisation", ajoutant que "grâce à la gestion active de l'Envoyé personnel du Secrétaire général de l'ONU et au leadership des Etats-Unis, il existe enfin une possibilité réelle de s'atteler à la tâche difficile de forger une paix soutenable".
Mais, la décision prise aujourd'hui par le Parlement européen vient saper, a-t-il déploré, "ces progrès et préjuge de l'issue des négociations de paix". "Il est absurde que l'UE nous demande régulièrement d'éviter des pas qui pourraient saper le processus de paix ou préjuger de son issue et qu'elle adopte elle-même, volontairement, une démarche aussi déstabilisante en allant contre les jugements de sa propre Cour de justice", a encore dénoncé la diplomate sahraoui, invitant l'UE à développer "une politique cohérente qui soutienne la paix dans notre région".
M. Sidati a, également, appelé l'UE "à différer la mise en œuvre de cet accord commercial et, à la place, proposer un plan qui fasse du commerce un encouragement à un accord de paix négocié". En attendant, le Front Polisario, agissant au nom du peuple du Sahara occidental, envisage, selon M. Sidati, de suivra "toutes voies légales pour renverser la décision d'aujourd'hui", précisant qu'"un défi juridique immédiat contre cet accord" sera engagé par le Front.
"Nous avons une très grande confiance, soutenue par nos conseillers, dans le fait que la décision européenne ne survivra pas à un examen juridique", a-t-il fait savoir, avant de souligner que le Front Polisario "n'hésitera pas à faire respecter le droit international et les droits du peuple sahraoui" et que "l'UE doit maintenant réfléchir à son attitude" à l'égard de cette question. "La paix exige de chacun de jouer un rôle constructif. L'ONU exerce ses responsabilités, le Conseil de Sécurité a émis une position claire, de même que les Etats-Unis et l'Union africaine. Comme partie prenante du processus de paix, le Front Polisario donne une chance réelle aux négociations.
Malheureusement, l'Union européenne exerce par cette décision une influence négative vis-à-vis de l'effort collectif international, et renforce un statu quo inacceptable", a rappelé M. Sidati.
"Nous demandons que l'Union européenne revoie sa position, et utilise le commerce comme un encouragement à la paix", a conclu le responsable sahraoui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.