Belaid: toute manipulation des voix des citoyens est une manipulation du devenir du pays    Hadj: les inscriptions pour le tirage au sort débuteront mercredi 11 décembre    APN: examen des amendements proposés au projet de loi relatif au Conseil national de la Recherche scientifique    Vote de la communauté nationale à l'étranger: taux de participation "acceptable"    OPEP: l'application des baisses supplémentaires sans incidence sur les ressources de l'Algérie    OGC Nice : grosse blessure et opération pour Youcef Atal    Présidentielle: clôture de la campagne électorale des candidats dimanche à minuit    AFFAIRE BAIRI : 10 ans de prison requis contre l'ancien wali, Nouria Zerhouni    Poursuite du procès d'anciens responsables et hommes d'affaires impliqués dans des affaires de corruption    Ligue des champions (Groupe D). ES Tunis 1 – JS Kabylie 0 : Victoire difficile pour le tenant du titre    EN VISITE AU COMMANDEMENT DES FORCES TERRESTRES : Gaid Salah valorise la relation entre peuple et son Armée    POUR LA DEUXIEME FOIS : Des Mostaganémois marchent pour la présidentielle    3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran    EN RAISON DES TRAVAUX LANCES DANS LA STATION D'EPURATION : Mostaganem sans eau potable depuis des jours    SIDI BEL ABBES : Louable stratégie adoptée aux handicapés par la CNAS    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Barça : Messi dépasse Ronaldo    Archaïsme et mauvaise gouvernance    Les opérateurs affichent leur inquiétude    Nouvelle domiciliation au stade de Ras El-Oued    La rue divisée à Constantine    Le Congrès américain désavoue Trump    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Human Rights Watch dénonce    «Aux entreprises de s'adapter !»    Gâteau au yaourt, sirop au citron    Crème au concombre    Un nouvel essai en ligne d'Ahmed Cheniki    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Mise en exploitation de la bibliothèque de lecture publique dans la commune d'El Mahmal    L'hagiographie dans la poésie melhoun, une ethnographie des grands saints de l'islam    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Sérieux test pour les Pacistes    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Financement du 5ème mandat: Ali Haddad enfonce Saïd Bouteflika    Skikda: 19 harraga secourus    Débat télévisé: Dans les coulisses du «face-à-face»    Football - Ligue 1: Le CRB creuse l'écart, des bleus pour le NAHD    Syrie : Erdogan annonce un nouveau sommet Turquie-France-Allemagne-Grande-Bretagne en février    En réplique à la taxation des GAFA : "L'attaque de Trump est en dessous de la ceinture"    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    LPA: Les communes d'Alger procéderont à la convocation des souscripteurs fin décembre    France : Plus de 800 000 manifestants contre la réforme des retraites selon l'Intérieur    Cinéma : Trois films algériens primés au festival d'Al Qods    Théâtre : La pièce "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tipasa : Des manifestants déterminés continuent à vendredire
Publié dans El Watan le 03 - 05 - 2019

Les manifestants de Tipasa étaient nombreux en ce 11ème vendredi, avec moins de femmes que par le passé. Un vendredi qui coincide avec la célébration de la journée internationale de la liberté d'expression et de la presse. Les femmes et les jeunes filles ont préféré rejoindre la capitale pour s'exprimer aux côtés de leurs compatriotes.
L'évènement populaire cette fois-ci a été marqué par des créations, tant dans le décor que dans la chorégraphie. Les citoyens ont fait venir deux cavaliers qui devançaient la procession pour les accompagner. Au milieu de la foule, deux mégaphones sont utilisés par des jeunes pour scandaient en amplifiant leurs voix et les slogans hostiles au système. Les citoyens affichaient leur détermination tout le long du parcours. Ils étaient solidement encadrés par les policiers en tenue civile et en tenue professionnelle.
Les manifestants insistent sur le départ de Bensalah, de Bedoui et son gouvernement. « Non, non à l'injustice du pouvoir », « gâa, gâa, trouhou, ya el issaba », « tasskoute el issaba » ; « essahafa rahi hadhra », « djazair hourra wa démocratiya », « saymine, saymine manach rayhine, manach talguine », « silmiya, silmiya, viva l'Algérie », sont les quelques refrains répétés par les manifestants, qui rejettent aussi le scrutin du 04 juillet 2019. Des slogans sont écrits sur les grandes banderoles hissées par les manifestants.
Les portraits de Said Bouteflika, de Bensalah et Bedoui sont affichés sur des pancartes, exprimant le rejet de ces responsables à l'origine de la faillite du pays. Les citoyens rappellent le non respect de la constitution par ces responsables à la tête des institutions de l'Etat. « La décision finale reviendra au peuple », crient-ils. « Mais pourquoi Said Bouteflika qui a utilisé frauduleusement les cachets de la Présidence de la République n'a pas été inquiété ni par la justice ni par Gaid Salah, s'interroge un manifestant venu à notre rencontre, pouvez-vous rapporter mes propos dans votre journal », nous demande-t-il. Les manifestants insistent sur l'application des articles 07 et 08 de la Constitution. En ce 11ème vendredi, beaucoup d'enfants au milieu de la marée humaine assis sur les épaules de leurs pères.
Photo : El Watan
Le dispositif des éléments de la police anti-émeute a été renforcé le long du parcours comme à l'accoutumée. Les manifestants se sont illustrés par un comportement civilisé. « J'ai été convoqué chez la police, des policiers m'ont intimidé, nous déclare un manifestant, ils m'ont révélé mon passé, car j'avais fait partie des manifestants en 1980 et je continue à manifester depuis le 22 février 2019, j'ai peur de cette menace », ajoute-t-il avant de rejoindre le groupe des manifestants. Pour les manifestants, l'unique solution réside dans le départ définitif des symboles du système.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.