Les Algériens "déterminés" à mettre en échec tous les "desseins hostiles"    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    La colère de la classe démunie    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    Ouverture d'une période de transfert du 25 au 31 janvier pour les clubs professionnels    "Pas d'effets indésirables graves relatifs au vaccin anti-Covid Spoutnik V"    Liverpool : L'attaque des Reds est en panne...    Ligue 1: ouverture d'une période de transfert du 25 au 31 janvier pour les clubs professionnels    La Cnas de Béjaïa lance une campagne d'information    Trois morts et une blessée dans un accident    «Un départ en fanfare» : le dernier caprice de Donald Trump    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    La Lamborghini des bourdes !    Le lait en sachet, une denrée rare    Relance des travaux    Les infusions et les jus pour soigner la douleur sciatique    Saviez-vous que ... ?    Chronique du grand éclat de la diplomatie algérienne    Chachnaq 1er, Ouyahia et la «boîte noire»    Les super-héros Marvel de retour sur petit écran en noir et blanc    Record pour un dessin de Tintin : 3,175 millions d'euros    Les adversaires de Mellal n'ont pas mobilisé    La Tunisie et la Libye à pied d'œuvre à Alger    Zetchi entame sa campagne    L'Algérie classée derrière la France et la RDC    Museveni réélu avec 58,6% des voix pour un 6e mandat    Jan Kubis, nouvel émissaire de l'ONU pour la Libye    La rue fait monter la pression au Soudan    300 millions de centimes dérobés    Situation politique et questions régionales au menu    Le SNM s'en prend à la Cour suprême et au Conseil d'Etat    Les avocats plaident l'innocence    Le schiste américain remonte la pente    Hommage à la mère et à la Kabylie    Le moudjahid Moussa Cherchali inhumé au cimetière de Sidi Yahia    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Oran : Tremblement de terre de magnitude 3,5    Relizane : Des demandeurs de logement manifestent    Métro d'Alger : La décision de reprise tarde à venir    Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat    Lentement ou sans précipitation ?    Régularisation des détenteurs de contrats pré-emploi: 30.000 postes budgétaires pour l'Education    Football - Ligue 1: Le MCA refroidit l'ESS, le WAT de mal en pis    LOURDE CHARGE    Tribune - De Gaulle peut-il être un personnage passerelle entre la France et l'Algérie ?    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tipasa : Des manifestants déterminés continuent à vendredire
Publié dans El Watan le 03 - 05 - 2019

Les manifestants de Tipasa étaient nombreux en ce 11ème vendredi, avec moins de femmes que par le passé. Un vendredi qui coincide avec la célébration de la journée internationale de la liberté d'expression et de la presse. Les femmes et les jeunes filles ont préféré rejoindre la capitale pour s'exprimer aux côtés de leurs compatriotes.
L'évènement populaire cette fois-ci a été marqué par des créations, tant dans le décor que dans la chorégraphie. Les citoyens ont fait venir deux cavaliers qui devançaient la procession pour les accompagner. Au milieu de la foule, deux mégaphones sont utilisés par des jeunes pour scandaient en amplifiant leurs voix et les slogans hostiles au système. Les citoyens affichaient leur détermination tout le long du parcours. Ils étaient solidement encadrés par les policiers en tenue civile et en tenue professionnelle.
Les manifestants insistent sur le départ de Bensalah, de Bedoui et son gouvernement. « Non, non à l'injustice du pouvoir », « gâa, gâa, trouhou, ya el issaba », « tasskoute el issaba » ; « essahafa rahi hadhra », « djazair hourra wa démocratiya », « saymine, saymine manach rayhine, manach talguine », « silmiya, silmiya, viva l'Algérie », sont les quelques refrains répétés par les manifestants, qui rejettent aussi le scrutin du 04 juillet 2019. Des slogans sont écrits sur les grandes banderoles hissées par les manifestants.
Les portraits de Said Bouteflika, de Bensalah et Bedoui sont affichés sur des pancartes, exprimant le rejet de ces responsables à l'origine de la faillite du pays. Les citoyens rappellent le non respect de la constitution par ces responsables à la tête des institutions de l'Etat. « La décision finale reviendra au peuple », crient-ils. « Mais pourquoi Said Bouteflika qui a utilisé frauduleusement les cachets de la Présidence de la République n'a pas été inquiété ni par la justice ni par Gaid Salah, s'interroge un manifestant venu à notre rencontre, pouvez-vous rapporter mes propos dans votre journal », nous demande-t-il. Les manifestants insistent sur l'application des articles 07 et 08 de la Constitution. En ce 11ème vendredi, beaucoup d'enfants au milieu de la marée humaine assis sur les épaules de leurs pères.
Photo : El Watan
Le dispositif des éléments de la police anti-émeute a été renforcé le long du parcours comme à l'accoutumée. Les manifestants se sont illustrés par un comportement civilisé. « J'ai été convoqué chez la police, des policiers m'ont intimidé, nous déclare un manifestant, ils m'ont révélé mon passé, car j'avais fait partie des manifestants en 1980 et je continue à manifester depuis le 22 février 2019, j'ai peur de cette menace », ajoute-t-il avant de rejoindre le groupe des manifestants. Pour les manifestants, l'unique solution réside dans le départ définitif des symboles du système.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.