Habitat: Attribution de 1.330 unités de logement "AADL" et "LPP"    Le capital du Groupe Télécom Algérie triplé    LOPIS : des laboratoires politiques oeuvrent à susciter "une crise de terminologies"    Real Madrid: le verdict tombe pour Hazard    Opep-Non Opep : Arkab participe à la 17ème réunion du JMMC à Vienne    Tottenham: Mourinho voit grand pour Alli    Colère et indignation des Algériens    «L'Etat fera face à toute tentative d'entraver les élections»    Marche contre l'ingérence européenne    «J'ai fait une campagne propre»    La commission du renseignement du Congrès accable Trump    L'ONU lance un appel de près de 29 milliards de dollars    Nouvelle réunion tripartite à Washington lundi    7 responsables de Sonelgaz de Tipasa sous mandat de dépôt    Imposante marche des syndicats autonomes à Tizi Ouzou    Le Raja pour le vainqueur MCA-Forces aériennes    L'inévitable saignée ?    Deux médailles d'or et une en argent pour les Algériens    Mahrez, Bennacer et Belaïli retenus dans la liste finale    54 appareils distribués aux handicapés    Le transport scolaire fait défaut    4 300 fuites d'eau colmatées depuis janvier    ACTUCULT    "Muhend U Yehya est un artiste profondément universel"    À quoi ressemble le paradis dans la tête d'un musulman !?    La pièce "GPS" retenue en compétition    Accidents de la route: 15 morts et 310 blessés en une semaine en zones urbaines    Ligue des champions d'Afrique. ES Tunis – JS Kabylie (demain à 20h à Radès) : Mission compliquée pour les Kabyles    CAF Awards 2019 : Trois Algériens dans le top 10    Malgré des divergences entre ses pays membres : L'Otan adopte une déclaration consensuelle    Souk Naâmane (Oum El Bouaghi) : Démantèlement d'un réseau international de trafic de voitures    Bouira: Campagne de sensibilisation sur la drogue    Le procès s'est ouvert hier: Sellal et Ouyahia à la barre    Intérêts d'Anadarko en Algérie: Sonatrach va exercer son droit de préemption    Tébessa: Détournement de fonds dans une société, un cadre sous contrôle judiciaire    Sidi Bel-Abbès: Le maire dépose sa démission, son successeur connu aujourd'hui    Henry Kissinger Ex-secrétaire d'Etat américain Les Etats-Unis et la Chine devraient régler leurs désaccords pour le bien de l'avenir du monde    Zimbabwe : La fortune de Robert Mugabe dévoilée par le gouvernement    Déficit de la balance commerciale Une situation économique et sociale préoccupante    Sécurité alimentaire Une priorité pour sortir de la crise    Chine : Hausse de l'IDA du secteur manufacturier en novembre    Bourse : Le Nikkei à Tokyo finit en baisse de 0,64%    Belaïd plaide pour "l'équilibre régional dans le développement"    Iran : Le chef de la diplomatie omanaise en Téhéran, après une visite à Washington    France-Algérie : Nadia Kaci, le prix de la liberté    70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Bulgarie Ouverture à Sofia d'une exposition d'art sino-bulgare    Projection du film "Le voleur de bicyclette" le 7 décembre à Oran    "Chronologie de l'Histoire de l'Algérie" le 7 décembre à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les étudiants de l'USTHB maintiennent la protesta
Le CNES appelle à lutter contre la corruption des recteurs
Publié dans El Watan le 13 - 05 - 2019

Les étudiants poursuivent la protestation. Hier, plusieurs centaines d'étudiants de l'université de Bab Ezzouar (USTHB) ont organisé une marche dans leur campus pour exiger le départ du régime.
Si la semaine dernière, les mêmes étudiants avaient surpris les policiers antiémeute en se rassemblant à Alger-Centre, une décision a été prise par le collectif de marcher à l'intérieur de l'université. Formant une procession qui a parcouru les allées de la grande université, les étudiants, qui ont voté le maintien de leur mouvement de grève, ont scandé des slogans contre l'actuel chef de l'Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, ainsi que le chef d'état-major, vice-ministre de la Défense nationale, Ahmed Gaïd Salah.
Les protestataires ont également réitéré leur refus de l'organisation de la prochaine élection présidentielle. Des banderoles ont été déployées en tête de la procession pour rappeler la nécessité de persévérer dans la contestation et ne pas baisser les bras avant la satisfaction des revendications du hirak : «Celui qui fait une demi-révolution est comme celui qui creuse sa tombe de ses mains», «Ne pas finir notre révolution est plus dangereux que de ne l'avoir jamais commencée».
Une étudiante porte à bout de bras une affichette démontrant l'implication de l'université dans le mouvement populaire : «1962, el houria bi dima, 2019, el houria bidimagh» (1962, la liberté avec le sang, 2019, la liberté avec le cerveau). Les étudiants des différents départements de l'USTHB s'étaient aussi regroupés devant le portail de leur université. Des slogans sont là aussi déployés : «Students arte the heart of very revolution» (Les étudiants sont au cœur de la révolution).
«Les recteurs corrompus doivent dégager»
Une banderole déployée par les grévistes rappelle les dangers de la «justice sélective» des maîtres du moment et insistent sur l'obligation d'aller vers une «transition juste». Le mouvement de protestation estudiantin dure depuis plusieurs semaines. Si une partie des étudiants a décidé de poursuivre la grève, à travers les campus du pays, d'autres ont repris les cours mais maintiennent leur participation aux marches du mardi à travers les chefs-lieux des wilayas. Les organisations estudiantines traditionnelles, affiliées aux partis au pouvoir ou l'opposition islamiste, ont perdu du terrain.
Le Conseil national des enseignants du supérieur (CNES) a décidé de suivre de loin la contestation, ne se mêlant pas de l'organisation de la grève. «Le CNES ne se mêle pas des décisions prises par les étudiants, nous sommes prêts à rattraper le retard quand les étudiants décideront de reprendre les cours. A Béjaïa par exemple, les étudiants ont décidé uniquement de ne pas aller en cours», signale le coordinateur du CNES, Abdelmadjid Azzi.
A l'issue de la session ordinaire du Conseil, tenue début mai, les participants ont réaffirmé leur soutien au mouvement populaire et évoqué les modalités de soutien aux étudiants en grève. Dans le communiqué rendu public à l'issue de la session, les participants précisent que le mouvement populaire est «le seul recours de la société pour se libérer d'un régime totalitaire qui n'a que trop duré et qui a généré des bandes et des sectes». Cible première du CNES : les recteurs d'université, qui ont «propagé la corruption, l'exclusion, la hogra et la dilapidation des deniers publics». Et dont il est primordial qu'ils soient «dégagés», poursuit le document.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.