Groupe F : Le Cameroun sans sourciller face à la Guinée-Bissau    SELON SALIM LABATCHA, LE NOUVEAU SG : L'UGTA adhérera au Hirak    Défiant l'armada policière, les étudiants donnent une leçon de nationalisme    Bouira : Etudiants, élus et citoyens marchent pour la libération des dix-sept détenus    Plusieurs actions de protestation à Béjaïa    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    Samy Agli, nouveau président du FCE    L'union de la wilaya de Tizi Ouzou dénonce "un simulacre"    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    MC Oran: Une feuille de route à appliquer en urgence    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les étudiants de l'USTHB maintiennent la protesta
Le CNES appelle à lutter contre la corruption des recteurs
Publié dans El Watan le 13 - 05 - 2019

Les étudiants poursuivent la protestation. Hier, plusieurs centaines d'étudiants de l'université de Bab Ezzouar (USTHB) ont organisé une marche dans leur campus pour exiger le départ du régime.
Si la semaine dernière, les mêmes étudiants avaient surpris les policiers antiémeute en se rassemblant à Alger-Centre, une décision a été prise par le collectif de marcher à l'intérieur de l'université. Formant une procession qui a parcouru les allées de la grande université, les étudiants, qui ont voté le maintien de leur mouvement de grève, ont scandé des slogans contre l'actuel chef de l'Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, ainsi que le chef d'état-major, vice-ministre de la Défense nationale, Ahmed Gaïd Salah.
Les protestataires ont également réitéré leur refus de l'organisation de la prochaine élection présidentielle. Des banderoles ont été déployées en tête de la procession pour rappeler la nécessité de persévérer dans la contestation et ne pas baisser les bras avant la satisfaction des revendications du hirak : «Celui qui fait une demi-révolution est comme celui qui creuse sa tombe de ses mains», «Ne pas finir notre révolution est plus dangereux que de ne l'avoir jamais commencée».
Une étudiante porte à bout de bras une affichette démontrant l'implication de l'université dans le mouvement populaire : «1962, el houria bi dima, 2019, el houria bidimagh» (1962, la liberté avec le sang, 2019, la liberté avec le cerveau). Les étudiants des différents départements de l'USTHB s'étaient aussi regroupés devant le portail de leur université. Des slogans sont là aussi déployés : «Students arte the heart of very revolution» (Les étudiants sont au cœur de la révolution).
«Les recteurs corrompus doivent dégager»
Une banderole déployée par les grévistes rappelle les dangers de la «justice sélective» des maîtres du moment et insistent sur l'obligation d'aller vers une «transition juste». Le mouvement de protestation estudiantin dure depuis plusieurs semaines. Si une partie des étudiants a décidé de poursuivre la grève, à travers les campus du pays, d'autres ont repris les cours mais maintiennent leur participation aux marches du mardi à travers les chefs-lieux des wilayas. Les organisations estudiantines traditionnelles, affiliées aux partis au pouvoir ou l'opposition islamiste, ont perdu du terrain.
Le Conseil national des enseignants du supérieur (CNES) a décidé de suivre de loin la contestation, ne se mêlant pas de l'organisation de la grève. «Le CNES ne se mêle pas des décisions prises par les étudiants, nous sommes prêts à rattraper le retard quand les étudiants décideront de reprendre les cours. A Béjaïa par exemple, les étudiants ont décidé uniquement de ne pas aller en cours», signale le coordinateur du CNES, Abdelmadjid Azzi.
A l'issue de la session ordinaire du Conseil, tenue début mai, les participants ont réaffirmé leur soutien au mouvement populaire et évoqué les modalités de soutien aux étudiants en grève. Dans le communiqué rendu public à l'issue de la session, les participants précisent que le mouvement populaire est «le seul recours de la société pour se libérer d'un régime totalitaire qui n'a que trop duré et qui a généré des bandes et des sectes». Cible première du CNES : les recteurs d'université, qui ont «propagé la corruption, l'exclusion, la hogra et la dilapidation des deniers publics». Et dont il est primordial qu'ils soient «dégagés», poursuit le document.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.