USM Alger : La saison n'est pas encore terminée pour les Rouge et Noir    Secousses telluriques à Mila : "l'Etat n'abandonnera pas ses citoyens"    Berraki : pas de dégâts ou de dysfonctionnements au niveau du barrage de Beni Haroun    Les Algériens interdits d'entrée en Suisse    Ounoughi évoque l'affaire de Madjer avec l'Anep    Covid 19 : 529 nouveaux cas, 429 guérisons et 9 décès en Algérie durant les dernières 24 heures    PARTI FLN : Le SG invité à Moscou pour participer à un sommet    EXPLOSION DE BEYROUTH : L'Algérie envoie un hôpital militaire de campagne    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    REUNION GOUVERNEMENT-WALIS MERCREDI ET JEUDI PROCHAINS : Vers un mouvement dans le corps des walis    FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Plus de 40 000 personnes rapatriées depuis mars    POUR NON-RESPECT DES MESURES PREVENTIVES : Fermeture de près de 5400 commerces à Alger    MASCARA : Les personnels de la santé dénoncent le manque de transport    Liban: le bilan de l'explosion du port de Beyrouth atteint 154 morts    Palestine : raids aériens israéliens sur la bande de Ghaza    L'Ogebc se dirige vers une exploitation optimale des sites du patrimoine    Pêche: un décret pour l'organisation des pécheurs artisans en coopératives    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Djerrar opéré avec succès    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Deux Algériens légèrement blessés    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Feux de forêts : Arrestation d'au moins 10 individus    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    FAUSSES SAINTETES    L'apocalypse à Beyrouth    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les élections rejetées à Béjaïa
Publié dans El Watan le 18 - 05 - 2019

La population de Béjaïa a été au rendez-vous à l'occasion de ce 13e vendredi des manifestations antisystème enclenchées depuis le 22 février dernier, et le seconde du genre en ce mois de Ramadhan.
Femmes, hommes, vieux et enfants ainsi que des jeunes de toutes les franges de la société ont réaffirmé leur volonté de poursuivre le mouvement jusqu'au départ de tous les symboles de l'ancien régime et l'instauration d'un Etat civil et de droit.
Le défilé des ex-ministres de la République et des hauts responsables devant le tribunal d'Alger et dans les bureaux des enquêteurs de la Gendarmerie nationale, jeudi, soit 24 heures avant la marche, n'a pas produit l'effet escompté auprès d'une population qui ne jure que par le changement radical du système.
En dehors de cette vague d'arrestations et de jugements des anciens responsables du régime, les revendications principales du peuple ne sont pas encore satisfaites. Il s'agit de l'annulation de l'élection présidentielle du 4 juillet et le départ du Premier ministre, Noureddine Bedoui, et du chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah. Sont réclamés, aussi, la préparation d'une transition démocratique, qui doit être confiée aux civils, ainsi que le retour de l'armée dans les casernes.
Ils étaient plusieurs milliers à marcher de la maison de la culture Taos Amrouche vers la place de la Liberté d'expression Saïd Mekbel en empruntant les principaux boulevards de la ville de Béjaïa. Le slogan qui revenait comme un leitmotiv était «Ulac l'vote ulac (pas de vote), ils partent tous», pour rejeter l'élection du 4 juillet à laquelle tiennent opiniâtrement Bensalah et le chef de l'armée. Les manifestants ont plaidé «Pour une transition démocratique», menée par des politiques.
Pendant ce temps, d'autres manifestants, des militants politiques promeuvent l'option de «L'élection d'une Constituante souveraine», et suggèrent «La grève générale» pour radicaliser le mouvement. Les slogans hostiles au général-major Ahmed Gaïd Salah (AGS) sortent également du lot.
La dernière sortie de quelques radiés de l'ANP en soutien à Gaïd Salah et la ruée de citoyens pour le retrait des formulaires de candidature au scrutin présidentiel du 4 juillet n'ont pas manqué de susciter l'ire des manifestants. «Celui qui veut être sous les ordres de Gaïd Salah n'a qu'à s'engager dans l'armée. La République est civile», ont-ils rétorqué.
Les marcheurs ont réitéré également leur attachement à un Etat civil et à l'un des principes du Congrès de la Soummam qui dicte «la primauté du civil sur le militaire» en brandissant des pancartes réfutant l'implication de l'armée dans le processus de transition : «Le peuple décide et l'armée s'exécute», «Non au régime militaire».
Certains citoyens suggèrent au général-major de «partir au même titre que la bande» : «Gaïd Salah ne finit pas comme le Soudanais Omar El Béchir», le président déchu qui est issu de l'institution militaire avant de devenir présidant pour 26 années, lit-on sur un écriteau. Evoquant l'actualité économique, des manifestants ironisent sur l'âge des responsables algériens : «Des voitures moins de trois ans, c'est bien.
Des dirigeants de moins de 60 ans, c'est mieux !» Face à la vague des arrestations et des jugements des anciens dirigeants, la population a réclamé une «justice véritablement libre», mettant en garde contre «l'instrumentalisation de la justice» à des fins de règlement des comptes. Dans le même contexte, d'autres manifestants ont appelé à travers des pancartes à «La libération des détenus d'opinion» et dénoncent les «tentatives de division».
Le portrait de Louisa Hanoune a été porté par ses militants qui revendiquent sa libération tout en exprimant le vœu de voir, plutôt, «les Bouteflika à la barre !».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.