Opep: poursuite des discussions mardi autour d'une prolongation des réductions de production en vigueur    Santé du président : La présidence rassure et annonce que Tebboune rentrera dans les jours prochains    Covid-19 : mise en garde contre la consommation "anarchique" des anticoagulants    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    USMA : l'entraineur François Ciccolini suspendu deux ans par la LFP    Amnesty appelle à doter la Minurso d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme    Energies renouvelables: le CEREFE analyse les raisons d'échec des programmes précédents    Covid-19: le confinement partiel à domicile élargi à 34 wilayas    Résolution du PE: la décision politique indépendante de l'Algérie "dérange" les parties étrangères    Tribunal de Koléa : une peine de trois ans de prison ferme requise contre Karim Tabou    Tipasa : report au 7 décembre du procès de "Mme Maya"    Coronavirus: 978 nouveaux cas, 605 guérisons et 21 décès ces dernières 24    REPRISE DU TRAFIC FERROVIAIRE : La SNTF apporte des précisions    TIN ZAOUATINE (TAMANRASSET) : Un terroriste armé se rend aux autorités militaires    Reprise des vols vers la France le 27 décembre    COVID-19 : Premières opérations de vaccination en janvier    Le confinement partiel prolongé de 15 jours, sauf pour les mosquées    SCOLARISATION A DOUBLE VACATION : Annulation des cours du samedi    Jeux olympiques et paralympiques 2020: versement de subventions financières à trois disciplines    Liga : Des statisitiques peu flatteuses pour Zidane et le Real Madrid    ASSE: Boudebouz a vu des Lillois "timides"    Ligue des champions: victoire du CRB devant Al-Nasr 2-0    Guardiola réagit au hat-trick de Mahrez    Talaie el Hourriyet regrette les «tâtonnements» et les «effets d'annonce» du gouvernement    Ouyahia et Sellal condamnés à cinq ans de prison    L'Iran réfléchit à sa riposte    Bouzidi à la rescousse, Abdeslam fait «demi-tour» !    Le barrage de Beni-Haroun rempli à 90%    Saisie de marchandises prohibées à travers plusieurs wilayas par la gendarmerie    Début de semaine agité sur le front social    Place au numérique    Un Goncourt et un Renaudot pas comme les autres remis aujourd'hui    Pas de majorité législative pour le président Kaboré    Abus de fonction, clientélisme et rapine    Repli historique du dinar face à l'euro    L'Eniem en arrêt technique à partir du 1er décembre    Plusieurs blessés lors de la "marche des liberté"    L'opposition maintient la pression sur Loukachenko    La sociologie et la Guerre d'Algérie revisitées    La crise des années 1980 sur fond d'histoire d'amour    Réflexion sur les violences faites aux femmes    Raymonde Peschard dite Taoues, ou l'histoire d'une battante    Décès du Professeur Tarek Bouktir, enseignant-chercheur à l'université Sétif 1    Aménagements extérieurs des 8700 logements sociaux d'Oued Tlelat: Les entreprises retardataires menacées de résiliation de contrats    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





14e vendredi de marche : Le peuple dit non à l'élection du 4 juillet
Publié dans El Watan le 24 - 05 - 2019

C'est le vendredi qui vient juste après les deux discours de chef d'état-major de l'ANP, qui persiste dans son maintien de l'élection présidentielle pour le 4 juillet prochain. Maintien d'une part, refus d'une autre part.
Une réponse lui a été adressée, mardi, par les étudiants. Rendez-vous est pris pour le 14e vendredi consécutif de mobilisation. Les appels à la mobilisation d'aujourd'hui sont les mêmes. Sur les réseaux sociaux et dans les débats tenus depuis lundi, jour du discours de Ahmed Gaïd Salah, les avis populaires se concentrent sur la date de l'élection présidentielle. «Pas question d'organiser une élection à la date fixée avec le gouvernement actuel», insiste-t-on.
La détermination est intacte. Le mot d'ordre est d'exiger, comme cela se fait depuis le 22 févier, le départ du système, mais surtout un rejet radical à l'élection du 4 juillet. Le peuple algérien exige un «Etat de droit et de justice» avec une réelle démocratie et «non un état militaire». Entre «yetnaha3w ga3», «makach el intikhabat yal issabat» et «Pour une justice indépendante», la rue maintient le cap face aux décisions prises par le «gouvernement provisoire».
Cette semaine, après un long silence, c'est non pas un, mais deux discours que recevront les Algériens. D'abord, lundi, c'est avec «une fervente détermination» que le chef d'état-major de l'ANP réaffirme la volonté du pouvoir de «maintenir les élections présidentielles» en dépit de la forte opposition de la rue. Il est «persuadé» que l'élection prochaine constitue la solution afin d'éviter le vide constitutionnel.
« En somme, ceux qui veulent maintenir le pays dans l'impasse sont des individus et des entités qui tentent sciemment de nous mener vers le vide constitutionnel avec tous les risques et menaces qu'il peut comporter», soutient-il.
Discours
Fidèle à lui-même, les discours de Gaid Salah sont toujours difficilement interprétés, particulièrement lorsqu'il prétend que le mouvement ne possède pas d'élite le représentant puis décline tout à coup la proposition d'ouvrir un dialogue avec les personnalités nationales Ali-Yahia Abdennour, Ahmed Taleb Ibrahimi et Rachid Benyelles le lendemain.
Ce n'est pas tout, il met tout particulièrement en garde les manifestants «à faire preuve d'un meilleur encadrement du mouvement et surtout à formuler des slogans plus raisonnables»… Néanmoins, le 22 mai dernier, mercredi, il affirme que «l'ANP n'a aucune ambition politique» pourtant estime qu'il ne renoncera jamais à accompagner «de manière rationnelle les marches pacifiques.
Une première réplique a eu lieu. Les étudiants ont organisé leur manifestation habituelle mardi, face à un énorme dispositif sécuritaire. On a d'ailleurs enregistré quelques arrestations d'étudiants, qui ont été relâchés plus tard.
La Grande-Poste, point de repère phare pour les manifestants, a été barricadée par la wilaya d'Alger dans la nuit de mardi à mercredi. Une décision prise pour des travaux. «Les paliers de l'édifice néo-mauresque présentent un risque sérieux d'affaissement», a annoncé la wilaya d'Alger. Hier, des vidéos et des photos circulaient sur les réseaux sociaux d'un dispositif sécuritaire mis en place sur la route, à Bouzegza, pour interdire l'accès à Alger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.