Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    460 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Des partis politiques s'indignent des déclarations de Marine Le Pen glorifiant le passé colonial de son pays    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Ouargla soumise à un confinement partiel à partir de samedi    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Chelsea chasse Leicester du podium    Rachad, les harragas et la décennie noire    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Se sauver ou sombrer    9 juillet 1962    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    En attendant un autre ordre de mission    Cap sur un nouveau plan de relance    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Pour quelle réorganisation territoriale ?    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Béjaïa : Gaïd Salah désavoué par la rue
La Communauté universitaire et les avocats ont marché hier
Publié dans Liberté le 22 - 05 - 2019

Au lendemain du discours de Gaïd Salah, prononcé à partir de la 4e RM, s'accrochant à la tenue de l'élection présidentielle, la communauté universitaire et les avocats ont organisé, hier, des marches pour répondre d'une même voix au chef d'état-major de l'ANP. Ils ont dit avec force "non à Gaïd Salah" et "pour une transition démocratique sans les figures du système".
La 13e manifestation des étudiants a démarré du campus Targa-Ouzemour
vers la placette de la Liberté d'expression Saïd-Mekbel, en passant par le siège de la wilaya.
Soit un itinéraire de plus de 4 km. Cette troisième marche des universitaires depuis le début du mois de Ramadhan a, il faut le souligner, enregistré une forte mobilisation, voire plus importante que les deux précédentes. Ils étaient des milliers à répondre présent à ce rendez-vous hebdomadaire. La teneur du discours de Gaïd Salah, qui s'inscrit en porte-à-faux avec les revendications du mouvement, les a stimulés à se mobiliser davantage pour réaffirmer leur "attachement au changement radical du système" et "pour une transition démocratique sans les figures du système".
Ainsi, comme toutes les précédentes marches, les manifestants de la communauté universitaire d'Abderrahmane-Mira ont scandé les slogans traditionnels du mouvement populaire hostiles au pouvoir. Des slogans écrits sur des banderoles brandies aussi par les marcheurs. "Makench el intikhabat yal issabat", "ulac lvot ulac", "Bensalah, Gaïd Salah, Bedoui dégagez", "FLN, RND barra", "Klitou lebled yaseraqin", "Allah allah yababa, Gaïd Salah zaïm el issaba", "Madania matchi askaria, matchi islamia", sont autant de slogans scandés à tue-tête par les manifestants malgré le Ramadhan.
Par moments, les manifestants chantaient en chœur des chansons engagées d'Ideflawen, d'Oulahlou, du regretté Matoub Lounès et du groupe Debza. Pendant que la communauté universitaire marchait depuis le campus Targa-Ouzemour, les avocats de Béjaïa, eux, ont organisé une marche, pour être aux côtés de la communauté universitaire et du peuple, depuis le siège de la cour. Les centaines d'avocats, vêtus de leurs robes noires, ont emprunté l'allée de la cour vers la route des Aurès pour faire jonction avec la marche des étudiants au niveau du rond-point de Naceria, baptisé depuis le Printemps noir "Rond-point Matoub-Lounès".
"Ulac lvot ulac", "Dawla madania matchi askaria", "Pour un Etat de droit", "Les avocats aux côtés du peuple", sont autant de slogans inscrits sur des banderoles brandies par les robes noires et qu'ils ont aussi scandés.
Les manifestants ont continué leur marche jusqu'à la placette de la Liberté d'expression Saïd-Mekbel où ils ont observé un rassemblement en vilipendant le pouvoir, avant de se disperser dans le calme vers 13h.
L. OUBIRA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.