Référendum sur la Constitution : l'ANIE fixe les critères de la campagne électorale    La commission des affaires juridiques examine la demande du ministre de la Justice    Une demande de levée d'immunité introduite contre une sénatrice FLN    CONSEIL DE LA NATION : Zeghmati présente le projet de Code de procédure pénale    Koweït: décès de l'émir cheikh Sabah al-Ahmad al-Sabah    Real Madrid : Gros retournement de situation pour deux indésirables de Zidane ?    AIN EL BIA (ORAN) : 549 kg de viande impropre à la consommation saisis    BAGARRE RANGEE ENTRE GANGS A TIARET : La police arrête 11 personnes    PSG : Thiago Silva allume Unai Emery    Barcelone : Koeman aurait un plan pour recruter une pépite de Guardiola !    Benabdi, nouvelle recrue    Guemroud signe pour 2 ans au CSC    Lancement d'une campagne de vaccination contre la rage    Tassili Airlines dément le prétendu accident de l'un des ses avions    Accidents de la route: 31 morts et 1348 blessés en une semaine    Sénat: présentation du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Guerre ouverte entre l'Arménie et l'Azerbaidjan    Six nouveaux Saoudiens inculpés en Turquie    Transfert de 700 migrants depuis l'île de Lesbos    La France va organiser une conférence internationale    Pompeo entame des entretiens en Grèce, pour favoriser une «désescalade»    Ces détenus oubliés du hirak    "Les émirats ont fait pression concernant l'emblème amazigh"    Les robes noires en grève à partir de demain    «Le projet de Constitution profite aux laïcs»    Larbi Ouanoughi a fait long feu    Vu en France    «Notre rôle est de prévenir et combattre la corruption»    Un nouveau médicament biosimilaire fabriqué en Algérie    40% des Maghrébins n'ont pas de comptes bancaires    Lancement prochain du transport de fret roulant    Le député démissionnaire de Béjaïa, Khaled Tazaghart, condamné à un an de prison ferme    Un faux «cadre supérieur» neutralisé    Scénarios possibles et choix difficile    Saisie de marchandises interdites à l'importation, évaluées à 912 millions de centimes    Réalités du présumé différend arabo-berbère (3e partie et fin)    Lancement de la «La rentrée culturelle» en Algérie    Des voix s'élèvent pour naturaliser le héros algérien    Entre "amour divin" et détermination de femmes sahraouies    "Réalisations dans le théâtre algérien : questionnements, réflexions et enjeu"    En attendant la reprise du mouvement en Algérie : Le hirak diasporique à l'épreuve des dissensions idéologiques !    Nouvelle opération de rapatriement: 181 Subsahariens transférés vers leur pays en début de semaine    ES Sétif: Un bain de jouvence pour l'effectif    USM Bel-Abbès: Est-ce le bout du tunnel ?    Energie: Pourquoi le «Super» va être supprimé    FUITE EN AVANT    «Loukan», le mot-clé de la réussite    Institut français d'Algérie: La cérémonie du choix Goncourt Algérie 2020, le 03 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Solidarité avec les détenus d'opinion à Béjaïa
Publié dans El Watan le 30 - 05 - 2019

Des dizaines de citoyens, syndicalistes, militants politiques et associatifs, étudiants et citoyens anonymes se sont rassemblés, dans la soirée de mardi dernier, sur la place Saïd Mekbel, dans la ville de Béjaïa, à l'appel du comité pour la libération de Louisa Hanoune et des autres détenus d'opinion qui croupissent dans les prisons algériennes.
On a allumé des bougies, brandi des pancartes et crié des slogans. La mort du Dr Kamel Eddine Fekhar, survenue dans la matinée de la même journée, a fait de l'action un douloureux moment de consternation, de colère et de deuil communs.
Des voix se sont élevées pour accuser «l'Etat d'être le seul responsable» de la mort du militant des droits de l'homme qui a arraché des larmes à certains parmi les présents. D'autres considèrent que la responsabilité est plutôt collective. «Qu'a fait l'élite et toute la classe politique pour Fekhar. Aouf Hadj Brahim est aussi en grève de la faim dans la prison et il risque d'y passer, si nous ne faisons rien», a alerté un militant. «Hanoune et Rebrab aussi sont en détention, ce n'est pas à Gaïd Salah de les emprisonner» s'est-on écrié, insinuant que la justice est encore instrumentalisée.
Des étudiants ont dénoncé, à ce propos, «une justice aux ordres» et ont considéré que la mise sous mandat de dépôt de la secrétaire générale du PT et du patron de Cevital est une illustration de plus des déviations d'un Etat de droit.
Ces arrestations et la répression des citoyens participent de «la contre-révolution !», s'accordent à dénoncer les intervenants dans le rassemblement nocturne d'avant-hier. La disparition tragique du docteur Fekhar, dont l'opinion publique a suivi avec inquiétude l'évolution de l'état de santé depuis sa grève de la faim et les alertes de son avocat, Me Dabouz, a suscité beaucoup de douleur et d'indignation.
«Nous sommes tous des Kamel Fekhar. Personne ne doit vivre cette tragédie», a lancé une jeune femme qui considère que «nous sommes tous en liberté provisoire». D'aucuns déplorent le manque d'implication de la société pour défendre les libertés et l'inefficacité de la solidarité non agissante.
«Il n'y a pas assez d'organisations de défense des droits humains, c'est pour cela que le pouvoir se permet d'arrêter des militants», constate amèrement un autre militant associatif, appelant à constituer un front contre les atteintes répétées aux libertés et les interpellations de citoyens dont celle concernant le blogueur Merzoug Touati qui a été entendu, ces jours-ci, par la police sur ses publications sur Facebook.
D'aucuns ne comprennent toujours pas comment Louisa Hanoune a pu se retrouver en prison alors qu'elle a été convoquée par la justice en tant que témoin. «A travers l'arrestation de Louisa Hanoune, c'est toute la classe politique qui est visée, en voulant la mettre au pas», analyse le représentant de la Laddh.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.