Révision de la Constitution: début dimanche de la révision des listes électorales    Commerce: Rezig rencontre les producteurs et importateurs de fournitures scolaires    Le Président Tebboune installe la Commission nationale chargée de l'élaboration du projet de révision de la loi électorale    Baisse des cas de contamination au coronavirus: Benbouzid se félicite des résultats obtenus    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Référendum sur la Constitution, une "étape cruciale" dans le processus d'édification de la nouvelle Algérie    Coronavirus: 210 nouveaux cas, 105 guérisons et 6 décès    Le parquet général ouvre une information judiciaire sur le transfert de 10 millions de dollars    Pôle universitaire de Laghouat : Benziane inaugure plusieurs infrastructures scientifiques    L'Ansej en mission de sensibilisation    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Genèse d'un rebondissement des contaminations    Belatoui nommé adjoint de Casoni    Seuls 13 joueurs maintenus    Oukal (MCA) 12e recrue estivale    «L'algérianisation», priorité de Belhimer    Plus de 747 000 dossiers régularisés    Tebboune bannit les lettres de dénonciation anonymes    Sauvetage de 19 harragas près des îles Habibas    Plus de 80 ha de chêne vert consumés près de Tikjda    Une reprise avec une maîtrise des flux d'étudiants    Abdelmadjid Merdaci n'est plus    3 animateurs des cafés littéraires interpellés puis relâchés    Epidémie : annulation de la Fiac 2020, principal rendez-vous du monde de l'art à Paris    Office national des droits d'auteur (ONDA) : Transparence dans la gestion    Ce que prévoit le projet de rénovation    Le recrutement d'Abdelhafid fait jaser    "Je suis soulagé !"    CRB : Aïboud contrôlé positif à la Covid-19    Egypte : Belaïli en route vers Al Ahly du Caire    Abdelaziz Medjahed installé à la tête de l'Inesg    Marches à Djaâfra et à Ras El-Oued    Sept morts dans deux attaques    3300 habitations démolies en six ans par Israël    Erdogan prêt à rencontrer le Premier ministre grec    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Somalie : Accord pour des élections en 2021    Marche symbolique des hirakistes    La tension monte au sein de l'Opep+    Salon de l'agriculture et des industries agroalimentaires : La Safex reprend ses activités    Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak    L'auteur Youcef Laichi Mimoun grand lauréat    "Confilmés", la résistance par l'image    Evénement musical. La rentrée en Nouba : Lila Borsali se digitalise    Agression et trouble à l'ordre public, les auteurs sous mandat de dépôt    Une stratégie de promotion du recyclage en cours de développement: Près de 2 tonnes de déchets en plastique collectées par jour par les CET    Les 4 samedis    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etats-Unis : Pourquoi le président Trump a limogé John Bolton
Publié dans El Watan le 16 - 09 - 2019

En réalité, Bolton, Pompeo et les partisans de la guerre contre l'Iran recherchaient, dans l'application de la stratégie des pressions, des stratégies pour la mise en place des conditions de la réédition du scénario irakien de 2003 l Trump n'en voulait visiblement pas.
Le limogeage de John Bolton le 10 septembre dernier a révélé la divergence d'approche entre le conseiller américain à la Sécurité nationale et le président Donald Trump sur le dossier iranien. Trump, qui souscrit à la stratégie des pressions maximales contre l'Iran pour lui arracher des concessions, s'inscrit en faux avec la ligne d'une confrontation militaire ouverte avec Téhéran, défendue par John Bolton et par le secrétaire d'Etat, Mike Pompeo. Jusque-là, la mise en œuvre de pressions économiques, financières et politiques, qui devaient favoriser une mise au pas de l'Iran en permettant une limitation sévère de son programme balistique, ou alors accélérer la dynamique de changement du régime en neutralisant les risques de conflit, s'est révélée plus dangereuse qu'efficace au regard des récentes évolutions.
Sur le terrain, les développements de ces dernières semaines ont également montré que les Etats-Unis n'avaient pas totalement renoncé à l'usage de la force militaire, au contraire, l'intensification des attaques israéliennes en Syrie, en Irak et au Liban – bouleversement majeur depuis 2006 – s'inscrivait en réalité dans une division du travail confiant à Tel-Aviv la tâche de conduire la sale guerre, tandis que Washington tenterait par l'accentuation des pressions d'imposer de nouvelles conditions à l'Iran, comme l'affirme Steven Cock dans son article «Israel is doing all the dirty work against Iran» paru dans la revue Foreign Policy le 5 septembre dernier.
Conflit de basse intensité
La guerre de basse intensité se poursuit donc, comme le fait observer Daniel Larisson dans sa publication du 12 septembre «A Foreign Policy Pivot ? I wouldn't bet on it» dans the American Conservative, et rien ne prouve, selon l'auteur, que Trump a réellement l'intention d'apaiser les tensions avec l'Iran après le départ de Bolton. Néanmoins, il est clair que pour le président américain, plus rétif à l'approche militaire et davantage soucieux de la politique de l'image auprès de son électorat, l'option va-t-en guerre incarnée par Bolton en réaction à l'intransigeance iranienne serait non conforme à ses intérêts.
En réalité, Bolton, Pompeo et les partisans de la guerre contre l'Iran recherchent dans l'application de la stratégie des pressions des stratégies maximales, la mise en place des conditions de la réédition du scénario irakien de 2003. Ronen Bergman, qui a récemment donné du crédit à cette hypothèse dans l'article «The secret history of the push to strike Iran» paru dans le New York Times le 4 septembre, explique que depuis 2003, les tenants d'une politique extérieure dominée par la défense des intérêts israéliens tentent de pousser à une intervention militaire contre l'Iran, mais cette option est loin de faire l'unanimité. Même en Israël, l'activisme croissant des décideurs politiques a provoqué de sérieuses tensions avec les responsables militaires qui, dans une perspective plus réaliste du rapport de force, considèrent qu'une guerre contre Téhéran ouvrirait une période d'indétermination aux conséquences redoutables.
Les limites d'une stratégie
La stratégie des pressions maximales montre de toute évidence ses limites dans un contexte où le processus de développement du potentiel balistique et militaire de l'Iran et de ses alliés se poursuit et se renforce. Le Hezbollah a, dans un premier temps, riposté à l'attaque israélienne à partir de la frontière libanaise, s'octroyant désormais une latitude optimale dans son action, avant d'abattre un drone israélien qui survolait le territoire libanais lundi. Le lendemain, un second drone israélien a été intercepté et détruit par la résistance palestinienne au-dessus de la bande de Ghaza.
A la suite de ces actions, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a de nouveau rappelé dans un discours, mardi, la centralité du rôle de l'Iran au sein de l'axe de la résistance et très sérieusement mis en garde contre les répercussions qu'entraînerait l'éventualité d'une attaque militaire contre Téhéran. Une telle hypothèse ferait basculer le conflit de basse intensité vers une confrontation ouverte avec les Etats-Unis, Israël et leurs alliés régionaux. Ce discours réaffirme à la fois l'unité du camp de la résistance et sa capacité de dissuasion imposée par l'équilibre de la terreur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.