Real Madrid: contre Galatasaray, Zidane joue gros...    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Les avocats dénoncent les nouvelles taxes    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Londres demande officiellement le report du Brexit    La police disperse les manifestants à Hong Kong    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Le rendez-vous de Benflis    Le football local victime de bricolage    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    Le PDG d'Air Algérie à l'APS: La sécurité des avions, les prix des billets et la réduction des effectifs    En dépit du déficit: «Le système de sécurité sociale n'est pas en faillite»    Tizi Ouzou: Un mort et un blessé dans une fusillade    La convergence se dessine entre le politique et le syndical    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    «Papicha» ou le drame de la censure?    L'enseignement religieux : Une pratique séculaire dans les ksour et oasis de Ghardaïa    Syrie: Paix toujours fragile au deuxième jour de la trêve entre Turcs et Kurdes    Grand prix Chantal Biya de cyclisme au Cameroun : L'Algérien Azzedine Lagab toujours en tête    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    L'euro et le yuan remplaceront-ils le dollar pour les prêts extérieurs de la Russie en 2020?    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    Des milliers de manifestants à Londres pour un second référendum    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Menace écologique sur le barrage de Taksebt
Publié dans El Watan le 19 - 09 - 2019

Depuis le début de la semaine, la population de la wilaya de Tizi Ouzou est en alerte suite à la découverte de poissons morts au barrage de Taksebt, sis à une dizaine de kilomètres à l'est de Tizi Ouzou. Cette découverte inhabituelle a été signalée samedi dernier par les éléments de la direction de wilaya des ressources en eau (DRE).
Plusieurs centaines de poissons morts ont été recensés à cet endroit. Les services de la DRE déclarent après analyses la présence d'un fort taux de chlore dans l'eau du barrage ayant causé la mort de ces poissons. L'origine volontaire est privilégiée par les responsables de la DRE, et depuis cette découverte, les services compétents font des sorties sur le terrain dans le but de suivre de près l'évolution du phénomène. «Des analyses sont faites afin de surveiller l'évolution du taux de chlore qui ne devait pas dépasser 0,06 mg/l, alors qu'il a atteint 0.15 mg/l», a déclaré le directeur des ressources en eau de la wilaya, Mokrane Djouder.
Cette affaire vient remettre à l'ordre du jour la question de l'insalubrité, qui menace cette importante infrastructure hydraulique et son équilibre écologique. Cela pourrait même menacer à terme la santé du consommateur. Taksebt est d'une capacité de 180 millions de mètres cubes et alimente la wilaya de Tizi Ouzou et une partie de Boumerdès et d'Alger. Depuis plusieurs années, en effet, des spécialistes tirent la sonnette d'alarme sur les eaux usées qui se déversent directement dans le barrage au vu et au su de tous.
Ces rejets sont issus de près d'une quinzaine de communes environnantes, situées en amont, dont Irdjen, Aït Aïssi, Larbaâ Nath Irathen, Beni Douala, Aït Mahmoud, Oudhias, Aït Bouaddou, Aït Ouacif et Aït Toudert, pour ne citer que celles-là. Un projet de réalisation de six stations d'épuration pour traiter ces eaux usées a été inscrit en 2012, mais n'a toujours pas vu le jour. A cela vient s'ajouter l'insalubrité de l'environnement du barrage, auquel se joint un laisser-aller de la part des autorités, en plus de l'incivisme de certains citoyens.
Des décharges sauvages longent les berges du barrage et prolifèrent de jour en jour. Le spectacle qui s'offre au regard des visiteurs est désolant, reflétant l'inconscience des citoyens. Les berges du barrage sont devenues de vraies décharges à ciel ouvert.«Des agressions diverses menacent le barrage Taksebt et l'oued Sébaou qui l'alimente. Je citerai en premier lieu l'excès d'exploitation et l'extraction de produits alluvionnaires. Il y a aussi la prolifération d'activités en amont du barrage, qui ne lui sont pas favorables.
Je citerais le lavage-graissage des véhicules, les huileries, les tôleries… le lit de l'oued et les rives du barrage sont aussi utilisés pour le lavage des véhicules. Les détergents utilisés et autres produits chimiques dégagés par les moteurs polluent l'eau. Il y a aussi les rejets de margine et grignons d'olives par les huileries qui sont aussi nocifs», souligne M'barek Aït Oudhia, directeur de l'environnement à Tizi Ouzou. Cette situation «épuise les capacités de la station de traitement et d'épuration des eaux du barrage et constituerait à terme un vrai danger pour la santé du citoyen et donnera lieu à une vraie menace écologique», ajoute-t-il. La protection du barrage de Taksebt est liée au respect et à la sauvegarde de son environnement, avec l'implication effective des pouvoirs publics et des citoyens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.