Liverpool: l'hommage de Klopp à Maradona    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Saïd Bouhadja n'est plus    Images d'ailleurs, regards d'ici    Sonelgaz menace    Entre avancées et entraves    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouveaux témoignages accablants des avocats
Maltraitance des détenus Brahim Laalami et Sofiane Babaci
Publié dans El Watan le 03 - 12 - 2019

Le jeune activiste Brahim Laalami est victime de violences et de maltraitance. Il aurait subi un passage à tabac lors de son interpellation. C'est ce que confirment ses avocats, Yesser Belamri et Sofiane Ikken, qui lui ont rendu visite samedi dernier.
«Nous avons rendu visite au militant Brahim Laalami qui se trouve actuellement à la maison d'arrêt de Bordj Bou Arréridj ce samedi 1er décembre. A sa rencontre, nous avons constaté la présence de traces visibles de violences sur son corps : des ecchymoses et une fracture à son bras gauche», affirment les deux avocats, dont le témoignage a été repris par le vice-président de la LADDH, Saïd Salhi, sur sa page Facebook.
Les deux avocats rapportent aussi les déclarations du détenu d'opinion qui s'est plaint de violences subies lors de son arrestation par les services de sécurité à Constantine et à Bordj Bou Arréridj.
«Le militant nous a confié qu'il a subi des atrocités à Constantine et à BBA dans les locaux des services de sécurité. Il a été aussi mis en isolement dès le premier jour de son incarcération jusqu'à hier (vendredi)», ajoutent les deux avocats, qui affirment que «Brahim Laalami a entamé une grève de la faim depuis son incarcération».
Réagissant, la LADDH exprime sa solidarité avec le jeune détenu et «réitère son interpellation du parquet de BBA pour l'ouverture d'une enquête pour que justice soit faite». «La dignité, l'intégrité morale et physique des détenus sont inviolables. Les garanties et droits des prévenus contenus dans la loi doivent être respectées en toutes circonstances», précise la LADDH.
Un autre jeune militant, Sofiane Babaci, a subi le même traitement à Boumerdès. Selon son avocat, Kader Ouali, le jeune homme arrêté le 26 novembre dernier dans la commune de Laaziv, au moment où il rentrait chez lui, «a été rué de coups dans le commissariat de police avant d'être transféré au chef-lieu de la wilaya où il a été présenté devant le tribunal».
«Aujourd'hui 1er décembre, j'ai rendu visite au détenu Sofiane Babaci à la prison de Bordj Menaïel. J›ai constaté des traces de violences sur son visage et sa difficulté à se tenir debout (…). Jusqu'à maintenant, il n'a pas été examiné par une médecin», témoigne l'avocat du barreau de Tizi Ouzou, qui exige une expertise médicale urgente pour constater les traces de la maltraitance subie par ce jeune homme.
Ces affaires doivent interpeller le ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati, qui a tenté de nier, dans une déclaration faite samedi dernier, «toute atteinte au droit des détenus dans les prisons algériennes». «Des informations circulent à propos de nos établissements pénitentiaires mettant en cause de manière mensongère les conditions de détention et le traitement des détenus.
Je précise que la gestion de nos établissements pénitentiaires se fait dans la transparence avec le respect total de la dignité humaine, et nous avons les ONG nationales et étrangères comme le meilleur témoin», a-t-il déclaré en marge de l'installation du nouveau directeur général de l'administration pénitentiaire. Le garde des Sceaux a ajouté que «les portes de ces établissements demeurent ouvertes».
«Le procureur général assume l'entière responsabilité de ce qui se passe dans les établissements pénitentiaires relevant de sa compétence territoriale. Je me vois dans l'obligation d'inciter les concernés à se réapproprier leurs prérogatives entières et d'assumer leurs responsabilités comme les représentants de la justice au niveau local», a-t-il dit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.