«Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Enfin libre    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    La colère du FFS    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Branle-bas de combat chez les partis    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Virée au Palais de justice    La face «cachée» du «Bâtiment»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hit… Story : I feel love, pionnier du disco-electro
Publié dans El Watan le 17 - 07 - 2010

Nous sommes en 1977, une prima donna de la musique disco qui porte beau et bien son nom, Donna Summer (une madonne de l'été, quoi), sort un single I feel love issu d'un album conceptuel I remember yesterday .
Un exercice de style chronologique allant des années 1940 aux années 1960 en passant par celles de 1950. Donna Summer de bousculer l'establishment ambiant de la musique disco. I feel love est inédit, inclassable et son beat est synthétique, hypotique et futuriste. C'est une composition première et pionnière de la musique electro ou plus communément appelée, actuellement, electronica (un genre). I feel love, un morceau de bravoure entièrement électronique. Celui qui était aux manettes dans la conception innovante de I feel love, c'est le « mastermind » et producteur, Giorgio Moroder, dont la trouvaille sonique influencera la musique des années new wave 1980, house (déclinaison de la disco) et la techno. A l'image…et son de l'album Berlin Trilogy de David Bowie « bluffé » par Giorgio Moroder. Pour l'anecdote de l'avènement de l'électronique I feel love, David Bowie raconte : « Un jour à Berlin (en 1977), Eno (le fameux Brian Eno, le célèbre producteur du groupe irlandais de pop-rock, U2) est entré en courant dans le studio et dit essoufflé : ‘'j'ai entendu le son du futur'' ». Et il mit le disque vinyl de I feel love de Donna Summer. « Ce single va changer le son des clubs pour un quinzaine d'années », ajoutera-t-il. Une assertion et autre caution musicale d'un Brian Eno qui sera, par suite, le maître du son dénommé ambiant (musique d'aéroport et ascenseur). Aussi, I feel love fera un véritable carton. Il se hissera à la première place des charts américains et anglo-saxons. Il sera même adopté en tant qu'hymne par la communauté gay aux USA. La version de I feel love issu de l'album I remember yesterday est d'une durée de 6 minutes. Elle subira une extension de 6 autres minutes. Et ce, pour un maxi-single de 12 minutes figurant sur la compilation The Dance collection : A compilation of twelve inch singles, en 1989.
Madonna, une fan
Dans le scopitone (l'ancêtre du clip) de I feel love, Donna Summer imprimera sa marque de fabrique quant à sa chorégraphie et jeu scénique lascifs, donnant le tournis à la gent masculine. Donna Summer a déjà fait dans le « shocking » avec le hit Love to love aux sonorités érotiques. Les lyrics de I feel love ne volent pas très haut. Un texte simple et lapidaire : « C'est si bon/Dieu sait, Dieu sait /Je sens l'amour, je sens l'amour /Je ressens de l'amour /en chute libre/ toi et moi… ». Aussi, le tube I feel love a été immortalise par une plethore de reprises. Comme celle des Eighties, revisitée par Jimmy Sommerville ( Bronski Beat qui deviendra The Communards) en duo chic et choc avec son alter ego Marc Almond sur le Medley Johnny remember me. Debbie Harry du groupe punk-rock Blondie,, Bono de U2, Vanessa May, Molko, Kylie Minogue, Beyoncé. Et même Madonna s'inspirera de I feel love sur le track Future lovers dans l'album Confessions on a dancefloor (et tour aussi). Donna Summer eut d'autres hits (The hostage, Mac Arthur park, Hot stuff, On the radio, Could it be magic ? Bad girls…). Donna Summer était la « Queen du disco ! »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.