Le ministère de la Défense: Le général-major Meftah Souab n'a pas fui    Prophéties de chaos    Marché du gaz: Attar vante la stratégie de Sonatrach    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    FAUSSES SAINTETES    Ligue des champions d'Europe: Suspense garanti à Barcelone et Turin    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    L'apocalypse à Beyrouth    Des messages de soutien et propositions d'aides au Liban    Le message de condoléances et de compassion du président Tebboune    Aucun algérien ne figure parmi les victimes des explosions survenues mardi à Beyrouth (Liban), a annoncé le ministère des Affaires étrangères    Les révélations du PDG de l'ANEP    Explosion de Beyrouth: Tebboune ordonne l'envoi immédiat d'aides au peuple libanais    Décès du Professeur Grangaud: Djerad rend hommage à un "Fils de l'Algérie"    Feux de forêts: installation du comité d'évaluation des dégâts    Baisse sensible en 2020    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Belatoui prêt à rempiler    Les travailleurs réclament leurs salaires    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    Sept migrants décédés et cinq blessés dans un accident    Réalisation de puits pour l'amélioration de l'AEP    Le phénomène prend de l'ampleur à Relizane    La RN27 fermée à la circulation du 6 au 8 août    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    LE CHEF D'ETAT-MAJOR CHANEGRIHA AFFIRME : La gendarmerie est l'un des piliers de la stabilité    Le Général-Major Meftah Souab n'est pas en fuite    REOUVERTURE DES MOSQUEES : Les ‘'oulémas'' appellent à réaménager les horaires du confinement    EXPLOSIONS DE BEYROUTH : Pas d'Algériens parmi les victimes    EFFONDREMENT DU TUNNEL MINIER A AIN AZAL : Une commission d'enquête pour déterminer les causes    Sit-in des supporters pour réclamer la 2e place au classement    Réunion du bureau fédéral lundi prochain    Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    Le nouveau SUV Enyaq iV se dévoile    Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    La pandémie joue les trouble-fêtes    Controverse sur la «grande Albanie» : Dua Lipa dit avoir été mal comprise    Se reconstruire après la tragédie    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    Les clubs ne savent plusà quel saint se vouer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Akli Kaci, l'homme des solutions justes
Evocation
Publié dans El Watan le 06 - 07 - 2020

Le moudjahid Akli Larkèche dit Akli Kaci est décédé vendredi 19 juin 2020 à l'âge de 95 ans.
C'est à son enterrement que l'immense foule venue l'accompagner à sa dernière demeure, malgré les mesures de confinement, ici, ignorées complètement, faut-il le reconnaître, s'est un peu plus imprégnée du charisme et de la dimension des valeurs que l'homme détenait chez les jeunes, vieux, femmes et hommes de sa région. Akli Kaci (ou Dda Akli), trouvait toujours, et ce, depuis des décennies, des solutions idoines, sur lesquelles, à chaque fois, personne ne trouvait à redire, aux problèmes et conflits de villageois.
Orphelin de père à sa prime jeunesse avec ses six sœurs, il naquit lorsque son père avait atteint les 65 ans. Seul garçon pour toute la famille, il subviendra aux besoins de celle-ci et surtout de ses sœurs.
L'expérience de cet homme d'exception, avait pris forme dès 1954, après son intégration comme membre actif au sein de la Fédération de France du FLN où il réussissait, avec ses justes vues et ses analyses pertinentes, à toujours aplanir le moindre début de conflit ou de malentendu au sein de l'organisation. A la veille de l'indépendance, il sera nommé président de la commission du référendum d'autodétermination du peuple algérien du 1er juillet 1962.
Comme il tranchait toujours les choses dans le bon sens, avec son caractère cherchant la voie la plus juste, Akli Kaci, très généreux, assumera plus tard, quoique encore en exercice de sa fonction à la wilaya d'Alger, la présidence du comité de son village natal, Aït Yakoub.
Dès que quelque malaise apparaît à l'horizon, c'est à lui qu'on en fait appel, et ce, jusqu'aux derniers jours de sa vie. Il y en aplanira d'ailleurs d'innombrables litiges familiaux, de villageois, de voisinage, en des temps record, en évitant aux citoyens le recours à la justice. Il a été derrière la planification des réseaux d'adduction d'eau potable et de l'assainissement pour le village, selon des témoignages.
En 1972, il sera l'initiateur de la construction de la belle mosquée d'Aït Yakoub, puis du monument des chouhada du village, inauguré en 1989. Avec la disparition de Akli Kaci, c'est assurément le charisme et l'art de venir à bout de tout problème naissant qui vont manquer pour cette patrie natale de l'artiste Amar Ou Yakoub, ainsi qu'à d'autres villages de la commune d'Irdjen, voire même de toute la contrée des Ath Irathen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.