6 aliments légers que vous pouvez manger avant de dormir    Serie A : La Juventus se rate face à Vérone    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Meurtre de Khashoggi: Washington accuse le prince saoudien, mais ne le sanctionne pas    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Football - Ligue 1: L'ESS aux commandes, la palme au WAT et au MCO    Ligue 2 - Groupe Centre: L'USM Harrach nouveau leader    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Les Oranais entament l'an 2 de la Covid-19: Appels réitérés pour le respect des mesures de prévention    Prévue pour aujourd'hui: La grève des adjoints de l'éducation gelée    Guelma: Deux jeunes retrouvés morts dans une grotte, un troisième sauvé    Qui veut canarder les ambulances ?    Des acquis politiques et diplomatiques sur fond de victoires militaires    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    155 nouveaux cas et 2 décès    De Bruyne entre dans un cercle fermé de la Premier League    32e anniversaire de la disparition Dda Lmulud : l'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    La Saoura passe en tête, l'USMA et le NAHD se rebiffent !    Un vendredi sans heurts    Une obligation, pas un choix    Les 12 commandements de la phase transitoire    Alerte au variant britannique    Plusieurs forêts décimées en février    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Pékin et New Delhi discutent d'une nouvelle désescalade sur leur frontière    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Rebondissement dans le limogeage de l'ex-directeur de la radio locale    «Les femmes sont présentes dans les combats mais pas dans les acquis»    Les résidents attendent leurs actes de propriété depuis 38 ans    Les litiges fonciers en débat    UN DRAME ET DES ZONES D'OMBRE    Neuf militaires tués au Mali    Le hirakiste Karim Ilyès relâché    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Défaillance de 12 entreprises versées dans le domaine de la pêche    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Focus sur l'insertion professionnelle des jeunes handicapés    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Un gâchis irrécupérable ?    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il avait côtoyé Slimane Azem, Dahmane El Harrachi et Farid Ali : Le chanteur Belkhir Mohand Akli quitte la scène
Publié dans El Watan le 12 - 07 - 2020

Le chanteur kabyle Belkhir Mohand Akli est décédé vendredi soir à l'âge de 69 ans des suites d'une longue maladie. Il quitte la scène sans faire de bruit, lui qui a vécu modestement, préférant la discrétion aux feux de la rampe.
Le défunt artiste originaire de Boudjima, dans la wilaya de Tizi Ouzou, a commencé à composer depuis le début des années 1970, une période où il était difficile de se faire un nom parmi les monstres sacrés de la chanson kabyle de l'époque.
Durant son long et riche parcours artistique, Belkhir Mohand Akli a su s'imposer par son style atypique et ses poèmes sur des sujets de société.
Parmi ses tubes les plus connus, on peut citer Tumiînt metfetusine (La femme aux doigts de fée), dans lequel il loue le courage de la femme kabyle et ses qualités intrinsèques, Attan, l'hymne à la joie et à l'amour de la fille du pays natal, lfiraq (La séparation), Tavratt, Sidi Hend Abudali, en hommage à un vénérable cheikh de sa région natale. Le défunt a produit six albums aboutis qui rappellent les années d'or de la chanson kabyle. En 1988,
Belkhir est victime d'un AVC ayant paralysé sa main gauche. Cloué au lit, affaibli par la maladie et sans ressources financières, le défunt a vécu les dernières années de sa vie dans le dénuement. «L'artiste est marginalisé dans notre pays. Nous sommes abandonnés à notre triste sort», confiait-il à qui voulait bien l'entendre.
En 2018, le cinéaste Younes Boudaoud avait lancé un appel aux artistes kabyles pour organiser une collecte de solidarité à ce chanteur qui a marqué son temps. L'association culturelle kabyle «Tamurt», en partenariat avec des radios communautaires (radio Canut, radio Pluriel, radio Ondaine et radio Tiziri) avaient organisé en 2018 un événement musical de solidarité en faveur de cet artiste et poète.
Très apprécié de tous pour sa créativité et son humilité, Belkhir Mohand Akli laisse derrière lui l'image d'un artiste complet ayant défendu sa langue et sa culture. Boudjema Rabah, animateur à la Chaîne II, spécialisé dans la chanson kabyle ancienne témoigne : «Le chanteur Belkhir Mohand Akli vient de nous quitter à l'âge de 69 ans, suite à une longue maladie. J'ai eu l'occasion d'enregistrer une émission avec lui sur son parcours artistique, qu'il a commencé en 1964 et en 1969. Il a participé à l'émission des amateurs à la radio Chaîne II animée par le défunt Cherif Kheddam.
En 1973, il a enregistré son premier disque 45 tours. En 1978, il est parti en France par bateau dans lequel il a composé sa célèbre chanson A Sidi Hend Aboudali. Le répertoire de Belkhir Mohand Akli était riche de très belles chansons, telles que Tum3int tfetusin, ufightt di tesga tettru, tin hemlagh tejayi,s idi hend abudali», écrit Boudjema Rabah sur sa page Facebook.
Pour la directrice de la culture, «un grand artiste nous quitte ce soir, une perte pour notre culture. La voix de Belkhir Mohand Akli continuera de résonner. Un artiste ne meurt jamais», résume Nabila Goumeziène.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.