Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Espagne : CEAS-Sahara appelle la communauté internationale à protéger la population sahraouie    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Man City : Guardiola aurait pris une décision pour Mahrez et Gundogan    Montpellier : Delort buteur face au PSG (Vidéo)    Montpellier : Delort envoie une pique à Mbappé et au PSG    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Coronavirus : 199 nouveaux cas, 154 guérisons et 7 décès    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Fertoul pense que «ce sera difficile, mais pas impossible»    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Khawa-khawa, benti-oulidi !    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Maturité et montée en gamme    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Les solutions miracles des constructeurs automobiles    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Des enseignants universitaires véreux    Réactions mitigées des partis politiques    Le Cnese en phase de propositions    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»
Rapport de l'historien Benjamin Stora sur la mémoire
Publié dans El Watan le 25 - 01 - 2021

«Je ne peux rien dire. Ce rapport ne nous a pas été adressé officiellement et nous ne pouvons pas réagir sur la base de ce qui a été rapporté par la presse. Les relations entre Etats ne sont pas gérées comme ça», déclare Abdelmadjid Chikhi.
Le directeur général des Archives nationales et conseiller chargé de la mémoire auprès de la Présidence, Abdelmadjid Chikhi, refuse de commenter le rapport de l'historien Benjamin Stora sur «Les mémoires de la colonisation et de la guerre d'Algérie». «Je ne peux rien dire. Ce rapport ne nous a pas été adressé officiellement et nous ne pouvons pas réagir sur la base de ce qui a été rapporté par la presse. Les relations entre Etats ne sont pas gérées comme ça», nous déclare-t-il.
Et d'ajouter : «Nous réagirons lorsque nous recevrons le rapport de manière officielle.» Abdelmadjid Chikhi a refusé également de s'exprimer sur ce qui a été fait de côté algérien sur cette question de la mémoire. Pour rappel, Abdelmadjid Chikhi a été désigné, en juillet dernier, par le président Abdelmadjid Tebboune «en tant que représentant de l'Algérie pour mener le travail avec l'Etat français sur les dossiers inhérents à la mémoire nationale et à la récupération des archives nationales».
Le directeur général des Archives nationales devait mener le travail en collaboration avec l'historien Benjamin Stora. En décembre dernier, Abdelmadjid Chikhi avait affirmé qu'il n'y a pas eu de collaboration avec Benjamin Stora.
«Je n'ai eu de contacts avec l'historien français Benjamin Stora qu'à deux reprises par téléphone. Il m'a affirmé qu'il préparait un rapport à la demande du président français, Emmanuel Macron, et qu'il ne pouvait pas parler de ce dossier avant de remettre son rapport aux autorités françaises», avait-il déclaré.
Mais la diffusion, mercredi dernier, du contenu du rapport remis par l'historien français spécialiste de l'histoire de l'Algérie au président Emmanuel Macron a suscité des interrogations sur la partie du travail devant être réalisée par Abdelmadjid Chikhi. «Qu'est-ce qui a été fait du côté algérien ?» se demandent de nombreux observateurs.
Pas de réponse. Pour l'instant, le rapport Stora a provoqué de nombreuses réactions des historiens algériens qui ont analysé son contenu.
C'est le cas de Hassan Remaoun qui affirme que «ce rapport correspond à la commande faite par le président Macron». «Il ne s'agit pas de l'élaboration d'une nouvelle version de l'histoire de la colonisation française en Algérie et de la Guerre de Libération nationale, mais plutôt de la présentation d'un état des lieux mémoriel et des retombées que cela suscite dans les relations franco-algériennes», précise-t-il dans une déclaration à l'APS. Selon lui, l'objectif est «d'assumer le lourd contentieux légué dans ce domaine par l'histoire et d'apaiser autant que possible les mémoires de tous les concernés».
Pour sa part, Mohamed El Korso estime que ce document doit interpeller la classe politique française. «Avant d'être une feuille de route pour des négociations sur des sujets sensibles entre l'Algérie et la France dans la perspective d'une future réconciliation pas seulement mémorielle, mais aussi politique, stratégique, scientifique, économique, culturelle…, il interpelle d'abord l'ensemble de la classe politique française à se réconcilier avec sa propre mémoire», indique-t-il.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.