Conseil de Sécurité : le Représentant Permanent de l'Algérie participe au débat ouvert sur la sécurité alimentaire et les conflits    La 17e édition de "Andaloussiates El Djazaïr" s'ouvre à Alger    Tenue de la 3e session du Comité de concertation politique algéro-saoudien    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Saint-Etienne : Boudebouz écarté par son entraineur ?    Conseil des ministres : le projet de la nouvelle loi relative à l'investissement adopté    Maroc: appel à une participation massive à la marche du 29 mai contre la cherté et la répression    Comment défaire une démocratie ? Le cas de la Tunisie sous Kaïs Saïed    Le Conseil de la nation participe à la 33e Conférence extraordinaire de l'UIPA    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison ferme requis contre l'ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal    Nécessité de renforcer les services de réanimation en moyens matériels et humains pour une meilleure prise en charge des malades    Le Conseil de la nation prend part à une conférence sur les droits et conditions des personnes âgées dans la région arabe    Algérie-République tchèque: Signature d'un procès-verbal de coopération dans le domaine minier    Chanegriha supervise un exercice tactique au niveau de la 5ème Région militaire    Ligue Europa: l'Eintracht Francfort l'emporte aux tirs au but face aux Glasgow Rangers    Le Barça s'intéresse à Koulibaly    Saison estivale: 550.000 m3/jour pour l'alimentation en eau potable    Football - Ligue 1: Les poursuivants à l'affût    Tiaret : le mouvement sportif en deuil: Hadj Moumene Ahmed n'est plus    Tlemcen: Le salon de l'étudiant de retour    La nouvelle guerre de l'information ou «La vérité si je mens»    Plaques de signalisation routière, chaises métalliques...: Une bande spécialisée dans le vol démantelée à Bir El Djir    Université: La formation d'ingénieurs privilégiée    Céréales : les stocks stratégiques suffisants    L'imposture totalitaire à l'aune de la duplicité dialectique: Lorsque les médias occidentaux jettent une lumière crue sur des vérités trop longtemps dissimulées    Les bases de la transition énergétique    La femme et le réajustement des ordres établis    L'ivrogne, ce que dit le cœur et ce que dit la bouche    L'archéologie islamique en question    Brèves Omnisports    La double confrontation face à la Palestine fixée    La Sonelgaz se met de la partie    La dernière trouvaille du Makhzen    Manifestation à Londres contre l'extradition de Julian Assange    La Médiation internationale se mobilise    Les entreprises privées du Btph suffoquent    Des faussaires de billets de banque arrêtés    Pêche en eau trouble    Une femme à la tête d'un gang de voleurs    Une amitié de 60 ans sans aucune ride    Le message fort du président Tebboune    «Il couronnera le triomphe électoral du parti»    Pourquoi les prix ont baissé    Mbappé quasiment d'accord    Amara Rachid: de l'école au maquis    Les nouveaux membres installés    Amar Metref ou la voix d'un humble    Justice: 10 ans de prison requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



collage et décollage de Ouahiba Lalmi Merahi
Galerie du Centre des loisirs scientifiques à Alger
Publié dans El Watan le 21 - 04 - 2012

La galerie du Centre des loisirs scientifiques de Didouche Mourad abrite, jusqu'au 21 avril, une exposition de l'artiste peintre collagiste, Ouahiba Lalmi Merahi.
Artiste peintre jusqu'à la moelle, femme rebelle, Ouahiba Lalmi Merahi explore des courants ambitieux dont elle seule détient le secret. Cette artiste peintre, au don inné, livre vingt-six œuvres originales, réalisées entre 2011 et 2012. Un petit tour d'horizon permet de recenser des œuvres à la fois émouvantes, mélancoliques et intenses. Ouahiba Lalmi Merahi livre un art brut. La recherche et la créativité sont de mise. Dans chacune de ses œuvres picturales, on retrouve des fragments de sa vie.
Une vie auréolée de belles rencontres et d'intenses souffrances. C'est à la suite de la perte tragique de sa mère et de son époux, dans les années 1990, que Ouahiba Lalmi se lance dans l'univers des arts plastiques à défaut de se lancer dans l'écriture. Elle y trouvera une thérapie certaine et constructive, un univers qui l'a, en fait, habitée depuis toujours. Après avoir suivi des cours privés de stylisme en France, chez Vauclaire et Daroux, elle en ressort avec un diplôme de «toiliste». «L'art me sert de thérapie et m'aide à vivre, c'est évident», explique-t-elle. D'une voix étranglée par l'émotion, l'artiste fait un flash-back pour venir nous raconter ses débuts. C'est à la rue Daguerre, à Paris, que le destin lui a fait rencontrer un grand cinéaste, Lamaître, qui lui a ouvert les portes en 2008 du célèbre peintre japonais, Naondo Nakamura.
Dans cet espace idoine, elle fait des collages, avant de montrer ses travaux au grand copiste, Alin Marthouret, qui lui a proposé de créer 10 tableaux. Ses œuvres sont alors exposées à Saint Peray. «Je n'ai plus vu la couleur de mes tableaux. J'ai fini par retrouver confiance en moi-même et j'ai exposé d'autres de mes tableaux à Asnières», raconte-t-elle. La peinture de Ouahiba est personnalisée, invitant plus d'un à la méditation. On retrouve des œuvres aux titres révélateurs à plus d'un titre, mais où la technique utilisée invite à l'interrogation. En effet, tout visiteur tente de percer le mystère de cette technique qui se caractérise, entre autres, par la peinture et le collage.
Dans le tableau «Argent artistique», on distingue deux mains posées sur de la toile de jute où gravitent un billet de cinquante dinars et un de cinquante euros. L'espace restant est truffé de pièces de dinars et d'euros. Dans «HLM», on découvre une toile au fond noir où apparaît au centre un assemblage de formes géométriques verticales aux couleurs bigarrées. «L'alchimiste» donne à voir un mannequin en bois, habillé d'une robe en coupures de journaux anciens. La tête est recouverte d'un chapeau en papier journal. Comme l'indique son titre, «Les journalistes sont là» est un hommage à des grandes plumes de la presse algérienne, assassinés par la horde intégriste dans les années 1990.
Les artistes ne sont pas omis puisqu'ils sont présents en force à travers des collages de petites photos d'identité ou encore de caricatures. A la question de savoir pourquoi cet intérêt pour l'utilisation de la toile de jute dans la plupart de ses œuvres, Ouahiba affirme que cette matière à le pouvoir d'équilibrer l'exposition et permet à tout potentiel visiteur de se retrouver. Bien que résidant en France, Ouahiba Lalmi Merahi caresse le rêve de réaliser ses tableaux en Algérie en ayant un endroit pour créer pleinement. «J'aimerais tant faire un affichage grandeur nature d'utilité publique en Algérie.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.