Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Après avoir accusé l'Algérie d'utiliser Pegasus: RSF avoue avoir commis une erreur    Une autre forme de normalisation ?    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    MC Oran: Encore une saison ratée !    RC Relizane: Le maintien en bonne voie    Violence dans les stades: Quand les entraineurs s'en mêlent    Covid-19: Réception de 2,4 millions de doses de vaccin de la Chine    Blida: Trois blessés lors de l'extinction des feux de forêt à Chréa    Bouira: 61,65 %, évolution du taux de réussite au BAC    Naïveté et réalité du monde    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    La session parlementaire clôturée demain    Le CRB nouveau leader    Belazri retenu comme juge de ligne    Lagab et Mansouri abandonnent    Le paiement en ligne est opérationnel    Les dividendes d'une diplomatie scientifique    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Situation catastrophique à Sétif    Khenchela frappée de plein fouet    Deux hôpitaux et quatre polycliniques réquisitionnés    Y a-t-il des présidents d'APC à Alger?    Le retour au confinement de nouveau abordé    208 migrants secourus en 48 heures    Le baril efface ses pertes    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    ALGER RIPOSTE    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Fini la politique de l'autruche    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



collage et décollage de Ouahiba Lalmi Merahi
Galerie du Centre des loisirs scientifiques à Alger
Publié dans El Watan le 21 - 04 - 2012

La galerie du Centre des loisirs scientifiques de Didouche Mourad abrite, jusqu'au 21 avril, une exposition de l'artiste peintre collagiste, Ouahiba Lalmi Merahi.
Artiste peintre jusqu'à la moelle, femme rebelle, Ouahiba Lalmi Merahi explore des courants ambitieux dont elle seule détient le secret. Cette artiste peintre, au don inné, livre vingt-six œuvres originales, réalisées entre 2011 et 2012. Un petit tour d'horizon permet de recenser des œuvres à la fois émouvantes, mélancoliques et intenses. Ouahiba Lalmi Merahi livre un art brut. La recherche et la créativité sont de mise. Dans chacune de ses œuvres picturales, on retrouve des fragments de sa vie.
Une vie auréolée de belles rencontres et d'intenses souffrances. C'est à la suite de la perte tragique de sa mère et de son époux, dans les années 1990, que Ouahiba Lalmi se lance dans l'univers des arts plastiques à défaut de se lancer dans l'écriture. Elle y trouvera une thérapie certaine et constructive, un univers qui l'a, en fait, habitée depuis toujours. Après avoir suivi des cours privés de stylisme en France, chez Vauclaire et Daroux, elle en ressort avec un diplôme de «toiliste». «L'art me sert de thérapie et m'aide à vivre, c'est évident», explique-t-elle. D'une voix étranglée par l'émotion, l'artiste fait un flash-back pour venir nous raconter ses débuts. C'est à la rue Daguerre, à Paris, que le destin lui a fait rencontrer un grand cinéaste, Lamaître, qui lui a ouvert les portes en 2008 du célèbre peintre japonais, Naondo Nakamura.
Dans cet espace idoine, elle fait des collages, avant de montrer ses travaux au grand copiste, Alin Marthouret, qui lui a proposé de créer 10 tableaux. Ses œuvres sont alors exposées à Saint Peray. «Je n'ai plus vu la couleur de mes tableaux. J'ai fini par retrouver confiance en moi-même et j'ai exposé d'autres de mes tableaux à Asnières», raconte-t-elle. La peinture de Ouahiba est personnalisée, invitant plus d'un à la méditation. On retrouve des œuvres aux titres révélateurs à plus d'un titre, mais où la technique utilisée invite à l'interrogation. En effet, tout visiteur tente de percer le mystère de cette technique qui se caractérise, entre autres, par la peinture et le collage.
Dans le tableau «Argent artistique», on distingue deux mains posées sur de la toile de jute où gravitent un billet de cinquante dinars et un de cinquante euros. L'espace restant est truffé de pièces de dinars et d'euros. Dans «HLM», on découvre une toile au fond noir où apparaît au centre un assemblage de formes géométriques verticales aux couleurs bigarrées. «L'alchimiste» donne à voir un mannequin en bois, habillé d'une robe en coupures de journaux anciens. La tête est recouverte d'un chapeau en papier journal. Comme l'indique son titre, «Les journalistes sont là» est un hommage à des grandes plumes de la presse algérienne, assassinés par la horde intégriste dans les années 1990.
Les artistes ne sont pas omis puisqu'ils sont présents en force à travers des collages de petites photos d'identité ou encore de caricatures. A la question de savoir pourquoi cet intérêt pour l'utilisation de la toile de jute dans la plupart de ses œuvres, Ouahiba affirme que cette matière à le pouvoir d'équilibrer l'exposition et permet à tout potentiel visiteur de se retrouver. Bien que résidant en France, Ouahiba Lalmi Merahi caresse le rêve de réaliser ses tableaux en Algérie en ayant un endroit pour créer pleinement. «J'aimerais tant faire un affichage grandeur nature d'utilité publique en Algérie.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.