Le déficit national de pluviométrie compris entre 20 et 30% sur les 3 dernières années    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Accidents: 11 morts et 738 blessés depuis le début du Ramadhan    Super Ligue : Florentino Perez s'explique    Les Kabyles dès aujourd'hui au Cameroun    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    Garcia encense (encore) Slimani    La BADR vulgarise ses produits    Les ménages à rude épreuve    Des brigades de l'APC et du commerce sur le qui-vive    La valorisation économique au menu    C'est l'escalade !    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    L'AG élective «bis» de la FABB le 24 avril    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    Boukadoum en visite de travail en Libye    Des dossiers lourds en voie de finalisation    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Retard dans le versement des salaires «La dignité de l'enseignant est une ligne rouge»    Poulet kedjenou    Le parcours du combattant des candidats indépendants    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    Le Musée des beaux-arts d'Alger restaure des œuvres de Rodin    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    L'Algérie a besoin d'un baril à plus de 169 dollars    6 ans de prison pour deux anciens DG    3 décès et 156 nouveaux cas    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Garde à vue prolongée pour les manifestants arrêtés vendredi    Les exigences de la CNCC    À Chypre, l'héritage des Templiers est une réalité    Naima Ababsa: une digne représentante de la chanson algérienne dans la diversité de ses genres    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    Es-Sénia: Démolition de quatre constructions illicites    Christopher Ross: La décision de Trump sur le Sahara Occidental «irréfléchie» et «dangereuse»    Profession: Auto-serveur    Le Niger s'enfonce dans la tragédie    Le deuxième remplissage aura lieu en juillet et août    Les autorités annoncent de nouvelles mesures sanitaires    Un "rendez-vous marquant" pour Ammar Belhimer    «Rachad doit être classé organisation terroriste»    Intolérable gaspillage!    Conclave des opérateurs de l'Ouest    L'heure du bilan n'a pas encore sonné    Le buste d'Audin fait polémique    «J'ai enseigné tamazight, clandestinement»    Les enfants des zones d'ombre invités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





collage et décollage de Ouahiba Lalmi Merahi
Galerie du Centre des loisirs scientifiques à Alger
Publié dans El Watan le 21 - 04 - 2012

La galerie du Centre des loisirs scientifiques de Didouche Mourad abrite, jusqu'au 21 avril, une exposition de l'artiste peintre collagiste, Ouahiba Lalmi Merahi.
Artiste peintre jusqu'à la moelle, femme rebelle, Ouahiba Lalmi Merahi explore des courants ambitieux dont elle seule détient le secret. Cette artiste peintre, au don inné, livre vingt-six œuvres originales, réalisées entre 2011 et 2012. Un petit tour d'horizon permet de recenser des œuvres à la fois émouvantes, mélancoliques et intenses. Ouahiba Lalmi Merahi livre un art brut. La recherche et la créativité sont de mise. Dans chacune de ses œuvres picturales, on retrouve des fragments de sa vie.
Une vie auréolée de belles rencontres et d'intenses souffrances. C'est à la suite de la perte tragique de sa mère et de son époux, dans les années 1990, que Ouahiba Lalmi se lance dans l'univers des arts plastiques à défaut de se lancer dans l'écriture. Elle y trouvera une thérapie certaine et constructive, un univers qui l'a, en fait, habitée depuis toujours. Après avoir suivi des cours privés de stylisme en France, chez Vauclaire et Daroux, elle en ressort avec un diplôme de «toiliste». «L'art me sert de thérapie et m'aide à vivre, c'est évident», explique-t-elle. D'une voix étranglée par l'émotion, l'artiste fait un flash-back pour venir nous raconter ses débuts. C'est à la rue Daguerre, à Paris, que le destin lui a fait rencontrer un grand cinéaste, Lamaître, qui lui a ouvert les portes en 2008 du célèbre peintre japonais, Naondo Nakamura.
Dans cet espace idoine, elle fait des collages, avant de montrer ses travaux au grand copiste, Alin Marthouret, qui lui a proposé de créer 10 tableaux. Ses œuvres sont alors exposées à Saint Peray. «Je n'ai plus vu la couleur de mes tableaux. J'ai fini par retrouver confiance en moi-même et j'ai exposé d'autres de mes tableaux à Asnières», raconte-t-elle. La peinture de Ouahiba est personnalisée, invitant plus d'un à la méditation. On retrouve des œuvres aux titres révélateurs à plus d'un titre, mais où la technique utilisée invite à l'interrogation. En effet, tout visiteur tente de percer le mystère de cette technique qui se caractérise, entre autres, par la peinture et le collage.
Dans le tableau «Argent artistique», on distingue deux mains posées sur de la toile de jute où gravitent un billet de cinquante dinars et un de cinquante euros. L'espace restant est truffé de pièces de dinars et d'euros. Dans «HLM», on découvre une toile au fond noir où apparaît au centre un assemblage de formes géométriques verticales aux couleurs bigarrées. «L'alchimiste» donne à voir un mannequin en bois, habillé d'une robe en coupures de journaux anciens. La tête est recouverte d'un chapeau en papier journal. Comme l'indique son titre, «Les journalistes sont là» est un hommage à des grandes plumes de la presse algérienne, assassinés par la horde intégriste dans les années 1990.
Les artistes ne sont pas omis puisqu'ils sont présents en force à travers des collages de petites photos d'identité ou encore de caricatures. A la question de savoir pourquoi cet intérêt pour l'utilisation de la toile de jute dans la plupart de ses œuvres, Ouahiba affirme que cette matière à le pouvoir d'équilibrer l'exposition et permet à tout potentiel visiteur de se retrouver. Bien que résidant en France, Ouahiba Lalmi Merahi caresse le rêve de réaliser ses tableaux en Algérie en ayant un endroit pour créer pleinement. «J'aimerais tant faire un affichage grandeur nature d'utilité publique en Algérie.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.