Zones enclavées: les projets utilisant l'énergie solaire fonctionnent à un rythme appréciable    Nâama : le Moudjahid Boukhari Kouider inhumé au cimetière de Sidi Merbouh    Inauguration de Djamaâ El-Djazaïr: un pôle du juste milieu témoignant du rôle civilisationnel de 1er plan de l'Algérie    Rentrée professionnelle: introduction de nouvelles spécialités à l'Est du pays    Le rôle religieux et civilisationnel de Djamaâ El-Djazaïr dans le monde musulman mis en valeur    L'apport des mathématiques à la langue arabe et aux pratiques cultuelles évoqué à Alger    OCI: Amar Belani rappelle les efforts constants de l'Algérie en faveur de la cause palestinienne    Rentrée professionnelle dans les wilayas du centre: des formations en réponse aux besoins du secteur économique    Energie: le gaz, un combustible incontournable pour accompagner la transition énergétique    Boughali rencontre à Windhoek l'ancien président namibien et la vice-présidente de la République    Un mois après la décision de la CIJ d'arrêter les massacres, l'entité sioniste maintient son action génocidaire à Ghaza    CAN-2024 féminine/amical: les "Vertes" s'imposent face au Burkina Faso 2-0    Equitation/Saut d'obstacles: le cavalier Moundir Mahi s'adjuge le grand prix deux étoiles du concours national à Oran    Le Président de la République félicite Kaylia Nemour pour sa médaille d'or en gymnastique    Naâma: un réseau criminel facilitant l'entrée et sortie des Marocains via les frontières terrestres démantelé    Les plasticiens Mohamed Smara et Taïeb Benabbas Bakhti exposent à Alger    CSJ: lancement des travaux des réunions des commissions spécialisées dans leur 4e session    Président de la République: l'Algérie connaît une profonde mutation à tous les niveaux    L'Algérie, le nouvel exemple à suivre !    Arrestation de trois faux monnayeurs    Plusieurs dispositions pour assurer les ressources fiscales au profit des collectivités locales        Les efforts de l'Etat algérien mis en exergue    Nouvelles attaques contre une base militaire des forces d'occupation marocaines dans le secteur de Mahbes    L'apartheid en Palestine doit cesser    L'ONJSA tiendra son 3e Congrès jeudi à l'OCO    36 familles raccordées au gaz à « Ben Jebli 1 », à Tessala    Un montage financier de 40 milliards alloué    Pas facile de faire redonner du goût aux Verts    Athlétisme : Une dizaine d'athlètes de l'élite en stage à Oran    L'état d'avancement des projets de développement énergétiques de la wilaya à l'ordre du jour    Au nom de la vie et du partage    Journées nationales «Milah» du film documentaire et du court-métrage de fiction    Djelfa accueille la première édition    Le ministère de la Communication convoque des journalistes sportifs    «Le service du citoyen au cœur des priorités de l'Administration»    François Gèze, l'engagement, les livres et l'Algérie    Tunisie. Hommage à Ahmed Manaï, un inclassable dissident    Le diktat des autodidactes    Prise de Position : Solidarité avec l'entraîneur Belmadi malgré l'échec    L'Algérie dans la nasse des Emirats    Coupe d'afrique des nations - Equipe Nationale : L'Angola en ligne de mire    Suite à la rumeur faisant état de 5 décès pour manque d'oxygène: L'EHU dément et installe une cellule de crise    Pôle urbain Ahmed Zabana: Ouverture prochaine d'une classe pour enfants trisomiques    El Tarf: Des agriculteurs demandent l'aménagement de pistes    Ils revendiquent la régularisation de la Pension complémentaire de retraite: Sit-in des mutualistes de la Sonatrach devant le siège Aval    L'évanescence de la paix    Nouvel an amazigh: Tebboune adresse ses vœux au peuple    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



collage et décollage de Ouahiba Lalmi Merahi
Galerie du Centre des loisirs scientifiques à Alger
Publié dans El Watan le 21 - 04 - 2012

La galerie du Centre des loisirs scientifiques de Didouche Mourad abrite, jusqu'au 21 avril, une exposition de l'artiste peintre collagiste, Ouahiba Lalmi Merahi.
Artiste peintre jusqu'à la moelle, femme rebelle, Ouahiba Lalmi Merahi explore des courants ambitieux dont elle seule détient le secret. Cette artiste peintre, au don inné, livre vingt-six œuvres originales, réalisées entre 2011 et 2012. Un petit tour d'horizon permet de recenser des œuvres à la fois émouvantes, mélancoliques et intenses. Ouahiba Lalmi Merahi livre un art brut. La recherche et la créativité sont de mise. Dans chacune de ses œuvres picturales, on retrouve des fragments de sa vie.
Une vie auréolée de belles rencontres et d'intenses souffrances. C'est à la suite de la perte tragique de sa mère et de son époux, dans les années 1990, que Ouahiba Lalmi se lance dans l'univers des arts plastiques à défaut de se lancer dans l'écriture. Elle y trouvera une thérapie certaine et constructive, un univers qui l'a, en fait, habitée depuis toujours. Après avoir suivi des cours privés de stylisme en France, chez Vauclaire et Daroux, elle en ressort avec un diplôme de «toiliste». «L'art me sert de thérapie et m'aide à vivre, c'est évident», explique-t-elle. D'une voix étranglée par l'émotion, l'artiste fait un flash-back pour venir nous raconter ses débuts. C'est à la rue Daguerre, à Paris, que le destin lui a fait rencontrer un grand cinéaste, Lamaître, qui lui a ouvert les portes en 2008 du célèbre peintre japonais, Naondo Nakamura.
Dans cet espace idoine, elle fait des collages, avant de montrer ses travaux au grand copiste, Alin Marthouret, qui lui a proposé de créer 10 tableaux. Ses œuvres sont alors exposées à Saint Peray. «Je n'ai plus vu la couleur de mes tableaux. J'ai fini par retrouver confiance en moi-même et j'ai exposé d'autres de mes tableaux à Asnières», raconte-t-elle. La peinture de Ouahiba est personnalisée, invitant plus d'un à la méditation. On retrouve des œuvres aux titres révélateurs à plus d'un titre, mais où la technique utilisée invite à l'interrogation. En effet, tout visiteur tente de percer le mystère de cette technique qui se caractérise, entre autres, par la peinture et le collage.
Dans le tableau «Argent artistique», on distingue deux mains posées sur de la toile de jute où gravitent un billet de cinquante dinars et un de cinquante euros. L'espace restant est truffé de pièces de dinars et d'euros. Dans «HLM», on découvre une toile au fond noir où apparaît au centre un assemblage de formes géométriques verticales aux couleurs bigarrées. «L'alchimiste» donne à voir un mannequin en bois, habillé d'une robe en coupures de journaux anciens. La tête est recouverte d'un chapeau en papier journal. Comme l'indique son titre, «Les journalistes sont là» est un hommage à des grandes plumes de la presse algérienne, assassinés par la horde intégriste dans les années 1990.
Les artistes ne sont pas omis puisqu'ils sont présents en force à travers des collages de petites photos d'identité ou encore de caricatures. A la question de savoir pourquoi cet intérêt pour l'utilisation de la toile de jute dans la plupart de ses œuvres, Ouahiba affirme que cette matière à le pouvoir d'équilibrer l'exposition et permet à tout potentiel visiteur de se retrouver. Bien que résidant en France, Ouahiba Lalmi Merahi caresse le rêve de réaliser ses tableaux en Algérie en ayant un endroit pour créer pleinement. «J'aimerais tant faire un affichage grandeur nature d'utilité publique en Algérie.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.