Abdelaziz Bouteflika : " Le FLN est le fruit de Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre "    Après l'accord entre l'Opep et ses alliés : Le pétrole achève la semaine en hausse    USA : Créations d'emplois moins fortes que prévu    À partir de 2021 : "L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre"    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    Accord de pêche UE-Maroc : La Suède s'oppose aux décisions du Conseil de l'UE    CAN 2019 : Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Mondial-2019 dames : Les Américaines, tenantes du titre, avec Thaïlande, Chili et Suède dans le groupe F    Tizi-Ouzou : La recherche des harraga disparus au large de Tigzirt se poursuit    Trump annonce le départ de John Kelly    Paris demande à trump de ne pas semêlerde polotique intérieure Française    Le marché, couvert à 53% de ses besoins    Les autorités algériennes appelées à les respecter    L'Algérie incapable d'abriter une compétition majeure    L'alliance présidentielle affiche sa disponibilité    Leurs corps sans vie repêchées de oued Mendès    Les dispositions expliquées par l'ambassade de France    La viande saisie achetée par un jeune "inconnu"    Le prix Mohia d'or institutionnalisé    Les Français ont eu vraiment peur…    Cinq ONG interpellent les autorités: Un appel «pour le respect des libertés»    «Al Capone le faussaire», dans les filets de la police de sougueur    L'instance de coordination s'est réunie hier au siège du RND: Alliance pour… la stabilité    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public, présenté à Alger    Une programmation qui a tenu toutes ses promesses    Semences de pomme de terre: L'autosuffisance en 2021    Déclaration de patrimoine: 54 000 élus et 6000 hauts fonctionnaires concernés    CHLEF: Journée de sensibilisation sur «El Harga»    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Brahimi buteur face à Portimonense    «La France est «reconnaissante» à l'Algérie»    Soins en France, rien de nouveau    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Le coût du transport réduit la compétitivité    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Boca débouté    Oran Stage hivernal à Oran    Ah'chem chouia !    Une sacrée «derdba» en hommage au maâlem Benaïssa    Un concours de pièces de théâtre radiophoniques l'année prochaine    La CJUE inébranlable sur la primauté du droit    Un deal à consolider    Tailleur de pierres, un métier ancestral    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Divergences au sommet    Les conservateurs allemands élisent le successeur d'Angela Merkel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Daïra de Thénia : les sinistrés des intempéries crient leur détresse
Boumerdes : les autres articles
Publié dans El Watan le 02 - 05 - 2012

Des dizaines d'habitations ont été touchées par les glissements de terrain de l'hiver dernier et leurs occupants s'abritent jusqu'à présent dans des tentes.
Les intempéries qu'ont connues, l'hiver dernier, les communes de la daïra de Thénia, dans la wilaya de Boumerdes ont engendré en divers endroits des glissements de terrain considérables. Par conséquent, de nombreuses familles se sont retrouvées dans une situation des plus périlleuses.La commune de Beni Amrane est incontestablement la localité qui a le plus souffert de ce phénomène naturel. En témoigne ce vaste affaissement de sol qui a emporté des dizaines d'habitations érigées depuis plusieurs décennies le long du chemin de fer, tout près de la gare ferroviaire. Ainsi, les familles sinistrées vivent aujourd'hui sous des tentes de fortune dans des conditions intenables. A l'extrême ouest de cette commune encore, une route récemment réalisée a été complètement coupée à la circulation par un glissement similaire, qui a carrément emporté une partie de la chaussée.
La détérioration de cette route a non seulement accentué le désarroi des habitants des 218 chalets, mais aussi la préoccupation des résidants des 50 logements LSP, menacés par un éboulement qui peut se produire à tout moment. Les traces de cette catastrophe naturelle sont visibles à l'entrée même des cages d'escaliers. Les multiples requêtes que les bénéficiaires ont adressées au promoteur et aux autorités municipales pour les convaincre de la nécessité d'édifier un mur de soutènement afin de parer au danger sont restées lettre morte. A quelques mètres de cette cité, soit de l'autre côté de la RN5, un bloc de trois bâtiments abritant les sinistrés du séisme de mai 2003 est sérieusement menacé à cause d'un éboulement qui a emporté aussi une partie de la chaussée, ainsi que des pylônes d'éclairage public, détériorant en plus des canaux d'assainissement et une structure métallique de protection. Un éboulement identique s'est également produit dernièrement au chef-lieu de la commune de Thénia, causant de graves dégâts, notamment au niveau de l'abribus.
L'impressionnante masse d'éboulis qui a dévalé à partir des hauteurs de la salle omnisports a fini par couvrir tout le trottoir de la route principale de la ville en enfouissant sur son passage quatre locaux commerciaux. Habituellement très fréquentés par la foule en raison de l'existence de multiples commerces, les lieux sont actuellement déserts et les premiers pénalisés par cette calamité sont les familles qui s'y approvisionnaient. La salle omnisports, dont une partie de sa clôture s'est affaissée, risque de s'écrouler si l'on ne procède pas d'urgence à sa consolidation. Au lieudit Tinoukline, 15 kilomètres plus loin, un glissement de terrain a détérioré la route menant vers le village Tiza, dans la commune de Ammal. Des gabionnages sont impératifs pour éviter une rupture totale de la circulation sur cette voie. Dans la commune de Souk El Had, même si aucun glissement de terrain n'a été signalé, les eaux en furie avaient causé d'énormes dégâts et des désagréments aux villageois.
Le passage souterrain pour rejoindre le point d'arrêt de bus sur la RN 5 et le chemin municipal n°68 menant vers les cités via le stade sont constamment impraticables, et pour les piétons et pour les automobilistes. Gagnées par le désarroi, les populations qui vivent dans ces diverses localités ayant subi les affres de la nature, se considèrent comme étant «ignorées et abandonnées» par les pouvoirs publics.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.