Le dilemme de Bedoui et Lamamra    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Les Algériens à la recherche d'une double rupture    «Je ne vais pas passer mon temps à justifier tous mes choix…»    Fin de parcours pour la JS Saoura    Le GS Pétroliers réussit ses débuts    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Détournements de deniers publics à l'antenne ADE de Bouhadjar, 3 fonctionnaires impliqués    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Ligue 2: L'ASO Chlef nouveau dauphin du NCM    16 soldats maliens tués dans un assaut contre une base militaire    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Trafic de fausse monnaie: Un troisième réseau démantelé à Oran    Oran: Vingt ans de prison pour des convoyeurs de cocaïne    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    Ligue 1: Le MCO épinglé à Sétif, la JSK rate le coche    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Les travailleurs de GTP et Sarpi en grève    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Mohamed Aïssaoui, un exemple de l'intégration sociale des handicapés par le sport    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    CNAS: Près de 295 000 assurés sociaux aux besoins spécifiques pris en charge en 2018    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    Les journalistes de l'ENTV écrivent à leur DG    Gaïd-Salah en visite de travail    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Début des 13es rencontres cinématographiques de Béjaïa : Nocturnes émotions à Bordj moussa
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 07 - 09 - 2015

Le musée Bordj Moussa, sur la hauteurs de Béjaïa, a abrité, samedi soir, la cérémonie d'ouverture des 13es Rencontres cinématographiques de Béjaïa, organisées par l'Association Project'Heurts. Cérémonie marquée par la présence de Azzeddine Mihoubi, ministre de la Culture.
«C'est la première fois qu'un ministre de la Culture assiste aux Rencontres depuis leur création en 2003», a déclaré Abdenour Hochiche, directeur des Rencontres. Azzeddine Mihoubi, qui considère le dossier cinéma comme prioritaire, est venu soutenir les Rencontres. «Avant d'arriver à ce poste, je suivais cette manifestation.
Chaque année, le groupe qui s'occupe des Rencontres réussissait l'expérience en présentant du nouveau. Il est de mon devoir de l'encourager. Les Rencontres de Béjaïa ont donné une nouvelle dimension au cinéma en Algérie. Le ministère de la Culture est prêt à aider les animateurs des Rencontres. C'est un modèle de réussite pour les associations qui activent dans le domaine culturel», a déclaré Azzeddine Mihoubi.
Un travail de coordination est, selon lui, mené actuellement avec le ministère de l'Intérieur pour récupérer les salles de cinéma gérées par les APC au niveau national. «Des salles qui seront rénovées, puis soumises à exploitation selon un plan en cours d'élaboration. Les salles de cinéma ne peuvent pas être gérées en dehors du secteur de la culture.
Les APC n'ont pas les moyens pour doter les salles d'équipements de technologie de pointe. Une technologie (DCP) qui est présente actuellement dans tous les pays. Les normes de distribution et de projection de films ont changé aussi», a-t-il ajouté.
Une douzaine de sponsors soutiennent les Rencontres de Béjaïa, à l'image de l'Entreprise portuaire de Béjaïa, Cévital, le Centre national de cinéma (CNC), l'APW de Béjaïa et l'Institut français. «Le public est le premier sponsor des Rencontres.
Quand le public est avec nous, nous allons de l'avant et dépassons tous les problèmes. Car nous faisons un travail qui est suivi. Les Rencontres constituent une plateforme de réflexion sur le cinéma en présence de professionnels», a relevé Abdenour Hochiche. La direction artistique a changé cette année. «Je fais mon entrée pour la première fois.
L'équipe de programmation a changé, mais l'esprit reste le même. Je pense que l'identité des Rencontres cinématographiques est bien là, installée. Nous avons fait un appel à films il y a six mois car nous voulions prendre le temps de visionner. Nous avons reçu 330 films, le double de ce que nous avions reçu l'année dernière. Nous avons sélectionné 35 films. C'est un cinéma particulier qui s'intéresse à l'individu», a précisé Laïla Aoudj, directrice artistique.
10 949 femmes, le documentaire de Nassima Guessoum a été le premier film projeté suscitant une vague d'émotion parmi les présents. Nassima Guessoum s'est intéressée à l'itinéraire militant de Nassima Hablal, celle qui avait connu Amara Rachid, Abane Ramdane, Ali Haroun, Omar Boudaoud et d'autres. Nassima Hablal, décédée en mai 2013, s'est confiée à la caméra de Nassima Guessoum avec beaucoup de sincérité et de franchise. La documentariste filmait l'héroïne de la guerre de Libération nationale dans sa cuisine, dans son salon, dans la rue...
«Boussouf était un tueur. Il faisait des affaires sur le dos de la Révolution. Boumediène a assassiné et mis en prison beaucoup de nationalistes après l'indépendance», a-t-elle dit.
Elle a raconté comment son époux, Mohamed Ben Mokkadem, était persécuté par le régime de Boumediène. Nassima Hablal a raconté les nuits de terreur passées sous la torture par des paras français à Alger, évoqué la perte de son fils unique, Youcef. «Les héroïnes sont des êtres vivants, pas des êtres figés.Nassima Hablal était une femme ‘‘incadrable'', refusait d'entrer dans la norme.
Elle ne fermait jamais sa porte, car elle garde de mauvais souvenirs de la prison. Elle chantait, alternait chansons françaises et chants patriotiques. Je n'avais donc pas besoin de bande son. Elle n'a jamais pleuré devant moi.
La colère qu'elle exprimait à l'égard de Dieu par exemple était suffisante pour évoquer l'arrachement et la peine qu'elle avait. La douleur était tellement forte qu'elle remplaçait les larmes. Si elle avait pleuré, je n'aurais pas montré les images, car je ne suis pas dans l'apitoiement», a souligné Nassima Guessoum lors du débat qui a suivi la projection.
Des films sont à découvrir durant les Rencontres tels que Exterminator de Abdelghani Raoui, Fièvres de Hicham Ayouch, Serial K d'Amine Sidi Boumediène, Je suis le peuple d'Anne Roussillon, La route du pain de Hicham Elladdaqui, La nuit et l'enfant de David Yon et Histoire de Judas de Rabah Ameur Zaïmèche.
Les films sont projetés au Théâtre régional Abdelmalek Bouguermouh avec trois séances (14h30, 17h et 20h). Les films seront projetés une seconde fois à la cinémathèque algérienne. Un atelier d'écriture de scénarios, «Côté courts», sera organisé en marge des Rencontres accueillant des jeunes auteurs-réalisateurs du Maghreb. Il sera animé par Meriem Hamidat et Jean Pierre Morrillon.
Parmi les projets retenus figurent Pour ceux qui restent d'Amel Blidi et L'akhtiste de Mohamed Yargui (Algérie), Eloignement de Gasmi Abir (Tunisie) et Pour combien ces bananes ? de Issam Belayachi (Maroc).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.