Rentrée 2022-2023 : le ministère de l'Education publie la liste officielle des fournitures scolaires    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Le vieux de mon village    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Un Palestinien tombe en martyr    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La problématique de la harga fait polémique
Les avis divergent sur la question
Publié dans El Watan le 23 - 01 - 2018

C'est la première fois qu'une personnalité politique de premier plan reconnaît que les nombreuses entraves qui pèsent sur la société algérienne et les interdits étouffent une jeunesse qui préfère se «jeter à la mer» et souvent mourir plutôt que de continuer à vivre dans un pays qui est sous l'emprise de la religion.
«C'est peut-être un climat, un plaisir de vivre qui est absent dans notre pays», a affirmé le Premier
ministre lors de sa conférence de presse du 20 janvier, lors de la clôture du conseil national du RND (Rassemblement national démocratique), taclant au passage les propos d'un célèbre imam d'une chaîne de télévision privée qui s'en était pris aux habitants de Mascara, leur reprochant d'accepter qu'un vin porte le même nom que leur ville. Une explication d'autant plus intéressante que l'islamisation de la société a été accélérée par le président Bouteflika depuis plusieurs années.
Dans un rapport publié en 2017, il est noté un retour des islamistes vers la prédication avec des organisations et des associations satellitaires dans l'objectif d'islamiser la société. Une «islamisation qui s'accélère» et qui «domine tous les débats», affirme le rapport. L'explication du Premier ministre suffit-elle à expliquer le phénomène de la harga ? Sûrement pas, car elle occulte les échecs des politiques économiques menées depuis de nombreuses années.
C'est en tout cas ce qu'a voulu rappeler l'ancienne candidate à la présidentielle lors de sa conférence de presse tenue dimanche à l'issue du bureau politique du parti. Mme Hanoune a tenu à répondre aux propos du Premier ministre et attaquer sa politique économique. «Les responsables de ces drames sont les auteurs des politiques économiques adoptées, parmi lesquelles celle de l'actuel Premier
ministre», a accusé la patronne du Parti des travailleurs. Si dans les années 2000 le phénomène attirait essentiellement des jeunes sans emploi et sans perspectives, incapables d'obtenir un visa, le phénomène touche maintenant des universitaires, des femmes et mêmes de jeunes enfants.
En novembre 2017, plus de 500 harraga étaient arrivés en une semaine en Espagne, révélait le ministre de l'Intérieur ibérique, alors même que l'Algérie a depuis 2009 décidé d'instaurer une loi criminalisant le phénomène (les candidats à l'émigration clandestine interceptés sont souvent condamnés à des amendes ou à des peines de prison), sans que cela ne tarisse les tentatives de départ.
L'Algérie est classée au cinquième rang du classement des nationalités de migrants effectuant la traversée, derrière la Syrie (15%), le Maroc (9%), le Nigeria et l'Irak (7% chacun).
Quelles que soient les explications avancées par M. Ouyahia ou Mme Hanoune pour expliquer le phénomène de la harga, la réalité est cruelle : plus de 4800 médecins algériens exercent en France, sans compter les 400 000 cadres supérieurs qui exercent en France, en Grande-Bretagne et aux USA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.