Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    Sit-in des avocats devant le palais de justice    Sidi Saïd plus que jamais indésirable    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    «La rue doit maintenir la pression»    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    La fin des anneaux de Jupiter    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Le groupe Benamor se disculpe    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Le monde entier a exprimé son immense douleur !    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une Algérie en rouge et noir
Avant-première de Moriturie à ALGER
Publié dans El Watan le 03 - 02 - 2007

Alger. Salle Algeria. Une soirée de février. Il y a du monde. Une affiche modeste attire peu de regards. Elle annonce pourtant la sortie de Morituri, le film de Okacha Touita.
Les affiches grandeur nature ne sont pas encore dans les moyens du cinéma algérien. Le producteur Bachir Derrais, qui prend la parole sur une scène mal éclairée, dit tout le mal qu'il a eu pour ramasser les fonds pour concrétiser l'adaptation à l'écran du polar de Yasmina Khadra. « Personne ne voulait financer le film ni en Algérie ni en France », lance-t-il. Le film, qui devait sortir lors de l'Année de l'Algérie en France n'a, pour des raisons inconnues, pas eu les « faveurs » du comité Raouraoua. Et voilà qu'arrive Alger, capitale de la culture arabe. Miracle : le film peut sortir. Tant mieux. C'est le premier d'une liste de 22 longs métrages prévus par les organisateurs de la manifestation. L'ENTV, dont la caisse déborde d'argent grâce au monopole sur le marché de la publicité télévisuelle, met 5 millions de dinars dans le projet qui traîne depuis 2003. Le producteur recourt à un prêt bancaire et est aidé par le Centre français du cinéma (CNC) et Claude Kunetz de Wallworks. Bref, tout le monde est heureux ce mercredi. Même si la faiblesse de l'aide publique au cinéma ne suscite toujours pas le débat qu'il faut. Un représentant du ministère de la Culture justifie l'absence de Khalida Toumi par « un conseil du gouvernement ». Détail presque oublié deux minutes après. La magie de la salle sombre efface tout. Le commissaire Llob, personnage central de Morituri, incarné par Miloud Khetib, se lève difficilement. Les images de Allel Yahiaoui, qui a à son actif 45 films, sont perfect. « Saigné aux quatre veines, l'horizon accouche à la césarienne d'un jour qui, finalement, n'aura pas mérité sa peine », écrit Yasmina Khadra dans son roman noir. La trame de l'histoire se déroule dans une Algérie prise dans les tourments de la violence. A tous les niveaux. Llob et son lieutenant, Lino, correctement joué par le jeune Azzedine Bouraghda, tentent de faire dans l'investigation dans un pays où il y en n'a pas. Expliquer les raisons de la disparition (tient !) de la fille de Ghoul Malek, un homme puissant. Pour ce rôle, le réalisateur a fait appel à Mohamed Johari. Sa carrure et son allure rappellent celles d'un ponte connu du régime. Simple ressemblance ? Okacha Touita, qui a rendu une sympathique visite hier à la rédaction, répond par un sourire artistique. Llob, Lino et Serj (interprété par un Rachid Farès toujours égal à lui-même) entrent dans des dédales qui les mènent aux limbes rouges, curieux « boîte de nuit » où le diable semble avoir élu domicile, à la rencontre de vendeuses de charme et de Haj Garne, symbole de l'affairisme puant, à la poursuite de Slimane Abbou, vrai dealer et faux terroriste, à la recherche de Didi, videur de cabaret, exécutant de crime sous couvert de religiosité tactique à ses heures libres et à l'arrestation de Mourad Atti, proxénète insignifiant tiré d'une bande dessinée ! Question à Slimane Abbou par Llob : “« Où est Didi ? » Réponse : « Aucune idée. » « Au maquis ? » « Didi, au maquis ? Il est incapable de survivre loin d'un bon plumard et d'une baignoire. » Abou Kalybse, joué par Sid Ahmed Aggoumi, intellectuel à l'esprit dérangé, aime les modanités et fabrique des tracts pour des tueures... Bombe par là, corps piégé ici et fille décapitée plus loin...L'Algérie des années sanguines est parfaitement restituée par Okacha Touita avec, en prime, un rappel de l'attentat du boulevard Amirouche à Alger. Et puis, il y a ce petit paquet de questions qui se faufile à travers les images : Qui a fait quoi ? A quelle fin ? Et si toute cette violence n'était finalement qu'un immense écran de fumée pour permettre à des fortunes de grossir à l'ombre de l'état d'urgence et à des palais de prendre des couleurs ? Au 13, rue des Pyramides, où habite Ghoul Malek, Llob se rend, rentre par effraction et épingle des photos : des enfants égorgés, des hommes défigurés... de l'hémoglobine. « C'est votre chef-d'oeuvre, monsieur Ghoul », dit le policier. « Depuis que le monde est monde, la société obéit à une dynamique à trois crans. Ceux qui gouvernent. Ceux qui écrasent. Et ceux qui supervisent », repond le riche colosse. Les choses s'accèlerent...Okacha Touita, qui s'est inspiré également de Double blanc et de l'Automne des chimères, les deux suites logiques de Morituri, surprend le spectateur à la fin. Certains se désolent. D'autres se réjouissent. Absent, Yasmina Khadra n'a pas eu l'opportunité de dire ce qu'il en pense...La voix de Rachid Taha retentit avec le générique : Demandez-leur des comptes. Chassez-les !... La salle applaudit. C'est rare à Alger. Okacha Touita, 64 ans, qui est à son quatrième long métrage, a réussi le pari d'adapter une œuvre difficile et à permettre un autre regard sur l'Algérie des uns et des autres. Plutôt celle des uns « contre » les autres. Morituri sera distribué fin février en Algérie et projeté en avril en France.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.