Real Madrid: Navas tout proche du PSG ?    CRB: Amrani dirigera le Chabab à N'Djamena    JSK - Zeghdane: «Nous sommes déterminés, la qualification est notre seul objectif»    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Le maréchal Haftar source d'alimentation du marché noir pétrolier    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    5e colonne, en marche !    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Rassemblement demain devant l'ambassade d'Algérie à Paris    Ribéry prolonge le plaisir chez la Viola    Les joueurs mettent fin à la grève    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    Collecte d'affaires scolaires pour les enfants défavorisés    Nouveau décès parmi les pèlerins algériens    3 morts et 35 blessés dans deux accidents de la route    Un danger permanent en période de grosses chaleurs à Naâma    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Trois sœurs de Kasdi Merbah appellent à rouvrir le dossier    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    L'incident a créé la panique : Deux blessés dans la chute du toit d'une bâtisse à Skikda    Litige opposant Hydro Canal à une société italienne: Risque de vente aux enchères des actions de la société algérienne    Enième report de la livraison des 2.800 logements AADL de Misserghine: Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Chlef: Le secteur hôtelier renforcé    Djemaï s'essaye au désespéré sauvetage du FLN    La discipline des juges et magistrats    Risque d'embrasement ?    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Energie solaire L'Algérie est prête pour la réalisation du projet national de production de 5600 MW d'électricité    Les 4 conditions de Benflis    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une Algérie en rouge et noir
Avant-première de Moriturie à ALGER
Publié dans El Watan le 03 - 02 - 2007

Alger. Salle Algeria. Une soirée de février. Il y a du monde. Une affiche modeste attire peu de regards. Elle annonce pourtant la sortie de Morituri, le film de Okacha Touita.
Les affiches grandeur nature ne sont pas encore dans les moyens du cinéma algérien. Le producteur Bachir Derrais, qui prend la parole sur une scène mal éclairée, dit tout le mal qu'il a eu pour ramasser les fonds pour concrétiser l'adaptation à l'écran du polar de Yasmina Khadra. « Personne ne voulait financer le film ni en Algérie ni en France », lance-t-il. Le film, qui devait sortir lors de l'Année de l'Algérie en France n'a, pour des raisons inconnues, pas eu les « faveurs » du comité Raouraoua. Et voilà qu'arrive Alger, capitale de la culture arabe. Miracle : le film peut sortir. Tant mieux. C'est le premier d'une liste de 22 longs métrages prévus par les organisateurs de la manifestation. L'ENTV, dont la caisse déborde d'argent grâce au monopole sur le marché de la publicité télévisuelle, met 5 millions de dinars dans le projet qui traîne depuis 2003. Le producteur recourt à un prêt bancaire et est aidé par le Centre français du cinéma (CNC) et Claude Kunetz de Wallworks. Bref, tout le monde est heureux ce mercredi. Même si la faiblesse de l'aide publique au cinéma ne suscite toujours pas le débat qu'il faut. Un représentant du ministère de la Culture justifie l'absence de Khalida Toumi par « un conseil du gouvernement ». Détail presque oublié deux minutes après. La magie de la salle sombre efface tout. Le commissaire Llob, personnage central de Morituri, incarné par Miloud Khetib, se lève difficilement. Les images de Allel Yahiaoui, qui a à son actif 45 films, sont perfect. « Saigné aux quatre veines, l'horizon accouche à la césarienne d'un jour qui, finalement, n'aura pas mérité sa peine », écrit Yasmina Khadra dans son roman noir. La trame de l'histoire se déroule dans une Algérie prise dans les tourments de la violence. A tous les niveaux. Llob et son lieutenant, Lino, correctement joué par le jeune Azzedine Bouraghda, tentent de faire dans l'investigation dans un pays où il y en n'a pas. Expliquer les raisons de la disparition (tient !) de la fille de Ghoul Malek, un homme puissant. Pour ce rôle, le réalisateur a fait appel à Mohamed Johari. Sa carrure et son allure rappellent celles d'un ponte connu du régime. Simple ressemblance ? Okacha Touita, qui a rendu une sympathique visite hier à la rédaction, répond par un sourire artistique. Llob, Lino et Serj (interprété par un Rachid Farès toujours égal à lui-même) entrent dans des dédales qui les mènent aux limbes rouges, curieux « boîte de nuit » où le diable semble avoir élu domicile, à la rencontre de vendeuses de charme et de Haj Garne, symbole de l'affairisme puant, à la poursuite de Slimane Abbou, vrai dealer et faux terroriste, à la recherche de Didi, videur de cabaret, exécutant de crime sous couvert de religiosité tactique à ses heures libres et à l'arrestation de Mourad Atti, proxénète insignifiant tiré d'une bande dessinée ! Question à Slimane Abbou par Llob : “« Où est Didi ? » Réponse : « Aucune idée. » « Au maquis ? » « Didi, au maquis ? Il est incapable de survivre loin d'un bon plumard et d'une baignoire. » Abou Kalybse, joué par Sid Ahmed Aggoumi, intellectuel à l'esprit dérangé, aime les modanités et fabrique des tracts pour des tueures... Bombe par là, corps piégé ici et fille décapitée plus loin...L'Algérie des années sanguines est parfaitement restituée par Okacha Touita avec, en prime, un rappel de l'attentat du boulevard Amirouche à Alger. Et puis, il y a ce petit paquet de questions qui se faufile à travers les images : Qui a fait quoi ? A quelle fin ? Et si toute cette violence n'était finalement qu'un immense écran de fumée pour permettre à des fortunes de grossir à l'ombre de l'état d'urgence et à des palais de prendre des couleurs ? Au 13, rue des Pyramides, où habite Ghoul Malek, Llob se rend, rentre par effraction et épingle des photos : des enfants égorgés, des hommes défigurés... de l'hémoglobine. « C'est votre chef-d'oeuvre, monsieur Ghoul », dit le policier. « Depuis que le monde est monde, la société obéit à une dynamique à trois crans. Ceux qui gouvernent. Ceux qui écrasent. Et ceux qui supervisent », repond le riche colosse. Les choses s'accèlerent...Okacha Touita, qui s'est inspiré également de Double blanc et de l'Automne des chimères, les deux suites logiques de Morituri, surprend le spectateur à la fin. Certains se désolent. D'autres se réjouissent. Absent, Yasmina Khadra n'a pas eu l'opportunité de dire ce qu'il en pense...La voix de Rachid Taha retentit avec le générique : Demandez-leur des comptes. Chassez-les !... La salle applaudit. C'est rare à Alger. Okacha Touita, 64 ans, qui est à son quatrième long métrage, a réussi le pari d'adapter une œuvre difficile et à permettre un autre regard sur l'Algérie des uns et des autres. Plutôt celle des uns « contre » les autres. Morituri sera distribué fin février en Algérie et projeté en avril en France.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.