Bouchareb empêché de présider une réunion    "L'armée doit écouter les élites et les sages"    Bientôt un nouveau procès    Algérie: la révolte populaire ne peut plus passer par la vieille « classe politique »    Le FCE au bord de l'implosion    Abdelmadjid Sidi Saïd déchu de sa qualité de syndicaliste de base    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    Le verdict reporté jusqu'à la dernière journée    Mellal : "Je crois fermement au sacre"    USMA : le scénario catastrophe ?    La commission de recours décide de faire rejouer la rencontre    Tadjine el kemmoun    Le procès ajourné au 19 juin    Prélèvement multi-organes et greffe hépatique à Constantine    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    Oran : L'examen de la 5e en chiffres    Traitement des déchets ménagers à Bouira : Les communes défaillantes    MO Béjaïa : Les Crabes condamnés ?    Amine Mohamed Djemal. Chanteur, compositeur et leader du groupe Babylone : «Le feuilleton Ouled Halal, une belle expérience familiale et fraternelle»    Gaïd Salah insiste sur l'engagement sincère de l'armée : «Nous n'avons aucune ambition politique»    Election présidentielle : La période de dépôt de candidatures prendra fin demain    Zoubida Assoul. Présidente de l'Union pour le changement et le progrès (UCP) : «L'armée peut jouer un rôle de facilitateur vu la conjoncture complexe»    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le gouvernement pris en étau    Un 14e vendredi comme au premier jour!    LG partage un Iftar avec la presse nationale    Les jus de fruits mortels    C'est le Hirak permanent    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Trump ira en Irlande en juin    Rabiot pour remplacer Rodrigo?    Giroud prolonge d'un an    Le GS Pétroliers et le NR Chlef en finale    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    Tizi-Ouzou : Une wilaya engagée dans la restructuration de la filière oléicole    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    Royaume-Uni et Italie : Vers des séismes politiques ?    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    Aux côtés de la Côte d'Ivoire dans la lutte;contre le terrorisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quel avenir pour la matière ?
Enseignement des sciences islamiques
Publié dans Horizons le 04 - 01 - 2017


La Coordination nationale des sciences islamiques a déploré, hier, lors d'une session extraordinaire de son conseil national, que le nombre de postes pédagogiques pour l'enseignement secondaire de cette matière ait été réduit en 2017. Lors de cette session qui s'est tenue au siège de l'Union nationale des travailleurs de l'éducation et de la formation, les représentants de la Coordination ont souligné que la réduction va de pair avec la surcharge des classes. « L'enseignant est tenu à enseigner cette matière aux élèves de première, deuxième et troisième années secondaires, toutes filières confondues. Il est obligé donc de prendre en charge entre onze et quinze classes, soit 500 élèves en moyenne. Est-ce normal ? », s'interroge le secrétaire général de la Coordination, Boudjemaâ Chihoub. Selon un membre de la Coordination, Fodil Chiab, « beaucoup d'enseignants sont partis en retraite anticipée ». La Coordination déplore également que les sciences islamiques soient enseignées, dans certaines wilayas, par des professeurs de philosophie. « Pourquoi recruter des enseignants de philosophie alors que des milliers de licenciés en sciences islamiques sont au chômage ? La réglementation stipule une spécialisation dans chaque matière », clame-t-on. La Coordination exprime, par ailleurs, sa consternation quant au nombre d'heures consacrées à l'enseignement des sciences islamiques, égal à celui de l'éducation physique. « L'Islam est un élément essentiel de l'identité nationale. Quand l'enseignement islamique est perturbé, celle-ci se trouve affectée. Jusqu'à présent, on tente de réduire son enseignement, voire le supprimer. La matière est même supprimée dans les concours interlycées ! », ajoutera Chihoub. Les enseignants présents ont confié leurs désarroi et appréhensions. « C'est la seule matière qui suscite autant d'interrogations. Et cela nous affecte. On se pose toujours des questions sur son avenir et le nôtre aussi. Les sciences islamiques vont-elles continuer à être enseignées dans le secondaire ou pas ? » La Coordination compte saisir la tutelle et le Premier ministère afin de leur faire part de toutes ses préoccupations. « La tutelle doit nous permettre de prendre également part aux travaux de la commission chargée des programmes et méthodologies de la deuxième génération. Les enseignants sont concernés en premier lieu et la commission ne doit pas assurer sa mission dans le secret », souligne le SG. Ce dernier nous confie avoir sollicité une entrevue avec la ministre de l'Education nationale. Il n'a pas encore obtenu de réponse.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.