«Repêchage» de listes électorales    Seuls 16% du programme national achevés    Des entreprises mises en garde par Tebboune    Plus de 730 commerçants mobilisés pour la fête de l'Aïd el-Fitr    Amine Makboul appelle les régimes qui normalisent avec l'entité sioniste à revoir leurs politiques    Libye : après le conflit fratricide, la paix est-elle de retour ?    Le Maroc s'en prend à l'Iran    «Il n'y a aucune mise à l'écart de joueurs et personne ne me dicte mes choix»    Les Belouizdadis ne décolèrent pas    Sablés aux beurre, amandes et noisettes    Le désarroi des parents d'élèves    Bilan de la vaccination contre le Covid-19    15 000 livres pour les zones d'ombre    Démocratie en construction ?    Election de Faouzia Boumaiza Mebarki à la tête du comité ad hoc intergouvernemental des TIC    Prémices d'un retour à la case départ    REVISION À LA HAUSSE DES PENSIONS DE RETRAITE    Retour de l'homme du professionnalisme    7 décès et 184 nouveaux cas    Creusement continu du déficit budgétaire    Rabah Karèche passera l'Aïd derrière les barreaux    Pour la libération des détenus    La mauvaise leçon    Les souscripteurs dans l'expectative    Convention de partenariat et de coopération entre le ministère des affaires religieuses et les SMA    L'instruction du dossier de Lounès Hamzi reportée    Appel à plus de soutien aux réfugiés sahraouis    Jean-Claude Fournier revient avec deux ouvrages historiques    "Comptabilité générale et analyse financière", de Mohamed Zaâtri    Réconciliation des téléspectateurs avec les productions algériennes    Le Conseil de la Nation condamne les brutalités de l'entité sioniste contre les civils palestiniens à Al Qods    Bouira : Situation alarmante au barrage Koudiet Asserdoune    Education nationale: Calendrier des examens de fin de cycle pour les trois paliers    Faire des prochaines élections un "moyen pour le changement"    Ahmed Hafsi. Moudjahid à Skikda : L'humilité d'un brave    USM Alger: La confiance retrouvée    La force est à la loi    Boukadoum s'entretient avec son homologue iranien    Zidane peste contre l'arbitrage    La Seor perd 240 millions de dinars    Salah vers le PSG?    Ibra sort blessé à 5 semaines de l'Euro    L'Iran confirme les pourparlers avec l'Arabie saoudite    Des candidats indépendants encombrants    Une «révolution» à ne pas rater    Hirak : la nouvelle donne    «N'oublions pas l'ombre des massacres du 8 mai 1945»    «Je suis engagé pour mon devoir...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quel avenir pour la matière ?
Enseignement des sciences islamiques
Publié dans Horizons le 04 - 01 - 2017


La Coordination nationale des sciences islamiques a déploré, hier, lors d'une session extraordinaire de son conseil national, que le nombre de postes pédagogiques pour l'enseignement secondaire de cette matière ait été réduit en 2017. Lors de cette session qui s'est tenue au siège de l'Union nationale des travailleurs de l'éducation et de la formation, les représentants de la Coordination ont souligné que la réduction va de pair avec la surcharge des classes. « L'enseignant est tenu à enseigner cette matière aux élèves de première, deuxième et troisième années secondaires, toutes filières confondues. Il est obligé donc de prendre en charge entre onze et quinze classes, soit 500 élèves en moyenne. Est-ce normal ? », s'interroge le secrétaire général de la Coordination, Boudjemaâ Chihoub. Selon un membre de la Coordination, Fodil Chiab, « beaucoup d'enseignants sont partis en retraite anticipée ». La Coordination déplore également que les sciences islamiques soient enseignées, dans certaines wilayas, par des professeurs de philosophie. « Pourquoi recruter des enseignants de philosophie alors que des milliers de licenciés en sciences islamiques sont au chômage ? La réglementation stipule une spécialisation dans chaque matière », clame-t-on. La Coordination exprime, par ailleurs, sa consternation quant au nombre d'heures consacrées à l'enseignement des sciences islamiques, égal à celui de l'éducation physique. « L'Islam est un élément essentiel de l'identité nationale. Quand l'enseignement islamique est perturbé, celle-ci se trouve affectée. Jusqu'à présent, on tente de réduire son enseignement, voire le supprimer. La matière est même supprimée dans les concours interlycées ! », ajoutera Chihoub. Les enseignants présents ont confié leurs désarroi et appréhensions. « C'est la seule matière qui suscite autant d'interrogations. Et cela nous affecte. On se pose toujours des questions sur son avenir et le nôtre aussi. Les sciences islamiques vont-elles continuer à être enseignées dans le secondaire ou pas ? » La Coordination compte saisir la tutelle et le Premier ministère afin de leur faire part de toutes ses préoccupations. « La tutelle doit nous permettre de prendre également part aux travaux de la commission chargée des programmes et méthodologies de la deuxième génération. Les enseignants sont concernés en premier lieu et la commission ne doit pas assurer sa mission dans le secret », souligne le SG. Ce dernier nous confie avoir sollicité une entrevue avec la ministre de l'Education nationale. Il n'a pas encore obtenu de réponse.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.