NAAMA : Près de 5000 candidats au baccalauréat    Le FLN insiste toujours sur la démission de Bouchareb    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    Les idées sont au chevet des actions    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Plaidoyer contre la détention préventive    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    Du règne sans partage à la déchéance    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Le temps judiciaire et le ton politique    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Banxy, la banque mobile lance la carte Visa    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grèce / Après la victoire du parti Syriza : Athènes - UE : les cartes rebattues
Publié dans Info Soir le 26 - 01 - 2015

Ambiguïté ■ Le premier discours d'Alexis Tsipras, leader de Syriza et nouvel homme fort de la Grèce n'a pas permis de cerner clairement ses intentions. Il a soufflé le chaud et le froid : «Le verdict du peuple grec signifie la fin de la troïka», a-t-il d'abord lancé, hier, évoquant les experts de la BCE, l'UE et du FMI, qui dictent à la Grèce une politique d'austérité depuis quatre ans en échange de 240 milliards d'euros de prêt pour sauver le pays de la faillite.
Il s'est montré conciliant, déclarant que le nouveau gouvernement «serait prêt à coopérer et à négocier pour la première fois avec ses partenaires une solution juste, viable et qui bénéficie à tous». Le cap du gouvernement Syriza pourrait notamment être déterminé par les alliances que va devoir trouver le parti qui décroche 149 sièges, sur 300, au Parlement et manque de deux sièges la majorité absolue. Ce matin, Alexis Tsipras devait rencontrer Panos Kammenos dirigeant du parti «Les Grecs indépendants» (Anel), formation de droite souverainiste, qui s'est dit prêt à collaborer. Un rendez-vous avec le parti pro-européen de centre gauche «To Potami» est également annoncé, représentant une option d'alliance plus modérée vis à vis de l'Union européenne. La victoire sans appel du parti de gauche Syriza ouvre une nouvelle ère politique en Grèce où une formation, adversaire des politiques d'austérité menée en Europe, prend les commandes pour la première fois et rebat les cartes des rapports d'Athènes avec l'Union européenne. Le président français, François Hollande, a été parmi les premiers à féliciter M. Tsipras, lui faisant part de sa «volonté de poursuivre l'étroite coopération entre nos deux pays, au service de la croissance et de la stabilité de la zone euro». La Maison-Blanche a indiqué espérer travailler «étroitement» avec le prochain gouvernement grec. Le Premier ministre britannique David Cameron s'est en revanche ouvertement inquiété d'une élection grecque qui «accroîtra l'incertitude économique en Europe». L'UE, indiquait-on à Bruxelles, semblait vouloir envoyer des signaux à M. Tsipras dès ce lundi, lors d'une réunion des ministres des Finances de la zone euro consacrée au programme d'aide à la Grèce. Le pays doit théoriquement en finir fin février avec le programme d'aide de l'UE, avec 7 milliards d'euros de crédits supplémentaires à la clé. «On ne va pas échapper à une renégociation (sur la dette), la question est sur quoi va-t-elle porter : les échéances, les montants, ou les deux ?», confiait hier une source européenne à Bruxelles. «Pour les montants, a-t-elle ajouté, ce sera plus difficile». C'est pourtant bien une réduction de cette dette gigantesque (300 milliards d'euros et 175% du PIB) qu'Alexis Tsipras veut obtenir, outre la possibilité de redonner un peu d'air aux Grecs dans leur vie quotidienne : remontée du niveau du salaire minimum de 580 à 751 euros, ou suppression de certains impôts, contre l'avis de la troïka. Le président de la banque centrale allemande, Jens Weidmann, a exhorté M. Tsipras à «ne pas faire de promesses illusoires» à ses concitoyens. Le succès de Syriza a au contraire fait naître l'espoir chez les partis de gauche radicale européens.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.