Des cours sur la télévision publique à partir du 5 avril    Coronavirus : 986 cas confirmés, 83 décès enregistrés en Algérie    Real Madrid: son avenir, Modric a tranché    Kheddad a joué un rôle fondamental dans la bataille juridique du Polisario    Décès de Kheddad: un combattant infatigable pour les droits du peuple sahraoui    Biologie médicale: nécessité de création d'un réseau national de laboratoires accrédités    Benbouzid réitère "la gratitude" de l'Algérie à la Chine pour son aide face au Covid-19    Oran: fin de confinement au complexe des "Adalouses"    Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés et des munitions saisies durant le mois de mars    « Le peuple du 1er Novembre et du Hirak saura relever le défi »    Coronavirus : facilitations exceptionnelles à l'importation des matières premières nécessaires    Le Mouvement El-Bina dénonce l'attaque féroce" d'une chaîne de télévision publique française contre l'Algérie    Tunisie : Un terroriste de Daech arrêté    Sahara Occidental occupé : 139 000 tonnes de poissons exportés illégalement par le Maroc    Vers une plus forte chute de la demande    Abdelhafid Benchebla. Boxeur algérien (91 kg) : «Mon rêve : décrocher une médaille aux JO et passer en professionnel»    Condoléances    La suspension prolongée jusqu'au 19 avril    "La reprise du Calcio ? Il est trop tôt pour prédire quoi que ce soit"    CSC : Les blessés se remettent sur pied    JS Kabylie : Solidarité avec le personnel médical    Les stations d'essence prises d'assaut à Alger    Vers un nouvel ordre mondial    Appel à la libération des détenus d'opinion    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Le syndicat et les travailleurs restent mobilisés    L'hommage de Larab Mohand Ouramdane aux arbitres    Un Chinois dans la tête d'un Algérien    Action de solidarité avec les confinés du Coronavirus : 10 000 ouvrages distribués    Tlemcen: «Il n'y aura pas de pénurie de fruits et légumes»    Les f et les e 5, la theorie du 100e singe    FAF - Réunion du BF: Réaction d'un fonds de solidarité    Le peuple cubain n'est-il pas ce merveilleux exemple qui indique la voie à suivre? La volonté de survie dans la dignité tout en marquant sa solidarité à l'international par élan humaniste    El Kala: Un mandataire de poissons se fait subtiliser 32 millions de cts    Tébessa: Les panneaux publicitaires dans l'anarchie    Le temps à l'émergence des start-up ?    Rafael Gómez, le dernier survivant de ces Espagnols qui ont libéré Paris    Vous ne détruirez pas notre maison pour construire la vôtre !    Prolongation de la suspension des vols jusqu'à nouvel ordre    L'ambassade de Chine en Algérie réagit    "Il y a quelques malades qui, symptomatiquement, sont bien"    Le Conseil de sécurité prévoit un briefing sur le Sahara occidental en avril    TRIBUNAL DE SIDI MHAMED : Abdelghani Hamel condamné à 15 ans de prison    UN DECRET A ETE SIGNE HIER : Le président Tebboune gracie 5037 détenus    MON PAYS TIENDRA LE COUP BON GRE, MAL GRE.    GM et Ford contraints de produire des respirateurs    L'armée se tient prête pour une"éventuelle intervention"    Les médecins cubains très sollicités face au coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grèce / Après la victoire du parti Syriza : Athènes - UE : les cartes rebattues
Publié dans Info Soir le 26 - 01 - 2015

Ambiguïté ■ Le premier discours d'Alexis Tsipras, leader de Syriza et nouvel homme fort de la Grèce n'a pas permis de cerner clairement ses intentions. Il a soufflé le chaud et le froid : «Le verdict du peuple grec signifie la fin de la troïka», a-t-il d'abord lancé, hier, évoquant les experts de la BCE, l'UE et du FMI, qui dictent à la Grèce une politique d'austérité depuis quatre ans en échange de 240 milliards d'euros de prêt pour sauver le pays de la faillite.
Il s'est montré conciliant, déclarant que le nouveau gouvernement «serait prêt à coopérer et à négocier pour la première fois avec ses partenaires une solution juste, viable et qui bénéficie à tous». Le cap du gouvernement Syriza pourrait notamment être déterminé par les alliances que va devoir trouver le parti qui décroche 149 sièges, sur 300, au Parlement et manque de deux sièges la majorité absolue. Ce matin, Alexis Tsipras devait rencontrer Panos Kammenos dirigeant du parti «Les Grecs indépendants» (Anel), formation de droite souverainiste, qui s'est dit prêt à collaborer. Un rendez-vous avec le parti pro-européen de centre gauche «To Potami» est également annoncé, représentant une option d'alliance plus modérée vis à vis de l'Union européenne. La victoire sans appel du parti de gauche Syriza ouvre une nouvelle ère politique en Grèce où une formation, adversaire des politiques d'austérité menée en Europe, prend les commandes pour la première fois et rebat les cartes des rapports d'Athènes avec l'Union européenne. Le président français, François Hollande, a été parmi les premiers à féliciter M. Tsipras, lui faisant part de sa «volonté de poursuivre l'étroite coopération entre nos deux pays, au service de la croissance et de la stabilité de la zone euro». La Maison-Blanche a indiqué espérer travailler «étroitement» avec le prochain gouvernement grec. Le Premier ministre britannique David Cameron s'est en revanche ouvertement inquiété d'une élection grecque qui «accroîtra l'incertitude économique en Europe». L'UE, indiquait-on à Bruxelles, semblait vouloir envoyer des signaux à M. Tsipras dès ce lundi, lors d'une réunion des ministres des Finances de la zone euro consacrée au programme d'aide à la Grèce. Le pays doit théoriquement en finir fin février avec le programme d'aide de l'UE, avec 7 milliards d'euros de crédits supplémentaires à la clé. «On ne va pas échapper à une renégociation (sur la dette), la question est sur quoi va-t-elle porter : les échéances, les montants, ou les deux ?», confiait hier une source européenne à Bruxelles. «Pour les montants, a-t-elle ajouté, ce sera plus difficile». C'est pourtant bien une réduction de cette dette gigantesque (300 milliards d'euros et 175% du PIB) qu'Alexis Tsipras veut obtenir, outre la possibilité de redonner un peu d'air aux Grecs dans leur vie quotidienne : remontée du niveau du salaire minimum de 580 à 751 euros, ou suppression de certains impôts, contre l'avis de la troïka. Le président de la banque centrale allemande, Jens Weidmann, a exhorté M. Tsipras à «ne pas faire de promesses illusoires» à ses concitoyens. Le succès de Syriza a au contraire fait naître l'espoir chez les partis de gauche radicale européens.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.