Le dilemme de Bedoui et Lamamra    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Les Algériens à la recherche d'une double rupture    «Je ne vais pas passer mon temps à justifier tous mes choix…»    Fin de parcours pour la JS Saoura    Le GS Pétroliers réussit ses débuts    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Détournements de deniers publics à l'antenne ADE de Bouhadjar, 3 fonctionnaires impliqués    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Ligue 2: L'ASO Chlef nouveau dauphin du NCM    16 soldats maliens tués dans un assaut contre une base militaire    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Trafic de fausse monnaie: Un troisième réseau démantelé à Oran    Oran: Vingt ans de prison pour des convoyeurs de cocaïne    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    Ligue 1: Le MCO épinglé à Sétif, la JSK rate le coche    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Les travailleurs de GTP et Sarpi en grève    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Mohamed Aïssaoui, un exemple de l'intégration sociale des handicapés par le sport    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    CNAS: Près de 295 000 assurés sociaux aux besoins spécifiques pris en charge en 2018    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    Les journalistes de l'ENTV écrivent à leur DG    Gaïd-Salah en visite de travail    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chanson kabyle : Hommage à Cherifa
Publié dans Info Soir le 27 - 06 - 2016

Une soirée artistique a été animée dimanche soir à Alger, en hommage à titre posthume à l'artiste Cherifa, icône et doyenne de la chanson kabyle disparue en 2014.
Le concert, organisé à la salle El Mougar par l'Office national de la culture et de l'information (Onci) dans le cadre des soirées du mois du ramadan en hommage à des artistes algériens, a été une occasion pour les chanteuses Hassiba Amrouche et Nouria de rendre hommage à une grande figure de la chanson kabyle en revisitant son répertoire musical.
Devant un public nombreux venu redécouvrir les chansons cultes de l'artiste qu'on appelle respectueusement «Nna Cherifa», l'interprète de variétés Hassaiba Amrouche, a gratifié le public d'une variété de chansons en hommage à Cherifa.
Elle a interprété «Ay-a lxir inu» (A mon grand bonheur) d'Idir et «Ay azerzour» de Cherifa, des chansons qui ont recueilli les faveurs du public.
Vêtue d'une robe traditionnelle kabyle, la jeune chanteuse Nouria a, pour sa part, interprété plusieurs chansons cultes de la diva Cherifa, dont «Abqa aala khir a y'Akvou»(Adieu Akbou) et «aman u karmus». Elle a également entonné un «achwiq», chant poétique traditionnel kabyle réservé aux femmes, en hommage à Cherifa, qui a légué un répertoire musical considéré comme source d'inspiration pour beaucoup d'artistes.
Native d'Ilmayen (Bordj Bou Arréridj), où elle a vu le jour en 1926, Cherifa, de son vrai nom Ouardia Bouchemlal, s'est intéressée depuis sa prime enfance au chant et à la poésie. A l'âge de dix-huit ans, elle quitte son village natal pour Akbou (Béjaia) avant de s'installer plus tard à Alger où elle s'illustrée à la Radio algérienne. Sur les ondes de la Chaîne II d'expression amazighe, la jeune Cherifa s'est affirmée par une parfaite interprétation du chant kabyle, notamment dans sa variante traditionnelle dite «Achewiq». L'artiste qu'on surnomme la «porte-voix des femmes», a composé un répertoire de près de mille chansons dont une grande partie est enregistrée à la radio, le reste étant inédit.
La défunte, qui a consacré toute sa vie à la chanson, avait contribué grandement à la conservation et la transmission du patrimoine ancestral kabyle à travers l'Achewiq. Au cours de sa longue carrière artistique, elle a légué un riche répertoire musical et des chansons à succès comme «Ay Azerzour»et «Bqa Aali Khir Ay Akbou», reprises par de grands artistes d'expression kabyle. Cherifa s'est éteinte en mars 2014 à l'âge de 88 ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.