Coupe d'Algérie.. La double confrontation CRB-NAHD officiellement au 5 juillet    Ligue des champions.. Sergio Ramos s'explique après la polémique concernant son carton jaune    Grand succès de «Nathan le sage» à Alger.. Le théâtre pour unir les humains    Première forte mobilisation dans la rue contre le 5e mandat    Tamanrasset, In Guezzam et Bordj Badji Mokhtar.. 39 orpailleurs arrêtés    Salon international de défense «IDEX-2019».. Gaid Salah à Abou Dhabi    Grand concours «Cirta Science» de Constantine.. 550 lycéens aux épreuves préliminaires    INTERSYNDICALE : L'éducation perturbée par une grève le 26 février    UN VEHICULE VOLE A MOSTAGANEM, RETROUVE A RELIZANE : Les 04 voleurs placés sous les verrous    PRESIDENTILLE 2019 : Le PT tranchera prochainement sur sa participation    Le jeune arrête à BBA libéré    REVISION DE LA LOI RELATIVE AU MOUDJAHID ET AU CHAHID : Prise en charge médicale optimale pour les Moudjahidine    Pas de campagne pour Belkhadem et Saâdani    Les assurances de Temmar    La Russie, la Turquie et l'Iran s'engagent à aider Damas à réaliser des réformes constitutionnelles    La justice refuse la libération d'un ex-ministre mozambicain    Abdelmalek Sellal s'emploie à banaliser le 5e mandat    Les faux dilemmes de Benflis et Hanoune    Ernesto Valverde prolongé    «La coupe de cheveux reflète inéluctablement notre idole»    Quelques vieilles saloperies jamais vraiment enterrées au cimetière de Boothill !    La sûreté de wilaya dresse son bilan : 12 réseaux de passeurs démantelés en 2018    Gare routière est : Un policier assassiné dans un bus    MO Béjaïa : Accord trouvé avec Bouzidi    Zone de Bellara, à El Milia (Jijel) : Lancement des travaux de viabilisation    Chambre de commerce : Une délégation américaine en visite à Oran    Coupe arabe des clubs. Al-Merreikh – MCA : Mission difficile pour le Doyen à Omdurman    LFP – sanctions : Huis clos pour le MOB, un an pour Harkabi    Coupe d'Algérie: La double confrontation CRB - NAHD au 5-Juillet    Bilan financier 2018: Ooredoo Algérie compte 13,8 millions d'abonnés    Le ministre du Travail l'affirme: Plus d'un demi million de nouveaux chômeurs diplômés chaque année    Chlef: Le vol de câbles téléphoniques inquiète    Sept médailles dont 3 en or pour l'Algérie    59ème anniversaire des essais nucléaires français en Algérie    Le premier Salon national du miel se déroulera cette année    Deux terroristes se font exploser à Sidi Bouzid    Plus de 100 000 bébés meurent annuellement en raison des guerres    Le réseau internet exposé aux attaques de l'exterieur du pays    Des avions français bombardent des civils à l'extrême Est    Saisie de 1, 260 kg de kif traité    «Les Yeux de Mansour» de Ryad Girod    Générale de Saha l'artiste    Manselkouch.. Manselkouch en ouverture    "Les masques sont tombés" : Moscou répond au journaliste de la BBC sur "l'attaque" à Douma    La dette publique des USA bat un nouveau record: en quoi Trump est-il différent d'Obama?    Abdelkader Kara Bouhadba installé dans ses nouvelles fonctions    Accord de pêche Maroc-UE : Le Tribunal européen ordonne à l'UE de respecter le droit international    Cameroun : L'opposant Maurice Kamto et ses partisans inculpés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mascara
Les vins Palikao, un label de qualité
Publié dans Info Soir le 28 - 01 - 2004

Epoque Dans un passé récent, la région de Mascara occupait une place de choix dans le domaine de la culture de la vigne. Des centaines de caves y ont été construites afin d?abonnir les vins.
Cette tradition, perpétuée depuis l?ère coloniale, s?était rompue vers les années 1980. Sur décision gouvernementale, une opération d?arrachage anarchique et massif de la vigne a été entamée et les Mascaréens de souche, adeptes de Bacchus, assistaient, impuissants, à la mise à mort d?une tradition largement établie dans la région des Béni-Chougrane.
Les vins de Mascara symbolisaient toute la contrée puisque leur réputation dépassait les frontières. Ils étaient exportés en quantité, en vrac ou en bouteilles, vers la France, l?Espagne, l?Italie et l?ex-Urss, nations qui appréciaient à sa juste valeur ce pur produit du terroir issu d?un sol fertile et riche en ressources hydriques. Ces facteurs, favorables à la culture de la vigne, ont permis à la région de Mascara de sortir de l?anonymat car ses vins étaient très prisés et constituaient une richesse favorisant des rentrées en devises pour le pays.
Conscients des préjudices engendrés par de telles pratiques, les responsables ont décidé de suspendre l?opération d?arrachage de la vigne et d?engager des mesures pour sauvegarder ce qu?il en restait. Pour inciter les cultivateurs à privilégier ce genre de culture, il a été décidé de doubler le prix du raisin. Ainsi, la vigne, qui était en voie de disparition, s?est vu réhabilitée, notamment dans la région de Mascara, qui bénéficie de conditions atmosphériques idéales.
Outre l?Oncv, qui détient le monopole de la production et de la commercialisation des vins, le secteur privé s?est impliqué dans ce créneau générateur de bénéfices. La coopérative de Palikao s?inscrit, dans cette optique. Située sur la route de Sidi-Kadda, dans la commune de Tighennif, cette coopérative, en dépit du manque de moyens financiers, s?est spécialisée dans la production de vins, une activité en vogue dans la région.
La notoriété de cette cave remonte aux années 30. Construite en 1932, cette unité se distingue en 1933 en obtenant la médaille de bronze d?un concours général agricole organisé à Paris. Le flambeau de cette activité a été repris par les fils de ce viticulteur répondant au nom de Kadi et la nouvelle génération, soucieuse de l?urgence de donner un nouveau souffle à ce type de culture, concurrence oblige, n?épargne ni son temps ni son argent pour améliorer la qualité des vins.
Ainsi, la cave a été restaurée et le matériel renouvelé, ce qui permet à la coopérative de produire trois types de vin : cuvée Santa-Cruz, cuvée El-Bey et cuvée de l?Ouest, variétés dont le prix avoisine les 200 DA la bouteille jetable de 75 cl. En effet, la coopérative utilise de l?emballage non récupérable, bien que les bouteilles et les étiquettes soient importées.
Si la cave de la coopérative de Palikao (ancienne appellation de Tighennif) produit des vins, leur commercialisation sur le marché national est du ressort de la firme Mansouria.
Pour attirer les viticulteurs de la région, les responsables de la cave les assistent en leur octroyant des avances financières en cas de besoin et prennent en charge les frais de transport du raisin.
L?opération à l?intérieur de la cave débute par le pesage. Ensuite, les grappes passent par différentes étapes de la chaîne avant de devenir liquide (jus) et de fermenter dans des cuves bien entretenues. La capacité de production est de l?ordre de 7 000 hectolitres, mais ce chiffre pourrait être revu à la hausse si les responsables de la cave disposaient ou bénéficiaient de moyens financiers conséquents car disposant d?une capacité de stockage de 50 000 hectolitres. En effet, les responsables ont, à maintes reprises, émis le v?u de contracter un prêt bancaire, mais la Badr n?a pas jugé utile d?accéder à leur demande.
Néanmoins, avec leurs seuls apports, les coopérateurs sont parvenus à relever le défi et à gagner le pari de redresser une situation très difficile, dans un environnement parfois hostile.
Les amateurs de vin ne tarissent pas d?éloges sur les trois variétés produites par la cave coopérative de Palikao. Les «vins Pali» sont contrôlés par un ?nologue possédant une longue expérience. Les responsables de cette cave ont élaboré un ambitieux programme s?articulant autour d?objectifs à court ou moyen terme consistant à exporter les vins Pali. A ce titre, ils révèlent avoir eu des contacts pour un partenariat avec des Français, très intéressés par les produits de la coopérative de Palikao. Si cette opération, encore à l?étude, venait à se concrétiser, tout le pays en tirerait profit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.