L'art de la confusion.    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Dans les coulisses de : Naïma Salhi «chassée» de Naciria et de Chabet ElAmeur    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Ouverture demain du Salon international des dattes    Exploitation des mines d'or dans le Sud : les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Turquie 9 morts et 86 blessés dans un accident de train à Ankara    Défi de survie pour le mouvement des «gilets jaunes»    Natation : Sahnoune éliminé sur 50 mètres en Chine    CNAS : tenter de réduire les accidents du travail    Ouadhias (Tizi Ouzou) : Deux voleurs de batteries de relais téléphoniques identifiés par la police    Soins des Algériens en France : Y a-t-il un changement ?    Yacine Mahideb. Poète : Des mots pour panser des blessures    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    Issiakhem de A à Z    La menace terroriste plane à nouveau sur la France    Bouira : Le DJS sur la sellette !    Tournoi de beach-volley demain et dimanche à Oran    Sidi-Saïd prend de vitesse ses détracteurs    L'auto-satisfecit algérien    Le FLN part en favori    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    La revanche des riches    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Défaitisme    Bouchareb ne va pas durer longtemps    L'histoire à méditer    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Hydrocarbures : Sonatrach et la compagnie russe Transneft signent deux contrats    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mascara
Les vins Palikao, un label de qualité
Publié dans Info Soir le 28 - 01 - 2004

Epoque Dans un passé récent, la région de Mascara occupait une place de choix dans le domaine de la culture de la vigne. Des centaines de caves y ont été construites afin d?abonnir les vins.
Cette tradition, perpétuée depuis l?ère coloniale, s?était rompue vers les années 1980. Sur décision gouvernementale, une opération d?arrachage anarchique et massif de la vigne a été entamée et les Mascaréens de souche, adeptes de Bacchus, assistaient, impuissants, à la mise à mort d?une tradition largement établie dans la région des Béni-Chougrane.
Les vins de Mascara symbolisaient toute la contrée puisque leur réputation dépassait les frontières. Ils étaient exportés en quantité, en vrac ou en bouteilles, vers la France, l?Espagne, l?Italie et l?ex-Urss, nations qui appréciaient à sa juste valeur ce pur produit du terroir issu d?un sol fertile et riche en ressources hydriques. Ces facteurs, favorables à la culture de la vigne, ont permis à la région de Mascara de sortir de l?anonymat car ses vins étaient très prisés et constituaient une richesse favorisant des rentrées en devises pour le pays.
Conscients des préjudices engendrés par de telles pratiques, les responsables ont décidé de suspendre l?opération d?arrachage de la vigne et d?engager des mesures pour sauvegarder ce qu?il en restait. Pour inciter les cultivateurs à privilégier ce genre de culture, il a été décidé de doubler le prix du raisin. Ainsi, la vigne, qui était en voie de disparition, s?est vu réhabilitée, notamment dans la région de Mascara, qui bénéficie de conditions atmosphériques idéales.
Outre l?Oncv, qui détient le monopole de la production et de la commercialisation des vins, le secteur privé s?est impliqué dans ce créneau générateur de bénéfices. La coopérative de Palikao s?inscrit, dans cette optique. Située sur la route de Sidi-Kadda, dans la commune de Tighennif, cette coopérative, en dépit du manque de moyens financiers, s?est spécialisée dans la production de vins, une activité en vogue dans la région.
La notoriété de cette cave remonte aux années 30. Construite en 1932, cette unité se distingue en 1933 en obtenant la médaille de bronze d?un concours général agricole organisé à Paris. Le flambeau de cette activité a été repris par les fils de ce viticulteur répondant au nom de Kadi et la nouvelle génération, soucieuse de l?urgence de donner un nouveau souffle à ce type de culture, concurrence oblige, n?épargne ni son temps ni son argent pour améliorer la qualité des vins.
Ainsi, la cave a été restaurée et le matériel renouvelé, ce qui permet à la coopérative de produire trois types de vin : cuvée Santa-Cruz, cuvée El-Bey et cuvée de l?Ouest, variétés dont le prix avoisine les 200 DA la bouteille jetable de 75 cl. En effet, la coopérative utilise de l?emballage non récupérable, bien que les bouteilles et les étiquettes soient importées.
Si la cave de la coopérative de Palikao (ancienne appellation de Tighennif) produit des vins, leur commercialisation sur le marché national est du ressort de la firme Mansouria.
Pour attirer les viticulteurs de la région, les responsables de la cave les assistent en leur octroyant des avances financières en cas de besoin et prennent en charge les frais de transport du raisin.
L?opération à l?intérieur de la cave débute par le pesage. Ensuite, les grappes passent par différentes étapes de la chaîne avant de devenir liquide (jus) et de fermenter dans des cuves bien entretenues. La capacité de production est de l?ordre de 7 000 hectolitres, mais ce chiffre pourrait être revu à la hausse si les responsables de la cave disposaient ou bénéficiaient de moyens financiers conséquents car disposant d?une capacité de stockage de 50 000 hectolitres. En effet, les responsables ont, à maintes reprises, émis le v?u de contracter un prêt bancaire, mais la Badr n?a pas jugé utile d?accéder à leur demande.
Néanmoins, avec leurs seuls apports, les coopérateurs sont parvenus à relever le défi et à gagner le pari de redresser une situation très difficile, dans un environnement parfois hostile.
Les amateurs de vin ne tarissent pas d?éloges sur les trois variétés produites par la cave coopérative de Palikao. Les «vins Pali» sont contrôlés par un ?nologue possédant une longue expérience. Les responsables de cette cave ont élaboré un ambitieux programme s?articulant autour d?objectifs à court ou moyen terme consistant à exporter les vins Pali. A ce titre, ils révèlent avoir eu des contacts pour un partenariat avec des Français, très intéressés par les produits de la coopérative de Palikao. Si cette opération, encore à l?étude, venait à se concrétiser, tout le pays en tirerait profit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.