Annoncée par Bensalah pour demain.. La conférence de concertation aura-t-elle lieu ?    Commémoration du printemps berbère et du printemps noir.. Imposante marche contre l'oubli et le déni à Bouira    Rassemblement des militants et cadres du RND pour exiger son départ.. Ouyahia charge Chihab    Elles sont de l'ordre de 17 %.. Les recettes douanières en hausse    Ouyahia et Loukal convoqués par le tribunal de Sidi Mhamed d'Alger    ETRHB Haddad à Tizi Ouzou.. Incertitude et angoisse des travailleurs    FAC.. L'AG élective fixée au 27 avril    Championnats d'Afrique U18 et U20 d'athlétisme.. Médaille d'or pour l'Algérien Ameur    Championnat de France de natation.. Médaille de bronze pour Sahnoune sur le 100m    Annaba.. 26 kg de drogue saisis    Lutte contre la criminalité.. Interpellations à Tlemcen, Tébessa, et Aïn defla    Célébration du mois du patrimoine à Tizi-Ouzou.. Pour la sauvegarde du patrimoine amazigh    Le président américain motive le maréchal Haftar.. Washington soutient la guerre en Libye    TLEMCEN : Du chocolat fourré aux psychotropes !    France.. Les protestations continuent    PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE : Le DG des douanes, Farouk Bahamid limogé !    TLEMCEN : Plus de 400 kg de kif saisis en 90 jours !    PROCHAINE SAISON ESTIVALE A ORAN : Trois nouvelles plages autorisées à la baignade    AEROPORT DE TUNIS : Saisie de plus de 100.000 euros sur un Algérien    Près de 223 000 cas suspects de choléra signalés en 2019    Damas mise sur le tourisme après la restauration de ses sites historiques    Laskri appelle les militants à resserrer les rangs    Les travailleurs décrètent 3 jours de grève dès le 28 avril    Début du référendum sur une révision constitutionnelle    «Je ne laisserai personne détruire ce que nous construisons»    Mois du patrimoine    Des atouts non exploités !    Le parcours scientifique du penseur Abdelkrim Bekri mis en exergue    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    Sous le signe de «dégage !»    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    En bref…    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Oum El Bouaghi : 5 morts dans un accident de la route    El Braya: Un homme mortellement poignardé    Mascara: Plus de 30 dealers arrêtés    Football - Ligue 2: Une journée explosive    Affaire NCM-MCS: Le président Bennacer accuse Medouar de vengeance    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Nabni: Pour un système électoral anti-fraude en six mois    Tizi Ouzou: Des maires marchent pour refuser l'encadrement de la présidentielle    Les marches se poursuivent: Les Algériens exigent des comptes    La date sera fixée dimanche    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La sociologue Djemâa Djoghlal lègue à l'Algérie son riche fond documentaire
La grande figure du féminisme algérien a été inhumée hier à Khenchla
Publié dans La Tribune le 20 - 11 - 2016

Le fonds documentaire de la sociologue algérienne et grande figure du féminisme algérien Djemâa Djoghlal, décédée mardi dernier dans un hôpital parisien, sera prochainement acheminé vers l'Algérie, a appris l'APS de son mandataire légal, Saddok Kebairi. En 2012, ce symbole du militantisme culturel dans la région des Aurès, qui a été inhumée ; hier à Khenchela, avait fait don de 2 000 livres de son fonds documentaire et celui de Ammar Nagadi, auteur de nombreux écrits sur l'Aurès et sur la culture berbère, à l'université de Batna.
Le fonds documentaire de la sociologue algérienne et grande figure du féminisme algérien Djemâa Djoghlal, décédée mardi dernier dans un hôpital parisien, sera prochainement acheminé vers l'Algérie, a appris l'APS de son mandataire légal, Saddok Kebairi. En 2012, ce symbole du militantisme culturel dans la région des Aurès, qui a été inhumée ; hier à Khenchela, avait fait don de 2 000 livres de son fonds documentaire et celui de Ammar Nagadi, auteur de nombreux écrits sur l'Aurès et sur la culture berbère, à l'université de Batna.
En 2016, elle avait associé l'université de Khenchela et le Centre national des archives pour le reste du fonds et de ce qu'elle a pu constituer entre 2012-2016.
Saddok Kebairi, a précisée que «Ces dons, y compris celui de l'université de Batna, n'ont pas pu malheureusement être acheminés de son vivant, mais actuellement, ils sont en bonne voie d'acheminement en collaboration avec l'ambassade d'Algérie à Paris et les trois institutions destinatrices».
Dans un entretien accordé en novembre 2013 à l'APS, Djemâa Djoghlal avait déjà annoncé son intention de faire don de son fonds archivistique sur l'histoire et la culture algérienne.
«Sans fausse modestie, je n'ai pas un grand mérite même si ce fonds représente 25 ans de sacrifices en tous genres», avait confié cette native de Khenchela et cousine du chahid Abbas Laghrour, qui a quitté l'Algérie à l'âge de 5 ans pour rejoindre son père en France où il était militant très actif au sein du Front de libération nationale (FLN), signalant que c'est l'histoire familiale qui l'a mise dans le «chaudron mémoriel».
En 2015, elle a ouvert sa bibliothèque aux animateurs du site de la bibliothèque numérique amazighe (www.asadlis-amazigh.com) qui ont pu numériser 200 ouvrages dont certains sont très rares et mis en ligne en accès libre.
Héritière de combattants et de militants, dont plusieurs femmes, des wilayas historiques I et VII, la sociologue avait affirmé avoir assisté, «depuis trois décennies, à un révisionnisme de plus en plus visible et néfaste surtout pour les jeunes descendants de l'émigration ou les étudiants venant d'Algérie qui ne sont pas, suffisamment armés, au niveau de l'histoire, pour faire face aux manipulations».
Aux côtés de livres de grands auteurs tant Français qu'Algériens ayant traité le sujet de la colonisation, dont Pierre Vidal-Naquet, Charles Robert Ageron et Mohamed Harbi, des correspondances militaires inédites et des archives datant de la prise d'Alger par l'armée coloniale française et d'autres se rapportant à la guerre de libération nationale constituaient le fonds de sa bibliothèque personnelle qui était en libre accès à plusieurs chercheurs, doctorants et étudiants algériens et étrangers.
En plus des livres, le fonds renferme également 5 000 cartes postales, une cinquantaine de vieux plans des villes dAlgérie et d'anciens manuscrits et livres rares, a encore précisé son mandataire.
Par ce geste, elle a voulu contribuer à la préservation d'une mémoire dont l'utilité ne saurait être avérée que si elle est transmise.
R. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.