Dubaï : Le ministre Abdelkader Messahel reçoit le Prix des pionniers arabes des réseaux sociaux    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    La vie perturbée de la CAN-2019    «Le médicament anti-douleurs sera disponible dans toutes les pharmacies»    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    BLOQUANT LA CHAINE DE PRODUCTION D'EL HADJAR : Les recrutés en CTA protestent à Annaba    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    300 MISES EN DEMEURE ADRESSEES AUX BENEFICIAIRES : 23 marchés couverts non exploités à Oran    A l'écoute des fédérations    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    5 candidats pour un siège    Le communiqué déroutant de la coalition    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Remise de clefs de 100 logements sociaux sur les 300    Deux morts et deux blessés graves dans un accident de la circulation à Aïn Touta    Nouvelle orientation    «C'est un jour important pour moi»    Riche programme au menu    30 artistes entrés en lice    Un Nobel, c'est une lumière au bout du tunnel    Football - Mercato hivernal: Absence de joueurs talentueux et clubs surendettés    Soins médicaux en France: Une «autorisation préalable» de la CNAS est nécessaire    Les habitants de Brédéah enfin soulagés: Près de 7 milliards pour une école primaire    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Non, vous n'êtes pas un bon Ministre !    Salon de l'automobile: Des voitures hors de portée à des prix «remisés»    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (1ère partie)    L'influence US démonétisée par les tweets imbéciles de Trump    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Le secrétaire d'Etat français auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères: Béatification des 19 religieux chrétiens à Oran, «une réponse aux messages de haine»    Cérémonie de béatification des 19 religieux: Oran fait valoir ses atouts hôteliers    Urbanisme : Elaboration en cours d'un nouveau code unifié et homogène    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    Accord de pêche UE-Maroc : La Suède s'oppose aux décisions du Conseil de l'UE    Abdelaziz Bouteflika : " Le FLN est le fruit de Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre "    Mondial-2019 dames : Les Américaines, tenantes du titre, avec Thaïlande, Chili et Suède dans le groupe F    USA : Créations d'emplois moins fortes que prévu    À partir de 2021 : "L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre"    Trump annonce le départ de John Kelly    Paris demande à trump de ne pas semêlerde polotique intérieure Française    Cinq ONG interpellent les autorités: Un appel «pour le respect des libertés»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chérif Guellal, Rachid Tabti, Serge Michel et bien d'autres…
Diplomates, journalistes, maîtres espions, artistes, ils furent grands au service de l'Algérie
Publié dans La Tribune le 07 - 05 - 2009


Cherif Guellal, ambassadeur du GPRA
Par Noureddine Khelassi
Il est des morts qui doivent leur retentissement ou leur absence d'éclat au hasard d'un calendrier électoral. Celle de Chérif Guellal,
diplomate d'exception, Algérien lumineux et patriote hors du commun, est l'exemple même du télescopage de la biologie et de la géographie électorale.
Le premier ambassadeur de l'Algérie indépendante à Washington est décédé à 75 ans, dans un presque anonymat, un certain 9 avril 2009. La mort attendue dans un hôpital discret de la côte ouest algéroise, avait décidément choisi son jour. C'est alors à peine que ce brillantissime diplomate, à la dégaine d'un hidalgo espagnol ou de crooner hollywoodien, aura l'honneur parcimonieux des gazettes, il est vrai, accaparées par la réélection à la présidence de la République d'un autre grand diplomate. Comme nul n'est prophète en son propre pays, ce sont de prestigieux titres de la presse américaine, le Washington Post, le New York Times, le Los Angeles Times, The Boston Globe - excusez du peu- qui rendront un vibrant hommage au «combattant de la résistance algérienne contre l'armée française». Négligés par les siens, on n'est jamais mieux servi que par les Autres. Baccalauréat obtenu avant le déclenchement de la guerre de libération et diplôme en graduation de l'université d'Aix en Provence en 1956, Chérif Guellal fut l'exemple même du diplomate prédestiné. Ambassadeur du Gouvernement provisoire de la république algérienne (GPRA), il représentera l'Algérie combattante en Inde et en Egypte. Ce polyglotte, mélomane et amateur de beaux-arts, s'était lié d'amitié avec le pharaon de la chanson égyptienne Mohamed Abdelwahab. Ses proches témoignent qu'il affectionnait particulièrement sa chanson Ennahr el Khaled, ode magique à la majesté du Nil, «ce grand voyageur» qui se nourrissait d'alluvions et d'imaginaire. Troubadour de la diplomatie, Chérif Guellal était certainement un diplomate au long cours.
L'Homme des réseaux transversaux
Berbère, natif de l'oasis de Sidi Okba, au sud du majestueux plateau de l'éternel Aurès, il sera aux Etats-Unis, l'homme des réseaux transversaux, le lobbyiste algérien de choc, l'ami des politiques, des stars du showbiz, et des têtes couronnées de l'establishment militaro-industriel. Si l'homme d'affaires et maître espion Messaoud Zeggar fut notamment l'ami de George Bush père, Chérif Guellal, lui, était celui du président John Fitzgerald Kennedy et de son successeur Lyndon B. Johnson. Plus tard, c'est-à-dire à partir de 1969, année où il sera représentant de Sonatrach, son fabuleux carnet d'adresses servira beaucoup l'Algérie. Notre pays en avait bien besoin pour écouler son pétrole, placé sous embargo français après la nationalisation des hydrocarbures en 1971. Le nationalisme économique, c'est aussi du lobbying. Chérif Guellal, séducteur devant l'Eternel, était, selon la formule d'un chroniqueur du Washington Post, une «figure glamour de la haute société» de la capitale fédérale américaine. Ce Brummell de l'élégance était notamment connu pour avoir entretenu une galante et longue liaison avec Yolanda Fox, naïade d'amour et Miss America des années 1950. La disparition de ce gentleman, pur produit de la diplomatie révolutionnaire algérienne, comme on n'en fait plus à l'ère des tâcherons diplomatiques, ravive la mémoire d'autres Algériens d'exception. Ceux-ci, diplomates, journalistes, artistes et passe-murailles, furent grands au service du bien commun. Dans le gotha non exhaustif de ces géants, viennent les noms d'Abdelkader Chanderli, Mohamed Boudia, Messaoud Zeggar, Rachid Tabti, Serge Michel, Abdelkader Chengriha, dit Tchoung, Mohamed Morsli. Comme quoi, il n'y a pas que les politiques pour porter le souffle rédempteur de la Révolution. Dans cette liste arbitrairement partielle, le choix du chroniqueur retient particulièrement ceux d'Abdelkader Chanderli, grand journaliste, reporter d'agence de presse internationale et, surtout, premier
représentant de l'Algérie indépendante à l'ONU. Son plus grand fait d'armes, fut sans conteste, avec l'intelligente complicité de M'hamed Yazid, d'avoir réussi à inscrire la cause algérienne au débat des Nations Unies. Tout simplement, énorme ! Moins connus mais tout aussi grands, sont Serge Michel et Rachid Tabti, chacun dans des registres différents.Français, devenu Algérien de cœur et d'adhésion, Serge Michel fut un libertaire dans la décolonisation, un internationaliste au service de la Révolution algérienne, de l'Algérie indépendante et de l'Afrique décolonisée.
Libertaire dans la décolonisation
Lucien Douchet, de son vrai nom, débarque en 1950 dans l'Algérie coloniale et adhère à l'Union démocratique du Manifeste algérien de Ferhat Abbès dont il devient la plume attitrée. Il sera Serge Michel, contraction patronymique en guise d'hommage à Serge Victor, révolutionnaire russe, et à Louise Michel, héroïne de la Commune française de 1871. Ami du philosophe français Henri Michaux et, notamment, des Algériens Kateb Yacine et Jean Sénac, il sera aussi le confident, le conseiller, le spin doctor, comme on aurait
dit aujourd'hui, de grands d'Afrique comme Patrice Lumumba, Amilcar Cabral. Mais aussi de géants du cinéma italien comme Rossellini, Pontercovo et Visconti. Polyglotte et polyvalent en diable, il sera tout à la fois, politique, journaliste, scénariste, écrivain et créateur de journaux. Trois symboles caractérisent cet Algérien jusqu'à l'entêtement : c'est lui qui ramena à Alger Gillo Pontecorvo pour réaliser La Bataille d'Alger ; c'est lui qui, le premier, remplaça le drapeau français par l'emblème algérien au fronton du Palais du gouvernement d'Alger, au lendemain de l'indépendance ; et c'est aussi lui qui jouera un rôle prépondérant dans la création d'Algérie presse service (APS), du journal Echaab et de la mise en place du cinéma embryonnaire de l'Algérie indépendante. C'est lui également qui a créé le journal Alger ce Soir, formant de nombreux journalistes algériens dont les talentueux Bachir Rezzoug et Kamel Belkacem. Serge Michel, artiste peintre, caricaturiste, chroniqueur et éditorialiste, fut aussi une des plumes de feu du journal de l'Algérie combattante, El Moudjahid. Il sera plus tard le gestionnaire efficace et lumineux que Mohamed Seddik Benyahya avait sollicité pour organiser le premier Festival panafricain d'Alger, en 1969.
Journalisme alimentaire
Dans l'Algérie ingrate des années 1980 et dans celle de l'intolérance de la décennie 1990, Serge Michel sera contraint au journalisme alimentaire. Le journaliste des grands espaces deviendra un pigiste anonyme. Le génie de la plume caustique et irrévérencieuse écrira alors dans des feuilles ordinaires comme un naufragé jetterait des bouteilles à la mer. Il le fera de Ghardaïa. En 1994, année rouge du terrorisme nihiliste, il trouvera un jour son chat égorgé devant sa porte avec une inscription lui rappelant sa condition oubliée de «gaouri». Le message lugubre bien compris, il reviendra en France, en Seine Saint-Denis la Rouge où il décédera en juin 1997 d'ennui, de tristesse et de nostalgie pour son Algérie tant aimée. Petit Lulu, alias Saint-André, dit Olaf, appelé aussi Monsieur Christian, auto-baptisé Docteur Xavier, ne sévit plus chez les folliculaires algériens. Sa dernière chronique SOS Labès, titre emprunté à un certain Fellag, sonne comme l'expression de l'état d'esprit permanent qui a animé durant la vie cet aristocrate révolutionnaire.
La vie de Serge Michel, parchemin de l'impossible, rappelle un peu celle d'un as de l'espionnage algérien, un génie de la dissimulation et de la métamorphose, Rachid Tabti. Qui connaît aujourd'hui le Prince de Marmara, l'homme qui a le mieux aidé l'Algérie à mieux négocier le virage historique de la nationalisation des hydrocarbures ? Figure de l'histoire en gris des maîtres espions, cet avocat, ancien champion de boxe, acteur de cinéma, cascadeur, gueule d'ange pour annonceurs publicitaires, traducteur, interprète, pilote automobile et diplomate, est à lui seul un livre d'aventures. La pub de la célèbre aspirine Aspro, montrant un dandy en pyjama rayé
arborant une mine réjouie durant les années 1960, c'est lui sur les murs d'Alger et de Paris.
Séducteur jusqu'à l'envoûtement
C'est lui aussi qui a séduit jusqu'à l'envoûtement la secrétaire du premier négociateur français, le directeur général des Affaires
économiques du Quai d'Orsay. Grâce à lui, durant près de deux ans, tous les documents secrets des négociations atterrissaient sur les bureaux du président Houari Boumediene et de son ministre des Affaires étrangères Abdelaziz Bouteflika. Il payera ce morceau de bravoure et de génie exceptionnel par un séjour de deux ans dans les prisons françaises. Il sera échangé contre 9 agents français détenus en Algérie. Ses exploits sont enseignés depuis dans les écoles où l'on forme en France et en Europe les futurs espions et contre-espions.
Avocat à la Cour suprême, Rachid Tabti partira à la retraite dans un triste anonymat. Ce septuagénaire, atteint de la maladie de
Parkinson, est aujourd'hui oublié de Dieu et des hommes dans l'Algérie méconnaissante des années 2000. Il n'est pas le seul.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.