Prolongation de la suspension des cours d'une semaine    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'information locale au centre des préoccupations    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quand les plans de l'AEP font défaut    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Cinq éléments de soutien arrêtés    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La colère des Palestiniens
Agressions israéliennes sur les Lieux saints musulmans
Publié dans La Tribune le 02 - 03 - 2010

Le gouvernement de l'Autorité palestinienne a tenu sa réunion hebdomadaire à Hébron. Objectif : protester contre la décision d'Israël d'inscrire à son patrimoine deux lieux saints de Cisjordanie occupée. Cette décision a été prise pour signifier que le gouvernement «se tient totalement derrière le peuple palestinien contre le plan israélien de judaïsation des Lieux saints musulmans et chrétiens», a déclaré le cabinet du Premier ministre Salam Fayyadh. El Khalil a été la semaine dernière le théâtre d'affrontements entre jeunes Palestiniens et soldats d'occupation, intervenus après l'annonce par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de son intention d'ajouter les mosquées du prophète Ibrahim El Khalil et de Bilel Ben Rabeh dans un prétendu patrimoine israélien. La décision provocatrice de Netanyahu a été condamnée par la communauté internationale, y compris les Etats-Unis alliés d'Israël. Le mouvement Hamas a également dénoncé les mesures israéliennes et a voulu tenir une réunion spéciale à Ramallah des parlementaires à propos d'El Khalil, mais il en a été empêché par les forces de sécurité de l'Autorité palestinienne dominée par le mouvement Fatah. Le Hamas est peu présent en Cisjordanie depuis la crise inter-palestinienne de 2007. Plus de 160 000 Palestiniens vivent à El Khalil, l'une des plus grandes villes palestiniennes de Cisjordanie. La ville vit sous tension permanente en raison de la présence ostentatoire de quelque 600 colons installés au cœur de la cité, tandis que 6 500 autres habitent l'implantation de Kyriat Arba située dans la périphérie. La réunion du gouvernement palestinien intervient au lendemain de heurts violents à El Qods autour de l'esplanade des Mosquées entre la police israélienne et des dizaines de Palestiniens. Ces affrontements ont éclaté à la suite d'une incursion de juifs extrémistes sur l'esplanade au cœur de la Vieille Ville. En réaction, le Hamas a appelé les pays arabes et musulmans qui ont des relations commerciales, économiques ou politiques avec Israël à rompre tous les contacts avec ce dernier en signe de protestation. Le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a affirmé que «la judaïsation des lieux sacrés constitue une violation grave des lois internationales». Le porte-parole a, en outre, averti que ces nouvelles agressions israéliennes notamment contre la mosquée d'El Aqsa à El Qods occupée pourrait provoquer une nouvelle Intifadha du peuple palestinien dans toute la région. Un groupe d'extrémistes juifs et de colons avait menacé de pénétrer dans ce lieu sacré, à l'occasion d'une fête juive. Ces agressions viennent s'ajouter au plan machiavélique du Premier ministre israélien. Ce plan a provoqué la colère des Palestiniens qui ont appelé la communauté internationale, dont les Etats-Unis, à empêcher Israël de poursuivre sa politique de judaïsation des Lieux saints musulmans. Quelques jours seulement après la décision dangereuse du gouvernement Netanyahu de s'approprier la mosquée d'Ibrahim El Khalil et celle de Bilal Ben Rabah, un groupe d'intégristes et de colons juifs a tenté de pénétrer dans la mosquée d'El Aqsa. Des heurts ont éclaté après l'intrusion sur l'esplanade des Mosquées, où tous les accès menant à la ville sainte ont été bouclés. Lors des affrontements, des policiers israéliens ont tiré sur les fidèles palestiniens. Ces agressions interviennent alors que les autorités d'occupation
israéliennes ont approuvé la construction de 600 nouveaux logements dans le nord d'El Qods au mépris de toutes les conventions internationales. Ces graves agissements israéliens ont été dénoncés par l'Autorité palestinienne, par la voix de son principal négociateur Saeb Arekat qui a condamné les tirs israéliens contre les fidèles palestiniens, appelant les Etats-Unis à intervenir d'urgence. Même ton adopté par le porte-parole de l'Autorité palestinienne, Nabil Abou Roudeina, qui a indiqué que la ville d'El Qods était «une ligne rouge qu'il ne faut pas dépasser». Pour Namar Hamad, conseiller du président palestinien, ces derniers événements témoignent de la volonté d'Israël d'«allumer les mèches de la guerre» dans la région. Les agressions visant les Lieux saints ainsi que l'expansion de la colonisation ont également suscité l'indignation générale. La Ligue arabe a indiqué que «l'acte commis par Israël est contraire à la loi» et qu'il ne serait jamais accepté. Ces développements, selon la Ligue arabe, seront examinés lors de la réunion de la commission de l'initiative arabe de paix et des ministres arabes des Affaires étrangères. Les Emirats arabes unis (EAU) ont appelé à l'intervention de la communauté internationale pour «protéger l'identité culturelle des Lieux saints musulmans et chrétiens à El Qods et préserver ces lieux». Le gouvernement émirati a condamné la profanation par Israël des Lieux saints musulmans, tout en faisant part de son «soutien à la résistance des Palestiniens». En Jordanie, le roi Abdallah II a appelé à prendre des actions rapides et concrètes pour protéger les Lieux saints musulmans. Cet appel intervient au lendemain d'une manifestation organisée dans la capitale jordanienne Amman avec la participation de dizaines de pacifistes et de membres des associations professionnelles locales. Les participants ont appelé à prendre des mesures «sérieuses» pour contrer le plan «sioniste» et ont appelé l'Organisation de la conférence islamique (OCI) à prendre des mesures face à ce sinistre projet israélien. Ces derniers événements dans les territoires palestiniens ont provoqué l'inquiétude à l'Unesco. Mais les Palestiniens savent à l'évidence qu'ils sont seuls au monde, l'Etat hébreu jouissant de l'impunité internationale.
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.