ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un plan global pour contrer les criminels virtuels
Recommandé par le séminaire international de lutte contre la cybercriminalité
Publié dans La Tribune le 08 - 05 - 2010


Photo : M. Hacène
Par Hasna Yacoub
Après deux jours de débats et d'échange d'expériences, les invités du séminaire international sur la lutte contre la cybercriminalité ont conclu à la nécessité d'une entraide internationale efficace et rapide. Les experts étrangers participant à cette rencontre ont insisté sur «une coopération entre les pays qui consiste en l'échange rapide en temps réel des informations liées à ce fléau transnational». Cette coopération est «vitale», ont relevé les experts. C'est d'ailleurs l'une des recommandations qui a sanctionné ce séminaire, à côté de l'organisation périodique en Algérie d'une conférence internationale sur la cybercriminalité pour faire le point sur le développement de ce fléau.
Les séminaristes ont également évoqué la nécessité d'établir «une stratégie nationale» concernant ce fléau, afin de suivre l'évolution des technologies, des dangers de la cybercriminalité et de ses pratiques non maîtrisées. «Il est nécessaire de protéger les institutions publiques et privées des dangers de la cybercriminalité avec l'élaboration d'un guide pratique relatif au danger du numérique, sans oublier de protéger l'enfance ainsi que toute personne vulnérable contre ce phénomène par l'introduction de programmes spécifiques au cours des différentes étapes de l'enseignement», ont-ils suggéré.
Il s'agit donc de l'établissement d'un plan global de lutte contre la cybercriminalité axé sur trois fondements : coopération, stratégie interne (formation et coordination) et protection de l'enfance. Ce plan doit être basé sur la conjugaison des efforts de tous «car la responsabilité doit être partagée par les parties techniques, sécuritaires et judiciaires», a indiqué M. Djamel Bouzertini, directeur général du Centre de recherche juridique et judiciaire (CRJJ). D'autres intervenants ont indiqué qu'au plan de la prévention, il convient de maintenir constante l'information et la sensibilisation des utilisateurs (institutions ou particuliers) sur les risques de la cybercriminalité à tous les niveaux, en commençant par les écoles.
Les séminaristes ont également plaidé pour la poursuite de la formation spécialisée à un niveau national et international par la programmation de rencontres communes pour développer les aspects pratiques favorables à un fructueux échange d'expériences et encouragé la recherche scientifique en matière de sécurité informatique. Les participants ont enfin proposé la création de groupes
d'investigation spécialisés dans la protection de l'enfance des dangers de l'Internet, ainsi que la promotion de la législation nationale dans la lutte contre la cybercriminalité et sa prévention, spécialement dans les domaines de la protection des données, d'organisation de l'activité des cybercafés et la réglementation de l'hébergement des données informatiques nationales sur le territoire algérien. Il est à préciser, justement, au sujet de la législation, qu'un organe de lutte contre la cybercriminalité sera, très prochainement, mis en place «dès que le texte réglementaire s'y rapportant, qui est en voie de finalisation, sera publié», comme l'a indiqué le directeur général du CRJJ. M. Djamel Bouzertini a ajouté que cette loi «mettra un certain temps pour qu'elle puisse s'intégrer dans le paysage législatif et judiciaire», précisant, dans ce sens, que le rôle du CRJJ et de faire la promotion des nouvelles lois, à l'instar de celle se rapportant à la lutte contre la cybercriminalité. Mais pas seulement puisque le CRJJ a pour but principal, en organisant ce séminaire de deux jours, de mettre en place une coordination entre les différentes institutions concernées et permettre une utilisation sécurisée de l'Internet par l'enseignement des techniques performantes d'enquête. Il a pour but également la réalisation d'une approche législative et opérationnelle entre l'Algérie et les pays ayant une grande expérience dans la cybercriminalité, à l'instar des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la France. Enfin, M. Bouzertini n'a pas manqué de relever que ce séminaire a également pour objectif d'encourager l'utilisation de l'Internet, tout en faisant attention aux dangers résultant de son utilisation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.