Installation du président et du procureur général de la cour    La réponse de l'UGTA au député    Presse vs pouvoir : une suspicion réciproque    Les ambitions de l'Eniem    «Une audience, Monsieur le Ministre, juste une audience !»    Pékin accuse les USA de «diaboliser» ses instituts Confucius    Trump croit à la théorie sur l'inéligibilité supposée de Kamala Harris    Crash d'un avion dans le Sud-Kivu    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration de Yellel    Si ! Si ! Les loups peuvent se dévorer entre eux !    Un nouvel ouvrage met à nu les pratiques sournoises du Maroc en Amérique latine contre la RASD    Sans touristes étrangers, la fréquentation de Versailles «s'écroule»    Un Etat à décongestionner    FLN: L'accord de "normalisation" entre les EAU et Israël, un coup dans le dos de la cause palestinienne    14 morts et 5 blessés dans une attaque dans le Centre    100 ans de la Bataille de Varsovie    L'indépendance de l'enquête remise en cause    Benkhelifa et Bouchina très sollicités    Le recrutement de Guendouz "en bonne voie"    Amrane, nouvelle recrue    L'AIE pessimiste pour 2020 et 2021    Ouverture de la saison estivale à Aïn Témouchent    Arrestation d'un promoteur immobilier à Oran    15 hectares détruits chaque jour à Tizi Ouzou    Les représentants des retraités de l'ANP invités au MDN    L'Union européenne se dit "préoccupée"    La direction du RCD chez Tabbou    Une Algérienne met dehors ses parents au Canada    Le baiser de Mahrez et le séisme de Mila et de Tipasa    E-learning... l'inévitable saut vers l'école du futur    FC Nantes : Abeid testé positif au coronavirus    Attar l'estime nécessaire pour combler les besoins intérieurs : Le débat sur l'exploitation du gaz de schiste relancé    Tlemcen : Coupures répétées de courant    Rififi chez le Doyen    Attia en pole position    La casbah au-delà du Mythe, la vie : Dar Soltane en travaux, suivez le guide    Mustapha Hadni. petit-neveu de Lechani Mohand Saïd : «Lechani était de tous les combats d'émancipation des Algériens»    Entré en service: La wilaya attend beaucoup du 5e boulevard périphérique    Deux blessés dans un accident de la route    Agressions, trafic de drogue et le reste    Football amateur: Quelle issue pour les groupes DNA ?    CA Bordj Bou-Arréridj: Les supporters montent au créneau    Tiaret: Les nouveaux président de cour et procureur général installés    Signaux d'alarme    Être «Président» !    UNE DIVISION CERTIFIEE    80 logements LPA de Bir El-Djir: Le bout du tunnel !    El-Bayadh: Le doyen des facteurs n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un plan global pour contrer les criminels virtuels
Recommandé par le séminaire international de lutte contre la cybercriminalité
Publié dans La Tribune le 08 - 05 - 2010


Photo : M. Hacène
Par Hasna Yacoub
Après deux jours de débats et d'échange d'expériences, les invités du séminaire international sur la lutte contre la cybercriminalité ont conclu à la nécessité d'une entraide internationale efficace et rapide. Les experts étrangers participant à cette rencontre ont insisté sur «une coopération entre les pays qui consiste en l'échange rapide en temps réel des informations liées à ce fléau transnational». Cette coopération est «vitale», ont relevé les experts. C'est d'ailleurs l'une des recommandations qui a sanctionné ce séminaire, à côté de l'organisation périodique en Algérie d'une conférence internationale sur la cybercriminalité pour faire le point sur le développement de ce fléau.
Les séminaristes ont également évoqué la nécessité d'établir «une stratégie nationale» concernant ce fléau, afin de suivre l'évolution des technologies, des dangers de la cybercriminalité et de ses pratiques non maîtrisées. «Il est nécessaire de protéger les institutions publiques et privées des dangers de la cybercriminalité avec l'élaboration d'un guide pratique relatif au danger du numérique, sans oublier de protéger l'enfance ainsi que toute personne vulnérable contre ce phénomène par l'introduction de programmes spécifiques au cours des différentes étapes de l'enseignement», ont-ils suggéré.
Il s'agit donc de l'établissement d'un plan global de lutte contre la cybercriminalité axé sur trois fondements : coopération, stratégie interne (formation et coordination) et protection de l'enfance. Ce plan doit être basé sur la conjugaison des efforts de tous «car la responsabilité doit être partagée par les parties techniques, sécuritaires et judiciaires», a indiqué M. Djamel Bouzertini, directeur général du Centre de recherche juridique et judiciaire (CRJJ). D'autres intervenants ont indiqué qu'au plan de la prévention, il convient de maintenir constante l'information et la sensibilisation des utilisateurs (institutions ou particuliers) sur les risques de la cybercriminalité à tous les niveaux, en commençant par les écoles.
Les séminaristes ont également plaidé pour la poursuite de la formation spécialisée à un niveau national et international par la programmation de rencontres communes pour développer les aspects pratiques favorables à un fructueux échange d'expériences et encouragé la recherche scientifique en matière de sécurité informatique. Les participants ont enfin proposé la création de groupes
d'investigation spécialisés dans la protection de l'enfance des dangers de l'Internet, ainsi que la promotion de la législation nationale dans la lutte contre la cybercriminalité et sa prévention, spécialement dans les domaines de la protection des données, d'organisation de l'activité des cybercafés et la réglementation de l'hébergement des données informatiques nationales sur le territoire algérien. Il est à préciser, justement, au sujet de la législation, qu'un organe de lutte contre la cybercriminalité sera, très prochainement, mis en place «dès que le texte réglementaire s'y rapportant, qui est en voie de finalisation, sera publié», comme l'a indiqué le directeur général du CRJJ. M. Djamel Bouzertini a ajouté que cette loi «mettra un certain temps pour qu'elle puisse s'intégrer dans le paysage législatif et judiciaire», précisant, dans ce sens, que le rôle du CRJJ et de faire la promotion des nouvelles lois, à l'instar de celle se rapportant à la lutte contre la cybercriminalité. Mais pas seulement puisque le CRJJ a pour but principal, en organisant ce séminaire de deux jours, de mettre en place une coordination entre les différentes institutions concernées et permettre une utilisation sécurisée de l'Internet par l'enseignement des techniques performantes d'enquête. Il a pour but également la réalisation d'une approche législative et opérationnelle entre l'Algérie et les pays ayant une grande expérience dans la cybercriminalité, à l'instar des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la France. Enfin, M. Bouzertini n'a pas manqué de relever que ce séminaire a également pour objectif d'encourager l'utilisation de l'Internet, tout en faisant attention aux dangers résultant de son utilisation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.