"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Intensifier la production de lait cru local pour endiguer la crise du lait
Publié dans La Tribune le 25 - 12 - 2010


Photo : S. Zoheir
Par Ziad Abdelhadi
Les pénuries de lait pasteurisé en sachet (LPS) se sont succédé cette année. Mais la plus pernicieuse et la plus longue a été sans aucun doute celle qui s'est manifestée durant le mois de novembre dernier. Elle a, en effet, sérieusement affecté les ménages, notamment ceux où le lait occupe une place primordiale dans leur ration alimentaire quotidienne, faute de pouvoir s'alimenter à moindre coût. Le LPS étant soutenu par l'Etat qui a fixé son prix de vente aux consommateurs à 25 DA le litre. Il va sans dire que la disparition subite du LPS sur les étals des points de vente a fait couler beaucoup d'encre et le principal instrument de régulation de la filière, à savoir l'Office nationale interprofessionnel du lait (Onil), a été très souvent cité comme responsable de la pénurie. Pour beaucoup d'observateurs et non moins acteurs dans la filière, «la rareté du LPS est la conséquence directe de la mauvaise gestion des importations et de la distribution de la poudre de lait. Une matière première dont dépend à 90% l'ensemble des laiteries». Autre accusation ciblant l'Onil, selon la Confédération des industriels et des producteurs algériens (Cipa), l'Office ne fait pas dans l'équité en matière de distribution du lait. «Du coup, des laiteries se retrouvent souvent en rupture de stock les obligeant ainsi soit de réduire leur production ou, pis, de cesser leur activité dans l'attente d'un nouvel arrivage de poudre de lait», ont maintes fois rappelé les patrons des laiteries affiliées à la Cipa lors de leur rencontre avec les médias. Devant ces accusations considérées par les cadres de l'Office «comme étant de la pure invention car ne reposant sur aucune preuve tangible», ces derniers ont, en revanche, soutenu à maintes reprises que les patrons des laiteries «n'en font qu'à leur tête et donc ne veulent pas jouer le jeu. Celui d'opter pour une intégration progressive de lait cru dans le processus de transformation au niveau de leur laiterie». Du côté du Conseil interprofessionnel du lait (CIL), représentant tous les acteurs de la filière, on a fait savoir que la dernière pénurie est due à un léger retard dans la
distribution de la poudre lait aux laiteries. On peut l'admettre et c'est donc à l'Onil de revoir son planning d'importation et de distribution. Les plus sceptiques avancent que «tant que nous continuerons à importer de la poudre de lait, nous subirons les mêmes pénuries de LSP, à moins d'une intensification de la production de lait cru local qui nous éviterait des pénuries cycliques que les consommateurs ne peuvent plus tolérer».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.