Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les sociétés civiles du Sahel solidaires avec les Maliens
Evacuant les questions politiques de la crise
Publié dans La Tribune le 16 - 06 - 2013

Les pays du Sahel ont exprimé hier, leur solidarité avec le peuple malien qui traverse une crise multidimensionnelle aux lourdes
conséquences dont les élections présidentielles du 28 juillet prochain seront le grand test. De nombreux représentants de la société civile, issus des pays de la région sont ainsi venus à Alger prendre part aux travaux de la Conférence nationale de la solidarité avec le peuple malien, initiée par le réseau algérien des Amis du peuple malien et le Front citoyen africain. Les participants ont préféré, à l'occasion, évacuer les questions politiques y compris celles des conditions dans lesquelles se déroulera le scrutin présidentiel, pour se contenter de souhaits de paix et de stabilité au Mali et dans toute la région du Sahel. A l'ouverture des travaux, qui se poursuivront aujourd'hui, les intervenants ont convergé à dire leur solidarité au peuple malien. Pour Mahrez Lamari, président du Réseau algérien des amis du peuple malien, l'action est à inscrire «dans un esprit fraternel. Unis par un destin commun, nous partageons la nécessité de consolider la construction de relation et d'alliance stratégiques entre l'Algérie et le Mali». Il ajoutera que «la reconstruction démocratique du Mali se fait avec la participation de tous les fils du pays et le peuple malien est la seule source de souveraineté». Cheikh Mahmoud Dicko, président du Haut Conseil islamique du Mali, a exclu, de son côté, l'efficacité de toute solution émanant de l'extérieur.
Il a indiqué que «toute solution forgée en dehors des pays de la région est vouée à l'échec tôt ou tard». Et de soutenir qu'«il est capital que les différentes organisations rassemblées ici s'approprient toutes les questions qui sont au cœur du devenir de nos pays respectifs afin qu'elles soient amenées à forger les solutions appropriées à nos problèmes, car nul ne peut mieux connaître nos problèmes que nous-mêmes».Le même Dicko s'est aussi montré critique à l'égard de la Cédéao (la communauté économique des Etat de l'Afrique de l'Ouest).
«Les erreurs commises par la Cédéao dans la gestion de cette crise avaient compliqué la recherche d'une solution au Mali», a-t-il souligné.
Ali Bandiare, de la Croix rouge nigérienne, a souligné quand à lui que «les conséquences de la crise malienne ont aggravé la situation dans la région du Sahel». Représentant d'Ibrahim Aboubacar Keita, qui est candidat aux présidentielles au nom du Rassemblement populaire du Mali, Cheick Omar Diarrah, a défendu l'idée que «ce qui ne passe pas par un dialogue entre toutes les composantes du peuple malien peut nuire aux efforts de stabilisation du Mali, aujourd'hui comme dans l'avenir».
A. Y.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.