Réquisitoire plus sévère en appel contre 14 manifestants du hirak    La violation des droits de la défense dénoncée    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    L'ADE et la Seaal s'expliquent    Le combat douteux du syndicat    Les exploitants demandent le renouvellement de leurs contrats    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Semaine cruciale pour le Mali    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Le gouvernement prend les devants    8 décès et 515 nouveaux cas en 24 heures    13 vols programmés pour ce mois d'août    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Le compositeur Saïd Bouchelouche n'est plus    "Soustara", un microcosme de l'Algérie profonde    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    Aïd el Adha : Plus de 10.000 commerçants non mobilisés ont assuré l'approvisionnement des citoyens    Souk Ahras : Sept communes touchées par les feux    Forêt de Baïnem: collecte de plus de 32 tonnes de déchets depuis le début du confinement sanitaire    Le Président de la République présente ses condoléances à la famille de Saïd Amara    Manque de liquidité, feux de forêts et perturbations de l'AEP, des actes prémédités    Aménagement urbain: Un tableau foncièrement noir    Tlemcen: 25 individus devant la justice, après une tentative d'agression    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Protection des personnels de la santé: Les nouvelles mesures entrent en vigueur    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    L'adjudant-chef à la retraite Guermit Bounouira remis aux autorités    Le Président de la République préside lundi une réunion du Haut conseil de sécurité    Haddad : circuit financier encore actif    Démission collective à Sétif, indignation au MCA    Le SG Ahmed Milat suspendu pour «mauvaise gestion»    Le calvaire des «sans-papiers» algériens en France    Mechichi : «Le prochain gouvernement sera celui de tous les Tunisiens»    Crise politique en Tunisie : Nabil Karoui sauve la tête de Rached Ghannouchi    Halimi Gisèle, l'autre Kahina !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le silence de Lorna", un drame de l'immigration pas toujours crédible
France
Publié dans Le Maghreb le 24 - 08 - 2008


Les frères Dardenne signent "Le silence de Lorna", un drame de l'immigration pas toujours crédible mais aussi un touchant portrait de femme, récompensé par le Prix du scénario au Festival de Cannes, et mercredi sur les écrans. Lorna, une Albanaise (Arta Dobroshi), a émigré en Belgique grâce à un mariage blanc avec Claudy, un jeune drogué qui tente désespérément de se sevrer (Jérémie Renier, lancé à 14 ans par "La promesse" des Dardenne).A Liège, Lorna mène une vie morne auprès de Claudy et rêve d'un divorce express qui lui permettrait de toucher le pactole en contractant un nouveau mariage blanc avec un immigrant russe. Mais la jeune femme est sous la coupe de son passeur Fabio (Fabrizio Rongione) qui veut faire disparaître Claudy en simulant une surdose : une fois veuve, Lorna ne pourra perdre sa nationalité belge. Se taira-t-elle ? Lorsqu'elle se croit enceinte après une nuit avec Claudy, tout vacille. Cinéastes du réel, émus par la misère et l'injustice sociale, les Dardenne mettent à nouveau l'immigration au coeur d'une fiction inspirée par un fait divers, douze ans après "La promesse", où un marchand de sommeil exploitait des travailleurs sans-papiers. Filmé de manière plus classique que "Rosetta" -- Palme d'or à Cannes il y a neuf ans -- où la caméra virevoltait autour de l'héroïne, captant sa révolte dans des cadres serrés, "Le silence de Lorna" part d'une démarche différente, ont expliqué à Cannes Jean-Pierre et Luc Dardenne. "Nous voulions regarder cette femme, il ne s'agissait donc pas de bouger avec elle, d'être dans son énergie. Nous voulions enregistrer plus qu'écrire avec notre caméra", avaient affirmé les cinéastes belges. Vraie révélation du film, la jeune Arta Dobroshi faisait partie des favorites pour le prix d'interprétation à Cannes. "Notre assistant est parti en Albanie et a filmé cent jeunes comédiennes parmi lesquelles il y avait Arta, que nous avions vue dans deux films tournés là-bas. Elle nous plaisait, elle parlait albanais, bosniaque et anglais... mais pas français, qu'elle a appris pour le film", avait expliqué Luc Dardenne. Bien que primé par le jury cannois présidé par Sean Penn, le scénario pâtit de retournements de situations parfois peu crédibles à l'écran, voués à dramatiser artificiellement un film qui curieusement, n'émeut pas vraiment. En particulier, après une première moitié de film assez réussie, "Le silence de Lorna" perd de son intensité, et le basculement psychologique de Lorna à la fin peut sembler assez gratuit. Les frères Dardenne ont remporté deux Palmes d'or à Cannes, l'une avec "Rosetta" en 1999 et l'autre six ans plus tard, avec "L'enfant.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.