31e semaine de manifestation pacifique : Un vendredi particulier    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Moussa Benhamadi sous mandat de dépôt    "Le retour à la planche à billets sera inévitable"    Des céréaliers refusent de vendre de l'orge aux brasseurs    Un potentiel à l'export inexploité    Le risque d'un Brexit sans accord reste "très réel"    Sanchez demande aux électeurs "une majorité confortable"    Tractations diplomatiques pour une sortie de crise    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    Tliba et le fils Ould-Abbès s'accusent mutuellement    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    Un tour puis s'en va pour le CSC    Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    «Les Algériens ont peur de nous…»    L'affaire Chenihi resurgit    Man City : Mahrez en Ligue des Champions, c'est du costaud !    "C'est Carlos Queiroz qui a insisté pour affronter l'Algérie"    La harga en famille revient    La Protection civile lance une campagne de sensibilisation    ACTUCULT    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Dieu dans l'imaginaire de l'islam politique    Confessions de Tayeb Abdelli    Mexico réclame à Paris l'annulation d'une vente aux enchères    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    L'Algérie parmi les quatre derniers    Mode d'action du hirak : La mobilisation enfle à Béjaïa    Mohamed Charfi se veut rassurant quant à la «sincérité» du scrutin    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Menace écologique sur le barrage de Taksebt    Incendies de forêt… acte prémédité ou phénomène saisonnier ? Démêler le vrai du faux    Alger: Rassemblement de solidarité avec les détenus    Gaïd Salah donne des instructions à la Gendarmerie: Nouveau tour de vis pour accéder à Alger    La surenchère est contreproductive pour les élections    Béchar: Il perd la vie après avoir sauvé ses deux enfants de la noyade    Skikda: 10 ans de prison pour trafic de psychotropes    Souk-Ahras: Plus de 16.000 comprimés psychotropes saisis    17e édition du Festival national d'astronomie populaire: «Sous un seul ciel» du 3 au 5 octobre    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le silence de Lorna", un drame de l'immigration pas toujours crédible
France
Publié dans Le Maghreb le 24 - 08 - 2008


Les frères Dardenne signent "Le silence de Lorna", un drame de l'immigration pas toujours crédible mais aussi un touchant portrait de femme, récompensé par le Prix du scénario au Festival de Cannes, et mercredi sur les écrans. Lorna, une Albanaise (Arta Dobroshi), a émigré en Belgique grâce à un mariage blanc avec Claudy, un jeune drogué qui tente désespérément de se sevrer (Jérémie Renier, lancé à 14 ans par "La promesse" des Dardenne).A Liège, Lorna mène une vie morne auprès de Claudy et rêve d'un divorce express qui lui permettrait de toucher le pactole en contractant un nouveau mariage blanc avec un immigrant russe. Mais la jeune femme est sous la coupe de son passeur Fabio (Fabrizio Rongione) qui veut faire disparaître Claudy en simulant une surdose : une fois veuve, Lorna ne pourra perdre sa nationalité belge. Se taira-t-elle ? Lorsqu'elle se croit enceinte après une nuit avec Claudy, tout vacille. Cinéastes du réel, émus par la misère et l'injustice sociale, les Dardenne mettent à nouveau l'immigration au coeur d'une fiction inspirée par un fait divers, douze ans après "La promesse", où un marchand de sommeil exploitait des travailleurs sans-papiers. Filmé de manière plus classique que "Rosetta" -- Palme d'or à Cannes il y a neuf ans -- où la caméra virevoltait autour de l'héroïne, captant sa révolte dans des cadres serrés, "Le silence de Lorna" part d'une démarche différente, ont expliqué à Cannes Jean-Pierre et Luc Dardenne. "Nous voulions regarder cette femme, il ne s'agissait donc pas de bouger avec elle, d'être dans son énergie. Nous voulions enregistrer plus qu'écrire avec notre caméra", avaient affirmé les cinéastes belges. Vraie révélation du film, la jeune Arta Dobroshi faisait partie des favorites pour le prix d'interprétation à Cannes. "Notre assistant est parti en Albanie et a filmé cent jeunes comédiennes parmi lesquelles il y avait Arta, que nous avions vue dans deux films tournés là-bas. Elle nous plaisait, elle parlait albanais, bosniaque et anglais... mais pas français, qu'elle a appris pour le film", avait expliqué Luc Dardenne. Bien que primé par le jury cannois présidé par Sean Penn, le scénario pâtit de retournements de situations parfois peu crédibles à l'écran, voués à dramatiser artificiellement un film qui curieusement, n'émeut pas vraiment. En particulier, après une première moitié de film assez réussie, "Le silence de Lorna" perd de son intensité, et le basculement psychologique de Lorna à la fin peut sembler assez gratuit. Les frères Dardenne ont remporté deux Palmes d'or à Cannes, l'une avec "Rosetta" en 1999 et l'autre six ans plus tard, avec "L'enfant.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.