Divergences, contradictions jusqu'où    En marge de l'installation de la nouvelle présidente du Conseil d'Etat : Zeghmati s'attaque à la corruption dans l'administration    Métaux précieux : Les Russes vont-ils remplacer leurs épargnes en dollar par l'or ?    Une guerre contre l'Iran provoquerait l'effondrement du monde unipolaire    Célébration de la journée de création de la SADC : Sabri Boukadoum appelle les pays membres à renforcer la politique de solidarité en Afrique    Objectif de la participation algérienne (JA 2019): Rester sur la dynamique de Brazzaville    2eme journée de Ligue 1: Qautre matchs au menu ce lundi    Tension sur le pain    Bouchons monstres à Alger    Karim Younes rugit    Les migrants toujours bloqués à lampédusa    Ooredoo rassure ses clients    "C'est la mauvaise gestion", selon le ministre    Le plasticien Mohammed Bakli expose à Alger    Protection à vie pour les magistrats militaires    La rencontre vise l'élaboration d'une feuille de route consensuelle    8 milliards de dinars pour acheminer l'eau du barrage de Beni Haroun    Volley : le Six algérien au Maroc pour conserver son titre    Casoni regrette l'inefficacité offensive face à l'ASAM    Le MCO bat l'USMBA    63 individus arrêtés à Tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam    Les prix à la merci des conflits sino-américains    ORAN : Des harraga Algériens et Marocains interceptés au large    AIN TEMOUCHENT : Crime crapuleux à la plage de Bouzedjar    EDUCATION : Vers l'enseignement de l'anglais dès le primaire    Dialogue : le Panel, une machine à recycler les soutiens de l'ancien régime    28 hectares de forêt ravagés par les incendies    Paul Put et le 1er vice-président de la Feguifoot sanctionnés pour corruption    Le pétrolier iranien "Grace 1" fait du surplace à Gibraltar    La bande de Ghaza ciblée par des tirs d'un avion israélien    Les séparatistes se retirent de certaines positions à Aden    Rahabi dit non    Benlameri boycotte l'entraînement    Un nouveau décès parmi les hadjis algériens    Des communes croulent sous les détritus    Le FC Barcelone décapité d'entrée à Bilbao    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Béjaïa : polémique autour d'un festival culturel    La révolution du Hirak du 22 février 2019 : archéologie et prospective    Sortie de Taddart, le nouvel album de Djaffar Aït Menguellet    La comédie musicale Notre-Dame de Paris séduit Pékin    En une année: Près de 800 harraga algériens ont débarqué sur les côtes italiennes    Réforme du bac, anglais au primaire: Des syndicats sceptiques    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Renault et Daimler se rapprochent
Publié dans Le Maghreb le 07 - 04 - 2010

Le constructeur automobile français Renault a réuni hier son conseil d'administration pour se pencher sur une alliance stratégique avec l'allemand Daimler, qui pourrait déboucher sur un partenariat dans les petites voitures et un échange de participation. L'objectif pour Daimler est de réaliser des économies d'échelle. La maison-mère de Mercedes perd de l'argent depuis longtemps sur tous ses petits modèles : les Smart, les classes A et B. Or les petites voitures, c'est de plus en plus la spécialité de Renault. Il est notamment question d'une plate-forme commune, peut-être en Slovénie, qui produirait à la fois la Twingo de Renault et la future Smart à quatre places. Quant à Renault qui n'est pas au mieux de sa forme, il en profite pour sceller une alliance durable et prestigieuse avec son partenaire allemand.
Le Français et son allié japonais Nissan revendiquent la troisième place mondiale des constructeurs automobiles. Daimler, qui produit les Mercedes et les Smart, se situe au delà de la dixième place. Les ventes cumulées des trois constructeurs représentent 7,2 millions de voitures. L'échange de participations entre les constructeurs se situerait à "un niveau symbolique, de l'ordre de 3%", selon Le Figaro et Les Echos.
Le PDG de Renault, Carlos Ghosn, évoque depuis plusieurs mois des "discussions" avec de nombreux partenaires, dont Daimler, sur des questions "d'échelle, de co-investissements, de partage de technologie" selon le Figaro. De son côté, le patron de Daimler avait estimé qu'il ne voyait "pas d'obstacle fondamental" à un accord. Renault veut croître et Daimler, trop petit pour dégager des économies d'échelle, cherche un partenaire. Le constructeur allemand a notamment un besoin crucial de développer de petits modèles, avec des volumes importants pour être rentables, à l'image de la citadine Twingo pour Renault. Un tel partenariat permettrait aux constructeurs français et allemand d'augmenter leur volume de ventes de voitures tout en réduisant leurs coûts. Des experts allemands affirment ainsi que la coopération avec Renault pourrait faire économiser environ 600 millions d'euros à Daimler dans le secteur du développement. Le rapprochement en préparation des constructeurs automobiles Renault, Nissan et Daimler marquerait une nouvelle étape dans la recomposition d'un secteur automobile en plein bouleversement dans le contexte de la crise. Derrière le japonais Toyota, numéro un mondial et qui se tient à l'écart de la valse des rachats, des géants automobiles, notamment européens, ont noué ces derniers mois des partenariats pour mieux résister à la baisse des ventes et atteindre une taille suffisante. L'opération la plus spectaculaire est sans doute celle qui a vu l'italien Fiat, jugé trop petit par les experts, prendre le contrôle d'un des fleurons de l'industrie américaine, Chrysler, balayé par la crise. Fiat en détient pour le moment 20 % et a la possibilité de monter à 35 %. Le directeur général de Fiat, Sergio Marchionne, a récemment indiqué que Fiat arriverait à 35 % de Chrysler "dans les vingt-quatre prochains mois". Autre opération emblématique : la fusion entre les allemands Volkswagen, leader européen, et Porsche, spécialiste des voitures de luxe, décidée l'été dernier après plusieurs mois de très vives tensions entre les actionnaires. Volkswagen détient 49,9 % de Porsche AG, qu'il entend acquérir entièrement d'ici à 2011 et qui viendra s'ajouter à ses neuf marques existantes. Volkswagen, qui rêve de prendre la première place mondiale d'ici quelques années, a également acquis début décembre 19,9 % du japonais Suzuki, spécialisé dans les petites voitures et très présent sur le marché indien. La consolidation du secteur a aussi touché certaines marques cédées par des grands groupes. Le suédois Saab a ainsi été vendu par le groupe américain General Motors (GM) au néerlandais Spyker, constructeur de voitures sportives de luxe. Dernière acquisition en date, l'autre marque suédoise, Volvo Cars, a été vendue fin mars par l'américain Ford au groupe chinois Geely. En revanche, GM a décidé en novembre de conserver sa filiale européenne Opel/Vauxhall, qu'il avait envisagé de céder au canadien Magna, associé à la banque russe Sberbank. Certaines opérations ont échoué, comme fin février le projet de rachat de Hummer, la filiale de 4x4 de GM, par le chinois Tengzhong. GM a prévu de fermer Hummer, après avoir déjà arrêté ses marques Saturn et Pontiac. Enfin, le français PSA Peugeot Citroën et le japonais Mistubishi Motors ont aussi annoncé début mars l'arrêt de leurs discussions en vue d'un échange de participations, tout en poursuivant leurs coopérations industrielles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.