DISCOURS DE GAID SALAH A BECHAR : ‘'L'heure des comptes est arrivée''    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Quatre cadres du ministère de l'Industrie et l'ancien directeur du CPA en détention    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Autopsie d'un complot    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    Le cas Ounas divise les Verts    "Le recrutement sera bouclé d'ici quelques jours"    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Man United : Un flop du Barça pour remplacer Pogba ?    La société civile pour une transition de «rupture»    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    La crise, c'est eux!    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Dialogue… ?    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Canada : Le gouvernement nationalise un oléoduc controversé pour l'agrandir
Publié dans Le Maghreb le 31 - 05 - 2018

Le gouvernement canadien a nationalisé mardi un oléoduc contesté par la province de Colombie-Britannique (Ouest), les autochtones et les environnementalistes afin d'assurer l'expansion de sa capacité que son actuel propriétaire américain menaçait d'abandonner.

Le gouvernement fédéral va acheter pour 4,5 milliards de dollars canadiens (3 milliards d'euros) l'oléoduc Trans Mountain de la société américaine Kinder Morgan, reliant les sables bitumineux de l'Alberta au port de Vancouver, en Colombie-Britannique, a annoncé le ministre des Finances, Bill Morneau.
Kinder Morgan menaçait d'abandonner le 31 mai son projet de triplement de la capacité de cet oléoduc à près de 900.000 barils par jour, en raison de l'opposition du gouvernement social-démocrate de la Colombie-Britannique, des écologistes et d'Amérindiens. Le Premier ministre libéral Justin Trudeau avait approuvé le projet estimé à 7,4 milliards de dollars canadiens en 2016 et répété ces derniers jours qu'il était prêt à indemniser les pertes encourues par la société Kinder Morgan, en raison de la suspension des travaux. Les actionnaires de Kinder Morgan devront approuver la vente de l'oléoduc, qui doit être bouclée au mois d'août, mais l'accord va permettre une reprise immédiate des travaux, a assuré Bill Morneau lors d'une conférence de presse. "Cet investissement comporte un prix équitable pour les Canadiens et les actionnaires de l'entreprise et permettra" la réalisation du projet "à titre de propriété d'une société d'Etat", a-t-il précisé. "Le gouvernement du Canada n'a toutefois pas l'intention d'être le propriétaire à long terme de ce projet", a-t-il dit en assurant qu'Ottawa le céderait à de nouveaux investisseurs "au moment opportun". Depuis son élection il y a un an, le Premier ministre de la Colombie-Britannique menait une guerre de tranchées pour faire annuler le projet en pointant les risques environnementaux avec la multiplication de tankers géants aux abords de Vancouver où débouche l'oléoduc en provenance des sables bitumineux de l'Alberta voisin, troisième réserve de pétrole de la planète.

"Scandaleux, inacceptable"
Le Canada extrait près de 4 millions de barils de pétrole par jour et 99% de sa production est écoulée à rabais aux Etats-Unis, faute d'accès à d'autres marchés, notamment ceux de l'Asie. Le gouvernement libéral de M. Trudeau avait accepté l'agrandissement de l'oléoduc en échange de la collaboration du gouvernement de la province de l'Alberta dans la lutte contre les gaz à effet de serre (GES). Les sables bitumineux de cette province contribuent pour plus du quart aux émissions totales du Canada. Dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat en décembre 2015, Justin Trudeau s'est engagé à réduire de 30% les émissions de GES d'ici 2030 par rapport aux volumes de 2005. Berceau de l'organisation Greenpeace, la Colombie-Britannique menait depuis plusieurs mois une guérilla juridique contre l'agrandissement de l'oléoduc en service depuis 1953 et reliant sur un millier de kilomètres Edmonton, la capitale de l'Alberta, et Burnaby, dans la proche banlieue de Vancouver, sur l'océan Pacifique. La polémique entourant le projet avait mené à une guerre commerciale entre les gouvernements de ces deux provinces, pourtant de même obédience sociale-démocrate. L'acquisition "va permettre d'acheminer en toute sécurité le pétrole canadien vers les marchés mondiaux où nous pourrons obtenir un meilleur prix", a assuré le ministre des Finances. "Et elle va rassurer les investisseurs que le Canada est un pays qui respecte la règle de droit et s'assure (que de grands projets) puissent être réalisés". Le projet dispose du soutien d'une faible majorité de Canadiens, qui étaient cependant réticents à voir leurs deniers utilisés pour assurer sa réalisation, selon de récents sondages. "C'est totalement scandaleux, inacceptable, incompatible avec la réconciliation avec les Premières nations et nos engagements climatiques", a critiqué Patrick Bonin, porte-parole de Greenpeace Canada. A un an et demi des élections législatives, cette nationalisation représente un risque politique pour Justin Trudeau, la Colombie-Britannique étant l'une des trois provinces, avec l'Ontario et le Québec, ayant élu le plus de députés de son parti en 2015, tandis que l'Alberta n'en compte que trois sur les 183 libéraux à la Chambre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.