Hydrocarbures: un régime fiscal propre au secteur encouragera l'investissement étranger    L'ex-député ‘'spécifique'' risque 6 mois de prison ferme    CAMPAGNE ELECTORALE : L'ANIE enquêtera sur la provenance des financements    POUR ATTEINTE A L'UNITE NATIONALE : Un an de prison à l'encontre de 21 détenus    Algérie - Gabon: vers la création d'un conseil économique pour les hommes d'affaires    ACCIDENTS DE LA ROUTE A OUARGLA : Trois morts et une quinzaine de blessés    L'OLP condamne l'assassinat d'un chef du Djihad islamique par Israël à Ghaza    SIDI BEL ABBES : Campagne de sensibilisation sur les risques du monoxyde de carbone    Les hauteurs de Bordj Bou-Arréridj revêtus de neige    Liverpool : Mauvaise nouvelle pour Salah ?    Belmadi évoque le retour de Soudani en sélection    Belmadi : «Cela fait un bon moment que je suis le parcours de Spano-Rahou, Halaïmia et Zorgane»    Crise en Bolivie: Morales se réfugie au Mexique, une présidentielle avant le 22 janvier    10e Fica : trois courts métrages projetés à Alger    FP: les recommandations comme feuille de route pour améliorer la performance des établissements    L'UE octroie 55 millions d'euros d'aide humanitaire    Les états de l'OCI saisissent la Cour internationale de justice    Le portrait du président Chadli parmi les objets jetés    Chlef: affectation d'un quota supplémentaire de 1.000 logements    65 projets agréés et financés par la Cnac depuis le début 2019    Le docteur Mohamed Boughlali de retour chez les Verts    Les Chipolopolo à pied d'œuvre à Alger    Où se jouera le derby MCA-CRB ?    Haddam plaide pour un contrôle plus rigoureux    Une femme se plaint d'y être inscrite à son insu    Présidentielle : les soutiens encombrants de Tebboune    La Turquie commence à renvoyer des terroristes étrangers    Les écoles primaires paralysées hier    Méli-mélo pomme-chocolat    L'UE prolonge les sanctions contre le gouvernement de Maduro    Réquisitoire imparable contre l'amnésie officialisée    Ateliers de formation cinématographique    De précieux manuscrits médiévaux divisent l'Islande et le Danemark    Festival international de danse contemporaine: l'Algérie, l'Egypte, le Maroc et la Tunisie à l'honneur    Le boulimique penchant de l'exécutif Bedoui à s'attaquer aux sensibles dossiers    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed: Ouverture du procès des 42 détenus du Hirak    DTN : nouveaux staffs des sélections nationales de jeunes: De surprenantes désignations    Vaccination contre la grippe : plus de 46.400 doses réceptionnées    Bouira: Une bouteille de gaz butane explose, un blessé grave    26 wilayas au salon des arts plastiques    Elections législatives : L'Espagne retourne aux urnes dans un climat crispé    Le courroux des producteurs    Marché pétrolier international Le panier de l'Opep établi à 61,98 dollars le baril    Para-athlétisme/Mondiaux-2019: L'Algérie provisoirement 5e au classement    Projet de loi sur les hydrocarbures Sonatrach continuera à développer le conventionnel    Les manifestations se poursuivent    Cinéma : 10e Fica: projection de "Fatwa", un film dénonçant la montée de l'extrémise en Tunisie    Oum El Bouaghi : signature d'accord pour la gestion de deux salles de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Canada : Le gouvernement nationalise un oléoduc controversé pour l'agrandir
Publié dans Le Maghreb le 31 - 05 - 2018

Le gouvernement canadien a nationalisé mardi un oléoduc contesté par la province de Colombie-Britannique (Ouest), les autochtones et les environnementalistes afin d'assurer l'expansion de sa capacité que son actuel propriétaire américain menaçait d'abandonner.

Le gouvernement fédéral va acheter pour 4,5 milliards de dollars canadiens (3 milliards d'euros) l'oléoduc Trans Mountain de la société américaine Kinder Morgan, reliant les sables bitumineux de l'Alberta au port de Vancouver, en Colombie-Britannique, a annoncé le ministre des Finances, Bill Morneau.
Kinder Morgan menaçait d'abandonner le 31 mai son projet de triplement de la capacité de cet oléoduc à près de 900.000 barils par jour, en raison de l'opposition du gouvernement social-démocrate de la Colombie-Britannique, des écologistes et d'Amérindiens. Le Premier ministre libéral Justin Trudeau avait approuvé le projet estimé à 7,4 milliards de dollars canadiens en 2016 et répété ces derniers jours qu'il était prêt à indemniser les pertes encourues par la société Kinder Morgan, en raison de la suspension des travaux. Les actionnaires de Kinder Morgan devront approuver la vente de l'oléoduc, qui doit être bouclée au mois d'août, mais l'accord va permettre une reprise immédiate des travaux, a assuré Bill Morneau lors d'une conférence de presse. "Cet investissement comporte un prix équitable pour les Canadiens et les actionnaires de l'entreprise et permettra" la réalisation du projet "à titre de propriété d'une société d'Etat", a-t-il précisé. "Le gouvernement du Canada n'a toutefois pas l'intention d'être le propriétaire à long terme de ce projet", a-t-il dit en assurant qu'Ottawa le céderait à de nouveaux investisseurs "au moment opportun". Depuis son élection il y a un an, le Premier ministre de la Colombie-Britannique menait une guerre de tranchées pour faire annuler le projet en pointant les risques environnementaux avec la multiplication de tankers géants aux abords de Vancouver où débouche l'oléoduc en provenance des sables bitumineux de l'Alberta voisin, troisième réserve de pétrole de la planète.

"Scandaleux, inacceptable"
Le Canada extrait près de 4 millions de barils de pétrole par jour et 99% de sa production est écoulée à rabais aux Etats-Unis, faute d'accès à d'autres marchés, notamment ceux de l'Asie. Le gouvernement libéral de M. Trudeau avait accepté l'agrandissement de l'oléoduc en échange de la collaboration du gouvernement de la province de l'Alberta dans la lutte contre les gaz à effet de serre (GES). Les sables bitumineux de cette province contribuent pour plus du quart aux émissions totales du Canada. Dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat en décembre 2015, Justin Trudeau s'est engagé à réduire de 30% les émissions de GES d'ici 2030 par rapport aux volumes de 2005. Berceau de l'organisation Greenpeace, la Colombie-Britannique menait depuis plusieurs mois une guérilla juridique contre l'agrandissement de l'oléoduc en service depuis 1953 et reliant sur un millier de kilomètres Edmonton, la capitale de l'Alberta, et Burnaby, dans la proche banlieue de Vancouver, sur l'océan Pacifique. La polémique entourant le projet avait mené à une guerre commerciale entre les gouvernements de ces deux provinces, pourtant de même obédience sociale-démocrate. L'acquisition "va permettre d'acheminer en toute sécurité le pétrole canadien vers les marchés mondiaux où nous pourrons obtenir un meilleur prix", a assuré le ministre des Finances. "Et elle va rassurer les investisseurs que le Canada est un pays qui respecte la règle de droit et s'assure (que de grands projets) puissent être réalisés". Le projet dispose du soutien d'une faible majorité de Canadiens, qui étaient cependant réticents à voir leurs deniers utilisés pour assurer sa réalisation, selon de récents sondages. "C'est totalement scandaleux, inacceptable, incompatible avec la réconciliation avec les Premières nations et nos engagements climatiques", a critiqué Patrick Bonin, porte-parole de Greenpeace Canada. A un an et demi des élections législatives, cette nationalisation représente un risque politique pour Justin Trudeau, la Colombie-Britannique étant l'une des trois provinces, avec l'Ontario et le Québec, ayant élu le plus de députés de son parti en 2015, tandis que l'Alberta n'en compte que trois sur les 183 libéraux à la Chambre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.