Tebboune autorise la réouverture progressive des mosquées et des plages    4 ans de prison ferme requis à l'encontre de Drarni, Belarbi et Hamitouche    Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La meilleure voie de voir l'Algérie de demain
Publié dans Le Maghreb le 17 - 07 - 2019

La sagesse populaire prend de l'ampleur, se renforce et remporte les sondages favorables dans un pays où la classe politique cherche encore des repères, des appoints et des " veines " de survie tant elle peine à se concentrer sur la conjoncture actuelle. Pourtant il y a des troubles intenses et nul n'ignore que la situation est lourde de périls. Phénomène politique chronique, dont les racines plongent dans un passé récent ;la tragédie nationale puis un régime totalitaire qui a règné sur l'Algérie vingt ans durant, une démocratie trompe-l'œil et qui n'a jamais permis de basculer le pouvoir politique du côté du peuple. C'est en effet, le cercle et l'environnement immédiat de l'ex-président de la République peut-être même avec sa bénédiction ou à son insu, entraîné par Saïd Bouteflika, l'ex-Premier ministre Ahmed Ouyahia, l'ex-ministre de la Justice Tayeb Louh, qui a constitué le rempart de l'ordre unilatéral dans la vie nationale. On comprend que le peuple a eu de rares occasions de choisir librement ses dirigeants Ledit cercle présidentiel n'a jamais raté l'occasion pour barrer la route à la souveraineté populaire et à l'avancée de la démocratie.
Ce fut l'usure du pouvoir extrême à laquelle est arrivé le régime.
C'est pour faire entendre leurs clameurs que les Algériennes et les Algériens sont sortis dans la rue, ils sont allés à la rencontre de l'Institution militaire pour lui demander de bouger et prendre ses responsabilités historiques et de s'installer dans le camp du peuple qui exige dès lors la normalisation des choses importantes et qu'elle doit être définitive.. La réponse du Haut commandement de l'ANP a été claire et parvenue au peuple par la voix du vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah à souligner à plusieurs occasion que l'Algérie traverse " une étape décisive dans son histoire qui " exige de tout un chacun de préserver l'unité er la cohésion qui ont toujours marqué le parcours de l'Algérie indépendante". Le chef d'état-major de l'ANP a également tenu à " rassurer de nouveau le peuple algérien et lui assurer que l'Armée nationale populaire continuera à l'accompagner avec la même détermination et résolution, suivant une stratégie bien étudiée, jusqu'à la concrétisation de ses attentes légitimes ". Dans cet esprit, il n'est pas possible en effet de remettre en cause l'engagement du Haut commandement de l'ANP chaque fois que s'élève une voix contradictoire et fait dans l'ignorance de la réalité du moment. Plus, il est impératif qu'une concertation s'établisse entre les décideurs du moment, d'une part, et d'autre part la classe politique, les personnalités et la société civile pour exprimer ensemble la même parole de sortie de crise et ensuite s'orienter à travers un consensus vers l'élection présidentielle à venir et qui sans nul doute mettra un terme à tous ceux qui tentent de faire perdurer la crise. Ce qui a fait dire au vice-ministre de la Défense nationale : " L'impasse politique et le vide constitutionnel planifiés de manière délibérée par ces entités est un parcours aux conséquences désastreuses sur les plans économique et social du pays, notamment dans le domaine des investissements et la préservation des postes d'emploi et du pouvoir d'achat des citoyens, voire sur tous les autres plans ayant un lien avec le processus de développement de manière générale. Il paraît que certains sont dérangés de voir l'Etat préserver sa notoriété et que ses institutions continuent à s'acquitter normalement de leurs missions, en dépit de cette crise ".
A présent il s'agira de résoudre les problèmes des tons politiques et politiciens qui n'ont pas la vraie ponctuation. Dans ce cas, le fait de partir des revendications du peuple et de l'ensemble des conséquences de la crise donne à l'instrument du dialogue une fécondité et une efficacité politique et sociale. L'Algérie dans la situation actuelle n'en est encore, dans le meilleur des cas, qu'à la bonne volonté de l'expérimentation, de la mise au point d'une feuille de route consensuelle e sortie de l'impasse actuelle. C'est ici que doit se situer l'essentiel des efforts ! Cela dit, toute attention, toute préoccupation conséquente, toute démarche menée à partir des revendications populaires et pour elles ne peut esquiver l'amorce d'un dialogue. Le meilleur garant politique, au sens profond du terme pour la maîtrise collective des divergences et des contradictions. Une maîtrise seule de permettre la confiance en soi, la démocratie politique, la création et l'innovation sociale le tout pacté est destiné à la stabilité du pays. Défis ambitieux, seul capable de signifier les pesanteurs graves de l'ancien régime et en même temps de signifier l'assainissement radical des esprits et des institutions, différences politiques et sociales héritées de l'ancien ordre des choses interdisant tout volontarisme politique, démocratique, économique et social
Un dialogue politique qui devrait forcément contenir des débats, des points de vue contradictoires, en somme, être ouvert à l'interpellation du consensus de sortie de crise, mieux encore une entente-accord pour éviter la démagogie ou les schémas imposés à la majorité, devrait être aussi un débat de mentalités, d'opinions, de consciences : c'est ça la démocratie mais aussi la meilleure voie de voir l'Algérie de demain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.