Karim Tabbou maintenu en prison    ACCIDENTS DE LA ROUTE : Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE ‘'CCI DAHRA'' : Eclaircissements sur la loi de finances 2020    BOUKADOUM S'ENTRETIENT AVEC SON HOMOLOGUE FRANÇAIS : ‘'L'Algérie est une puissance d'équilibre et de paix''    SUR INSTRUCTION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Envoi d'une caravane d'aides humanitaires en Libye    LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE : 43 personnes arrêtées à l'extrême-sud du pays    BISKRA : Démantèlement d'un réseau de faussaires de monnaie    Saisie d'une importante quantité de kif    EL-HAMRI (ORAN) : L'opération de relogement des 153 familles fait des mécontents    Mondial 2022 : Le détail du tirage au sort des éliminatoires de la zone Afrique    Accident de circulation d'El-Oued : onze blessés quittent l'hôpital d'El-Meghaier    JSK: Mellal condamné à 6 mois de prison ferme    Tindouf : 46 nouveaux cas de peste des petits ruminants enregistrés    Le PLD annonce sa participation    Le parquet requiert des peines de 1 an et de 18 mois de prison ferme    L'état d'urgence renouvelé pour trois mois    Des écoliers manifestent contre la hausse des prix    Trois postes de l'armée incendiés par les terroristes de Boko Haram    Une quarantaine de walis concernés    Le MSP propose l'intégration du Hirak dans le préambule    Une base de l'ONU ciblée par des terroristes    Omari examine avec des représentants des Chambres d'agriculture le dossier des coopératives agricoles    Une réduction certes, mais la facture toujours aussi lourde    Cinq projets réalisés en 2019    La bataille des exportations reste à gagner    Entre pénurie provoquée et spéculation    Chute mortelle d'un homme à Ouled Mahdi    ACTUCULT    Projection de "12 hommes en colère" à la cinémathèque de Béjaïa    "Il faut un plan pour sauver notre patrimoine culturel"    La Révolution racontée par Sid Ali Abdelhamid    Sétif, une ville sans cinéma    Liban : le président convoque une réunion de sécurité, la contestation ne faiblit pas    L'UA réitère la position commune de l'Afrique sur le cessez-le-feu en Libye    Aïn Témouchent : Réduction drastique du nombre de départs à la retraite    «Il n'y a pas de plan B, ça sera au Cameroun»    MOB : Préparation perturbée    MC Oran : Un mercato hivernal tristounet    Scène artistique algérienne : Décès de l'artiste Loubna Belkacemi    Salon du livre à Tizi Ouzou : Réconcilier le public avec la lecture    Le sg de l'UGTA Annaba dépasse les bornes, il agresse et chasse les syndicalistes    L'APN examine la levée d'immunité d'un député    Le NCM et le PAC se neutralisent    Le mouvement des entraîneurs supplante celui des joueurs    Le COA demande à la CAF d'éviter «tout acte entravant l'action de l'ONU»    L'UA appelée à prendre des mesures d'urgence    Depuis 2019: Le monoxyde de carbone a fait 177 morts    Un court-métrage tourné à Oran sélectionné    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise ouverte au FFS
Ali laskri démissionne de l'instance présidentielle
Publié dans Le Midi Libre le 12 - 02 - 2018

Le FFS replonge de nouveau dans la crise. Après un répit de quelques mois le plus vieux parti d'opposition est en effet, secoué par de nouveaux remous qui touchent sa plus haute instance dirigeante, à savoir son instance présidentielle.
Le FFS replonge de nouveau dans la crise. Après un répit de quelques mois le plus vieux parti d'opposition est en effet, secoué par de nouveaux remous qui touchent sa plus haute instance dirigeante, à savoir son instance présidentielle.
Ali Laskri, membre de cette instance vient ainsi de jeter l'éponge en présentant sa démission. Il ne quitte pas le parti pour autant. En démissionnant de l'instance présidentielle Ali Laskri appelle à la tenue d'un congrès extraordinaire. "Je vous informe de mon retrait, en démissionnant en ma qualité de membre de l'instance présidentielle et coordinateur, à compter de ce jour et de remettre mon mandat aux militants qui m'ont élu lors du 5e congrès", a indiqué le démissionnaire dans son message.
"Mon retrait de cette instance implique automatiquement l'organisation d'un congrès extraordinaire sur le plan statutaire", explique Laskri dans son message. En effet la tenue d'un ngrès extraordinaire devient, de par les statuts du parti, incontournable. Il fautdire que l'instance présidentielle, qui se composait à l'origine de 5 membres, n'encompte plus que 2 désormais. Ce qui est non conformes aux statuts du parti . D'ailleurs dans son message de démission,Ali Laskri a bel et bien rappelé cette évidence en invoquant notamment l'article 48. Rappelons que l'instance présidentielle créée lors du dernier congrès de 2013 comprenait cinq membres.
Il s'agissaait de Mohamed Amokrane Cherifi, Ali Laskri, Rachid Hallet, Aziz Baloul et Saïda Ichalaméne. Avant la démission hier d'Ali Laskri, Saïda Ichalaméne a claqué elle aussi la porte de cette instance présidentielle. Une démission qui s'est deroulée dans une totale discrétion puisqu'elle ne semble pas avoir provoqué, à tout le moins publiquement, beaucoup de vagues. Ce qui n'a pas été le cas de l'épilogue de Rachid Hallet.
Ce dernier, considéré comme un cadre très important a été, pour rappel, exclu des rangs du FFS vers la fin de l'année 2016. Une exclusion qui a plongé le parti dans une profonde crise organique et politique. Rachid Hallet avait alors accusé ses detracteurs de l'instance présidentielle, notamment Ali Laskri, de "putschistes". Dans la foulée , comme l'indiquait Rachid Hallet, il y a eu "une purge" au sein du FFS puisque tous lescadres qui lui sont proches ont été poussés vers la sortie.
Autant dire que le FFSest, depuis lors, entré dans un profond processus de crise qui s'est aussi ponctué par le changement du secrétariat national. Abdelmalek Bouchaffa, alors premier secrétaire et qui a été tête de liste du parti à Constantine lors des élections législatives de mai dernier mais qui n'a pas eu les faveurs des électeurs, a été déchargé de sa fonction et remplacé par Hadj Djilani Mohamed. Cela dit Ali Laskri a refusé, dans sa démission, de dévoiler les raisons l'ayant poussé à quitter l'instance présidentielle.
Il a promis de s'expliquer devantles membres du conseil national qui se réuniront en session ordinaire les 16 et 17 février prochains. Et c'est peut-être lors de cette session que le FFS décidera d'engager les préparatifs pour la tenue du congrès extraordinaire. Un congrès extraordinaire qui, pour Ali Laskri, sera "dans l'intérêt salvateur du parti, à travers l'élection d'une nouvelle instance présidentielle, ce qui va amener une nouvelle dynamique d'espoir de tout un peuple".
Ali Laskri, membre de cette instance vient ainsi de jeter l'éponge en présentant sa démission. Il ne quitte pas le parti pour autant. En démissionnant de l'instance présidentielle Ali Laskri appelle à la tenue d'un congrès extraordinaire. "Je vous informe de mon retrait, en démissionnant en ma qualité de membre de l'instance présidentielle et coordinateur, à compter de ce jour et de remettre mon mandat aux militants qui m'ont élu lors du 5e congrès", a indiqué le démissionnaire dans son message.
"Mon retrait de cette instance implique automatiquement l'organisation d'un congrès extraordinaire sur le plan statutaire", explique Laskri dans son message. En effet la tenue d'un ngrès extraordinaire devient, de par les statuts du parti, incontournable. Il fautdire que l'instance présidentielle, qui se composait à l'origine de 5 membres, n'encompte plus que 2 désormais. Ce qui est non conformes aux statuts du parti . D'ailleurs dans son message de démission,Ali Laskri a bel et bien rappelé cette évidence en invoquant notamment l'article 48. Rappelons que l'instance présidentielle créée lors du dernier congrès de 2013 comprenait cinq membres.
Il s'agissaait de Mohamed Amokrane Cherifi, Ali Laskri, Rachid Hallet, Aziz Baloul et Saïda Ichalaméne. Avant la démission hier d'Ali Laskri, Saïda Ichalaméne a claqué elle aussi la porte de cette instance présidentielle. Une démission qui s'est deroulée dans une totale discrétion puisqu'elle ne semble pas avoir provoqué, à tout le moins publiquement, beaucoup de vagues. Ce qui n'a pas été le cas de l'épilogue de Rachid Hallet.
Ce dernier, considéré comme un cadre très important a été, pour rappel, exclu des rangs du FFS vers la fin de l'année 2016. Une exclusion qui a plongé le parti dans une profonde crise organique et politique. Rachid Hallet avait alors accusé ses detracteurs de l'instance présidentielle, notamment Ali Laskri, de "putschistes". Dans la foulée , comme l'indiquait Rachid Hallet, il y a eu "une purge" au sein du FFS puisque tous lescadres qui lui sont proches ont été poussés vers la sortie.
Autant dire que le FFSest, depuis lors, entré dans un profond processus de crise qui s'est aussi ponctué par le changement du secrétariat national. Abdelmalek Bouchaffa, alors premier secrétaire et qui a été tête de liste du parti à Constantine lors des élections législatives de mai dernier mais qui n'a pas eu les faveurs des électeurs, a été déchargé de sa fonction et remplacé par Hadj Djilani Mohamed. Cela dit Ali Laskri a refusé, dans sa démission, de dévoiler les raisons l'ayant poussé à quitter l'instance présidentielle.
Il a promis de s'expliquer devantles membres du conseil national qui se réuniront en session ordinaire les 16 et 17 février prochains. Et c'est peut-être lors de cette session que le FFS décidera d'engager les préparatifs pour la tenue du congrès extraordinaire. Un congrès extraordinaire qui, pour Ali Laskri, sera "dans l'intérêt salvateur du parti, à travers l'élection d'une nouvelle instance présidentielle, ce qui va amener une nouvelle dynamique d'espoir de tout un peuple".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.