Le spectre de l'inconnu    Taleb Ibrahimi revient avec une lettre    FLN: Des députés empêchent Bouchareb de tenir une réunion    Présidence du FCE: Moncef Othmani jette l'éponge et Hassen Khelifati se retire de la course    Chlef: Pas de problème d'eau cet été    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Ce qu'aurait pu être l'Algérie post-indépendance    Ligue 1 - Titre et relégation: Qui s'en sortira indemne ?    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    MC Oran: Le Mouloudia des grands rendez-vous    552 centres d'examen et 3.830 encadreurs: Plus de 33.000 candidats attendus aux examens de fin de cycle primaire    Office de promotion et de gestion immobilière-OPGI: Des dispositions pour le recouvrement de plus de 70 milliards de créances    Répartis à travers trois sites de la daïra d'Aïn El-Turck: Les travaux des projets de réalisation de 1.420 logements à l'arrêt    Selon Gaïd Salah: L'institution militaire ne nourrit «aucune ambition politique»    Les colères algériennes    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    Giroud prolonge d'un an    Le GS Pétroliers et le NR Chlef en finale    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    LG partage un Iftar avec la presse nationale    Les jus de fruits mortels    C'est le Hirak permanent    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le dossier du général Hassan transmis à Blida    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Rabiot pour remplacer Rodrigo?    Un festival du malouf et du chaâbi à Annaba    Dans le désert des Berbères...    Avant-première de Hirafi    Transition politique : Toute nouveauté appelle l'angoisse…    Royaume-Uni et Italie : Vers des séismes politiques ?    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    Commerce : Les prix des fruits et légumes toujours en hausse    Tizi-Ouzou : Une wilaya engagée dans la restructuration de la filière oléicole    CAN-2019 : La présélection de l'Afrique du Sud dévoilée    Les adhérents exigent le départ de Sidi Saïd    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    Des milliers de travailleurs dans la rue à Tizi Ouzou    Le Hirak entre l'admiration et la peur    Aux côtés de la Côte d'Ivoire dans la lutte;contre le terrorisme    Le procès de Kamel "El bouchi" reporté au 19 juin    Pour une présidentielle dans 6 moi    Deux stages et trois amicaux pour les éléphants    Aïn El Hammam : Le bureau de poste rouvert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise ouverte au FFS
Ali laskri démissionne de l'instance présidentielle
Publié dans Le Midi Libre le 12 - 02 - 2018

Le FFS replonge de nouveau dans la crise. Après un répit de quelques mois le plus vieux parti d'opposition est en effet, secoué par de nouveaux remous qui touchent sa plus haute instance dirigeante, à savoir son instance présidentielle.
Le FFS replonge de nouveau dans la crise. Après un répit de quelques mois le plus vieux parti d'opposition est en effet, secoué par de nouveaux remous qui touchent sa plus haute instance dirigeante, à savoir son instance présidentielle.
Ali Laskri, membre de cette instance vient ainsi de jeter l'éponge en présentant sa démission. Il ne quitte pas le parti pour autant. En démissionnant de l'instance présidentielle Ali Laskri appelle à la tenue d'un congrès extraordinaire. "Je vous informe de mon retrait, en démissionnant en ma qualité de membre de l'instance présidentielle et coordinateur, à compter de ce jour et de remettre mon mandat aux militants qui m'ont élu lors du 5e congrès", a indiqué le démissionnaire dans son message.
"Mon retrait de cette instance implique automatiquement l'organisation d'un congrès extraordinaire sur le plan statutaire", explique Laskri dans son message. En effet la tenue d'un ngrès extraordinaire devient, de par les statuts du parti, incontournable. Il fautdire que l'instance présidentielle, qui se composait à l'origine de 5 membres, n'encompte plus que 2 désormais. Ce qui est non conformes aux statuts du parti . D'ailleurs dans son message de démission,Ali Laskri a bel et bien rappelé cette évidence en invoquant notamment l'article 48. Rappelons que l'instance présidentielle créée lors du dernier congrès de 2013 comprenait cinq membres.
Il s'agissaait de Mohamed Amokrane Cherifi, Ali Laskri, Rachid Hallet, Aziz Baloul et Saïda Ichalaméne. Avant la démission hier d'Ali Laskri, Saïda Ichalaméne a claqué elle aussi la porte de cette instance présidentielle. Une démission qui s'est deroulée dans une totale discrétion puisqu'elle ne semble pas avoir provoqué, à tout le moins publiquement, beaucoup de vagues. Ce qui n'a pas été le cas de l'épilogue de Rachid Hallet.
Ce dernier, considéré comme un cadre très important a été, pour rappel, exclu des rangs du FFS vers la fin de l'année 2016. Une exclusion qui a plongé le parti dans une profonde crise organique et politique. Rachid Hallet avait alors accusé ses detracteurs de l'instance présidentielle, notamment Ali Laskri, de "putschistes". Dans la foulée , comme l'indiquait Rachid Hallet, il y a eu "une purge" au sein du FFS puisque tous lescadres qui lui sont proches ont été poussés vers la sortie.
Autant dire que le FFSest, depuis lors, entré dans un profond processus de crise qui s'est aussi ponctué par le changement du secrétariat national. Abdelmalek Bouchaffa, alors premier secrétaire et qui a été tête de liste du parti à Constantine lors des élections législatives de mai dernier mais qui n'a pas eu les faveurs des électeurs, a été déchargé de sa fonction et remplacé par Hadj Djilani Mohamed. Cela dit Ali Laskri a refusé, dans sa démission, de dévoiler les raisons l'ayant poussé à quitter l'instance présidentielle.
Il a promis de s'expliquer devantles membres du conseil national qui se réuniront en session ordinaire les 16 et 17 février prochains. Et c'est peut-être lors de cette session que le FFS décidera d'engager les préparatifs pour la tenue du congrès extraordinaire. Un congrès extraordinaire qui, pour Ali Laskri, sera "dans l'intérêt salvateur du parti, à travers l'élection d'une nouvelle instance présidentielle, ce qui va amener une nouvelle dynamique d'espoir de tout un peuple".
Ali Laskri, membre de cette instance vient ainsi de jeter l'éponge en présentant sa démission. Il ne quitte pas le parti pour autant. En démissionnant de l'instance présidentielle Ali Laskri appelle à la tenue d'un congrès extraordinaire. "Je vous informe de mon retrait, en démissionnant en ma qualité de membre de l'instance présidentielle et coordinateur, à compter de ce jour et de remettre mon mandat aux militants qui m'ont élu lors du 5e congrès", a indiqué le démissionnaire dans son message.
"Mon retrait de cette instance implique automatiquement l'organisation d'un congrès extraordinaire sur le plan statutaire", explique Laskri dans son message. En effet la tenue d'un ngrès extraordinaire devient, de par les statuts du parti, incontournable. Il fautdire que l'instance présidentielle, qui se composait à l'origine de 5 membres, n'encompte plus que 2 désormais. Ce qui est non conformes aux statuts du parti . D'ailleurs dans son message de démission,Ali Laskri a bel et bien rappelé cette évidence en invoquant notamment l'article 48. Rappelons que l'instance présidentielle créée lors du dernier congrès de 2013 comprenait cinq membres.
Il s'agissaait de Mohamed Amokrane Cherifi, Ali Laskri, Rachid Hallet, Aziz Baloul et Saïda Ichalaméne. Avant la démission hier d'Ali Laskri, Saïda Ichalaméne a claqué elle aussi la porte de cette instance présidentielle. Une démission qui s'est deroulée dans une totale discrétion puisqu'elle ne semble pas avoir provoqué, à tout le moins publiquement, beaucoup de vagues. Ce qui n'a pas été le cas de l'épilogue de Rachid Hallet.
Ce dernier, considéré comme un cadre très important a été, pour rappel, exclu des rangs du FFS vers la fin de l'année 2016. Une exclusion qui a plongé le parti dans une profonde crise organique et politique. Rachid Hallet avait alors accusé ses detracteurs de l'instance présidentielle, notamment Ali Laskri, de "putschistes". Dans la foulée , comme l'indiquait Rachid Hallet, il y a eu "une purge" au sein du FFS puisque tous lescadres qui lui sont proches ont été poussés vers la sortie.
Autant dire que le FFSest, depuis lors, entré dans un profond processus de crise qui s'est aussi ponctué par le changement du secrétariat national. Abdelmalek Bouchaffa, alors premier secrétaire et qui a été tête de liste du parti à Constantine lors des élections législatives de mai dernier mais qui n'a pas eu les faveurs des électeurs, a été déchargé de sa fonction et remplacé par Hadj Djilani Mohamed. Cela dit Ali Laskri a refusé, dans sa démission, de dévoiler les raisons l'ayant poussé à quitter l'instance présidentielle.
Il a promis de s'expliquer devantles membres du conseil national qui se réuniront en session ordinaire les 16 et 17 février prochains. Et c'est peut-être lors de cette session que le FFS décidera d'engager les préparatifs pour la tenue du congrès extraordinaire. Un congrès extraordinaire qui, pour Ali Laskri, sera "dans l'intérêt salvateur du parti, à travers l'élection d'une nouvelle instance présidentielle, ce qui va amener une nouvelle dynamique d'espoir de tout un peuple".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.