Zetchi : «Il y aura un France-Algérie dans un futur proche»    Foot/Algérie - Colombie : les Verts séduisent avant les choses sérieuses en novembre    Béjaia : Les chrétiens d'Algérie dénoncent la fermeture des lieux de culte    Convention entre le ministère de l'Agriculture et celui de l'Enseignement professionnels    L'Anie habilite un large éventail de fonctionnaires    L'espagnol Cepsa se retire de Medgaz    Le Conseil de sécurité se réunit aujourd'hui    "La véritable révolution qui reste encore à faire est économique"    Le RAV4 se métamorphose    La nouvelle Golf 8 se précise    Gaïd Salah maintient le cap du 12 décembre    Saïd Boudour sous mandat de dépôt    L'affaire MCA-USMA divise le BF    Mellal : "La JSK va se ressaisir"    Les Verts à la croisée des chemins !    Petite défaite face aux Pharaons    Un nul sépare les deux Corées, le choc historique    La rue gronde toujours    Les syndicats en renfort à Béjaïa    4 aliments à mettre dans votre assiette    Masque de gingembre pour accélérer la pousse des cheveux    Sonelgaz adresse 50 403 mises en demeure à ses clients    Les préalables de Belkhadem    11e Fcims: La Suède, la Russie et le Japon sur la scène de l'Opéra d'Alger    La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize    Joker va-t-il battre Batman ?    ...Sortir... Sortir ...Sortir    Micro-crédit : 67 % des bénéficiaires âgés de moins de 40 ans    Dahmoun souligne la nécessité de la politique de prospective dans les secteurs vitaux    Alors que 435 cas de méningite ont été diagnostiqués à l'est : Les services sanitaires rassurent    Quadruple crime à Sidi Lahcen (Sidi Bel Abbès) : Le présumé meurtrier se suicide    Des logements alimentés en énergie solaire    S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»    34ème marche du mardi: Les étudiants toujours au rendez-vous    Université Sétif 2 : L'écrivain Mouna Srifak décroche le prix Katara Prize for Arabic Novel    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    ROYAUME-UNI : La Reine Elizabeth II s'exprime sur le Brexit    Gestion d'actifs: L'investissement ESG s'épanouit dans les fonds infrastructures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Le ministère de la Santé rassure    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entre hausse et recul
Production agricole 2016-2017
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 03 - 2019

Des divergences ont caractérisé la tendance générale de la production agricole durant la campagne agricole 2016-2017, en comparaison avec la précédente 2015-2016, a-t-on appris auprès de l'Office national des statistiques (ONS).
Des divergences ont caractérisé la tendance générale de la production agricole durant la campagne agricole 2016-2017, en comparaison avec la précédente 2015-2016, a-t-on appris auprès de l'Office national des statistiques (ONS).
Ainsi, plusieurs produits agricoles ont connu des hausses de production.Il s'agit essentiellement descéréales, des légumes secs, des agrumes,des dattes et des figues. Cependant, des baisses ont caractériséd'autres produits agricoles, dont les culturesindustrielles et les fruits à noyauxou à pépins, alors que des culturescomme les maraîchères, ont connu unestagnation. Durant la campagne agricole2016-2017, la production totale descéréales d'hiver a été évaluée à près de34,703 millions de quintaux (qx), contreplus de 34.300 millions de qx, soit unehausse de 1% par rapport à la campagne2015-2016. Cette légère améliorationincombe à la production de blé dur qui aatteint 19,910 millions de qx en 2017,contre 19,400 millions de qx en 2016,en hausse de 3%.
Elle est due aussi à laproduction de l'orge, qui est passée de9,199 millions de qx, à près de 9,700 millions de qx, en hausse de 5% durant la même période de comparaison. S'agissant du blé tendre, l'ONS fait état d'une production atteignant 4,455 millions de qx en 2017, contre 5,025 millions de qx en 2016, soit une baisse de 11%. La production céréalière est constituée essentiellement de blé dur, de blé tendre et de l'orge, qui représentent respectivement, 57,13 et 28% de l'ensemble des productions de céréales, explique la même source. Par ailleurs, la production agricole des légumes secs a connu "une belle performance" pour atteindre près de 1,073 millions de qx, contre 773.106 qx durant la campagne, enregistrant ainsi une hausse de (+39%). Selon les données de l'Office, cette performance est due essentiellement à des hausses
"remarquables" de la production des lentilles qui a atteint 191.387 qx (+90%), les haricots secs 14.797 qx (69%) et les pois chiches 293.356 qx (+36%). Pour les agrumes, leur production a connu également une tendance haussière. Ils totalisent plus de13, 440 millions de qx en 2017, contre 12,032 millions de qx en 2016 (+12%). La hausse la plus importante concerne les oranges qui a atteint près de 10,140 millions de qx (+14%), suivi de celle de la clémentine, plus de 2,054 millions de qx (7%), les mandarines 452.217 qx (+7%), le citron 777.572 qx (+5%). La production du pomélos a, toutefois, stagné à près de 19.000 qx en 2017, par rapport à 2016. Pour ce qui est de la production de dattes, l'ONS relève un total supérieur à 10,580
millions de qx, contre 10,390 millions de qx, (+3%). Par variété, près de 54% de la production provient des fameuses dattes algériennes "Deglet-Nour", avec une production de 5,670 millions de qx (+2%) et les dattes sèches qui représentent 2,866 millions de qx (+4%). Et enfin, les dattes molles ont enregistré une production de 2,050 millions de qx, soit une hausse +2%. D'autre part, le rendement des figues s'est amélioré en 2017, pour atteindreune production de 1,290 million de qx(+7%), par rapport à la même période de comparaison déjà citée.
Recul des cultures industrielles
Les cultures industrielles, (tomates, tabacs, arachides et autres), ont atteint plus de 12,555 millions de qx, contre plus de 12,800 millions de qx, en baisse de 2% durant les périodes de comparaison. Cette baisse s'explique principalement, selon la même source, par le recul de la production des tomates industrielles (-2%), pour totaliser près de12,100 millions de qx. Quant à la production de tabac et d'arachides, elle a augmenté respectivement, de 5 et de 43%. Le tabac a connu une production de 102.900 qx, alors que celle des arachides est de 101.713 qx, détaille l'Organisme des statistiques, dans sa publication sur la production agricole des campagnes 2015-2016 et 2016-2017, élaborées sur la base des données du ministère de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche(MADRP).
La production de l'ensemble des cultures fruitières (espèces à noyaux et/ou à pépins), elle a atteint plus de 15,170 millions de qx en 2017, contre environ 15,400 millions de qx en 2016, enregistrant ainsi une légère baisse de (- 1%). Selon l'Office, 80% de la production proviennent de quatre espèces de cultures fruitières: les pommes (32,6%), les abricots (15,7%), les poires (15,6%) et les pêches (13,01%). Durant la campagne agricole 2016-2017, la production d'olives a été évaluée à plus de 6,844 millions de qx, dont plus de 57% destinée à l'extraction de l'huile. Comparativement à la campagne 2015- 2016, la récolte a baissé de 2%, soit 119.709 qx de moins. Cette régression est due, notamment, à la baisse de la production d'olives pour l'huile (-18%) pour totaliser 3,900 millions de qx, contre 4,750 millions de qx.
En revanche, la production d'olives de table a été évaluée à près de 2,930 millions de qx, contre plus de 2,200 millions de qx, soit en hausse de 32%. La production du vignoble est estimée à plus de 5,660 millions de qx, contre plus de 5,700 millions qx, marquant ainsi une légère baisse (-1%) durant les périodes de comparaison. La production des raisins de table, qui représente 87% de la production totale du vignoble, quant à elle, a connu une stabilisation autour de 5 millions de qx.
Stagnation des maraîchères
La production des cultures maraîchères, qui a connu en 2017 et par rapport à l'année d'avant une stagnation, a été estimée à près de 130,190 millions de qx. Cette stagnation s'explique principalement, la baisse des cultures maraîchères des produits phares: la pomme de terre (-3%), l'oignon (-7%), les carottes (-3%), les navets (-15%), et les choux verts (-15%). Par ailleurs, d'autres produits ont connu des hausses de production. Il s'agit notamment, des concombres (+24%), des aubergines (+23%), des artichauts (+11%) et des courgettes (+14%). Selon les données statistiques de l'ONS, la production de l'ensemble des fourrages a atteint plus de 41,190 millions de qx, contre près de 47,980 millions de qx, en baisse de (-14%) durant les périodes de comparaison.
La production des fourrages artificiels, qui représentent 86% de l'ensemble des productions fourragères, est estimée àplus de 35,500 millions de qx, contre 40,056 millions de qx, soit une baisse de 11%. Quant à la production des fourrages naturels (prairies naturelles...), elle a atteint près de 5,700 millions de qx, contre 7,920 millions de qx en baisse de (-28%). Par ailleurs, l'Office note que l'effectif global du cheptel, toutes races confondues, s'est vu évaluer à près de 36 millions de têtes durant la campagne 2016/2017,
un chiffre presque identique à la campagne précédente. L'élevage ovin domine avec un effectif de près de 28,400 millions de têtes, suivi du caprin avec plus de cinq (5) millions de têtes, ensuite le bovin avec près de 1,9 million de têtes et enfin, le camelin avec 381.882 de têtes. Les effectifs ovin, caprin et camelin, se sont accrus de 1% chacun. En revanche, le cheptel bovin a continué à baisser en 2017, soit -9%, pour totaliser 1.895,126 têtes, contre 2.080,936 têtes en 2016. Concernant le cheptel équin, il a affiché "une sensible" baisse (-74%), passant de 177.820 têtes en 2016 à 46.841 têtes en 2017.
Ainsi, plusieurs produits agricoles ont connu des hausses de production.Il s'agit essentiellement descéréales, des légumes secs, des agrumes,des dattes et des figues. Cependant, des baisses ont caractériséd'autres produits agricoles, dont les culturesindustrielles et les fruits à noyauxou à pépins, alors que des culturescomme les maraîchères, ont connu unestagnation. Durant la campagne agricole2016-2017, la production totale descéréales d'hiver a été évaluée à près de34,703 millions de quintaux (qx), contreplus de 34.300 millions de qx, soit unehausse de 1% par rapport à la campagne2015-2016. Cette légère améliorationincombe à la production de blé dur qui aatteint 19,910 millions de qx en 2017,contre 19,400 millions de qx en 2016,en hausse de 3%.
Elle est due aussi à laproduction de l'orge, qui est passée de9,199 millions de qx, à près de 9,700 millions de qx, en hausse de 5% durant la même période de comparaison. S'agissant du blé tendre, l'ONS fait état d'une production atteignant 4,455 millions de qx en 2017, contre 5,025 millions de qx en 2016, soit une baisse de 11%. La production céréalière est constituée essentiellement de blé dur, de blé tendre et de l'orge, qui représentent respectivement, 57,13 et 28% de l'ensemble des productions de céréales, explique la même source. Par ailleurs, la production agricole des légumes secs a connu "une belle performance" pour atteindre près de 1,073 millions de qx, contre 773.106 qx durant la campagne, enregistrant ainsi une hausse de (+39%). Selon les données de l'Office, cette performance est due essentiellement à des hausses
"remarquables" de la production des lentilles qui a atteint 191.387 qx (+90%), les haricots secs 14.797 qx (69%) et les pois chiches 293.356 qx (+36%). Pour les agrumes, leur production a connu également une tendance haussière. Ils totalisent plus de13, 440 millions de qx en 2017, contre 12,032 millions de qx en 2016 (+12%). La hausse la plus importante concerne les oranges qui a atteint près de 10,140 millions de qx (+14%), suivi de celle de la clémentine, plus de 2,054 millions de qx (7%), les mandarines 452.217 qx (+7%), le citron 777.572 qx (+5%). La production du pomélos a, toutefois, stagné à près de 19.000 qx en 2017, par rapport à 2016. Pour ce qui est de la production de dattes, l'ONS relève un total supérieur à 10,580
millions de qx, contre 10,390 millions de qx, (+3%). Par variété, près de 54% de la production provient des fameuses dattes algériennes "Deglet-Nour", avec une production de 5,670 millions de qx (+2%) et les dattes sèches qui représentent 2,866 millions de qx (+4%). Et enfin, les dattes molles ont enregistré une production de 2,050 millions de qx, soit une hausse +2%. D'autre part, le rendement des figues s'est amélioré en 2017, pour atteindreune production de 1,290 million de qx(+7%), par rapport à la même période de comparaison déjà citée.
Recul des cultures industrielles
Les cultures industrielles, (tomates, tabacs, arachides et autres), ont atteint plus de 12,555 millions de qx, contre plus de 12,800 millions de qx, en baisse de 2% durant les périodes de comparaison. Cette baisse s'explique principalement, selon la même source, par le recul de la production des tomates industrielles (-2%), pour totaliser près de12,100 millions de qx. Quant à la production de tabac et d'arachides, elle a augmenté respectivement, de 5 et de 43%. Le tabac a connu une production de 102.900 qx, alors que celle des arachides est de 101.713 qx, détaille l'Organisme des statistiques, dans sa publication sur la production agricole des campagnes 2015-2016 et 2016-2017, élaborées sur la base des données du ministère de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche(MADRP).
La production de l'ensemble des cultures fruitières (espèces à noyaux et/ou à pépins), elle a atteint plus de 15,170 millions de qx en 2017, contre environ 15,400 millions de qx en 2016, enregistrant ainsi une légère baisse de (- 1%). Selon l'Office, 80% de la production proviennent de quatre espèces de cultures fruitières: les pommes (32,6%), les abricots (15,7%), les poires (15,6%) et les pêches (13,01%). Durant la campagne agricole 2016-2017, la production d'olives a été évaluée à plus de 6,844 millions de qx, dont plus de 57% destinée à l'extraction de l'huile. Comparativement à la campagne 2015- 2016, la récolte a baissé de 2%, soit 119.709 qx de moins. Cette régression est due, notamment, à la baisse de la production d'olives pour l'huile (-18%) pour totaliser 3,900 millions de qx, contre 4,750 millions de qx.
En revanche, la production d'olives de table a été évaluée à près de 2,930 millions de qx, contre plus de 2,200 millions de qx, soit en hausse de 32%. La production du vignoble est estimée à plus de 5,660 millions de qx, contre plus de 5,700 millions qx, marquant ainsi une légère baisse (-1%) durant les périodes de comparaison. La production des raisins de table, qui représente 87% de la production totale du vignoble, quant à elle, a connu une stabilisation autour de 5 millions de qx.
Stagnation des maraîchères
La production des cultures maraîchères, qui a connu en 2017 et par rapport à l'année d'avant une stagnation, a été estimée à près de 130,190 millions de qx. Cette stagnation s'explique principalement, la baisse des cultures maraîchères des produits phares: la pomme de terre (-3%), l'oignon (-7%), les carottes (-3%), les navets (-15%), et les choux verts (-15%). Par ailleurs, d'autres produits ont connu des hausses de production. Il s'agit notamment, des concombres (+24%), des aubergines (+23%), des artichauts (+11%) et des courgettes (+14%). Selon les données statistiques de l'ONS, la production de l'ensemble des fourrages a atteint plus de 41,190 millions de qx, contre près de 47,980 millions de qx, en baisse de (-14%) durant les périodes de comparaison.
La production des fourrages artificiels, qui représentent 86% de l'ensemble des productions fourragères, est estimée àplus de 35,500 millions de qx, contre 40,056 millions de qx, soit une baisse de 11%. Quant à la production des fourrages naturels (prairies naturelles...), elle a atteint près de 5,700 millions de qx, contre 7,920 millions de qx en baisse de (-28%). Par ailleurs, l'Office note que l'effectif global du cheptel, toutes races confondues, s'est vu évaluer à près de 36 millions de têtes durant la campagne 2016/2017,
un chiffre presque identique à la campagne précédente. L'élevage ovin domine avec un effectif de près de 28,400 millions de têtes, suivi du caprin avec plus de cinq (5) millions de têtes, ensuite le bovin avec près de 1,9 million de têtes et enfin, le camelin avec 381.882 de têtes. Les effectifs ovin, caprin et camelin, se sont accrus de 1% chacun. En revanche, le cheptel bovin a continué à baisser en 2017, soit -9%, pour totaliser 1.895,126 têtes, contre 2.080,936 têtes en 2016. Concernant le cheptel équin, il a affiché "une sensible" baisse (-74%), passant de 177.820 têtes en 2016 à 46.841 têtes en 2017.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.