Gaïd Salah: «Le complot a commencé en 2015»    Les étudiants toujours mobilisés    Dans le cadre d'une enquête anti-corruption: Rebrab incarcéré à la prison d'El Harrach    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour : CRB - CSC, aujourd'hui à 16h00 - Un duel ouvert à tous les pronostics    Football - Ligue 1: Les deux extrémités du tableau en ébullition    CR Témouchent: Une accession méritée en division amateur    Les cinq victimes de l'effondrement de l'immeuble de la Casbah enterrées hier     Skikda: Tentative de meurtre, quatre arrestations    Préparatifs des JM 2021 à Aïn El Turk: Une campagne de sensibilisation pour un séjour agréable aux hôtes de l'Algérie    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Révolution monétaire ? : 48 ans après la fin de Bretton Woods, l'or continue son come-back    Bulgarie : "Sans le Turkish Stream, les livraisons de gaz seraient remises en cause"    Soudan: La contestation suspend les discussions avec le Conseil militaire    Libye : Le chef de la diplomatie tunisienne évoque avec un responsable de l'ONU des alternatives de sortie de crise    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Washington prêt à sanctionner ses alliés    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Etudiants et enseignants au rendez-vous    Présidence : Mouvement partiel dans le corps des walis et des walis délégués    Transition politique : On avance à tatons    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Amuniké sélectionneur de la Tanzanie : "Je n'ai peur d'aucune équipe"    Tabbou fidèle à ses positions    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Les travailleurs de Cevital ont marché à Béjaïa    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    Casbah (Alger).. La 25e opération de relogement en préparation    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    Salamé insiste sur le «processus politique de facilitation de l'ONU»    …sortir…sortir…sortir…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entre hausse et recul
Production agricole 2016-2017
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 03 - 2019

Des divergences ont caractérisé la tendance générale de la production agricole durant la campagne agricole 2016-2017, en comparaison avec la précédente 2015-2016, a-t-on appris auprès de l'Office national des statistiques (ONS).
Des divergences ont caractérisé la tendance générale de la production agricole durant la campagne agricole 2016-2017, en comparaison avec la précédente 2015-2016, a-t-on appris auprès de l'Office national des statistiques (ONS).
Ainsi, plusieurs produits agricoles ont connu des hausses de production.Il s'agit essentiellement descéréales, des légumes secs, des agrumes,des dattes et des figues. Cependant, des baisses ont caractériséd'autres produits agricoles, dont les culturesindustrielles et les fruits à noyauxou à pépins, alors que des culturescomme les maraîchères, ont connu unestagnation. Durant la campagne agricole2016-2017, la production totale descéréales d'hiver a été évaluée à près de34,703 millions de quintaux (qx), contreplus de 34.300 millions de qx, soit unehausse de 1% par rapport à la campagne2015-2016. Cette légère améliorationincombe à la production de blé dur qui aatteint 19,910 millions de qx en 2017,contre 19,400 millions de qx en 2016,en hausse de 3%.
Elle est due aussi à laproduction de l'orge, qui est passée de9,199 millions de qx, à près de 9,700 millions de qx, en hausse de 5% durant la même période de comparaison. S'agissant du blé tendre, l'ONS fait état d'une production atteignant 4,455 millions de qx en 2017, contre 5,025 millions de qx en 2016, soit une baisse de 11%. La production céréalière est constituée essentiellement de blé dur, de blé tendre et de l'orge, qui représentent respectivement, 57,13 et 28% de l'ensemble des productions de céréales, explique la même source. Par ailleurs, la production agricole des légumes secs a connu "une belle performance" pour atteindre près de 1,073 millions de qx, contre 773.106 qx durant la campagne, enregistrant ainsi une hausse de (+39%). Selon les données de l'Office, cette performance est due essentiellement à des hausses
"remarquables" de la production des lentilles qui a atteint 191.387 qx (+90%), les haricots secs 14.797 qx (69%) et les pois chiches 293.356 qx (+36%). Pour les agrumes, leur production a connu également une tendance haussière. Ils totalisent plus de13, 440 millions de qx en 2017, contre 12,032 millions de qx en 2016 (+12%). La hausse la plus importante concerne les oranges qui a atteint près de 10,140 millions de qx (+14%), suivi de celle de la clémentine, plus de 2,054 millions de qx (7%), les mandarines 452.217 qx (+7%), le citron 777.572 qx (+5%). La production du pomélos a, toutefois, stagné à près de 19.000 qx en 2017, par rapport à 2016. Pour ce qui est de la production de dattes, l'ONS relève un total supérieur à 10,580
millions de qx, contre 10,390 millions de qx, (+3%). Par variété, près de 54% de la production provient des fameuses dattes algériennes "Deglet-Nour", avec une production de 5,670 millions de qx (+2%) et les dattes sèches qui représentent 2,866 millions de qx (+4%). Et enfin, les dattes molles ont enregistré une production de 2,050 millions de qx, soit une hausse +2%. D'autre part, le rendement des figues s'est amélioré en 2017, pour atteindreune production de 1,290 million de qx(+7%), par rapport à la même période de comparaison déjà citée.
Recul des cultures industrielles
Les cultures industrielles, (tomates, tabacs, arachides et autres), ont atteint plus de 12,555 millions de qx, contre plus de 12,800 millions de qx, en baisse de 2% durant les périodes de comparaison. Cette baisse s'explique principalement, selon la même source, par le recul de la production des tomates industrielles (-2%), pour totaliser près de12,100 millions de qx. Quant à la production de tabac et d'arachides, elle a augmenté respectivement, de 5 et de 43%. Le tabac a connu une production de 102.900 qx, alors que celle des arachides est de 101.713 qx, détaille l'Organisme des statistiques, dans sa publication sur la production agricole des campagnes 2015-2016 et 2016-2017, élaborées sur la base des données du ministère de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche(MADRP).
La production de l'ensemble des cultures fruitières (espèces à noyaux et/ou à pépins), elle a atteint plus de 15,170 millions de qx en 2017, contre environ 15,400 millions de qx en 2016, enregistrant ainsi une légère baisse de (- 1%). Selon l'Office, 80% de la production proviennent de quatre espèces de cultures fruitières: les pommes (32,6%), les abricots (15,7%), les poires (15,6%) et les pêches (13,01%). Durant la campagne agricole 2016-2017, la production d'olives a été évaluée à plus de 6,844 millions de qx, dont plus de 57% destinée à l'extraction de l'huile. Comparativement à la campagne 2015- 2016, la récolte a baissé de 2%, soit 119.709 qx de moins. Cette régression est due, notamment, à la baisse de la production d'olives pour l'huile (-18%) pour totaliser 3,900 millions de qx, contre 4,750 millions de qx.
En revanche, la production d'olives de table a été évaluée à près de 2,930 millions de qx, contre plus de 2,200 millions de qx, soit en hausse de 32%. La production du vignoble est estimée à plus de 5,660 millions de qx, contre plus de 5,700 millions qx, marquant ainsi une légère baisse (-1%) durant les périodes de comparaison. La production des raisins de table, qui représente 87% de la production totale du vignoble, quant à elle, a connu une stabilisation autour de 5 millions de qx.
Stagnation des maraîchères
La production des cultures maraîchères, qui a connu en 2017 et par rapport à l'année d'avant une stagnation, a été estimée à près de 130,190 millions de qx. Cette stagnation s'explique principalement, la baisse des cultures maraîchères des produits phares: la pomme de terre (-3%), l'oignon (-7%), les carottes (-3%), les navets (-15%), et les choux verts (-15%). Par ailleurs, d'autres produits ont connu des hausses de production. Il s'agit notamment, des concombres (+24%), des aubergines (+23%), des artichauts (+11%) et des courgettes (+14%). Selon les données statistiques de l'ONS, la production de l'ensemble des fourrages a atteint plus de 41,190 millions de qx, contre près de 47,980 millions de qx, en baisse de (-14%) durant les périodes de comparaison.
La production des fourrages artificiels, qui représentent 86% de l'ensemble des productions fourragères, est estimée àplus de 35,500 millions de qx, contre 40,056 millions de qx, soit une baisse de 11%. Quant à la production des fourrages naturels (prairies naturelles...), elle a atteint près de 5,700 millions de qx, contre 7,920 millions de qx en baisse de (-28%). Par ailleurs, l'Office note que l'effectif global du cheptel, toutes races confondues, s'est vu évaluer à près de 36 millions de têtes durant la campagne 2016/2017,
un chiffre presque identique à la campagne précédente. L'élevage ovin domine avec un effectif de près de 28,400 millions de têtes, suivi du caprin avec plus de cinq (5) millions de têtes, ensuite le bovin avec près de 1,9 million de têtes et enfin, le camelin avec 381.882 de têtes. Les effectifs ovin, caprin et camelin, se sont accrus de 1% chacun. En revanche, le cheptel bovin a continué à baisser en 2017, soit -9%, pour totaliser 1.895,126 têtes, contre 2.080,936 têtes en 2016. Concernant le cheptel équin, il a affiché "une sensible" baisse (-74%), passant de 177.820 têtes en 2016 à 46.841 têtes en 2017.
Ainsi, plusieurs produits agricoles ont connu des hausses de production.Il s'agit essentiellement descéréales, des légumes secs, des agrumes,des dattes et des figues. Cependant, des baisses ont caractériséd'autres produits agricoles, dont les culturesindustrielles et les fruits à noyauxou à pépins, alors que des culturescomme les maraîchères, ont connu unestagnation. Durant la campagne agricole2016-2017, la production totale descéréales d'hiver a été évaluée à près de34,703 millions de quintaux (qx), contreplus de 34.300 millions de qx, soit unehausse de 1% par rapport à la campagne2015-2016. Cette légère améliorationincombe à la production de blé dur qui aatteint 19,910 millions de qx en 2017,contre 19,400 millions de qx en 2016,en hausse de 3%.
Elle est due aussi à laproduction de l'orge, qui est passée de9,199 millions de qx, à près de 9,700 millions de qx, en hausse de 5% durant la même période de comparaison. S'agissant du blé tendre, l'ONS fait état d'une production atteignant 4,455 millions de qx en 2017, contre 5,025 millions de qx en 2016, soit une baisse de 11%. La production céréalière est constituée essentiellement de blé dur, de blé tendre et de l'orge, qui représentent respectivement, 57,13 et 28% de l'ensemble des productions de céréales, explique la même source. Par ailleurs, la production agricole des légumes secs a connu "une belle performance" pour atteindre près de 1,073 millions de qx, contre 773.106 qx durant la campagne, enregistrant ainsi une hausse de (+39%). Selon les données de l'Office, cette performance est due essentiellement à des hausses
"remarquables" de la production des lentilles qui a atteint 191.387 qx (+90%), les haricots secs 14.797 qx (69%) et les pois chiches 293.356 qx (+36%). Pour les agrumes, leur production a connu également une tendance haussière. Ils totalisent plus de13, 440 millions de qx en 2017, contre 12,032 millions de qx en 2016 (+12%). La hausse la plus importante concerne les oranges qui a atteint près de 10,140 millions de qx (+14%), suivi de celle de la clémentine, plus de 2,054 millions de qx (7%), les mandarines 452.217 qx (+7%), le citron 777.572 qx (+5%). La production du pomélos a, toutefois, stagné à près de 19.000 qx en 2017, par rapport à 2016. Pour ce qui est de la production de dattes, l'ONS relève un total supérieur à 10,580
millions de qx, contre 10,390 millions de qx, (+3%). Par variété, près de 54% de la production provient des fameuses dattes algériennes "Deglet-Nour", avec une production de 5,670 millions de qx (+2%) et les dattes sèches qui représentent 2,866 millions de qx (+4%). Et enfin, les dattes molles ont enregistré une production de 2,050 millions de qx, soit une hausse +2%. D'autre part, le rendement des figues s'est amélioré en 2017, pour atteindreune production de 1,290 million de qx(+7%), par rapport à la même période de comparaison déjà citée.
Recul des cultures industrielles
Les cultures industrielles, (tomates, tabacs, arachides et autres), ont atteint plus de 12,555 millions de qx, contre plus de 12,800 millions de qx, en baisse de 2% durant les périodes de comparaison. Cette baisse s'explique principalement, selon la même source, par le recul de la production des tomates industrielles (-2%), pour totaliser près de12,100 millions de qx. Quant à la production de tabac et d'arachides, elle a augmenté respectivement, de 5 et de 43%. Le tabac a connu une production de 102.900 qx, alors que celle des arachides est de 101.713 qx, détaille l'Organisme des statistiques, dans sa publication sur la production agricole des campagnes 2015-2016 et 2016-2017, élaborées sur la base des données du ministère de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche(MADRP).
La production de l'ensemble des cultures fruitières (espèces à noyaux et/ou à pépins), elle a atteint plus de 15,170 millions de qx en 2017, contre environ 15,400 millions de qx en 2016, enregistrant ainsi une légère baisse de (- 1%). Selon l'Office, 80% de la production proviennent de quatre espèces de cultures fruitières: les pommes (32,6%), les abricots (15,7%), les poires (15,6%) et les pêches (13,01%). Durant la campagne agricole 2016-2017, la production d'olives a été évaluée à plus de 6,844 millions de qx, dont plus de 57% destinée à l'extraction de l'huile. Comparativement à la campagne 2015- 2016, la récolte a baissé de 2%, soit 119.709 qx de moins. Cette régression est due, notamment, à la baisse de la production d'olives pour l'huile (-18%) pour totaliser 3,900 millions de qx, contre 4,750 millions de qx.
En revanche, la production d'olives de table a été évaluée à près de 2,930 millions de qx, contre plus de 2,200 millions de qx, soit en hausse de 32%. La production du vignoble est estimée à plus de 5,660 millions de qx, contre plus de 5,700 millions qx, marquant ainsi une légère baisse (-1%) durant les périodes de comparaison. La production des raisins de table, qui représente 87% de la production totale du vignoble, quant à elle, a connu une stabilisation autour de 5 millions de qx.
Stagnation des maraîchères
La production des cultures maraîchères, qui a connu en 2017 et par rapport à l'année d'avant une stagnation, a été estimée à près de 130,190 millions de qx. Cette stagnation s'explique principalement, la baisse des cultures maraîchères des produits phares: la pomme de terre (-3%), l'oignon (-7%), les carottes (-3%), les navets (-15%), et les choux verts (-15%). Par ailleurs, d'autres produits ont connu des hausses de production. Il s'agit notamment, des concombres (+24%), des aubergines (+23%), des artichauts (+11%) et des courgettes (+14%). Selon les données statistiques de l'ONS, la production de l'ensemble des fourrages a atteint plus de 41,190 millions de qx, contre près de 47,980 millions de qx, en baisse de (-14%) durant les périodes de comparaison.
La production des fourrages artificiels, qui représentent 86% de l'ensemble des productions fourragères, est estimée àplus de 35,500 millions de qx, contre 40,056 millions de qx, soit une baisse de 11%. Quant à la production des fourrages naturels (prairies naturelles...), elle a atteint près de 5,700 millions de qx, contre 7,920 millions de qx en baisse de (-28%). Par ailleurs, l'Office note que l'effectif global du cheptel, toutes races confondues, s'est vu évaluer à près de 36 millions de têtes durant la campagne 2016/2017,
un chiffre presque identique à la campagne précédente. L'élevage ovin domine avec un effectif de près de 28,400 millions de têtes, suivi du caprin avec plus de cinq (5) millions de têtes, ensuite le bovin avec près de 1,9 million de têtes et enfin, le camelin avec 381.882 de têtes. Les effectifs ovin, caprin et camelin, se sont accrus de 1% chacun. En revanche, le cheptel bovin a continué à baisser en 2017, soit -9%, pour totaliser 1.895,126 têtes, contre 2.080,936 têtes en 2016. Concernant le cheptel équin, il a affiché "une sensible" baisse (-74%), passant de 177.820 têtes en 2016 à 46.841 têtes en 2017.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.