L'Histoire "jugera" l'Arabie saoudite et la Russie    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    Belfodil partira en finde saison    Le gouvernement précise les conditions de circulation des personnes et des marchandises    Le président Tebboune salue les efforts des professionnels du secteur de la santé    Elan de solidarité avec Bilda, la confinée    Le journaliste Drareni arrêté et transféré dans un poste de police    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Incendie d'un puits à Hassi-Messaoud: le feu complètement circonscrit    GROUPE PHARMACEUTIQUE SAIDAL : Distribution d'un million d'unités de paracétamol à travers le pays    ETABLISSEMENT PUBLIC DE TELEVISION (EPTV) NATIONAL : Lancement d'une sixième chaîne de télévision    Le P-DG d'Algérie Télécom démis de ses fonctions !    LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS EN ALGERIE : Extension de la mesure de confinement partiel à 9 wilayas    CORONAVIRUS EN ALGERIE : 409 cas confirmés dont 26 décès    COVID 19 : Vers le report des Jeux Méditerranéens d'Oran    Sous la pandémie couve le nouveau monde    LES CONTROLES SE POURSUIVENT : SUSPICION DE CORONAVIRUS : Saisie d'importantes quantités de produits alimentaires à Mostaganem    La fin d'un monde    L'économie mondiale est désormais entrée en récession    Barça : De Jong raconte une anecdote sur Abdelhak Nouri    Real Madrid: la Juve relance la piste Marcelo !    Sonelgaz met en œuvre un plan de prévention contre coronavirus    Le chef de file de l'opposition enlevé dans le centre du Mali    Pas de trêve sanitaire en Libye    Covid-19/Sahel: attaques terroristes et conflits,une "trêve sanitaire" au second plan    Covid-19 : L'équipe de virologues chinois arrive cet après-midi à Alger    Coronavirus: Madoui appelle au rapatriement des Algériens établis en Arabie saoudite    Le ministère des Affaires étrangères suit de près la situation des Algériens bloqués à l'étranger    Illustration d'activités gouvernementales: les médias instruits d'"éviter" les archives    Covid-19 : l'APN appelle à faire prévaloir l'esprit d'initiative et de solidarité    Covid-19: Chorfi appelle les citoyens au respect des règles de prévention    Cherki: «Quel club me fait rêver excepté l'OL ? Le Real »    COVID-19: Plus d'un millier de colons marocains quittent le Sahara occidental et retournent dans leur pays    Procès de Karim Tabou: précisions du Parquet général    Automobile : le service après-vente au ralenti    La Cour d'Alger confirme le jugement de première instance    Tabbou : le procès qui fait scandale    Trois leçons pour l'après-corona    Le coronavirus et nous    Pour Karim Tabbou    QUAND LA VIE ET LA MORT SE PRENNENT LE BRAS    Quelques réflexions sur la norme et ses avatars    Exégètes amateurs et autres experts cathodiques : faites-les taire, monsieur Louber (*) !    L'Institut Cervantès assure les cours à distance    L'Onel soutient les populations en confinement    Karim Tabou victime d'un AVC    Ghardaïa: démantèlement d'un réseau de déplacement de migrants clandestins du Sud vers le Nord    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ce qu'il faut savoir
Premier cas de coronavirus en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 02 - 2020

Un premier cas de coronavirus avant-hier. Faut-il paniquer ? "Non", répond Djamel Fourar, directeur de la prévention au ministère de la Santé
Un premier cas de coronavirus avant-hier. Faut-il paniquer ? "Non", répond Djamel Fourar, directeur de la prévention au ministère de la Santé
Il ne faut pas "paniquer, on est dans une situation normale. Nous n'avons pas de foyer autochtone. Il y a un cas isolé et pas de contamination aux alentours. Même s'il y aura un autre cas, ça restera bien confiné et pris en charge, donc pas de risque de propagation", a affirmé Fourar hier matin sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale.Le responsable a fourni quelques détails concernant le premier cas diagnostiqué :
"Après l'extension de l'épidémie à 35 pays, notamment dans le Bassin méditerranéen, il était prévisible que le coronavirus arrive en Algérie. Le 25 février, nous avons enregistré un premier cas. C'est un ressortissant italien venu de Milan, l'épicentre de l'épidémie en Italie. Il travaille en Algérie, il est parti d'Italie le 17 et rejoint Ouargla le 18. Il a présenté quelques symptômes, type de fièvre, frissons. Le médecin qui l'a ausculté a pens à faire des prélèvements de gorge et il a été confirmé hier, donc c'est le premier cas notifié en Algérie".
Retracer l'historique du voyage
Des mesures ont aussitôt été prises. "La problématique, c'est de retracer tout l'historique de son voyage depuis l'Italie jusqu'à Ouargla. Nous avons déjà commencé l'opération de repérage des sujetsqui ont eu un contact avec ce cas et qui ont un haut risque de contagiosité, il va falloir retracer tout l'itinéraire et voir les passagers qui étaient avec lui à bord de l'avion. Les contacts d'Alger à Ouargla sont identifiés, pris en charge à partir d'aujourd'hui, également mis en quarantaine. Il reste lessujets contact dans l'avion qui est en train de se faire. Ce matin, nous aurons toutes les informations pour rapidement circonscrire ce cas", a expliqué Djamel Fourar. "La plupart sont identifiés, ils pourraientfaire également l'objet d'un isolement et d'un prélèvement pour confirmer ou infirmer le diagnostic. Tout cas suspect, même sans confirmation, est isolé. Si le diagnostic est confirmé, il reste en quarantaine jusqu'à guérison et un test est fait à l'issue des 14 jours suivant son isolement", assure-t-il.
Selon Fourar, il n'est pas encore nécessaire de porter un masque, rassurant tout de même sur la disponibilité de ce moyen de protection. "Nous avons des stocks de masques. Nous avons aidé nos amis de la République de Chine avec un lot de masques et de moyens de protection, nous en avons et nous sommes en train de reconstituer le stock parce qu'il faut penser à l'avenir car ce sont des moyens que nous devons avoir tout le temps", dit-il. M. Fourar rappelle qu'une cellule de crise a été mise en place dès le début de l'épidémie en Chine continentale, le 21 janvier, et "elle sera renforcée compte tenu de l'évolution de la situation".
Des vols sous surveillance
"Nous avons renforcé les postes de contrôle sanitaire aux frontières, et ils seront renforcés spécifiquement pour les vols venant d'Italie qui est devenue une destination à risque. Nous avons mis sous surveillance ceux venant de Pékin, Dubaï,Istanbul et maintenant l'Italie", révèle-t-il, ajoutant que la suspension des volsdemeure une possibilité. "Nous sommes assujettis au règlementsanitaire international qui est un instrument juridique destiné à éviter la propagation internationale des maladies. Donc jusqu'à maintenant, l'OMS juge qu'il est inopportun d'adopter des mesures restrictives concernant les voyages et le commerce. Mais nous serons amenés à considérer la situation au jour le jour et probablement réfléchir à d'autres alternatives. La suspension des vols vers certaines destinations est une possibilité", indique-t-il, tout en exhortant les citoyens à reporter leurs voyages dans les pays touchés. Toujours rassurant,
M. Fourar a rappelé que les personnels de la santé savent maintenant quelles sont les démarches à suivre et que toute les mesures ont été prévues au niveau des établissements, avec des lits réservés spécifiquement aux cas suspects de coronavirus, et au niveau des aéroports. Autre raison de ne pas céder à la panique :on est en pleine épidémie de grippe saisonnière qui a les mêmes symptômes que le coronavirus. En cas de ces symptômes, il pourrait donc s'agir de grippe. "Dans le diagnostic, le séjour dans des zones touchées doit faire ladifférence entre la grippe saisonnière et le coronavirus", explique le responsable du ministère de la Santé.
Il ne faut pas "paniquer, on est dans une situation normale. Nous n'avons pas de foyer autochtone. Il y a un cas isolé et pas de contamination aux alentours. Même s'il y aura un autre cas, ça restera bien confiné et pris en charge, donc pas de risque de propagation", a affirmé Fourar hier matin sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale.Le responsable a fourni quelques détails concernant le premier cas diagnostiqué :
"Après l'extension de l'épidémie à 35 pays, notamment dans le Bassin méditerranéen, il était prévisible que le coronavirus arrive en Algérie. Le 25 février, nous avons enregistré un premier cas. C'est un ressortissant italien venu de Milan, l'épicentre de l'épidémie en Italie. Il travaille en Algérie, il est parti d'Italie le 17 et rejoint Ouargla le 18. Il a présenté quelques symptômes, type de fièvre, frissons. Le médecin qui l'a ausculté a pens à faire des prélèvements de gorge et il a été confirmé hier, donc c'est le premier cas notifié en Algérie".
Retracer l'historique du voyage
Des mesures ont aussitôt été prises. "La problématique, c'est de retracer tout l'historique de son voyage depuis l'Italie jusqu'à Ouargla. Nous avons déjà commencé l'opération de repérage des sujetsqui ont eu un contact avec ce cas et qui ont un haut risque de contagiosité, il va falloir retracer tout l'itinéraire et voir les passagers qui étaient avec lui à bord de l'avion. Les contacts d'Alger à Ouargla sont identifiés, pris en charge à partir d'aujourd'hui, également mis en quarantaine. Il reste lessujets contact dans l'avion qui est en train de se faire. Ce matin, nous aurons toutes les informations pour rapidement circonscrire ce cas", a expliqué Djamel Fourar. "La plupart sont identifiés, ils pourraientfaire également l'objet d'un isolement et d'un prélèvement pour confirmer ou infirmer le diagnostic. Tout cas suspect, même sans confirmation, est isolé. Si le diagnostic est confirmé, il reste en quarantaine jusqu'à guérison et un test est fait à l'issue des 14 jours suivant son isolement", assure-t-il.
Selon Fourar, il n'est pas encore nécessaire de porter un masque, rassurant tout de même sur la disponibilité de ce moyen de protection. "Nous avons des stocks de masques. Nous avons aidé nos amis de la République de Chine avec un lot de masques et de moyens de protection, nous en avons et nous sommes en train de reconstituer le stock parce qu'il faut penser à l'avenir car ce sont des moyens que nous devons avoir tout le temps", dit-il. M. Fourar rappelle qu'une cellule de crise a été mise en place dès le début de l'épidémie en Chine continentale, le 21 janvier, et "elle sera renforcée compte tenu de l'évolution de la situation".
Des vols sous surveillance
"Nous avons renforcé les postes de contrôle sanitaire aux frontières, et ils seront renforcés spécifiquement pour les vols venant d'Italie qui est devenue une destination à risque. Nous avons mis sous surveillance ceux venant de Pékin, Dubaï,Istanbul et maintenant l'Italie", révèle-t-il, ajoutant que la suspension des volsdemeure une possibilité. "Nous sommes assujettis au règlementsanitaire international qui est un instrument juridique destiné à éviter la propagation internationale des maladies. Donc jusqu'à maintenant, l'OMS juge qu'il est inopportun d'adopter des mesures restrictives concernant les voyages et le commerce. Mais nous serons amenés à considérer la situation au jour le jour et probablement réfléchir à d'autres alternatives. La suspension des vols vers certaines destinations est une possibilité", indique-t-il, tout en exhortant les citoyens à reporter leurs voyages dans les pays touchés. Toujours rassurant,
M. Fourar a rappelé que les personnels de la santé savent maintenant quelles sont les démarches à suivre et que toute les mesures ont été prévues au niveau des établissements, avec des lits réservés spécifiquement aux cas suspects de coronavirus, et au niveau des aéroports. Autre raison de ne pas céder à la panique :on est en pleine épidémie de grippe saisonnière qui a les mêmes symptômes que le coronavirus. En cas de ces symptômes, il pourrait donc s'agir de grippe. "Dans le diagnostic, le séjour dans des zones touchées doit faire ladifférence entre la grippe saisonnière et le coronavirus", explique le responsable du ministère de la Santé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.