«L'algérianisation», priorité de Belhimer    Installation du nouveau président du tribunal administratif    Plus de 747 000 dossiers régularisés    Tebboune bannit les lettres de dénonciation anonymes    L'Ansej en mission de sensibilisation    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Genèse d'un rebondissement des contaminations    Belatoui nommé adjoint de Casoni    Seuls 13 joueurs maintenus    Oukal (MCA) 12e recrue estivale    Sauvetage de 19 harragas près des îles Habibas    Plus de 80 ha de chêne vert consumés près de Tikjda    Benbouzid s'engage à y remédier    Abdelmadjid Merdaci n'est plus    3 animateurs des cafés littéraires interpellés puis relâchés    Epidémie : annulation de la Fiac 2020, principal rendez-vous du monde de l'art à Paris    Office national des droits d'auteur (ONDA) : Transparence dans la gestion    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Somalie : Accord pour des élections en 2021    Marche symbolique des hirakistes    La tension monte au sein de l'Opep+    Fin de calvaire pour les souscripteurs AADL    Ce que prévoit le projet de rénovation    Le recrutement d'Abdelhafid fait jaser    "Je suis soulagé !"    CRB : Aïboud contrôlé positif à la Covid-19    Egypte : Belaïli en route vers Al Ahly du Caire    Les préinscriptions électroniques débutent demain    Salon de l'agriculture et des industries agroalimentaires : La Safex reprend ses activités    Abdelaziz Medjahed installé à la tête de l'Inesg    Les protestataires décident de bloquer les RN9 et 12    Satisfaction des autorités, frustration des candidats    Marches à Djaâfra et à Ras El-Oued    Sept morts dans deux attaques    3300 habitations démolies en six ans par Israël    Erdogan prêt à rencontrer le Premier ministre grec    Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak    L'auteur Youcef Laichi Mimoun grand lauréat    "Confilmés", la résistance par l'image    Evénement musical. La rentrée en Nouba : Lila Borsali se digitalise    Agression et trouble à l'ordre public, les auteurs sous mandat de dépôt    Une stratégie de promotion du recyclage en cours de développement: Près de 2 tonnes de déchets en plastique collectées par jour par les CET    Tlemcen: L'APW au cœur d'une polémique    L'INFORMEL    Bouira: Examens de rattrapage: plus de 600 étudiants concernés    Décès de l'historien Abdelmadjid Merdaci: Goudjil présente ses condoléances    Les 4 samedis    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ce qu'il faut savoir
Premier cas de coronavirus en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 02 - 2020

Un premier cas de coronavirus avant-hier. Faut-il paniquer ? "Non", répond Djamel Fourar, directeur de la prévention au ministère de la Santé
Un premier cas de coronavirus avant-hier. Faut-il paniquer ? "Non", répond Djamel Fourar, directeur de la prévention au ministère de la Santé
Il ne faut pas "paniquer, on est dans une situation normale. Nous n'avons pas de foyer autochtone. Il y a un cas isolé et pas de contamination aux alentours. Même s'il y aura un autre cas, ça restera bien confiné et pris en charge, donc pas de risque de propagation", a affirmé Fourar hier matin sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale.Le responsable a fourni quelques détails concernant le premier cas diagnostiqué :
"Après l'extension de l'épidémie à 35 pays, notamment dans le Bassin méditerranéen, il était prévisible que le coronavirus arrive en Algérie. Le 25 février, nous avons enregistré un premier cas. C'est un ressortissant italien venu de Milan, l'épicentre de l'épidémie en Italie. Il travaille en Algérie, il est parti d'Italie le 17 et rejoint Ouargla le 18. Il a présenté quelques symptômes, type de fièvre, frissons. Le médecin qui l'a ausculté a pens à faire des prélèvements de gorge et il a été confirmé hier, donc c'est le premier cas notifié en Algérie".
Retracer l'historique du voyage
Des mesures ont aussitôt été prises. "La problématique, c'est de retracer tout l'historique de son voyage depuis l'Italie jusqu'à Ouargla. Nous avons déjà commencé l'opération de repérage des sujetsqui ont eu un contact avec ce cas et qui ont un haut risque de contagiosité, il va falloir retracer tout l'itinéraire et voir les passagers qui étaient avec lui à bord de l'avion. Les contacts d'Alger à Ouargla sont identifiés, pris en charge à partir d'aujourd'hui, également mis en quarantaine. Il reste lessujets contact dans l'avion qui est en train de se faire. Ce matin, nous aurons toutes les informations pour rapidement circonscrire ce cas", a expliqué Djamel Fourar. "La plupart sont identifiés, ils pourraientfaire également l'objet d'un isolement et d'un prélèvement pour confirmer ou infirmer le diagnostic. Tout cas suspect, même sans confirmation, est isolé. Si le diagnostic est confirmé, il reste en quarantaine jusqu'à guérison et un test est fait à l'issue des 14 jours suivant son isolement", assure-t-il.
Selon Fourar, il n'est pas encore nécessaire de porter un masque, rassurant tout de même sur la disponibilité de ce moyen de protection. "Nous avons des stocks de masques. Nous avons aidé nos amis de la République de Chine avec un lot de masques et de moyens de protection, nous en avons et nous sommes en train de reconstituer le stock parce qu'il faut penser à l'avenir car ce sont des moyens que nous devons avoir tout le temps", dit-il. M. Fourar rappelle qu'une cellule de crise a été mise en place dès le début de l'épidémie en Chine continentale, le 21 janvier, et "elle sera renforcée compte tenu de l'évolution de la situation".
Des vols sous surveillance
"Nous avons renforcé les postes de contrôle sanitaire aux frontières, et ils seront renforcés spécifiquement pour les vols venant d'Italie qui est devenue une destination à risque. Nous avons mis sous surveillance ceux venant de Pékin, Dubaï,Istanbul et maintenant l'Italie", révèle-t-il, ajoutant que la suspension des volsdemeure une possibilité. "Nous sommes assujettis au règlementsanitaire international qui est un instrument juridique destiné à éviter la propagation internationale des maladies. Donc jusqu'à maintenant, l'OMS juge qu'il est inopportun d'adopter des mesures restrictives concernant les voyages et le commerce. Mais nous serons amenés à considérer la situation au jour le jour et probablement réfléchir à d'autres alternatives. La suspension des vols vers certaines destinations est une possibilité", indique-t-il, tout en exhortant les citoyens à reporter leurs voyages dans les pays touchés. Toujours rassurant,
M. Fourar a rappelé que les personnels de la santé savent maintenant quelles sont les démarches à suivre et que toute les mesures ont été prévues au niveau des établissements, avec des lits réservés spécifiquement aux cas suspects de coronavirus, et au niveau des aéroports. Autre raison de ne pas céder à la panique :on est en pleine épidémie de grippe saisonnière qui a les mêmes symptômes que le coronavirus. En cas de ces symptômes, il pourrait donc s'agir de grippe. "Dans le diagnostic, le séjour dans des zones touchées doit faire ladifférence entre la grippe saisonnière et le coronavirus", explique le responsable du ministère de la Santé.
Il ne faut pas "paniquer, on est dans une situation normale. Nous n'avons pas de foyer autochtone. Il y a un cas isolé et pas de contamination aux alentours. Même s'il y aura un autre cas, ça restera bien confiné et pris en charge, donc pas de risque de propagation", a affirmé Fourar hier matin sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale.Le responsable a fourni quelques détails concernant le premier cas diagnostiqué :
"Après l'extension de l'épidémie à 35 pays, notamment dans le Bassin méditerranéen, il était prévisible que le coronavirus arrive en Algérie. Le 25 février, nous avons enregistré un premier cas. C'est un ressortissant italien venu de Milan, l'épicentre de l'épidémie en Italie. Il travaille en Algérie, il est parti d'Italie le 17 et rejoint Ouargla le 18. Il a présenté quelques symptômes, type de fièvre, frissons. Le médecin qui l'a ausculté a pens à faire des prélèvements de gorge et il a été confirmé hier, donc c'est le premier cas notifié en Algérie".
Retracer l'historique du voyage
Des mesures ont aussitôt été prises. "La problématique, c'est de retracer tout l'historique de son voyage depuis l'Italie jusqu'à Ouargla. Nous avons déjà commencé l'opération de repérage des sujetsqui ont eu un contact avec ce cas et qui ont un haut risque de contagiosité, il va falloir retracer tout l'itinéraire et voir les passagers qui étaient avec lui à bord de l'avion. Les contacts d'Alger à Ouargla sont identifiés, pris en charge à partir d'aujourd'hui, également mis en quarantaine. Il reste lessujets contact dans l'avion qui est en train de se faire. Ce matin, nous aurons toutes les informations pour rapidement circonscrire ce cas", a expliqué Djamel Fourar. "La plupart sont identifiés, ils pourraientfaire également l'objet d'un isolement et d'un prélèvement pour confirmer ou infirmer le diagnostic. Tout cas suspect, même sans confirmation, est isolé. Si le diagnostic est confirmé, il reste en quarantaine jusqu'à guérison et un test est fait à l'issue des 14 jours suivant son isolement", assure-t-il.
Selon Fourar, il n'est pas encore nécessaire de porter un masque, rassurant tout de même sur la disponibilité de ce moyen de protection. "Nous avons des stocks de masques. Nous avons aidé nos amis de la République de Chine avec un lot de masques et de moyens de protection, nous en avons et nous sommes en train de reconstituer le stock parce qu'il faut penser à l'avenir car ce sont des moyens que nous devons avoir tout le temps", dit-il. M. Fourar rappelle qu'une cellule de crise a été mise en place dès le début de l'épidémie en Chine continentale, le 21 janvier, et "elle sera renforcée compte tenu de l'évolution de la situation".
Des vols sous surveillance
"Nous avons renforcé les postes de contrôle sanitaire aux frontières, et ils seront renforcés spécifiquement pour les vols venant d'Italie qui est devenue une destination à risque. Nous avons mis sous surveillance ceux venant de Pékin, Dubaï,Istanbul et maintenant l'Italie", révèle-t-il, ajoutant que la suspension des volsdemeure une possibilité. "Nous sommes assujettis au règlementsanitaire international qui est un instrument juridique destiné à éviter la propagation internationale des maladies. Donc jusqu'à maintenant, l'OMS juge qu'il est inopportun d'adopter des mesures restrictives concernant les voyages et le commerce. Mais nous serons amenés à considérer la situation au jour le jour et probablement réfléchir à d'autres alternatives. La suspension des vols vers certaines destinations est une possibilité", indique-t-il, tout en exhortant les citoyens à reporter leurs voyages dans les pays touchés. Toujours rassurant,
M. Fourar a rappelé que les personnels de la santé savent maintenant quelles sont les démarches à suivre et que toute les mesures ont été prévues au niveau des établissements, avec des lits réservés spécifiquement aux cas suspects de coronavirus, et au niveau des aéroports. Autre raison de ne pas céder à la panique :on est en pleine épidémie de grippe saisonnière qui a les mêmes symptômes que le coronavirus. En cas de ces symptômes, il pourrait donc s'agir de grippe. "Dans le diagnostic, le séjour dans des zones touchées doit faire ladifférence entre la grippe saisonnière et le coronavirus", explique le responsable du ministère de la Santé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.