Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Règlement de comptes au FLN
Baadji lance une opèration d'assainissement
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 10 - 2020

Au parti du FLN, c'est loin des feux de la rampe que la nouvelle direction tente de consolider sa mainmise sur l'appareil. En effet un peu plus d'un trimestre après son intronisation à la tête du vieux parti, le nouveau secrétaire général,
Au parti du FLN, c'est loin des feux de la rampe que la nouvelle direction tente de consolider sa mainmise sur l'appareil. En effet un peu plus d'un trimestre après son intronisation à la tête du vieux parti, le nouveau secrétaire général,
Abou El Fadl Baadji, est passé à l'offensive en vue de consolider son pouvoir. Pour ce faire il a, tout recemment, procédé au limogeage de très nombreux cadres qui se recrutent notamment au niveau local. Ainsi, des dizaines de cadres des mouhafadhs ont été limogés et remplacés par des hommes de confiance. C'est une "véritable purge" a alors estimé un ancien dirigeant de l'ex-parti unique. Ces cadres au niveau local ont été, pour rappel, désignés dans leurs fonctions par les précédentes directions du parti. Certains étaient en poste depuis depuis l'époque où Djamel OuldAbbès, actuellement en prison et sur lequel pèse de lourdes charges relatives à la corruption, était à la tête du secrétariat général. En passant à la vitesse supérieure pour faire le grand ménage dans les structures locales du parti, la nouvelle équipe dirigeante a pour ambition d'avoir les coudées franches pour mener à bien ce qu'elle qualifie de "renouveau et de redynamisation" du parti en vue de lui donner une nouvelle image et redorer ainsi son blason au sein de l'opinion publique. L'exparti unique, à l'instar de son frère ennemi le RND et les autres partis politiques de l'ancienne Alliance présidentielle, a énormément laissé des plumes lors des récents événements politiques qu'a connus le pays.
Avec le soulèvement populaire du 22 février 2019 ces partis politiques ont été particulièrement laminés par cette explosion populaire. Le FLN, qui est de très loin la principale béquille sur laquelle s'est reposé le pouvoir du Président déchu, Abdelaziz Bouteflika, a perdu gros lors de ces événements historiques. Il a subi les attaques les plus violentes, à juste titre d'ailleurs, de la part des manifestants qui ont vu en lui l'incarnation de tous les maux du pays. Des millions d'Algériens ont d'ailleurs revendiqué la dissolution du parti et la restitution du sigle FLN au Patrimoine de la nation. "Le FLN au musée" clamait la foule à chaque manifestation. En perte de vitesse le parti est devenu infréquentable. Il n'était désormais plus de bon ton d'affirmer son appartenance au FLN. Le nouveau régime issu du scrutin présidentiel du 12 décembre 2019 refusait en effet toute affiliation au FLN. On s'en rappelle, à ce propos, les mises au point du président de la République et de son Premier ministre lorsque des dirigeants du vieux parti s'enorgueillirent publiquement de leur appartenance au parti. C'est dire combien le parti a perdu de sa crédibilité et de sa superbe devenant une coquille vide.
Au point où personne ne mise désormais sur le parti au risque de perdre toute crédibilité. Pourtant les dirigeants de l'ex-parti unique ont fait le dos rond en adoptant un profil bas en attendant que passe l'orage. Et ce n'est que tout récemment, à la faveur de la campagne électorale pour le référendum du 1er novembre que les responsables du parti sont sortis de leur longue léthargie pour donner de la voix. "Le FLN n'ira pas au musée" a indiqué à plusieurs reprises Abou El Fadl Baadji comme pour signifier que le vieux parti est encore là malgré les péripéties traversées. Le nouveau chef de file du FLN tente aussi, en parallèle, de faire un lifting en plaçant dans les structures locales notamment de nouvelles têtes n'ayant pas trempé dans les affaireslouches. C'est pourquoi il a lancé une vaste campagne d'assainissement des rangs du parti espérant, ainsi, tourner la page d'une période qui lui a été très préjudiciable.
Abou El Fadl Baadji, est passé à l'offensive en vue de consolider son pouvoir. Pour ce faire il a, tout recemment, procédé au limogeage de très nombreux cadres qui se recrutent notamment au niveau local. Ainsi, des dizaines de cadres des mouhafadhs ont été limogés et remplacés par des hommes de confiance. C'est une "véritable purge" a alors estimé un ancien dirigeant de l'ex-parti unique. Ces cadres au niveau local ont été, pour rappel, désignés dans leurs fonctions par les précédentes directions du parti. Certains étaient en poste depuis depuis l'époque où Djamel OuldAbbès, actuellement en prison et sur lequel pèse de lourdes charges relatives à la corruption, était à la tête du secrétariat général. En passant à la vitesse supérieure pour faire le grand ménage dans les structures locales du parti, la nouvelle équipe dirigeante a pour ambition d'avoir les coudées franches pour mener à bien ce qu'elle qualifie de "renouveau et de redynamisation" du parti en vue de lui donner une nouvelle image et redorer ainsi son blason au sein de l'opinion publique. L'exparti unique, à l'instar de son frère ennemi le RND et les autres partis politiques de l'ancienne Alliance présidentielle, a énormément laissé des plumes lors des récents événements politiques qu'a connus le pays.
Avec le soulèvement populaire du 22 février 2019 ces partis politiques ont été particulièrement laminés par cette explosion populaire. Le FLN, qui est de très loin la principale béquille sur laquelle s'est reposé le pouvoir du Président déchu, Abdelaziz Bouteflika, a perdu gros lors de ces événements historiques. Il a subi les attaques les plus violentes, à juste titre d'ailleurs, de la part des manifestants qui ont vu en lui l'incarnation de tous les maux du pays. Des millions d'Algériens ont d'ailleurs revendiqué la dissolution du parti et la restitution du sigle FLN au Patrimoine de la nation. "Le FLN au musée" clamait la foule à chaque manifestation. En perte de vitesse le parti est devenu infréquentable. Il n'était désormais plus de bon ton d'affirmer son appartenance au FLN. Le nouveau régime issu du scrutin présidentiel du 12 décembre 2019 refusait en effet toute affiliation au FLN. On s'en rappelle, à ce propos, les mises au point du président de la République et de son Premier ministre lorsque des dirigeants du vieux parti s'enorgueillirent publiquement de leur appartenance au parti. C'est dire combien le parti a perdu de sa crédibilité et de sa superbe devenant une coquille vide.
Au point où personne ne mise désormais sur le parti au risque de perdre toute crédibilité. Pourtant les dirigeants de l'ex-parti unique ont fait le dos rond en adoptant un profil bas en attendant que passe l'orage. Et ce n'est que tout récemment, à la faveur de la campagne électorale pour le référendum du 1er novembre que les responsables du parti sont sortis de leur longue léthargie pour donner de la voix. "Le FLN n'ira pas au musée" a indiqué à plusieurs reprises Abou El Fadl Baadji comme pour signifier que le vieux parti est encore là malgré les péripéties traversées. Le nouveau chef de file du FLN tente aussi, en parallèle, de faire un lifting en plaçant dans les structures locales notamment de nouvelles têtes n'ayant pas trempé dans les affaireslouches. C'est pourquoi il a lancé une vaste campagne d'assainissement des rangs du parti espérant, ainsi, tourner la page d'une période qui lui a été très préjudiciable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.