La résolution du Parlement européen, une ingérence flagrante dans les affaires de l'Algérie    Energies renouvelables: M. Chitour et l'ambassadeur de Chine examinent les perspectives de coopération bilatérale    Disparition : Henri Teissier est décédé    Le président Tebboune de retour au pays prochainement    Le gouvernement sahraoui réagit aux déclarations "contradictoires" d'El Othmani    Madjer revient sur son limogeage de l'EN    VIH Sida: plus de 2000 nouvelles infections dont 150 décès en Algérie depuis 2019    Deux terroristes abattus mardi à Jijel    HACIANE (MOSTAGANEM) : Le wali inspecte la zone industrielle de Bordjia    Opep+ : poursuite des consultations pour un consensus adapté au marché pétrolier    PROGRAMME ‘'LPA'' 2018-2019 A MOSTAGANEM : Le wali préside une réunion de coordination    28 INTERVENTIONS ENREGISTREES : Alerte à l'asphyxie au gaz à Mostaganem    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : "L'Algérie fait l'objet d'un flot d'agressions verbales''    Covid-19 : une prime pour indemniser le personnel du secteur de l'éducation touché    LDC : Le programme de ce mardi    L'Université Oran 2 au temps de la Covid-19 : cap sur le mode d'enseignement à distance    La FAF et Belmadi réagissent avec fermeté aux propos racistes contre Bentaleb    L'hommage du procureur à... Abassi Madani    En Afrique, le paludisme tue bien plus que la Covid-19    Joe Biden invité à un sommet de l'Otan après sa prise de fonction    Le cerveau de l'attaque de Ghazni tué par l'armée    "Ce conflit résulte d'un dérèglement des rapports politiques entre l'état fédéral et les régions"    Cinq ans de prison pour Sellal et Ouyahia    Trois ans de prison requis contre Karim Tabbou    Le procès en appel de "Mme Maya" reporté au 7 décembre    Karouf repart !    L'Algérie débutera face à la Tunisie le 15 décembre    Le CRB assure l'essentiel    Le casse-tête de l'association des supporters    Mahdi Khelfouni n'est plus    L'UGTA s'oppose à l'arrêt technique décidé par la direction    Pas de reprise du trafic le 15 décembre    La vente des billets à partir de demain    Flambée des prix de l'aliment de bétail    Le fisc peine à taxer les fortunes    «Les premières opérations de vaccination pourraient débuter en janvier»    21 décès et 978 nouveaux cas    Le procès de 14 hirakistes ajourné au 21 décembre    Le documentaire Objectif Hirak primé en Inde    À Kinshasa, le combat des amoureux du livre et de la lecture    Le positivisme, le négativisme, et mille et une choses encore    Lancement du mois virtuel des arts plastiques    Causes et conséquences des luttes historiques depuis l'indépendance    Une écriture antillaise    Fermé pendant 15 jours : Le marché d'El Hamiz à nouveau ouvert    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au nord-est du Nigéria    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    DROITURE ET BONNE FOI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Règlement de comptes au FLN
Baadji lance une opèration d'assainissement
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 10 - 2020

Au parti du FLN, c'est loin des feux de la rampe que la nouvelle direction tente de consolider sa mainmise sur l'appareil. En effet un peu plus d'un trimestre après son intronisation à la tête du vieux parti, le nouveau secrétaire général,
Au parti du FLN, c'est loin des feux de la rampe que la nouvelle direction tente de consolider sa mainmise sur l'appareil. En effet un peu plus d'un trimestre après son intronisation à la tête du vieux parti, le nouveau secrétaire général,
Abou El Fadl Baadji, est passé à l'offensive en vue de consolider son pouvoir. Pour ce faire il a, tout recemment, procédé au limogeage de très nombreux cadres qui se recrutent notamment au niveau local. Ainsi, des dizaines de cadres des mouhafadhs ont été limogés et remplacés par des hommes de confiance. C'est une "véritable purge" a alors estimé un ancien dirigeant de l'ex-parti unique. Ces cadres au niveau local ont été, pour rappel, désignés dans leurs fonctions par les précédentes directions du parti. Certains étaient en poste depuis depuis l'époque où Djamel OuldAbbès, actuellement en prison et sur lequel pèse de lourdes charges relatives à la corruption, était à la tête du secrétariat général. En passant à la vitesse supérieure pour faire le grand ménage dans les structures locales du parti, la nouvelle équipe dirigeante a pour ambition d'avoir les coudées franches pour mener à bien ce qu'elle qualifie de "renouveau et de redynamisation" du parti en vue de lui donner une nouvelle image et redorer ainsi son blason au sein de l'opinion publique. L'exparti unique, à l'instar de son frère ennemi le RND et les autres partis politiques de l'ancienne Alliance présidentielle, a énormément laissé des plumes lors des récents événements politiques qu'a connus le pays.
Avec le soulèvement populaire du 22 février 2019 ces partis politiques ont été particulièrement laminés par cette explosion populaire. Le FLN, qui est de très loin la principale béquille sur laquelle s'est reposé le pouvoir du Président déchu, Abdelaziz Bouteflika, a perdu gros lors de ces événements historiques. Il a subi les attaques les plus violentes, à juste titre d'ailleurs, de la part des manifestants qui ont vu en lui l'incarnation de tous les maux du pays. Des millions d'Algériens ont d'ailleurs revendiqué la dissolution du parti et la restitution du sigle FLN au Patrimoine de la nation. "Le FLN au musée" clamait la foule à chaque manifestation. En perte de vitesse le parti est devenu infréquentable. Il n'était désormais plus de bon ton d'affirmer son appartenance au FLN. Le nouveau régime issu du scrutin présidentiel du 12 décembre 2019 refusait en effet toute affiliation au FLN. On s'en rappelle, à ce propos, les mises au point du président de la République et de son Premier ministre lorsque des dirigeants du vieux parti s'enorgueillirent publiquement de leur appartenance au parti. C'est dire combien le parti a perdu de sa crédibilité et de sa superbe devenant une coquille vide.
Au point où personne ne mise désormais sur le parti au risque de perdre toute crédibilité. Pourtant les dirigeants de l'ex-parti unique ont fait le dos rond en adoptant un profil bas en attendant que passe l'orage. Et ce n'est que tout récemment, à la faveur de la campagne électorale pour le référendum du 1er novembre que les responsables du parti sont sortis de leur longue léthargie pour donner de la voix. "Le FLN n'ira pas au musée" a indiqué à plusieurs reprises Abou El Fadl Baadji comme pour signifier que le vieux parti est encore là malgré les péripéties traversées. Le nouveau chef de file du FLN tente aussi, en parallèle, de faire un lifting en plaçant dans les structures locales notamment de nouvelles têtes n'ayant pas trempé dans les affaireslouches. C'est pourquoi il a lancé une vaste campagne d'assainissement des rangs du parti espérant, ainsi, tourner la page d'une période qui lui a été très préjudiciable.
Abou El Fadl Baadji, est passé à l'offensive en vue de consolider son pouvoir. Pour ce faire il a, tout recemment, procédé au limogeage de très nombreux cadres qui se recrutent notamment au niveau local. Ainsi, des dizaines de cadres des mouhafadhs ont été limogés et remplacés par des hommes de confiance. C'est une "véritable purge" a alors estimé un ancien dirigeant de l'ex-parti unique. Ces cadres au niveau local ont été, pour rappel, désignés dans leurs fonctions par les précédentes directions du parti. Certains étaient en poste depuis depuis l'époque où Djamel OuldAbbès, actuellement en prison et sur lequel pèse de lourdes charges relatives à la corruption, était à la tête du secrétariat général. En passant à la vitesse supérieure pour faire le grand ménage dans les structures locales du parti, la nouvelle équipe dirigeante a pour ambition d'avoir les coudées franches pour mener à bien ce qu'elle qualifie de "renouveau et de redynamisation" du parti en vue de lui donner une nouvelle image et redorer ainsi son blason au sein de l'opinion publique. L'exparti unique, à l'instar de son frère ennemi le RND et les autres partis politiques de l'ancienne Alliance présidentielle, a énormément laissé des plumes lors des récents événements politiques qu'a connus le pays.
Avec le soulèvement populaire du 22 février 2019 ces partis politiques ont été particulièrement laminés par cette explosion populaire. Le FLN, qui est de très loin la principale béquille sur laquelle s'est reposé le pouvoir du Président déchu, Abdelaziz Bouteflika, a perdu gros lors de ces événements historiques. Il a subi les attaques les plus violentes, à juste titre d'ailleurs, de la part des manifestants qui ont vu en lui l'incarnation de tous les maux du pays. Des millions d'Algériens ont d'ailleurs revendiqué la dissolution du parti et la restitution du sigle FLN au Patrimoine de la nation. "Le FLN au musée" clamait la foule à chaque manifestation. En perte de vitesse le parti est devenu infréquentable. Il n'était désormais plus de bon ton d'affirmer son appartenance au FLN. Le nouveau régime issu du scrutin présidentiel du 12 décembre 2019 refusait en effet toute affiliation au FLN. On s'en rappelle, à ce propos, les mises au point du président de la République et de son Premier ministre lorsque des dirigeants du vieux parti s'enorgueillirent publiquement de leur appartenance au parti. C'est dire combien le parti a perdu de sa crédibilité et de sa superbe devenant une coquille vide.
Au point où personne ne mise désormais sur le parti au risque de perdre toute crédibilité. Pourtant les dirigeants de l'ex-parti unique ont fait le dos rond en adoptant un profil bas en attendant que passe l'orage. Et ce n'est que tout récemment, à la faveur de la campagne électorale pour le référendum du 1er novembre que les responsables du parti sont sortis de leur longue léthargie pour donner de la voix. "Le FLN n'ira pas au musée" a indiqué à plusieurs reprises Abou El Fadl Baadji comme pour signifier que le vieux parti est encore là malgré les péripéties traversées. Le nouveau chef de file du FLN tente aussi, en parallèle, de faire un lifting en plaçant dans les structures locales notamment de nouvelles têtes n'ayant pas trempé dans les affaireslouches. C'est pourquoi il a lancé une vaste campagne d'assainissement des rangs du parti espérant, ainsi, tourner la page d'une période qui lui a été très préjudiciable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.